Guerres d’Agression : Qui sera le prochain sur la liste cible de Londres ?

- Publicité -
Référence : Linda de Hoyos, Who will be next on London’s target list?, Executive Intelligence Review, Volume 24, Number 23, May 30, 1997.

Avec l’arrivée du mercenaire zaïrois Laurent Kabila à Kinshasa, Zaïre, aujourd’hui République démocratique du Congo, dans la nuit du 20 mai, les forces du Conseil privé à la monarchie britannique ont achevé la première phase de leur prise de l’Afrique centrale pour le Commonwealth Britannique. Cette première phase a commencé avec l’invasion du Rwanda en octobre 1990 depuis l’Ouganda, sous la direction du président ougandais Yoweri Museveni. Les préparatifs de l’assaut direct contre le Zaïre se sont achevés avec la prise totale du Rwanda en mai 1994 et le coup d’État de juillet 1996 au Burundi qui a ramené au pouvoir les militaires tutsis de ce pays, sans contraintes démocratiques ou étrangères.

Cependant, des commentaires provenant de médias britanniques bien connus tels que le Times de Londres et le Comité américain sur les réfugiés indiquent que les conflits en Afrique, qui ont déjà causé les niveaux de meurtres de masse les plus intenses de ce siècle, sont loin d’être terminés.

«Démocratie», à la Kabila

Comme on pouvait s’y attendre, compte tenu de son bilan de toute une vie, l’«atterrissage en douceur» orchestré de Kabila à Kinshasa ne s’est pas étendu à la formation d’un nouveau gouvernement de coalition ni à des précisions sur la date à laquelle des élections pourraient avoir lieu. Kabila, agissant sous les conseils de Museveni, s’est appuyé sur sa puissance militaire comme ultime monnaie d’échange. Se déclarant président et annonçant une partie de son cabinet, Kabila a refusé de rencontrer Etienne Tshisekedi, le chef de l’opposition de longue date contre le président déchu Mobutu Sese Seko, et a indiqué que Tshisekedi n’aurait pas sa place dans son gouvernement. Le secrétaire général de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) de Kabila, Deogratias Bugera, a déclaré le 19 mai que les élections n’auraient pas lieu tant que l’Alliance n’aurait pas réorganisé la population. «Nous devons réveiller politiquement la population», a déclaré Bugera. «C’est notre premier devoir». Il déclara qu’il s’agissait de réorganiser la paysannerie en une «collectivité».

Une telle rhétorique et le mépris par Kabila des demandes diplomatiques du gouvernement des États-Unis ont alimenté une ligne venant d’entités telles que le Times de Londres le 20 mai, selon laquelle «si Washington et Londres croient que leurs étoiles africaines montent, ils peuvent se tromper. Pour la première fois depuis un siècle, les dirigeants africains commencent à prendre en main le destin du continent … A force de sa victoire à Kinshasa, Laurent Kabila a rejoint un firmament grandissant de dirigeants africains peu enclins à recevoir des ordres de puissances extérieures».

De telles déclarations sont conçues pour créer un environnement propice au «déni plausible» par Londres des atrocités passées de la combinaison Museveni-Kagame-Kabila-Buyoya, et de celles à venir. Elles volent aussi face à la réalité. De Museveni à Kabila, les «stars» de cette «clique africaine» gauchiste, comme l’appelle le Times, sont renforcées parce que ces seigneurs de la guerre ont démontré leur volonté de livrer leur pays à l’essentiel aux Britanniques. Les sociétés minières, financières et agricoles du Commonwealth considèrent l’Afrique comme le principal terrain de pillage du siècle prochain.

En 1994, l’Executive Intelligence Review (EIR) a documenté que l’Ouganda était économiquement revenu au statut de colonie britannique, avec des “expatriés” britanniques dirigeant les ministères et les autorités d’investissement, tandis que de toute évidence, la population ougandaise avait été laissée mourir d’une maladie endémique, dans un dénuement total. Comme l’a dit un chef de l’opposition ougandaise : «J’ai rencontré trois ambassadeurs britanniques successifs. Ils ne soutiennent pas Museveni ; ils le dirigent; ils lui disent quoi faire à chaque étape du chemin».

- Publicité -

Par l’intermédiaire de Museveni, qui dirige à son tour le ministre rwandais de la Défense Paul Kagame et Kabila, le groupe comprend également Isaias Afwerki d’Érythrée et Meles Zenawi d’Éthiopie, qui ont pris le dessus contre le Soudan et ont également ouvert leurs économies à des pillages sans précédent.

Kabila ne cache pas sa volonté d’exercer la même fonction de mercenaire. La dernière étape de sa marche sur Kinshasa a été financée par une importante injection de liquidités de la firme America Mineral Fields, qui a organisé une conférence de financiers pour rencontrer Kabila à Lubumbashi le 9 mai. Contrairement à son nom et à la localisation de son siège à Hope , Arkansas, America Minerals est une entreprise canadienne — même si l’on peut s’attendre à ce que les États-Unis et la France obtiennent également une «coupe» de la richesse minérale à extraire du Zaïre (voir l’article suivant).

Les jeux géopolitiques continuent

Comme annoncé le 20 mai par le Times de Londres, qui dicte souvent la politique étrangère au Foreign Office britannique, la combinaison de Museveni et al. est maintenant sur le point de prendre le «tout». Le Times écrit : «La chute du Zaïre au profit de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre complète un réseau d’amis et d’alliés s’étendant de l’Angola à l’Érythrée qui sont censés remodeler le continent à leur image, et frotter la carte coloniale de l’Afrique dressée à la conférence des puissances européennes de Bismarck à Berlin en 1884». Autrement dit, cette fois, Londres prend tout.

