Patrice Lumumba et le combat pour un Congo libre

- Publicité -

Fondateur, en 1958, du Mouvement national congolais (MNC), d’inspiration socialiste et panafricaniste, Patrice Lumumba (1925-1961) devient premier ministre du Congo le 23 juin 1960. Partisan d’une indépendance sans concession, accusé faussement de communisme, il représente rapidement un obstacle pour les Occidentaux et les intérêts miniers. Écarté du gouvernement au bout de trois mois par une destitution par le président Joseph Kasa-Vubu, destitution décidée en sous-main par les États-Unis, la Belgique et l’Organisation des Nations unies (ONU), il est arrêté et est assassiné le 17 janvier 1961 par les sécessionnistes (parrainés par les belges) et autres mercenaires sous-traités par des gouvernements occidentaux.

L’Afrique brise les chaines

À la fin des années 1950, l’Afrique a commencé à être qualifiée dans la presse mondiale de «continent en furie». Au début du siècle, elle était divisée entre sept puissances européennes – l’Espagne, l’Italie, la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, le Portugal et la Belgique. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la puissance de l’Europe a été minée et l’Union soviétique, non sans raison, a présenté ses prétentions au leadership mondial. La lutte pour l’indépendance des peuples du monde a pris des proportions sans précédent. Rien qu’en 1960, 17 pays sont devenus indépendants.

La Belgique contrôlait l’État indépendant du Congo et le Ruanda-Urundi, respectivement la République démocratique du Congo moderne, le Rwanda et le Burundi. La Belgique n’a reçu le Rwanda-Urundi sous son contrôle qu’en 1922 en tant que territoire sous mandat de la Société des Nations. Avant cela, les royaumes du Rwanda et du Burundi étaient des colonies de l’Allemagne, mais elle a perdu pendant la Première Guerre mondiale et a perdu ses territoires d’outre-mer. Le Congo, en revanche, était considéré comme la possession personnelle du roi belge Léopold II depuis 1885. La colonie a été extrêmement cruellement exploitée – en 1915, sa population avait diminué de moitié par rapport à 1885 : de 30 à 15 millions d’habitants. L’État du Congo, situé au cœur de l’Afrique, a été tout simplement cambriolé les armes à la main. Les habitants ont été exposés à des plans d’approvisionnement en caoutchouc, en ivoire et en nourriture. Pour conditions non remplies et refus de travailler, les indigènes ont été mutilés et tués.

- Publicité -

Бельгийское Конго - Каменный лес Stone ForestFigure 1. Soldats belges et locaux collaborateurs.

Le problème du Congo a été crié haut et fort par les meilleurs esprits de notre temps. Ainsi, Conan Doyle a publié le livre “Crime au Congo”, et Mark Twain a composé le pamphlet satirique “Le monologue du roi Léopold pour la défense de sa domination”. Mais cela n’a pas empêché, comme l’a noté le journaliste français Edmond Din Morel, de continuer à transporter au Congo en échange d’ivoire uniquement des soldats, des officiers et des fusils à cartouches.

Né au “cœur des ténèbres”

Patrice Emery Lumumba, de son premier nom Elias Okit’Asombo, est né le 2 juillet 1925 à Onalowa, dans la région de Katako Kombe, au nord du Kasaï. Son père était l’un de ces paysans pauvres astreints par les colonisateurs à la monoculture du coton. Après un début de scolarité conflictuel (notamment à cause de sa réticence envers la religion), il obtient son certificat chez les frères maristes de Stanleyville. Il poursuit ses études à l’école postale de Léopoldville et réussit brillamment le concours, devenant commis de 3e classe. Par ricochet, il acquiert le statut d’«évolué». Trois ans plus tard, il sera «immatriculé» — nouvelle trouvaille de l’administration coloniale, codifiant l’ascension sociale des «indigènes» et accordée à 237 Congolais parmi 13 millions !

