L’Empire américain au Congo : l’assassinat de Patrice Lumumba

Dans le discours officiel, les États-Unis étaient confrontés à un danger immédiat lié à la propagation du communisme et ils étaient donc moralement justifiés de prendre toutes les mesures nécessaires pour arrêter cette propagation. En outre, les États-Unis représentaient un espoir pour les nations nouvellement libérées de leurs liens coloniaux européens. L’intervention américaine dans le tiers-monde était donc un exemple clair de la volonté des États-Unis de rechercher des régimes plus faibles qui autrement tomberaient dans les dangers du communisme et mettraient ainsi les États-Unis en péril. Mais avec l’école révisionniste, les lignes ne sont pas aussi claires. Dans le cas de l’assassinat de Patrice Lumumba, il n’y avait aucune réelle menace communiste ou soviétique pour motiver l’intervention américaine. Il y avait simplement une prédisposition à prendre des mesures contre tout régime susceptible de saper l’hégémonie américaine dans une région qui avait gagné en préséance grâce à l’intervention américaine constante en Amérique latine. Les leçons apprises en Amérique latine ont été transposées dans les actions américaines dans le reste du tiers monde et c’est ce lien qui explique l’intervention américaine au Congo. Dans ce contexte, il est tout à fait raisonnable d’extrapoler l’assassinat de Patrice Lumumba comme une continuation de la politique d’élimination de tout dirigeant refusant de se plier aux intérêts des États-Unis ou de ses alliés européens.


Article original de Nicholas Langer. Citation : Langer, N. (2014). The American Empire in the Congo: The Assassination of Patrice Lumumba. The Undergraduate Historical Journal at UC Merced, 2(1). doi : 10.5070/H321025692


L’impérialisme américain de la guerre froide s’est répandu à travers le monde, traversant les océans et les continents pour imposer la volonté de fer des États-Unis. Après la Seconde Guerre mondiale, l’Afrique et l’Asie cherchaient à déloger l’influence de l’impérialisme. Dans le cas du Vietnam, les rebelles d’Hô Chi Minh se sont trompés en croyant que les États-Unis soutiendraient leur tentative d’indépendance vis-à-vis des Français. Les États-Unis avaient renversé le président démocratiquement élu du Guatemala, ainsi que Mohammed Mosadegh en Iran, et avaient envoyé 15 000 conseillers pour soutenir le gouvernement fantoche de Diem au Vietnam au moment de la crise du Congo au début des années 1960.(1) Ainsi, l’intervention américaine dans les affaires des pays du tiers monde était loin d’être sans précédent à l’époque où Patrice Lumumba prenait le pouvoir au Congo et cherchait à sortir le pays de l’ombre du colonialisme européen.

Mon argument est que l’implication américaine dans l’assassinat de Patrice Lumumba a suivi le modèle d’intervention bien établi en Amérique latine et ailleurs. La crise du Congo de 1960 a représenté le début d’une implication occidentale généralisée dans le Congo nouvellement indépendant. En analysant la crise du Congo, nous pouvons voir l’agonie finale de l’impérialisme belge et le début de l’implication américaine dans la région, ainsi que le rôle que les Nations Unies joueraient dans la décolonisation et la guerre froide. Le point de vue orthodoxe soutient que les États-Unis ont maintenu des motivations purement altruistes de décolonisation et d’anticommunisme au Congo et que tout soulèvement était le résultat de facteurs qu’ils étaient incapables de contrôler. Le point de vue révisionniste soutient le contraire : que les États-Unis sont intervenus activement au Congo et ont défendu leurs propres intérêts. Ces arguments introduisent le récit général de la crise du Congo et de l’idéologie de la guerre froide des États-Unis en plus de valider l’argumentation révisionniste.

