Les financiers, en quête de butin, soutiennent le régime criminel de Kabila

- Publicité -

Dans la tradition du soutien de Hjalmar Schacht à Adolf Hitler, les principaux financiers du Commonwealth britannique se sont réunis à Lubumbashi le 9 mai pour ouvrir les caisses pour la prise de contrôle par Kabila du Zaïre riche en minerais.

Richard Freeman, Financiers, seeking loot,prop up Kabila’s Nazi rule, Executive Intelligence Review, Volume 24, Number 23, May 30, 1997.

Le 9 mai, à Lubumbashi, dans l’ouest du Zaïre, Laurent Kabila a rencontré des hauts responsables des financiers oligarchiques du Commonwealth britannique. La rencontre était organisée par Kabila et la compagnie minière canadienne, America Mineral Fields (AMF) ; des représentants d’une douzaine d’institutions financières y ont participé. Dans la tradition du soutien du chef de la Reichsbank allemande, Hjalmar Schacht, à Adolf Hitler, cette réunion a planifié des moyens de renforcer la domination nazie de Kabila sur le Zaïre.

Kabila, qui fait partie d’une alliance dirigée par le Conseil privé britannique qui comprend l’Ougandais Yoweri Museveni et l’homme fort du Rwanda, le ministre de la Défense Paul Kagame – Museveni et Kagame ont fourni la moitié ou plus des troupes et de l’équipement militaire de Kabila – a déjà commis l’une des plus grandes campagnes de meurtres de masse du XXe siècle. Au cours de huit mois, à partir d’octobre 1996, ses forces ont accompli un génocide d’une plus grande intensité qu’Hitler, tuant 1 million de Zaïrois ainsi que des Hutus rwandais cherchant refuge au Zaïre. La famine et la machette étaient des armes de prédilection.

Comme nous le verrons ci-dessous, les financiers et le cartel des matières premières du Commonwealth britannique centré sur la House of Windsor considèrent Kabila comme leur instrument pour dépeupler le Zaïre, ainsi que pour l’ouvrir au pillage. La réunion du 9 mai a été un point de départ pour la prochaine phase des opérations.

Certains membres de la presse contrôlée par Londres ont tenté de présenter la réunion du 9 mai comme un exemple de l’administration américaine du président Bill Clinton approuvant Laurent Kabila.

C’est un mensonge : Executive Intelligence Review s’est entretenu avec un participant à la réunion, ainsi qu’avec un responsable d’America Mineral Fields, pour savoir ce qui s’y passait. Lors du rassemblement, Kabila a parlé pendant une heure, exhortant les représentants des 12 institutions financières à apporter des fonds au Zaïre maintenant, ce qui aurait pour effet de soutenir son gouvernement ; en retour, des goodies et du butin sont distribués.

- Publicité -

Le Zaïre, le troisième plus grand pays d’Afrique, avec une superficie de 893 000 miles carrés (2 312 999 kilomètres carrés) et 40 millions d’habitants, possède la moitié des réserves mondiales prouvées de cobalt, ainsi que d’abondants gisements de cuivre, zinc, étain et diamants et d’importants gisements d’or et d’autres produits tels que la barytine, le bore et le magnésium. Les entreprises de matières premières ont commencé à jalonner ces gisements et à signer des contrats au cours des trois dernières années. L’ancien président Mobutu Sese Seko, tout en faisant quelques concessions, a résisté à la privatisation de la Gécamines, la société holding d’État qui contrôle la majeure partie du patrimoine de matières premières du Zaïre. Kabila s’est engagé à privatiser et à revendre aux étrangers les avoirs de la Gécamines. Les financiers financeront les projets, ainsi que des fonds directement dans “l’économie” de Kabila.

La réunion du 9 mai à Lubumbashi croise des questions plus vastes. La société torontoise Barrick Gold de l’ancien président américain et coordinateur du gouvernement secret en matière de drogue, George Bush, a commencé à aligner des propriétés aurifères dans la province du centre-est du Kivu au Zaïre en 1996. Barrick Gold de Bush a rejoint plusieurs sociétés minières basées au Canada, dont America Mineral Fields (AMF), qui ‘envahi’ le Zaïre, en quête de richesse. Ils le font parce que, alors que le système financier mondial en faillite se dirige vers la désintégration finale, les vieilles familles riches du Commonwealth britannique et son comité organisateur, le Club of the Isles, abandonnent les titres de propriété papier et se précipitent vers des les matières premières, telles que les métaux précieux (par exemple, l’or), les métaux de base (par exemple, le cuivre et le zinc), les métaux stratégiques tels que le cobalt et le vanadium, les approvisionnements énergétiques et les approvisionnements alimentaires de plus en plus rares.

L’Afrique possède d’énormes réserves inexploitées ; le cartel des matières premières, qui contrôle déjà la majorité des matières premières mondiales, veut consolider toutes les matières premières en Afrique qu’il ne contrôle pas déjà.

