Congo, colonialisme, néocolonialisme et guerre continue

Article de Hannes Swoboda, publié par International Institute for Peace, 15 janvier 2021.


Le 17 janvier 1961, le premier Premier ministre élu du Congo nouvellement indépendant, Patrice Lumumba, fut assassiné. Avec lui, l’indépendance nouvellement acquise fut également assassinée. Cet immense pays situé au milieu de l’Afrique a déjà connu une histoire particulièrement sanglante et cruelle. Lors de la Conférence de Berlin de 1884, qui lança la «Ruée vers l’Afrique», le Congo fut attribué à la Belgique ou, pour être plus exact, au roi Léopold en privé. Ce n’est qu’après un certain temps et avec la nouvelle de l’action particulièrement cruelle contre la population que le Parlement belge a insisté sur la création d’une colonie officielle. Aucune puissance coloniale européenne n’a fait un bon travail de développement. Mais si l’on regarde les anciennes colonies belges comme le Congo, le Rwanda et le Burundi, les résultats sont particulièrement déplorables. Concernant le Congo, Joseph Conrad a décrit l’horrible situation qui y règne dans son livre Au Cœur des Ténèbres. D’une certaine manière, au moins certaines régions du Congo sont restées un cœur de ténèbres. Ce n’est que récemment que la Belgique a examiné son histoire coloniale d’un œil plus critique, en s’obligeant à réaménager le célèbre musée de l’Afrique à Tervuren, à la périphérie de Bruxelles.

Un transfert de pouvoir creux

Cependant, lors du transfert de souveraineté des autorités belges aux Congolais en 1960, aucun signe d’inquiétude n’a été manifesté face aux mauvais traitements coloniaux. Lors des festivités respectives, le Premier ministre congolais de l’époque, Patrice Lumumba, a évoqué dans son discours les temps difficiles et les violences infligées à de nombreux Congolais par les autorités belges. Aujourd’hui, un tel discours, non pas plein de haine mais finalement conciliant, ne ferait pas grand bruit. Mais en 1960, cela a renforcé l’opinion de beaucoup en «Occident» selon laquelle Lumumba était un communiste. Comme l’Occident, en particulier les États-Unis et malheureusement l’ONU aussi, n’ont pas aidé le gouvernement de Lumumba à lutter contre les aspirations sécessionnistes, Lumumba a effectivement demandé de l’aide à Moscou – sans grand succès toutefois.

La province du Katanga est riche en minéraux et les intérêts des sociétés belges et autres étaient et sont toujours assez clairs. Ils soutenaient fortement les sécessionnistes et il y avait certainement beaucoup d’argent disponible pour soutenir les politiciens dont ils avaient besoin pour atteindre leurs objectifs. Le colonialisme avait à sa racine le pur profit économique et, après sa fin, le bénéfice économique est redevenu le centre des relations entre les «anciens» maîtres et les «anciens» colonisés. Je mets «ancien» entre guillemets ici, car d’une certaine manière la relation entre maîtres et colonisés n’a pas vraiment changé. La seule différence est qu’aujourd’hui, les nouveaux maîtres semblent être principalement les États-Unis et que des peuples colonisés sont nés des maîtres locaux qui ont participé aux relations corrompues. L’un de ces personnages laids était le dictateur de longue date Mobutu, qui a dirigé le pays avec le soutien de l’Occident pendant de nombreuses années. Il a été chef militaire au début de «l’indépendance» et a dirigé le pays de 1965 à 1997.

Dictature interne et ingérence externe

Mobuto n’a été renversé qu’en 1997 par Laurent-Désiré Kabila, soutenu par le Rwanda et l’Ouganda. Mais la fin de Mobuto n’a pas mis fin aux combats et aux tueries au Congo, notamment dans les provinces de l’Est. La guerre au Rwanda, avec son horrible génocide, a fortement affecté les combats au Congo lui-même. Ni Laurent-Désiré Kabila, ni son successeur et fils Joseph Kabila n’ont entrepris de sérieux efforts pour mettre fin aux combats permanents. Les dirigeants voisins, notamment ceux du Rwanda et de l’Ouganda, sont intervenus à maintes reprises et pas seulement dans un but défensif. Il est vrai que les mercenaires hutu qui participaient activement au génocide rwandais contre les Tutsis ont fui vers le Congo et ont même tenté de poursuivre certaines activités laides à partir de là. L’un des «gagnants» de cette situation chaotique a été Ebola, qui a trouvé d’excellentes conditions pour se propager au milieu des conditions de guerre. Et les violations massives commises par des soldats et des mercenaires furent une autre conséquence déplorable de cette guerre permanente.