L’Amérique au Congo en deux versions : les orthodoxes et les révisionnistes

L’article «The United States, Belgium, and the Congo Crisis of 1960», écrit par Lawrence Kaplan et publié dans The Review of Politics en 1967, représente un résumé de la vision orthodoxe de l’implication américaine dans la crise du Congo.(2) L’article a été écrit bien avant l’audience du Comité Church – un comité sénatorial [américain, NDLR]  qui a enquêté sur les actions secrètes américaines pendant la guerre froide et qui a publié ses conclusions en 1975 – qui confirmerait l’implication active des États-Unis dans un complot visant à tuer le Premier ministre Patrice Lumumba, et ses arguments reposaient donc largement sur le les déclarations de politique officielles et les documents d’information disponibles à l’époque. L’objectif principal de l’argumentation de Kaplan semble être une tentative d’excuser l’engagement américain en faveur de l’anticolonialisme auprès d’un public belge imaginaire. Ce faisant, Kaplan décrit les intentions américaines comme étant purement chevaleresques et rejette tout argument selon lequel les États-Unis agiraient pour des arrière-pensées. Il lave en outre les mains de l’Amérique de son implication dans l’effondrement de l’autorité et rejette la faute sur les Belges, qui agissent comme un repoussoir au soutien véhément de l’Amérique à l’anticolonialisme.  Les sources de Kaplan et son analyse représentent une interprétation orthodoxe par excellence de l’implication américaine au Congo.  En passant en revue l’implication américaine au Congo, Kaplan aborde trois questions clés qui témoignent des intentions bienveillantes des États-Unis au Congo.

Le premier point est la perception américaine d’elle-même comme un produit du colonialisme et un fervent partisan des anciennes colonies dans leur lutte pour la décolonisation. Les États-Unis se percevaient comme «une nouvelle terre, elle-même un produit du colonialisme, et donc incapable de résister aux revendications d’autres anciennes colonies» et que «la première réaction de l’Amérique serait instinctivement, et devait être, de soutenir la colonie contre le colonisateur européen».(3) Il est important de noter qu’à aucun moment dans l’article Kaplan ne réfute l’affirmation selon laquelle les décideurs politiques américains sympathisaient avec le sort des anciennes colonies. Il est donc raisonnable de conclure que Kaplan promouvait cette conception de la politique américaine. Les sympathies américaines pour la décolonisation visaient à expliquer un deuxième point : les États-Unis soutenaient une présence des Nations Unies au Congo afin de faciliter la suppression de l’influence belge et de protéger la souveraineté du Congo.

Kaplan soutient que la politique américaine au Congo était triple: «Premièrement, il y avait la reconnaissance que la présence belge devait être supprimée dans un avenir immédiat ; deuxièmement, que les Nations Unies comblent le vide laissé par les Belges en tant que artisans de la paix et vecteurs de l’aide technique et économique ; et troisièmement, que l’unité du Congo doit être préservée à tout prix».(4) Ainsi, l’intervention des Nations Unies a perpétué l’altruisme américain. Par conséquent, on peut en conclure que les États-Unis étaient prêts à permettre aux Nations Unies de prendre le leadership face à une Belgique assiégée, tout en prenant du recul, laissant la question de la décolonisation entre les mains de confiance de la communauté internationale. Kaplan a clairement indiqué dans son troisième point que ce transfert du pouvoir aux Nations Unies ne signifiait pas un abandon du Congo aux maux menaçants du communisme: «Dès le début, l’action américaine a été conçue pour contenir les impulsions soviétiques», ainsi, «l’affirmation continue des actions des Nations Unies au Congo» n’étaient «certainement pas une capitulation involontaire face aux intrigues communistes».(5)

Nous voyons donc que Kaplan a constamment défendu l’idée selon laquelle l’action américaine au Congo était de nature bienveillante. Premièrement, les États-Unis étaient naturellement enclins à sympathiser avec le Congo en tant qu’ancienne colonie. Deuxièmement, les États-Unis ont favorisé le remplacement des troupes belges par les Nations Unies afin de suspendre l’ingérence belge. Troisièmement, la présence des Nations Unies traduisait également la réticence des États-Unis à abandonner le Congo aux maux du communisme. En aucun cas les meilleurs intérêts du Congo n’étaient hors de l’esprit des décideurs politiques américains.

Si «The United States, Belgium, and the Congo Crisis of 196» de Kaplan représente la perspective orthodoxe, alors «Let us Forget Unpleasant Memories: The US State Department’s Analysis of the Congo Crisis» de David Gibbs représente un rejet complet de ce point de vue orthodoxe.(6) «Let us Forget Unpleasant Memories» a été écrit en réponse à une compilation de documents du Département d’État publiés dans le Volume 14 de la série Foreign Relations.(7) Gibbs critique le volume en raison du manque d’informations sur les «efforts américains pour assassiner Patrice Lumumba».(8) Gibbs répond donc à une version aseptisée des événements au Congo, une version des événements très similaire à celle adoptée par Kaplan à la lumière des rapports du Comité Church qui ont révélé l’implication de la CIA dans le complot visant à assassiner Lumumba. «Let us Forget Unpleasant Memories» va donc directement à l’encontre des arguments avancés par Kaplan.