Deuxièmement, ces mêmes forces pensent que l’État-nation est obsolète et considèrent que la majeure partie de la population africaine de 640 millions d’habitants est inutile et consommable. Ainsi, ils veulent rapidement dépeupler l’Afrique, par le génocide, y compris la famine. Ils croient qu’une certaine population est nécessaire pour exploiter les mines, pour fournir des services limités aux entreprises occupantes, mais pas beaucoup plus que cela.

Au sommet de la stratégie se trouve la plus grande entreprise de matières premières au monde, Anglo American, basée en Afrique du Sud, qui est une entité, par le biais d’actions de propriété croisée, avec DeBeers Diamonds et la société luxembourgeoise Minorco Minerals, toutes détenues et contrôlées par la famille Oppenheimer. La société londonienne Rio Tinto Zinc, deuxième producteur mondial de matières premières, dans laquelle la reine Elizabeth II d’Angleterre aurait un investissement personnel, est une autre force majeure. Barrick Gold de Toronto, au Canada, guidé par les réseaux de renseignement secrets du gouvernement de George Bush, trafiquant de drogue, est un troisième.

Bien qu’il soit allégué que les entreprises américaines sont une force majeure et que le gouvernement américain joue un rôle important dans les affaires stratégiques des matières premières africaines, il s’agit d’un mythe bien construit. Selon un tableau construit avec l’aide d’experts de l’U.S. Geological Survey – qui, depuis que le gouvernement américain a fermé le U.S. Bureau of the Mines en 1995, a pris en charge la supervision des informations minières américaines – il y a 27 grandes sociétés minières, dirigé par Anglo American Corp., qui mène d’importantes opérations minières dans toute l’Afrique. Ces sociétés contrôlent entre 80% et 90% de toute la production de l’activité minière des métaux et minéraux en Afrique (hors énergie). Seules deux de ces entreprises sont américaines. La plupart sont soit britanniques, soit basés quelque part dans le Commonwealth britannique, en particulier les pays à prédominance anglophone qui, au cours des 150 dernières années, ont servi de têtes de pont avancées pour les intérêts de Londres : l’Afrique du Sud, le Canada et l’Australie.

- Publicité -

Le slogan du Commonwealth est donc : “Gain britannique, blâme américain”.

Le Commonwealth britannique est la force économique la plus formidable de cette planète. Il englobe 23 % de la masse terrestre mondiale et 29 % de sa population. Regroupé autour des monarchies anglo-néerlandaises, il opère de haut en bas comme un cartel unique, divisé en divisions subordonnées : un cartel des matières premières, un cartel de l’énergie, un cartel de l’alimentation et un cartel financier. La figure 1 illustre tout ce qui précède, à l’exception du cartel financier. Ces entreprises, par le biais d’actions croisées et de conseils d’administration étroitement imbriqués, constituent une seule et même opération. Opérant par l’intermédiaire des Conseils privés britanniques et alliés dans les pays du Commonwealth, et par l’intermédiaire du British Overseas Development Office (anciennement le Colonial Office), ils façonnent les affaires impériales.

C’est le point de départ du génocide de type hitlérien de la Grande-Bretagne en Afrique ; pour l’arrêter, le pouvoir de ce cartel doit être démantelé.

Nous examinons d’abord la réunion du 9 mai, puis les pouvoirs élargis du cartel et enfin les sociétés minières opérant au Zaïre.

Comment les bases ont été jetées pour le génocide

La réunion du 9 mai à Lubumbashi a marqué un tournant dans la guerre de huit mois au Zaïre. Non seulement il a réuni le type de soutien dont Kabila avait besoin pour mener la dernière semaine de combats nécessaires pour vaincre Kinshasa, la capitale du Zaïre, le 16 mai, mais il a mis au grand jour une relation qui était antérieure à la réunion. En octobre 1996, l’Ougandais Yoweri Museveni a lancé son attaque dans l’est du Zaïre contre les camps de réfugiés hutus rwandais, au nom du projet d’un grand empire tutsi sous contrôle britannique. Parmi les forces de Museveni, l’option Kabila a été mise en place et Kabila a commencé les opérations militaires. Ce fut l’invasion militaire.

Mais pendant trois ans auparavant, le cartel des matières premières avait préparé le terrain pour cette attaque, avec sa propre invasion économique. Opérant par l’intermédiaire d’une série de ce qu’on appelle des sociétés juniors – de petites sociétés minières, généralement avec le soutien et le contrôle cachés d’Anglo American Corp., ou d’autres forces financières oligarchiques – elle a commencé à tracer ses plans et, par le biais de contrats préliminaires, à revendiquer divers gisements dans de riches mines de cobalt, d’étain, de diamants, de zinc, de cuivre, etc. du Zaïre. Cette première invasion a commencé en 1994-95 et a gagné en force en 1996, lorsque des contrats préliminaires ont été signés avec le gouvernement Mobutu. Mais les contrats Mobutu comportaient trop de restrictions limitant le «droit de libre entreprise» du cartel minier au pillage. Malgré toute sa rhétorique marxiste, un Kabila réorganisé, sous l’aile de Museveni, ouvrirait le Zaïre au pillage par des forces extérieures, d’une manière que Mobutu ne permettrait pas. Cela s’est centré autour de la privatisation de la Gécamines (Générale des Carrières et des Mines), qui est la société holding d’État pour une grande partie du patrimoine des richesses en matières premières du Zaïre. Mobutu a résisté aux appels du Fonds monétaire international (FMI), de la Banque mondiale et des financiers pour une privatisation complète de la Gécamines.