Cette ligne a été préfigurée le 15 mai par Bob Arnot, membre du Comité américain pour les réfugiés, qui a déclaré sur PBS-TV :  «Il y a eu, en substance, diraient certains, un complot entre Kabila, Kagame et Museveni dans les années 1970, qu’ils voulaient créer les États-Unis d’Afrique. Ils se sont tournés vers Museveni, car il a maintenant l’une des économies à la croissance la plus rapide au monde en Ouganda. … Donc, vous voyez un bloc qui pourrait en sortir et qui pourrait aller du sud de l’Égypte jusqu’à l’Angola. Il pourrait y avoir une nouvelle stabilité, une nouvelle démocratie et un formidable nouvel espoir pour le peuple africain». Arnot a ajouté : «… il nous incombe aux États-Unis de nous assurer que cela se produise».

L’effet domino de la catastrophe se poursuivra. Les cibles immédiates sont :

1. Zaïre-Congo : La réorganisation de la paysannerie en «collectivité» annoncée par le Bugera laisse présager une poursuite des bouleversements pour ce pays, dans lequel 500 000 Zaïrois figurent déjà parmi les déplacés. Arnot, qui a voyagé avec Kabila pendant un mois, a rapporté : «Ce que nous avons découvert village après village, c’est que les forces de l’Alliance étaient entrées, ont tiré sans discernement sur le village – sans discernement en ce sens qu’ils ne se souciaient pas de savoir si c’était un Hutu local ou Shi ou si c’était un réfugié rwandais. Ils ont incendié nombre de ces villages et ont ensuite poursuivi leur marche. Dans le village de Rushoga, «Lorsque les soldats sont entrés dans le village, 30 maisons… ont été incendiées. Sept individus ont été abattus et tués. Le reste des villageois s’enfuit dans les collines environnantes. Parmi eux, 50 sont morts de faim ou de froid. Maintenant, dans le village, il ne reste plus que 15 familles. Une trentaine sont toujours portées disparues». Arnot a prédit : «La guerre civile au Zaïre vient de commencer».

- Publicité -

2. Angola : Le gouvernement angolais du président Jose Dos Santos a annoncé que ses forces armées allaient désormais pénétrer dans des zones autrefois sous le contrôle de l’Unita de Jonas Savimbi, étant donné que Mobutu, le principal partisan de l’Unita, est hors de propos. Les troupes angolaises sont déjà connues pour avoir été l’une des forces soutenant militairement la marche de Kabila vers Kinshasa au cours du mois dernier. Comme le prédit le Times de Londres, «maintenant que M. Mobutu est parti et que M. Kabila est le nouveau président de la République démocratique du Congo… le décor est planté pour une autre confrontation avec ce que M. Museveni et sa clique considèrent comme un groupe rebelle déstabilisateur en Afrique : l’Unita de Jonas Savimbi».

3. Soudan : Roger Winter, directeur exécutif du U.S. Committee of Refugees et relais de la politique britannique à Washington, a déclaré aux audiences du Congrès le 15 mai que les États-Unis «doivent voir un nouveau gouvernement plus modéré au Soudan», c’est-à-dire renverser le gouvernement de Khartoum. «C’est un objectif réalisable que les États-Unis devraient poursuivre activement et sans ambiguïté». Ed Marek de Zaïre Watch, émanant de Reston, en Virginie, a rapporté le 21 mai que «le président ougandais Museveni peut maintenant porter toute son attention sur le Soudan et chercher des moyens d’aider à déstabiliser et finalement renverser le gouvernement du Soudan. … Le colonel John Garang [du SPLA] trouvera très probablement le soutien de M. Kabila également à l’avenir».

4. Kenya : «Dans quelle mesure M. [Daniel arap] Moi est-il à l’aise au Kenya» ces jours-ci? demande le Times de Londres. Des menaces contre le Kenya sont déjà proférées par les forces de sécurité ougandaises, qui ont divulgué au journal The Monitor la désinformation selon laquelle 17 000 soldats combinés des rebelles armés hutu des forces armées zaïroises et des guérilleros du «Mouvement du 9 octobre» se rassemblaient à la frontière kenyane avec l’Ouganda, sur le point d’envahir. Des sources diplomatiques kenyanes ont catégoriquement nié l’histoire, notant qu’en fait la fuite plantée représente une menace contre le Kenya.

5. Afrique centrale francophone : Le ministre rwandais de la Défense, Kagame, a déjà averti la République centrafricaine qu’elle ne devait pas accueillir de réfugiés hutus rwandais, de peur de risquer la déstabilisation. Dans une interview au Nouvel Observateur du 15 au 21 mai, Jean François Bayart, du Centre d’études et de recherches internationales de Paris, a averti que le Congo, le Gabon, la République centrafricaine et le Cameroun sont «en danger de se retrouver très prochainement dans l’œil de l’ouragan … Les pièces qu’elle [la France] considérait comme ses propres dominos s’effondrent les unes après les autres. Tout a commencé avec la chute du Rwanda en 1994, et cela pourrait maintenant s’étendre de l’autre côté du Congo, car la crise s’est déplacée des Grands Lacs vers le Grand Fleuve. L’enjeu qui se joue aujourd’hui, c’est le vaste bassin du Congo, le flux de son étonnante économie informelle, et l’émergence d’un axe politique s’étendant de l’Angola à l’Erythrée sur la mer Rouge».

Ce scénario à plusieurs volets ne peut être réalisé sans une effusion de sang massive, à une échelle jamais vue depuis la Seconde Guerre mondiale. Cela pose la question aux États-Unis : défieront-ils la puissance du Commonwealth britannique, ou fermeront-ils les yeux sur la recolonisation meurtrière de l’Afrique?

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share