- Publicité -

Patrice s’est démarqué parmi ses pairs avec un esprit et un savoir subtils. Un jeune homme prometteur en 1955 a même été présenté au roi Baudouin de Belgique, qui a ensuite examiné ses possessions africaines. La carrière réussie de Lumumba a été entravée par une arrestation – il a été accusé d’avoir volé des mandats postaux d’une valeur d’environ 2 500 dollars. Les partisans de l’homme politique qualifient toujours les allégations de fraude financière de non prouvées. Néanmoins, Patrice a été emprisonné. Pendant six mois en prison, il a été saturé d’idées radicales et s’est rapidement séparé des opinions modérées de la jeunesse. Maintenant, c’était un partisan de principe de l’indépendance du Congo. Sa prise de conscience de la force du nationalisme africain naît de sa participation, en décembre 1958, à la conférence des Etats africains indépendants d’Accra. Il s’y imprègne du discours radical de leaders tels Kwame Nkrumah et Sekou Touré qu’il rencontrera d’autres fois.

Carrière politique

Avant même la prison, Lumumba s’est illustré dans la vie politique. Il écrit des articles pour la presse locale, dirige un semblant de syndicat des postiers et rejoint le Parti libéral belge. En 1958, il crée déjà son propre parti – le Mouvement national du Congo (MNC). Fin 1959, Lumumba est de nouveau arrêté. Maintenant, les autorités coloniales ont fait cela pour éliminer un concurrent dangereux. Mais le peuple s’est indigné d’un arbitraire aussi flagrant et l’homme politique a dû être relaxé. Au début de 1960, une conférence a eu lieu à Bruxelles, à la suite de laquelle l’indépendance du Congo a été reconnue. Lumumba était également présent en tant que chef du MNC. Déjà en mai, les premières élections ont eu lieu dans le pays, et son parti a remporté un tiers des sièges au parlement, et il est lui-même devenu le premier Premier ministre de l’histoire du pays. Joseph Kasavubu, chef de la deuxième grande force politique, l’Alliance du peuple Bakongo (ABAKO), a été nommé président.

Les Belges ne prévoyaient pas de se séparer des colonies si rapidement, leurs plans prévoyaient un retrait progressif avec l’octroi d’une pleine souveraineté au milieu des années 1980. Le 30 juin 1960, une cérémonie solennelle a eu lieu en l’honneur de l’indépendance du pays. Le roi belge est également venu vers elle, qui a montré que tout autour se passait selon sa bonne volonté. En fait, la Belgique s’attendait à voir un gouvernement fantoche et un État officiel. Le président modéré Kasavubu a parlé de la modernisation du pays, de la société multiraciale et du désir de continuer à faire des affaires avec l’ancienne mère patrie. Patrice, en violation du protocole, enchaîne avec un discours colérique et prononce sa fameuse phrase «Nous ne sommes plus vos singes».

- Publicité -

Lumumba à la tête du pays n’a pas hésité à réformer. Il a promu les noirs dans les rangs de l’armée, et a commencé à exiger des Belges le retrait de leur armée. Le pays visait l’élimination définitive du colonialisme, il était interdit de retirer des fonds à l’étranger et la direction des entreprises belges qui étaient assises sur les richesses naturelles a annoncé leur prochaine nationalisation. Une vague de violence a balayé le pays – les habitants se sont vengés des Blancs pendant des décennies de souffrance coloniale. Les pays occidentaux ont rapidement déclaré Lumumba un ardent communiste et ennemi. Ils avaient peur que les Belges partent vraiment et que l’URSS ait son propre avant-poste au centre même de l’Afrique. Dans la C.I.A, Patrice était appelé le deuxième Fidel Castro, alors président des États Eisenhower n’a pas hésité à appeler ouvertement à l’élimination de la gauche radicale du Congo.

Congo vs Belgique

Les Belges ne voulaient donner de riches terres à personne, pas même à leurs indigènes. Les Européens, avec leurs siècles d’expérience dans l’administration publique, ont rapidement trouvé un moyen de faire face à l’arriviste incontrôlable. Ils ont profité de la maxime universelle, connue depuis l’époque du Sénat romain – “Diviser pour régner”. Dans le jeune Congo agité, un homme a été rapidement trouvé – Moise Tshombe.

Лумумба и Касавубу - Каменный лес Stone Forest

Figure 2. Lumumba et Kasavubu.

Tshombe dirigeait la province du Katanga dans le sud du pays, dans laquelle se concentrent presque tous les minerais extraits à cette époque – diamants, cuivre, cobalt, uranium. Préparé par les belges avant même que ne l’indépendance ne soit proclamée, Moise Tshombe a annoncé que sa région faisait sécession du Congo et a demandé à la Belgique de l’aider avec de l’argent et des armes. Les États-Unis ont également adhéré à cette démarche. C’est pourquoi le scénario de création d’un État indépendant a été lancé, qui n’a duré que 2 ans. C’est d’ailleurs au Katanga que les Américains ont reçu de l’uranium pour les bombes larguées en 1945 sur les villes japonaises.