La société Barrick Gold de George Bush a mené l’invasion minière du Zaïre en 1996, lorsqu’elle a revendiqué les mines d’or de Kilomoto et Doko, dans la province du Haut-Zaïre. Se joignant à Bush dans cette expédition de pillage se trouvaient les petites entreprises canadiennes qui, étonnamment, avaient souvent un personnel de bureau de seulement 10 personnes et peu de capitalisation propre. Mais, comme America Mineral Fields (AMF) – qui, malgré son nom, est une société canadienne – ils ont revendiqué d’énormes propriétés minières. AMF avait signé un accord pour exploiter les gigantesques mines de cuivre de Kipushi dans la province de Shaba. D’autres de ces juniors canadiennes comprenaient Consolidated Eurocan of Canada (maintenant renommée Tenke Company), Banro International de Vancouver et Panomara International de Vancouver et des îles Caïmans.

Le rôle de l’AMF dans l’organisation de la rencontre à la demande de Kabila a donné lieu à une opération de désinformation, dont il est utile de traiter au départ. Juste après la chute de Kinshasa, les chroniqueurs Ambrose Evans-Pritchard et Chris Ruddy ont écrit des articles sur la réunion du 9 mai dans le Pittsburgh Tribune-Review, respectivement les 17 et 18 mai. Le Pittsburgh Tribune-Review appartient au financier de droite Richard Mellon Scaife. Ruddy écrit régulièrement pour la Tribune-Review, et Evans-Pritchard, qui écrit régulièrement pour le Sunday Telegraph de Hollinger Corp., écrit également des chroniques, généralement non signées, pour la Tribune-Review. Mellon Scaife et la Hollinger Corporation sont des ennemis des États-Unis et ont mené des attaques vicieuses contre le président Clinton (voir p. 62).

La vérité sur America Mineral Fields (AMF)

Ruddy et Evans-Pritchard ont concocté l’histoire selon laquelle ce sont principalement les entreprises américaines qui engloutissent les ressources au Zaïre et en Afrique, et ils insinuent que Clinton soutient les efforts de Kabila pour décrocher de gros contrats avec les entreprises américaines au Zaïre. Pour preuve, ils citent le cas d’America Mineral Fields, qui a parrainé la réunion du 9 mai. Evans-Pritchard souligne qu’America Mineral Fields a son siège social à Hope, dans l’Arkansas, le lieu de naissance de Bill Clinton.

Il est utile de réfuter ce mensonge en détail, car il s’agit d’une diffamation contre le président, et a donc une grande importance stratégique potentielle. Il est donc également utile pour nous aider à comprendre la nature des firmes du Commonwealth envahissant le Zaïre, et ce qui s’est passé lors de la rencontre du 9 mai avec Kabila.

America Mineral Fields est une société canadienne, fondée en 1995 à des fins d’exploration. Ses actions ont d’abord été introduites à la Bourse de Vancouver et sont maintenant négociées à la Bourse de Toronto. Il est dirigé et détenu par Jean-Raymond Boulle, né dans l’ancienne colonie française de Maurice, et par son frère Max, éduqué en Grande-Bretagne. Le partenaire commercial de Jean-Raymond Boulle dans cette affaire, et président de l’AMF, est Mike McMurrough, qui se trouve vivre à Hope, Arkansas (une ville que Clinton a quittée quand il avait sept ans). Ils ont fait de Hope le siège provisoire de l’AMF. McMurrough n’a aucune relation d’affaires avec Clinton. Comme un responsable de l’AMF l’a déclaré à EIR le 18 avril, “l’opération de l’AMF à Hope, dans l’Arkansas, n’est qu’une société écran”.

Un examen honnête du pedigree de Boulle montre que toute sa vie, il a travaillé pour le cartel des matières premières du Commonwealth britannique. Au cours des années 1960, Boulle dirigeait les opérations zaïroises des diamants DeBeers de la famille Oppenheimer. Au cours des années 1970, lui et ses frères ont ouvert une boutique à Dallas, au Texas, pour vendre des diamants et des bijoux. Dans les années 1990, Boulle a développé une propriété de nickel au Canada, appelée le projet Voyseys Bay, en partenariat avec Robert Friedland, un marchand de roues basé à Vancouver. En vendant sa part de la propriété à la société Inco de la famille Bronfman, Boulle siège maintenant au conseil d’administration d’Inco, qui est basée au Canada. En 1996, Boulle a conclu des accords commerciaux au Zaïre avec Anglo American Corp. Grâce à des accords commerciaux, Boulle est lié à Tony Buckingham, qui supervise Executive Outcomes, la force de police mercenaire en Afrique.