En ce qui concerne la bienveillance de l’implication américaine au Congo, Gibbs renonce presque immédiatement à cette notion. Le complot d’assassinat contre Lumumba est la principale critique du récit orthodoxe et rose des États-Unis au Congo. Le fait que «de nombreux ‘ennemis congolais’ de Lumumba travaillaient en fait pour la CIA» indique clairement que les États-Unis ont joué un rôle actif dans la chute de Lumumba, déformant sérieusement l’image des États-Unis en tant que bon Samaritain.(9) Ainsi, «il ne fait aucun doute que le Congo a été la cible de l’une des plus grandes opérations secrètes de l’histoire de la CIA» et que «les Américains de la station de la CIA et de l’ambassade sont directement intervenus dans les affaires congolaises».(10) L’image de la bienveillance américaine est encore compliquée par le fait que la «force de maintien de la paix des Nations Unies, prétendument neutre… [a agi] comme un canal d’influence américaine».(11) Certes, les États-Unis étaient soucieux d’arrêter la propagation du communisme. Cependant, à part cela, il est clair qu’en réalité, les actions américaines se sont considérablement écartées du récit orthodoxe adopté par Kaplan. L’article de Gibbs montre clairement que l’argument orthodoxe est un mythe. Non seulement les États-Unis ont été activement impliqués dans l’assassinat du Premier ministre congolais, mais ils ont agi complètement à l’encontre de la priorité orthodoxe consistant à assurer l’indépendance du Congo. L’indépendance du Congo n’était clairement pas une priorité puisque les États-Unis ont utilisé les Nations Unies pour expulser l’influence belge formelle de la région et ont ensuite procédé à un contrôle de leurs actions, remplaçant le colonialisme belge par le colonialisme américain sous couvert de non-implication. La perspective radicalement différente de Gibbs sur les événements peut s’expliquer par la disponibilité des rapports du Comité de l’Église pour fournir un contre-argument à l’argument orthodoxe. Après tout, la principale preuve de Gibbs était les rapports des comités, tandis que Kaplan utilisait les seules preuves dont il disposait à l’époque – en dehors d’écrire au plus fort de la guerre froide, sans le bénéfice du recul.

Les détails de l’implication américaine dans l’assassinat de Patrice Lumumba

Comprendre comment l’assassinat de Patrice Lumumba s’inscrit dans le cadre des interventions étrangères américaines pendant la guerre froide nécessite une compréhension plus approfondie des circonstances logistiques entourant l’assassinat lui-même.

La première question à résoudre est de savoir qui a réellement commis l’assassinat de Patrice Lumumba. Dans les semaines qui ont précédé son assassinat, Lumumba et son cabinet avaient été capturés par Mobutu Seko, chef du gouvernement séparatiste katangais, soutenu par les États-Unis et la Belgique. Cependant, le rôle direct du gouvernement belge dans l’assassinat est extrêmement évident ; car alors que Lumumba et son cabinet se préparaient à leur exécution, « [le commissaire Frans] Versheure [conseiller belge de la police katangaise] a lui-même retiré les menottes.(12) Par ailleurs, «les policiers [qui ont procédé à l’exécution] avaient des fusils Vigneron sten, [tandis que] les [trois militaires belges] avaient des fusils FAL».(13) Ce récit, tiré des recherches de l’auteur belge Ludo de Witte, indique clairement que l’assassinat de Patrice Lumumba n’a pas été perpétré simplement par un quelconque mandataire de l’allié belge de l’Amérique, mais a été commis avec le consentement et la participation expresses du gouvernement belge. Bien que ces preuves n’impliquent toujours pas directement les États-Unis dans le meurtre de Lumumba, elles servent à placer les États-Unis à un seul degré de séparation par rapport à l’assassinat.