Léopoldville s’est rapidement retrouvée sans principale source de revenus et le président Kasavubu s’est opposé à Lumumba. Le premier ministre n’a pas baissé les bras. Il rompt les relations avec la Belgique et demande l’aide de l’ONU. Cependant, les Nations Unies ont décidé de soutenir Tshombe et les Belges. Les séparatistes n’ont pas caché leurs intentions – ils ont promis d’arrêter la rébellion lorsque Lumumba a été chassé du pouvoir. La Belgique a utilisé les troubles au Congo comme excuse pour envoyer des troupes – elle l’a expliqué par la nécessité de protéger ses citoyens. Le 9 août 1960, les autorités ont déclaré l’état d’urgence au Congo, mais cela n’a pas aidé à arrêter l’effondrement du jeune État. Début septembre, Lumumba et Kasavubu se sont mutuellement démis de leurs fonctions. À cette époque, les troupes de l’ONU contrôlaient déjà la station de radio centrale et les aérodromes du pays.

Meurtre de Lumumba

Puis en septembre, Lumumba est de nouveau arrêté, mais il est repris par un partisan d’Antoine Gizenga. Bientôt, Patrice fut à nouveau capturé par les ennemis et, en janvier 1961, il fut amené au Katanga. Après cela, les médias occidentaux ont écrit que Lumumba était tombé entre les mains des séparatistes et avait été abattu sans procès. Pendant très longtemps, les circonstances de la mort d’un homme politique ont été cachées au grand public. Cette sale page de l’ère de la fin du colonialisme a été mise au jour par le fils de Patrice Lumumba, François Lumumba. Il s’est tourné vers la Belgique avec une enquête sur la mort de son père, et ce n’est qu’au début du 21e siècle qu’une commission spéciale a été créée au parlement belge pour enquêter sur cette question.

Il s’est avéré que des associés de Mobutu Sese Seko, agent de la C.I.A et du renseignement belge et qui a ensuite établi sa dictature dans le pays pendant plus de 30 ans, ont participé à la prise de Lumumba. Le captif Lumumba a reçu la visite de Tshombe lui-même et d’hommes politiques belges. Après des insultes et des brimades, Patrice a été abattu et enterré. Le lendemain, le cadavre a été déterré, démembré, dissous dans de l’acide chlorhydrique, et tout ce qui restait a été brûlé. Ils ont décidé de rejeter la responsabilité de toutes ces atrocités sur les habitants d’un village voisin.

En 2000, le documentaire “Murder in Colonial Style” est sorti, dont l’auteur s’est entretenu avec de nombreux anciens officiers de la C.I.A et du renseignement belge. Là, pour la première fois, certains d’entre eux ont été ouvertement informés de la façon dont le premier Premier ministre du Congo et ses associés ont été tués et des parties du corps ont été prélevées. Il s’est avéré que ceux qui s’occupaient de Lumumba lui ont arraché une dent. C’est le seul spécimen biologique survivant de lui. Un officier belge a montré la dent à la caméra dans ce même film – après l’exécution, il l’a prise pour lui-même. A cette occasion, un procès a eu lieu en Belgique. Selon sa décision, la dent a été saisie et devrait être remise aux descendants de Lumumba.

Le 30 juin 2020, le Congo a célébré le 60e anniversaire de la libération de la domination belge. L’actuel roi des Belges, Philippe, a refusé de se rendre à Kinshasa pour la cérémonie officielle car la visite était jugée inopportune “dans les circonstances actuelles”. Cependant, pour la première fois, il a officiellement exprimé ses regrets pour la violence et la cruauté que les colonies ont dû endurer de la part des Belges. Auparavant, le Premier ministre belge Guy Verhofstadt avait déjà officiellement présenté ses excuses pour le meurtre de Lumumba. Certes, il a été formulé aussi ingénieusement que possible. Les Belges reconnaissent alors leur « responsabilité morale », puisque ce sont leurs militaires qui entraînent les séparatistes du Katanga.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share