L’effectif de Lubumbashi

Passons maintenant à ce qui s’est réellement passé lors de la réunion des 9 et 10 mai à Lubumbashi. Un agent de l’AMF, et une source européenne, ont fourni une liste des sociétés financières participantes (le représentant de la succursale de la société est également répertorié, lorsque cela est possible). La plupart des entreprises sont britanniques – ou canadiennes – centrées.

⊛ Value Investing, représentant à Londres
⊛ Bunting Warburg (Bunting Warburg est une division de Swiss Bank Corporation Warburg), représentant à Toronto.
⊛ Goldman Sachs, représentant Suisse.
⊛ Deutsche Morgan Grenfell, représentant sud-africain.
⊛ C.M. Oliver (un cabinet de Toronto), représentant de Toronto.
⊛ Banque Canadienne Impériale du Canada-Wood Gundy (la CIBC est l’une des cinq grandes banques commerciales du Canada), représentant à Londres.
⊛ Northern Mining (une entreprise ontarienne).
⊛ Nile International (une entreprise de Caroline du Nord).
⊛ Breco International (société britannique).
⊛ National Securities (société d’investissement londonienne).
⊛ Marathon Securities (banque d’investissement canadienne), représentant à Vancouver.
⊛ Yorkton Securities, représentant à Londres.

Ces institutions financières représentent une couche supérieure de l’oligarchie financière. Par exemple, au conseil d’administration de CIBC-Wood Gundy se trouve un échantillon représentatif de la branche canadienne de l’establishment énergétique du Commonwealth britannique : Conrad Black, président de la Hollinger Corp.; Alfred Powis, président de la société minière Noranda de la famille Bronfman; Raymond V. Smith, président de MacMillan Bloedel ; etc.

L’un des administrateurs émérites de CIBC est Harry Oppenheimer, le propriétaire d’Anglo American, le rouage le plus important du cartel des matières premières.

Deux des entreprises présentes, les banques Warburg et Morgan, dans les années 1930, ont parrainé la montée au pouvoir d’Hitler et ont contribué à le maintenir au pouvoir ; jusqu’en 1937, Max Warburg de la société Warburg possédait une partie d’IG Farben, la société qui fournissait le gaz pour les fours à gaz nazis. Maintenant, Morgan et Warburg remplissent la même fonction pour le génocide britannique en Afrique centrale.

Kabila avait demandé à l’AMF de convoquer la réunion. Le porte-parole de l’AMF a déclaré que «le président Kabila voulait discuter d’affaires avec des investisseurs et faire entrer l’argent des investisseurs au Zaïre pour ses projets». Le responsable de l’AMF a ajouté qu’il était «impressionné par Kabila». Après le discours de Kabila, des présentations ont été faites au groupe par le ministre des Finances et le ministre des Mines de Kabila. Le responsable de l’AMF a déclaré: «Ils ont fait du bon travail. Le Zaïre est comme une faillite. Il a de bons atouts et vous voulez vous en emparer».

“Messieurs, la caisse est là-bas”

Dans les années 1930, alors que Hjalmar Schacht organisait des fonds pour l’arrivée au pouvoir d’Hitler, il a dit à un groupe d’hommes d’affaires, dont le représentant de Thyssen, “Messieurs, la caisse est là-bas”, étant entendu qu’ils déposeraient leurs contributions. La réunion du 9 mai à Lubumbashi a délivré un message parallèle : Apportez vos fonds au Zaïre maintenant, soutenant ainsi Kabila, et il y aura des friandises et du butin.

Le 20 mai, un vice-président exécutif d’une banque d’investissement canadienne, qui a assisté à la réunion de Lubumbashi, a confirmé et complété ce que le responsable de l’AMF a rapporté avoir eu lieu lors de la réunion. «Le Zaïre a un potentiel de croissance alimentaire, des réserves de bois et une grande richesse minérale : diamants, cuivre, cobalt et zinc», a-t-il déclaré. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi investir maintenant, plutôt qu’il y a cinq ans, il a expliqué que «vous pouvez faire un retour spectaculaire si vous sautez à pieds joints». Il a rapporté : «C’est la première fois que je rencontre Kabila, et seulement pendant une heure, mais j’ai été impressionné, s’il tient ce qu’il a dit qu’il ferait».

Il a dit que Kabila avait promis la privatisation des exploitations minières du Zaïre. Au cours des années 1980, lorsque le Zaïre produisait à son apogée, il était l’une des cinq plus grandes entités productrices de matières premières au monde. En 1993, le FMI et la Banque mondiale ont organisé une coupure de crédit pour forcer le Zaïre à privatiser ses avoirs en matières premières. En conséquence, entre 1987 et 1993, la production de cobalt a chuté de 82 % et la production de cuivre de 91 %. Bien que certaines concessions aient été faites à la privatisation, fondamentalement, elle a quand même résisté. Les forces de Kabila ont maintenant nivelé cette résistance.