Le deuxième point qui nécessite une compréhension plus approfondie est le rôle précis joué par les États-Unis dans l’assassinat de Lumumba. L’enquête du Comité sénatorial Church sur les interventions américaines à l’étranger fournit la preuve la plus accablante du rôle franc de l’Amérique dans l’assassinat de Lumumba : «Il est clair que le directeur du renseignement central, Allen Dulles, a autorisé un complot d’assassinat et que des expressions [fortes] d’hostilité envers Lumumba de la part du président et de son assistant à la sécurité nationale, suivis immédiatement par des mesures de la CIA dans le cadre d’une opération d’assassinat contre Lumumba, font partie d’une séquence d’événements qui, pour le moins, donnent l’impression que Dulles pensait que l’assassinat était un moyen admissible pour se plier aux pressions du président visant à exclure Lumumba de la scène politique».(14) Cette citation concerne une tentative d’assassinat planifiée que le chef de la station de la CIA au Congo a été autorisé à perpétrer. Cependant, le plan n’a jamais été exécuté par la CIA mais par Mobutu Seko. Cela semblerait absoudre les États-Unis de toute implication dans l’assassinat au moyen d’un déni plausible, à l’exception du fait que «le lendemain du coup d’État de Mobutu, l’officier de station [de la CIA] a rapporté qu’il servait de conseiller dans un effort congolais visant à “éliminer Lumumba……».(15) Cette indication claire d’une implication dans le régime Seko lève donc le voile d’un déni plausible. Loin de parler uniquement de l’assassinat de Lumumba, les États-Unis avaient fourni du personnel pour conseiller les assassins potentiels.

Si la nature de l’implication américaine dans l’assassinat de Patrice Lumumba est claire, les motivations de son élimination le restent moins. Si nous devions suivre le raisonnement orthodoxe, nous supposerions que Patrice Lumumba menaçait de s’orienter vers le communisme ou qu’il avait fait des ouvertures à l’Union soviétique qui indiqueraient que le Congo était sur le point de devenir un mandataire soviétique. Mais l’argumentation révisionniste considérerait que Lumumba était motivé par le nationalisme et qu’il suivait simplement la voie qui mènerait à un Congo indépendant des influences coloniales occidentales. Les dernières lignes de la lettre d’adieu de Lumumba à sa femme suggèrent à quel point ses actions étaient motivées uniquement par le nationalisme : «Ne pleure pas pour moi, ma chère épouse. Je sais que mon pays, qui souffre tant, saura défendre son indépendance et sa liberté. Vive le Congo ! Vive l’Afrique!». (16) Nulle part Lumumba ne mentionne un prochain soulèvement ouvrier qui justifierait sa mort, ce à quoi on pourrait s’attendre chez un révolutionnaire communiste pur et dur. Il parle plutôt de la liberté de son pays dans son ensemble. La position des forces de sécurité belges au Congo réfute en outre toute allégation selon laquelle Lumumba aurait des sympathies communistes ou d’une menace soviétique existant au Congo. Une telle position vient du colonel Vanderwalle, qui était chef du Service de renseignement colonial belge pendant la crise du Congo, qui «[a ouvertement rejeté]… même l’existence d’une “menace soviétique” au Congo à l’époque».(17) Cette situation semble donc aller à l’encontre de toute position déclarée en matière de politique étrangère américaine. Lumumba ne représentait pas une menace communiste ou soviétique apparente, alors pourquoi les États-Unis auraient-ils intérêt à intervenir au Congo? Pour comprendre la motivation américaine à intervenir au Congo – ainsi que les tactiques impliquées – nous allons maintenant nous tourner vers le modèle d’intervention américaine en Amérique latine. L’exemple de l’Amérique latine servira à éclairer les méthodologies et les raisonnements qui sous-tendent l’intervention américaine dans le tiers-monde au moment de la crise du Congo.

L’assassinat dans son contexte : l’Amérique latine comme microcosme de la doctrine américaine

Pris sans contexte plus large, le raisonnement derrière l’assassinat américain de Patrice Lumumba est pour le moins trouble. Cependant, lorsque l’on examine l’assassinat de Lumumba à la lumière de l’Amérique latine, le raisonnement derrière l’assassinat semble plus conforme à la politique étrangère américaine au sens large. L’Amérique latine a longtemps été le théâtre de l’intervention américaine à l’étranger. Le développement et l’exécution des interventions américaines en Amérique latine font l’objet du livre de Greg Grandin, Empires Workshop, dans lequel il explore le processus par lequel les États-Unis ont créé leur stratégie d’interaction avec le tiers-monde. Comme nous le verrons également, les techniques développées en Amérique latine pendant la guerre froide ont également été appliquées au Congo pour assassiner Lumumba.

