Le Kivu dans la Guerre des Grands : Du Génocide au Rwanda à ces jours

- Publicité -

1996-1997- Première guerre du Congo. A la suite de l’exode de deux millions de Hutus rwandais vers des camps de réfugiés congolais, le pouvoir tutsi rwandais accuse des membres des milices Interahamwe hutues ayant participé au génocide de se servir de ces camps comme bases arrière pour reconquérir Kigali. Le conflit qui en résulte implique le Rwanda et le Burundi contre le Zaïre moribond du maréchal Mobutu Sese Seko. Il fait plus de deux cent mille morts parmi les civils. Le 20 mai 1997, les troupes de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre (AFDL) mettent fin à trente-deux ans de dictature. Laurent-Désiré Kabila s’autoproclame président de la République démocratique du Congo (RDC).

1998-2003 — Seconde guerre du Congo. Le 2 août 1998, les militaires banyamulenge (Congolais tutsis d’origine rwandaise) lancent un mouvement de rébellion dans la province du Kivu. En juillet 1999, un accord de cessez-le-feu est signé par les six pays belligérants (République démocratique du Congo, Namibie, Angola, Zimbabwe, Rwanda et Ouganda), dont le respect est surveillé, l’année suivante, par cinq mille cinq cents casques bleus. Le 16 janvier 2001, Laurent-Désiré Kabila, assassiné, est remplacé par son fils Joseph. Les accords de paix entre la RDC, le Rwanda et l’Angola sont finalement signés au cours de l’été 2002. La plus grande guerre interétatique de l’Afrique contemporaine aura vu neuf pays (les six précités, plus le Burundi, le Tchad et le Soudan) s’affronter sur le sol congolais. L’estimation du nombre des victimes varie entre deux cent mille et cinq millions quatre cent mille morts.

30 juin 2003. Mise en place d’un gouvernement de transition dit d’«union nationale» composé du président Kabila et de quatre vice-présidents issus des différentes tendances politiques du pays.

- Publicité -

29 octobre 2006. Première élection présidentielle démocratique en RDC, organisée par la Mission des Nations unies en République démocratique du Congo (Monuc). M. Kabila est déclaré président de la République le 27 novembre.

1994. Génocide des Tutsis du Rwanda; formation du camp de réfugiés de Goma au Zaïre.

Mai 1997. Les Tutsis du Kivu (Banyamulenge), soutenus par le Burundi, l’Ouganda et le Rwanda, participent à la chute du président zaïrois Mobutu Sese Seko. Laurent-Désiré Kabila prend sa place. Le Zaïre devient République démocratique du Congo (RDC). Fin de la «première guerre du Congo».

- Publicité -

Août 1998. Avec l’aide du Rwanda, les Banyamulenge de Goma forment une coalition politico-militaire, le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD). Début de la «seconde guerre du Congo».

Juillet 1999. Cessez-le feu de Lusaka.

30 novembre 1999. Création de la Mission de l’Organisation des Nations unies en RDC (Monuc).

- Publicité -

Janvier 2001. Assassinat de Laurent-Désiré Kabila. M. Joseph Kabila, son fils, lui succède.

30 juillet 2002. Accord de Pretoria entre la RDC (désarmement des rebelles hutus rwandais) et le Rwanda (retrait des troupes de la RDC).

31 décembre 2002. Accord de Gbadolite. Fin de la «seconde guerre du Congo».

2004. A Bukavu (Sud-Kivu), affrontements entre les Forces armées de RDC (FARDC) et deux groupes banyamulenge. A Kanybayonga (Nord-Kivu), combats entre le RCD et les FARDC.

30 août 2007. Affrontements au Nord-Kivu entre les FARDC et le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de M. Laurent Nkunda, ancien du RCD.

2008. Conférence de paix à Goma.

Mars 2012. Affrontements entre les FARDC et les rebelles Maï-Maï de l’Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS) dans le Nord-Kivu.

Mai 2012. Création du Mouvement du 23 mars (M23), qui prend Goma en novembre.

18 mars 2013. Reddition de M. Bosco Ntaganda, chef du M23.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share