Le banquier canadien a poursuivi : «Kabila et les siens ont fait des déclarations très propices à l’investissement des hommes d’affaires». Bien qu’il ait déclaré que la déréglementation des réglementations minières n’avait pas été spécifiquement discutée, «Kabila a dit ce que les hommes d’affaires veulent entendre».

Le 17 mai, le ministre des Finances de Kabila, Mawapanga Nanaga Mwana, a affirmé à Cable News Network : «Nous devons montrer que nous avons le courage de gérer les institutions monétaires et de réduire l’inflation à zéro en ayant une politique monétaire très stricte».

Kabila obtient des acomptes

Il y a quelques semaines, dans le cadre du paiement pour aider Kabila à accéder au pouvoir, la société basée à Vancouver, Eurocan Ventures International d’Alfred Lundin, qui s’est rebaptisée Tenke Company, et qui a un important investissement de cobalt au Zaïre, a donné à Kabila un paiement de 50 millions de dollars, à titre d’«acompte» sur son projet minier. En avril, Jean Raymond Boulle de l’AMF a fourni à Kabila un avion personnel pour le faire voler autour du Zaïre. Déjà en avril, l’AMF a commencé à désigner le gouvernement de Kabila comme le gouvernement actuel.

A titre d’exemple de ce qu’ils veulent accomplir, AMF a deux projets principaux au Zaïre : les mines de cuivre de Kipushi dans la province de Shaba, et le projet d’extraction de cobalt de Kolwezi, dans lesquels elle prévoit d’investir respectivement 600 et 305 millions de dollars. Les deux mines détiennent ensemble des gisements d’une valeur de plus de 20 milliards de dollars, que l’AMF compte extraire. De nombreuses entreprises qui ont assisté à la réunion du 9 mai envisagent de soutenir les investissements de Boulle au Zaïre. Ces entreprises fourniront jusqu’à 60 à 80 % de l’investissement.

Une grande partie de la richesse minérale de l’Afrique est située dans une ceinture cristalline qui longe le Grand Rift, une faille géologique qui s’étend de la vallée du Jourdain au Moyen-Orient, vers le sud à travers le golfe d’Aqaba, à travers l’Afrique centrale (où le Zaïre est situé ), et jusqu’en Afrique australe.

A qui appartient l’Afrique ?

En contrôlant les matières premières, le cartel contrôle de nombreuses caractéristiques de la vie en Afrique. Le tableau 1, qui a été assemblé avec l’aide de l’US Geological Survey, montre la monopolisation par le cartel des matières premières du Commonwealth britannique de l’exploitation minière africaine et de la richesse foncière du continent : Vingt-sept entreprises dominent entre 80 % et 90 % de toute la production et du raffinage de métaux et de minéraux en Afrique. Cela exclut la production d’énergie.

Remarquez trois caractéristiques de cette liste. Seules deux des 27 sociétés ayant d’importants projets miniers en Afrique, sont américaines : AMAX (anciennement American Metals Climax), et Phelps Dodge. L’engagement de Phelps Dodge découle d’un seul investissement, dans le Black Mountain Mineral Development en Afrique du Sud, qui produit du cuivre, du plomb, du zinc et de l’argent. Contrairement à l’histoire selon laquelle les entreprises américaines engloutissent l’Afrique, la présence américaine est très faible.

Deuxièmement, cinq des entités figurant sur la liste représentent des sociétés minières d’État. Quatre représentent les sociétés minières fédérales des nations du Botswana, du Maroc (un grand producteur de phosphate), du Zaïre et de la Zambie. Une cinquième entité est l’entreprise minière de la province du Kivu, au Zaïre, appelée Sominki. Laurent Kabila facilite la privatisation de la plupart des riches holdings de la Gécamines zaïroise et de la Sominki. Comme le montrent clairement la réunion du 9 mai et d’autres événements, les entreprises du cartel des matières premières s’emparent de ces propriétés. De même, en Zambie, la privatisation commence. Parmi les soumissionnaires pour les propriétés de cuivre de la Zambie figurent Anglo American Corp. et Rio Tinto Zinc. Ainsi, bientôt, seules deux entreprises d’Etat, celles du Botswana et du Maroc, pourraient exister sous leur forme actuelle.

Troisièmement, sur les 20 entités restantes de la liste, 19 ont leur siège social en Grande-Bretagne, au Canada, en Afrique du Sud ou en Australie (l’Union Minière de Belgique, la 20e entreprise, fait partie de ce réseau, tout comme l’entreprise nominalement American company, AMAX). Les entreprises du Commonwealth britannique dominent et produisent la part du lion des ressources de l’Afrique : les 27 entreprises produisent entre 80% et 85% de toute la production de métaux et de minéraux de l’Afrique, et la composante du cartel des matières premières du Commonwealth produit au moins les quatre cinquièmes de ce total. Étant donné que l’Afrique a peu de fabrication ou d’infrastructures, cela place l’existence de la vie ou de la mort de la plupart des nations africaines, y compris les recettes d’exportation de plusieurs nations, entre les mains du cartel.