Au moment où Lumumba a été assassiné, les États-Unis avaient déjà un fort précédent d’intervention lorsque les régimes ont commencé à effectuez toute action d’inclinaison vers la gauche. Sous cet angle, nous pouvons voir que le raisonnement derrière l’assassinat de Patrice Lumumba était similaire à celui utilisé pour justifier les interventions antérieures en Amérique latine. Ce fut le cas en 1954, lorsque les États-Unis «[exécutèrent] leur première opération secrète à grande échelle en Amérique latine».(18) Le président guatémaltèque «le seul crime [d’Arbenz] [avait été] d’exproprier… les terres d’une entreprise fruitière et de légaliser le parti communiste», mais cela suffisait à justifier l’intervention américaine.(19) L’action entreprise contre le Guatemala équivalait à l’établissement d’une doctrine de première frappe dans laquelle tout allié communiste potentiel de l’Union soviétique était évincé. De même, Lumumba avait éveillé les soupçons en faisant des ouvertures diplomatiques à l’Union soviétique afin de mieux résister à l’empiétement de l’impérialisme occidental. En fait, moins d’un an après l’assassinat de Lumumba, le président Kennedy a réaffirmé sa politique de «réponse préventive à une éventuelle subversion communiste dans le tiers monde».(20) Comme l’affirme Grandin, les «assassinats extrajudiciaires», du type de ceux dans lesquels Lumumba était piégé, «devenaient un élément standard» de l’intervention américaine dans le tiers monde dans les années 1960.(21)

L’assassinat de Patrice Lumumba faisait donc partie d’une tendance d’action interventionniste américaine qui s’est poursuivie jusque dans les années 1960, tant au Congo qu’en Amérique latine. L’assassinat de Patrice Lumumba n’était donc en rien hors de la norme de l’action américaine dans le tiers-monde. Ainsi, si «tout au long des années 1960, l’Amérique latine et l’Asie du Sud-Est ont fonctionné comme les deux principaux campus» de l’intervention américaine dans le tiers-monde, comme le souligne Grandin, l’assassinat de Patrice Lumumba peut être vu simplement comme une visite sur le terrain qui a prouvé que ces leçons étaient également applicables en Afrique.(22) En outre, il est facilement concevable d’extrapoler que les techniques employées par la CIA en Amérique latine ont été exportées au Congo, où elles ont été utilisées avec le même effet.

Notes

  1. Brandon Wolfe-Hunnicutt, “Vietnamese Decolonization and the Origins of US Involvement 1960”. (Lecture, US Foreign Relations, 1945-1991, University of California Merced, Merced, CA, September 26, 2013).
  2. Kaplan,Lawrence S. “The United States, Belgium, and the Congo Crisis of 1960”, The Review of Politics, Vol. 29, No. 2 (Apr., 1967), 239-256.
  3. Kaplan, “The United States, Belgium, and the Congo Crisis of 1960”, 245.
  4. 4Ibid, 252.
  5. 5Kaplan, “The United States, Belgium, and the Congo Crisis of 1960”, 252.
  6. Gibbs, David N. “Let us Forget Unpleasant Memories: The US State Department’s Analysis of the Congo Crisis”, The Journal of Modern African Studies, 33, 1 (1995), 175-180.
  7. Ibid, 175-176.
  8. Ibid.
  9. Gibbs, “Let us Forget Unpleasant Memories”, 175.
  10. Ibid, 179.
  11. Ibid.
  12. Ludo De Witte “The Final Hours of Patrice Lumumba, Maurice Mpolo, and Joseph Okito”, (1961), in Africaand the West: A documentary History : Volume 2 : From Colonialism to Independence, 1875 to the Present, ed. William Worger, Nancy Clark, and Edward Alpers. (Oxford University Press, USA; 2nd edition, 2010), 141.
  13. Ibid.
  14. United States Senate Select Committee to Study Governmental Operations with Respect to Intelligence Activities. Church Committee Reports. “Interim Report: Alleged Assassination Plots Involving Foreign Leaders”. AARC Public Library. November 20, 1975. 52.
  15. Ibid, 17.
  16. “Patrice Lumumba Writes his last letter to his wife”. 1961, Africa and the West: A documentary History: Volume 2: From Colonialism to Independence, 1875 to the Present. Edited by: William Worger, Nancy Clark, and Edward Alpers. Oxford University Press, USA; 2nd edition, 2010. 141
  17. Bustin, Edouard. “Remembrance of Sins past: Unraveling the Murder of Patrice Lumumba”, Review of African Political Economy, Vol. 29, No. 93/94.6.
  18. 18Grandin, Greg. Empires Workshop: Latin American, the United States, and the Rise of the New Imperialism. New York: Henry Holt and Company LLC, 2006.43-43.
  19. Ibid.
  20. Grandin, Greg. Empires Workshop: Latin American, the United States, and the Rise of the New Imperialism, 95.
  21. Ibid, 96
  22. Ibid, 97.