Les catastrophes au Congo et aux alentours ont également signifié un échec des efforts des Nations Unies pour ramener la paix dans le pays. Dès le début, l’ONU n’a pas réussi à soutenir l’unité du pays. L’influence de l’ancienne puissance coloniale et d’autres gouvernements occidentaux, en particulier des États-Unis, était trop grande pour donner à l’ONU un rôle important, même lorsque les premières troupes de l’ONU sont arrivées là-bas en juillet 1960. Dans le même temps, l’Union africaine, lui-même et avec ses voisins, n’a pas non plus réalisé de progrès dans les efforts de paix au Congo. Soyons clairs : ce n’est pas l’erreur de ces organisations multilatérales mais celle des gouvernements qui n’ont pas voulu leur donner suffisamment de pouvoir et de moyens pour établir et préserver la paix.

Les deux dirigeants voisins importants pour la paix dans l’est du Congo sont plus intéressés par leur propre carrière politique personnelle que par la promotion de la paix. Paul Kagame, qui avait certainement réussi à reconstruire le Rwanda après le génocide, est devenu de plus en plus autocratique. Il est au pouvoir depuis 2000. Le président ougandais Yoveri Museveni, arrivé au pouvoir en 1986, est actuellement candidat à la réélection. Son seul véritable opposant à l’élection présidentielle, Bobi Wine, un jeune et populaire chanteur, a été battu et abattu. On ne peut pas parler d’élections équitables. Il est incroyablement triste que les dirigeants qui ont favorisé la transition de leur pays de la dictature à la démocratie se soient transformés en dictateurs.

Tant que l’exploitation des mines et de la population locale par les sociétés occidentales et, entre-temps, également par les sociétés chinoises, se poursuivra – malgré les massacres quotidiens – il n’y aura pas suffisamment de pression ni de «nécessité» pour renforcer les efforts visant à mettre fin à la guerre. Pas de chance pour les Congolais. La partie la plus riche de ce monde consomme les métaux rares dont elle a besoin pour fabriquer des voitures électriques, mais il n’y a pas assez d’argent pour le nombre nécessaire de troupes de paix et un développement économique à grande échelle. Il y a tellement de liens entre l’horreur passée du colonialisme, l’exploitation unilatérale actuelle des ressources naturelles et des populations, les conflits tribaux, l’ingérence régionale et le manque de détermination à mettre fin aux guerres. Malheureusement, il ne semble pas y avoir beaucoup d’espoir de voir une fin à ce conflit à plusieurs niveaux et les gens continueront à être tués.


A propos de l’auteur : Hannes Swoboda, président de l’Institut international pour la paix (IP), a débuté sa carrière dans la politique urbaine à Vienne et a été élu député européen en 1996. Il a été vice-président du groupe social-démocrate jusqu’en 2012, puis président jusqu’en 2014. Il s’est particulièrement engagé dans les politiques étrangères, d’élargissement et de voisinage. Swoboda est également président de l’Institut d’économie internationale de Vienne, du Centre d’architecture, de l’Université des sciences appliquées – Campus de Vienne et de l‘Institut Sir Peter Ustinov.

Aller plus loin :

Souffrance et désespoir : crise humanitaire au Congo

Témoignage d'Anne C. Edgerton de Refugees International devant le Sous-comité des opérations internationales et...

Témoignage de WAYNE Madsen à la Chambre des représentants des États-Unis le 17 mai 2001 sur la guerre au Congo

Une séance de travail à la Chambre des représentants des Etats-Unis conduit par la...

L’Empire américain au Congo : l’assassinat de Patrice Lumumba

Dans le discours officiel, les États-Unis étaient confrontés à un danger immédiat lié à...

Néocolonialisme : les vestiges de l’exploitation étrangère en Afrique

Un demi-siècle après que l’Europe a libéré ses colonies en Afrique, une nouvelle forme...

Du génocide à la guerre régionale : l’effondrement de l’ordre international en Afrique centrale

Source : Manahal, C. R. (2000). From Genocide to Regional War: The Breakdown of...

The African Stakes in the Congo War (Les enjeux africains de la guerre du Congo) | Fiche de lecture

The African Stakes in the Congo War (Les enjeux africains de la guerre du...

L’Ouganda déplace les bornes frontalières et empiète la RDC de son territoire

Pendant qu’une grande partie du territoire de Rutshuru en province du Nord-Kivu reste toujours...

Combattre le «New Deal vert» malthusien ? Les BRICS l’ont vaincu

Par Paul Gallagher, pour Executive Intelligence Review, 15 septembre 2023 —  Tout au long...

Lire aussi :

L’Afrique et la nouvelle guerre froide: le développement de l’Afrique dépend de la propriété régionale de sa sécurité

Article de Hippolyte Fofack. Source: The Brookings Institution.   Les conséquences...

Les plus lus

Qui a tué Patrice Lumumba et pourquoi? | Chronique de l’assassinat le plus important du XXe siècle

Les circonstances et la vraie raison de l’assassinat de Patrice Lumumba sont restées inconnues...