Le cartel s’apprête à se passer de l’État-nation et à rassembler les parcelles de terre où se trouvent les matières premières. La politique de dépeuplement d’une grande partie de la population du continent, que le cartel considère comme superflue, voire comme interférant avec son projet, se poursuit. Cette politique a été énoncée en 1974 dans le National Security Study Memorandum 200 par le Secrétaire d’État des États-Unis d’alors, Henry Kissinger.

Anglo American Corp., RTZ et Barrick

De nombreuses entreprises qui possèdent les richesses minérales de l’Afrique possèdent également la majeure partie des richesses minérales du monde. Voyons comment le cartel des matières premières du Commonwealth britannique contrôle l’existence humaine – en possédant, et en étant en mesure de presser ou de libérer, le flux de production des matériaux qui entrent dans la plupart des produits finis non carbonés de notre planète. Cette propriété des matières premières n’était pas acquise en tant que telle ; cela a été volé. Trois entreprises reflètent le fonctionnement du cartel des matières premières, son immense pouvoir et sa portée mondiale.

Anglo American Corp., basée en Afrique du Sud, est le plus grand producteur mondial de matières premières. Grâce à la propriété croisée d’actions, Anglo American, DeBeers Consolidated et DeBeers Centenary (les deux sociétés diamantaires qui contrôlent la Central Selling Organization, qui contrôle à son tour 80 % du marché mondial du diamant) et la société métallurgique luxembourgeoise Minorco, constituent un entité unique. Cette entreprise est détenue et dirigée par Harry Oppenheimer, diplômé de l’Université de Cambridge. Le fils d’Oppenheimer, Nicholas, est actif au quotidien dans l’entreprise, mais Harry prend toujours de nombreuses décisions importantes.

Anglo American a été créée en 1917 avec de l’argent de la banque Rothschild et de J.P. Morgan (aujourd’hui, les Rothschild possèdent toujours une partie d’Anglo American). En 1929, les Oppenheimers ont finalement réussi à reprendre DeBeers Diamonds. DeBeers était l’un des bastions de Cecil Rhodes, qui avait la vision d’une race blanche gouvernant le monde, avec des droits de pillage illimités. Cette tradition a été héritée et préservée par la famille Oppenheimer.

Non seulement Anglo American-DeBeers est le plus grand producteur mondial d’or, de platine, de diamants, de palladium, d’antimoine, de tungstène et de vanadium, et parmi les cinq premiers producteurs de nombreux autres minéraux, mais Anglo American possède et exploite plus de 1 300 entreprises rien qu’en Afrique du Sud, et détient des parts importantes dans 70 grandes banques et sociétés à travers le monde, y compris plusieurs «rivaux» de matières premières comme Rio Tinto Zinc. Bien que les Oppenheimers professent publiquement être des critiques de l’apartheid sud-africain et aient financé et contrôlé de nombreux opposants de gauche, ils ont fondamentalement soutenu et largement bénéficié de l’apartheid, qui leur a permis d’exploiter leurs mines comme une plantation d’esclaves.

L’hydre Anglo American – DeBeers – Minorco, qui opère déjà dans sept pays africains – ce qui en fait de loin la plus grande entreprise de matières premières d’Afrique, avec plus d’un quart de la production africaine – s’empare maintenant d’encore plus. Il détient une partie de Banro International, qui rachète Sominki, la principale holding provinciale ou province du Kivu au Zaïre. Le Kivu est la deuxième province la plus riche en minéraux du Zaïre. Après la conquête de Kinshasa par Kabila le 16 mai, DeBeers Diamonds a obtenu une importante concession pour commercialiser certains des diamants du Zaïre (le Zaïre possède les deuxièmes plus grandes réserves de diamants d’Afrique). À la mi-avril, des représentants anglo-américains ont rencontré Kabila. Les parties se sont mutuellement assurées qu’elles pourraient travailler ensemble, oignant ainsi le génocidaire Kabila comme nouveau dirigeant du Zaïre. Il est probable, mais pas encore établi avec certitude, qu’Anglo American ait secrètement répondu à la demande de Kabila de lui donner «de l’argent sérieux» afin de montrer qu’ils étaient désireux de travailler avec lui – de l’argent qui aurait scellé la victoire de Kabila.

Les membres de la famille Oppenheimer font partie du club d’élite 1001 de l’oligarchie, qui opère sous l’égide du Fonds mondial pour la nature (World Wide Fund – WWF) du prince Philip de Grande-Bretagne, au nom de stratégies écologistes anti-industrielles à l’échelle mondiale.