Ouvrages cités

  1. De Witte,Ludo “The Final Hours of Patrice Lumumba, Maurice Mpolo, and Joseph Okito”, (1961) Translated by Ann Wright and Renée Fenbe. In Africa and the West: A Documentary History. Vol2, From Colonialism to Independence, 1875 to the Present, 2nded. Edited by : William Worger,Nancy Clark, and Edward Alpers, 141-143.New York: Oxford University Press, 2010.
  2. Gibbs, David N. “Let us Forget Unpleasant Memories: The US State Department’s Analysis of the Congo Crisis”, The Journal of Modern African Studies, 33, 1 (1995).
  3. Grandin, Greg. Empires Workshop: Latin American, the United States, and the Rise of the New Imperialism. New York: Henry Holt and Company LLC, 2006.
  4. Kaplan,Lawrence S. “The United States, Belgium, and the Congo Crisis of 1960”, The Review of Politics, Vol. 29, No. 2 (Apr., 1967).
  5. United States Senate Select Committee to Study Governmental Operations with Respect to Intelligence Activities. Church Committee Reports. “Interim Report: Alleged Assassination Plots Involving Foreign Leaders”. AARC Public Library. November 20, 1975.
  6. Wolfe-Hunnicutt, Brandon. “Vietnamese Decolonization and the Origins of US Involvement 1960” (Lecture, US Foreign Relations, 1945-1991, University of California Merced, Merced, CA, September 26, 2013).

Aller plus loin :

Souffrance et désespoir : crise humanitaire au Congo

Témoignage d'Anne C. Edgerton de Refugees International devant le Sous-comité des opérations internationales et...

Génocide et opérations secrètes en Afrique, 1993-1999 | Livre de Wayne Madsen

Wayne Madsen, Genocide and Covert Operations in Africa, 1993-1999, 2002, Lewiston, N.Y. : Edwin...

Témoignage de WAYNE Madsen à la Chambre des représentants des États-Unis le 17 mai 2001 sur la guerre au Congo

Une séance de travail à la Chambre des représentants des Etats-Unis conduit par la...

“America’s Wars on Democracy in Rwanda and the DR Congo”, fiche de lecture

PODUR, Justin, America’s Wars on Democracy in Rwanda and the DR Congo, Palgrave Mac...

Congo, colonialisme, néocolonialisme et guerre continue

Article de Hannes Swoboda, publié par International Institute for Peace, 15 janvier 2021. Le 17...

Qui a déclenché le génocide au Rwanda? | Articles, témoignages et documents

Enntre 1990 et début 1994, tous les spécialistes, diplomates et politiques, y compris l’ONU,...

Dette publique, néocolonialisme financier et alternatives par l’Afrique

Un nouveau type d'appareil institutionnel qui favorise la coopération, plutôt que la concurrence, est nécessaire pour la libération économique de l'Afrique et celle du Tiers-Monde plus généralement.

L’Afrique et la nouvelle guerre froide: le développement de l’Afrique dépend de la propriété régionale de sa sécurité

Article de Hippolyte Fofack. Source: The Brookings Institution.   Les conséquences dévastatrices de la crise de...

Lire aussi :

Pourquoi le yuan chinois ne tuera pas le dollar américain

Seul le gouvernement des États-Unis, avec l'aide de la Réserve fédérale, peut détrôner le dollar. Comment? En gonflant le déficit et la dette à des niveaux incontrôlables et les monétariser.

Les plus lus

Qui a tué Patrice Lumumba et pourquoi? | Chronique de l’assassinat le plus important du XXe siècle

Les circonstances et la vraie raison de l’assassinat de Patrice Lumumba sont restées inconnues...