Mais pour apprécier pleinement ce qu’Anglo American contrôle, il faut le voir dans le contexte de Rio Tinto Zinc (RTZ), basé à Londres, le deuxième plus grand producteur de matières premières au monde. RTZ a été créée dans les années 1870 par le négociant en opium chinois Hugh Matheson, qui était directeur de l’entreprise basée à Hongkong, Jardine Matheson. Selon des rapports publiés, Sa Majesté la reine Elizabeth II détient une part importante des actions de RTZ (Les Rothschild, qui sont des investisseurs importants dans Anglo American, ont également une participation importante dans RTZ). L’immense puissance d’Anglo American et de RTZ ensemble est illustrée dans le tableau 2, qui montre leur part combinée de la production de matières premières du monde occidental. Il y a 16 produits de base, dans lesquels Anglo American et RTZ combinés détiennent 10 % ou plus de la production du monde occidental, et parmi ceux-ci, neuf produits de base, dont ils contrôlent 20 % ou plus de la production du monde occidental. Compte tenu du fait que la plupart des producteurs et des nations souveraines ne produisent normalement que des quantités inférieures à 2 % de ces produits, un contrôle de 10 à 20 % ou plus représente une concentration et un pouvoir énormes.

Une troisième force, qui est autant une puissance politique qu’économique, est Barrick Gold, basée à Toronto, au Canada. Sir George Bush dirige cette société, depuis son poste, créé en 1995, de membre senior honoraire du conseil consultatif international de Barrick. Pendant la période où il était vice-président des États-Unis (1981-89), Bush a travaillé au sein du gouvernement américain pour gérer les armes illégales et les opérations de trafic de drogue dirigées par Londres. Adnan Khashoggi, qui a souscrit aux opérations Contra de Bush, a formé la Barrick Petroleum Corp. en 1981. Après l’échec de ses entreprises, le nom de la société a été changé, de sorte qu’elle est finalement devenue Barrick Gold. Peter Munk, qui était un protégé de la maison royale britannique, est finalement devenu président de Barrick. Grâce aux conseils de l’oligarchie et des réseaux Harriman-Bush, Barrick est sorti de nulle part pour devenir le troisième plus grand producteur d’or au monde. En 1996, Barrick s’est mobilisé pour obtenir une concession d’extraction d’or dans les mines de Kilomoto et Doko dans le Haut-Zaïre, la province du nord-est du Zaïre. Cela a été rapporté pour la première fois dans le numéro du 27 novembre 1996 du quotidien français Le Monde.

Le lien Anglo American-RTZ-Barrick n’est qu’un élément, quoique très important, du cartel des matières premières dirigé par House of Windsor. Comme l’a documenté l’article de couverture d’Executive Intelligence Review du 15 septembre 1995 sur ce sujet, le cartel House of Windsor-Commonwealth dans son ensemble, y compris les sociétés ci-dessus, contrôle 59,5 % de la production mondiale d’or, 78 % de la production mondiale de platine, 25 % de la production de cuivre, 55 % de la production de bauxite d’alumine, 64 % de la production de cobalt, 42 % de la production de manganèse et 39 % de la production de chrome.

Toute personne qui doute que le Commonwealth britannique soit la force économique la plus puissante sur Terre est soit endormie, soit idiote.

Le pillage du Zaïre

Selon le Minerals Yearbook, publié par le Bureau of the Mines of the U.S. Department of Interior (Vol. III) en 1988, parmi les pays miniers de matières premières du monde, le Zaïre occupait le rang suivant dans la production des produits suivants :

Cobalt : premier producteur et exportateur mondial ;
Diamants : deuxième plus grand au monde ;
Cuivre : 5e mondial ;
Étain : 12e plus grand au monde ;
Zinc : 20e mondial.

Il produisait également de l’or, du magnésium, de la barytine, du bore et plusieurs autres matières premières. Ainsi, en tant qu’entreprise à part entière, il était l’une des cinq plus grandes au monde, juste après Anglo Amercan et RTZ.

Mais la question était : comment mettre la main sur cette richesse? Tant que le Zaïre fonctionnait comme un État-nation souverain, même sous une forme limitée, ce serait difficile. En 1967, le président zaïrois Mobutu Sese Seko déclara que tous les minerais du sous-sol zaïrois appartenaient au Zaïre et nationalisa les exploitations minières étrangères, c’est-à-dire principalement des entreprises belges. Les propriétés minières ont été placées, en tant que patrimoine national, sous la holding d’État Gécamines.

Quel que soit le degré de corruption, réelle ou imaginaire, de Mobutu, il conclurait des accords sur les concessions minières avec des étrangers, mais il ne les céderait jamais entièrement aux étrangers. Comme indiqué, à partir de 1990, les financiers oligarchiques et les matières premières ont mené une guerre économique et financière contre le Zaïre. Au début des années 1990, les financiers ont forcé la dévaluation de la monnaie du Zaïre, le zaïre, à 1/3 250e de sa valeur précédente. Cela a rendu les exportations du Zaïre presque sans valeur.

Vers 1993, le FMI et la Banque mondiale ont organisé une coupure internationale du crédit du Zaïre. Le Zaïre n’a pas pu obtenir suffisamment d’argent pour importer les machines minières nécessaires ou les pièces de rechange. À la suite de toutes ces actions, l’économie du Zaïre s’est effondrée. On réclamait constamment que le Zaïre «privatise» pour de prétendues raisons «d’efficacité», c’est-à-dire qu’il vende ses matières premières.

Le mouvement en tenaille des forces de Kabila, soutenu et dirigé par Museveni, a attrapé une nation affaiblie. L’invasion économique des sociétés minières, déterminées à obtenir d’importantes concessions de matières premières, avait déjà commencé en 1994-95 et s’était intensifiée en 1996.

Le cartel des matières premières du Commonwealth britannique opérait derrière et par l’intermédiaire des soi-disant juniors canadiens, qui se frayaient un chemin dans le pays. Considérez la grande taille de ce qu’ils attrapent :

La société minière canadienne, America Mineral Fields de Jean-Raymond Boulle, s’est alignée pour acheter pour environ 1 milliard de dollars, le projet Kolwezi et la mine de cuivre et de zinc de Kipushi dans la province du Shaba à la Gécamines. Les réserves connues et probables de la mine Kipushi s’élèvent à 22,6 millions de tonnes, titrant 2,1 % de cuivre et 13,8 % de zinc. L’AMF réalisera plus de 20 milliards de dollars de revenus, réalisant un taux de rendement très élevé.

Tiny Consolidated Eurocan de Vancouver, qui s’est rebaptisée en février Tenke Company, rachète à la société minière d’État Gécamines, une participation de 55% dans les gisements de cuivre-cobalt de Tenke-Fungurume dans la province du Shaba. Eurocan/Tenke paiera 250 millions de dollars sur 72 mois pour sa participation, mais la participation représente potentiellement des dizaines de milliards de dollars de revenus. Les mines de Tenke-Fungurume ont des réserves géologiques de 222 millions de tonnes de cuivre et de cobalt, avec des réserves potentielles de 1 milliard de tonnes, les plus grandes réserves de cobalt en exploitation au monde. Le cobalt est un métal stratégique, crucial dans la formation d’alliages avec l’acier et d’autres métaux, leur conférant une grande résistance et une grande résistance à la chaleur. Environ 40 % du cobalt est utilisé dans les moteurs à turbine à gaz des avions et 10 % dans les alliages magnétiques. Consolidated Eurocan/Tenke est détenue et dirigée par le concessionnaire suédois Adolf Lundin, qui opère à partir de Vancouver.

Banro Corp. d’Ontario a acheté 72 % de Sominki, une société formée en 1976 suite à la fusion de neuf sociétés qui opéraient dans la province du Kivu depuis le début des années 1900. Elle exploite 47 concessions minières, couvrant une superficie de 10 271 kilomètres carrés. Sominki possède également la plupart des infrastructures de la province. Selon un communiqué de presse de Banro, «Sominki possède une vaste infrastructure qui comprend des ateliers de réparation, des ateliers d’usinage, des ateliers électriques et une grande flotte de véhicules Land Rover. De plus, elle exploite six sites hydroélectriques, plusieurs pistes d’atterrissage et 1 000 kilomètres de routes. Sominki est pratiquement autosuffisant. L’entreprise compte environ 5 000 employés». Le communiqué ajoutait : «En fait, Sominki est le gouvernement de facto fournissant tous les services essentiels pour la province du Kivu». Banro renomme Sominki en Sakima S.A.R.L. Par l’intermédiaire de sociétés intermédiaires, Anglo American avait obtenu une participation significative dans Banro, c’est donc l’éminence grise derrière ce projet.

Panorama International, basé à Vancouver et aux îles Caïmans, a obtenu d’importants avoirs en cobalt dans la province de Shaba.

Le bilan des morts

Le pillage du Zaïre bat son plein. Kabila, “l’ancien” marxiste, avec un penchant pour le génocide, et le cartel des matières premières, ont fait bon ménage. Il y a deux conséquences à cette évolution. Premièrement, inévitablement, à mesure que le pillage systémique par le cartel s’intensifie, il abaissera encore plus le niveau de subsistance de la population zaïroise. Ce ralentissement augmentera le taux de mortalité. Cela revient en fait à installer des fours à gaz au Zaïre et à y enfermer les victimes. Deuxièmement, cela s’accompagnera d’un nouvel anéantissement de l’État-nation zaïrois. Selon le concept féodal des sociétés du cartel, elles n’ont pas besoin de la plupart de la population, ni de la souveraineté nationale. Ils veulent simplement ce qu’il y a dans le sol.

À moins que cela ne soit arrêté, en démantelant le cartel des matières premières du Commonwealth britannique, le sort de l’Afrique et de toutes les nations est en train de s’écrire au Zaïre.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share