Qu’est-ce que le néopatrimonialisme? (Glossaire des idées)

- Publicité -

Le néopatrimonialisme s’apparente à un système hybride qui fusionne le patrimonialisme traditionnel aux institutions légales et rationnelles empruntées à la conception de l’état moderne. Nombre de scientifiques considèrent le néopatrimonialisme comme le système politique qui a défini le mieux les régimes politiques africains des années 1960 aux années 1980. La notion de néo patrimonialisme repose sur trois fondements de bases, à savoir: Extrême personnification du pouvoir, Un système fort de clientélisme et de patronage et la Mauvaise utilisation et répartition des ressources de l’état.


Le néopatrimonialisme est un cadre théorique pour comprendre la pratique du politique en Afrique depuis l’ère coloniale. Alors que le «patrimonialisme» fait référence à une forme traditionnelle de gouvernement décrite par l’influent sociologue allemand Max Weber, le terme «néopatrimonialisme» vise à signifier que, suite à l’imposition de l’État colonial, les systèmes politiques africains ne peuvent plus être traités comme purement traditionnels. La raison en est que les modes patrimoniaux de conduite de la politique se sont greffés sur les pièges de l’État moderne, y compris les partis politiques, les législatures et les systèmes judiciaires. Dans le processus, les structures institutionnelles tant patrimoniales que formelles ont été transformées. D’une part, les institutions telles que les législatures n’ont pas fonctionné comme prévu parce qu’elles se conformaient à une logique patrimoniale plutôt qu’à une logique rationnelle-juridique.

Ainsi, le néopatrimonialisme est une combinaison de deux formes de règles wébériennes. Il s’agit d’une fusion syncrétique de «autorité juridique rationnelle» et «règle patrimoniale» (Pitcher et al., 2009, p.130; Erdmann et Engel, 2007, p.99 ; Matter, 2010, p.69 ; Bach, 2011 , p.277, Chabal et Daloz, 1999, p.145). Il s’agit essentiellement de pratiques patrimoniales qui se déroulent dans le contexte d’un État «moderne» (Hyden, 2000, p.19). Ces pratiques patrimoniales impliquent des caractéristiques telles que le mécénat, le clientélisme, la recherche de rente et la corruption (Médard, 2002, p.379 ; Dawson et Kelsall, 2011, p.4; Szeftel, 2007, p.427 ; Pitcher et al., 2009, p. .129). Inversement, l’État rationnel-légal ou État «moderne» est largement défini par des institutions démocratiques impersonnelles formelles où il existe une séparation claire entre les secteurs public et privé, souvent illustrée dans la littérature comme un État occidental (Beresford, 2014, p. 1; Pitcher et al., 2009, p. 130). Sous le néopatrimonialisme, ces deux formes de gouvernement sont combinées.

Origine du concept

- Publicité -

Le néopatrimonialisme découle de la structure politique, économique et sociale conçue par la domination coloniale et a défini la politique africaine depuis l’indépendance (Lindberg, 2010, p.123 ; Hyden, 2000, p.18 ; Beresford, 2014, p.2 ; Erdmann et Engel, 2007, p.106). Bayart a décrit cette forme de gouvernement comme la «politique du ventre» selon laquelle il y a une lutte «à vie ou à mort» (à tous les niveaux de la société) pour accéder aux ressources de l’État appelées «gâteau national» qui est finalement contrôlé par «grands hommes» (2009, pp.235-238). Elle prend des formes différentes selon les États, certains étant caractérisés par des niveaux de patrimonialisme plus élevés que d’autres (Pitcher et al., 2009, pp.126-134).

Le néopatrimonialisme en tant que concept peut être appliqué à un certain nombre de types de régimes différents, qu’il s’agisse de démocraties multipartites, de systèmes à parti unique, de dictatures personnelles, d’oligarchies «plébiscitaires» ou militaires (Ikpe, 2009, p.682 ; Bratton et Van de Walle, 1994, p.472). Ce n’est pas nécessairement une pratique destructrice et sa mise en œuvre et son impact ont des résultats variés, dans certains cas, il est évident que le néopatrimonialisme peut déterminer une «forte performance économique» (Cammack et Kelsall, 2011, p.88).

Débat sur le concept

Le néopatrimonialisme en tant que concept a également été contesté au motif qu’il s’agit d’un «concept fourre-tout» (Kelsall, 2011, p.77; Erdmann et Engel, 2007, p.104; Wai, 2012, p.31), pourtant une telle accusation implique que le néopatrimonialisme est invalidé par sa flexibilité à analyser différentes structures politiques, économiques et sociales dans différents contextes, ce que je considère comme une force. Bien qu’à bien des égards, on puisse dire qu’il est devenu un «concept omniprésent» (Wai, 2012, p.28), il s’est également développé en clarté comme davantage un  concept maître» qui peut être appliqué à différents domaines politiques et socio-économiques. situations (Bratton et Van de Walle, 1994, p.472). Dans cette optique, les pratiques néopatrimoniales continues peuvent devenir exposées comme changeantes (présentant des caractéristiques changeantes) dans la manière dont elles déterminent le fonctionnement des différents États africains (Pitcher et al., 2009, p.126). Le néopatrimonialisme n’est pas la manière «immuable» dont «l’Afrique fonctionne» mais une manière «changeante» dont «l’Afrique fonctionne», bien que des éléments de continuité subsistent.

Immuabilité et adaptation

- Publicité -

Le néopatrimonialisme en Afrique se caractérise notamment par l’hétérogénéité dans la définition des perspectives politiques et économiques des différents États de différentes manières à différents moments (Beresford, 2014, pp.3-5). C’est une façon changeante ou immuable de déterminer comment «l’Afrique fonctionne» est soumise au contexte historique et contemporain, même au sein d’un État (Berman, 1998, p.333). Par exemple, entre 1965 et 1979, le Malawi a eu une gestion centralisée des loyers et une gestion «à long terme», ce qui lui a permis de se développer bien au-dessus de la moyenne subsaharienne. Pourtant, entre 1980 et 1994, la gestion des loyers est devenue à court terme en raison des plans d’ajustement structurel et a conduit au déclin économique (Cammack et Kelsall, 2011, p.89). Entre 1994 et 2004, cette tendance s’est encore aggravée sous la direction du président Bakili Muluzi avec une gestion décentralisée et à court terme des loyers entraînant un grave épuisement de l’économie. Sous le président Bingu wa Mutharika entre 2004 et 2009, cependant, cela a été modifié pour revenir à une gestion centralisée des loyers «à long terme» (Cammack et Kelsall, 2011, p.89).

Cela démontre que l’Afrique ne «fonctionne pas toujours» dans un système néopatrimonial et que de tels systèmes sont en constante évolution, devenant parfois plus développementaux et parfois anti-développementaux, largement déterminés par des comportements de recherche de rente variables. Cela montre aussi que le néopatrimonialisme est immuable dans sa présence, mais changeant dans son impact, selon le leader et le contexte. Il convient donc de souligner que le néopatrimonialisme ne fait pas partie d’une progression unilinéaire du patrimonialisme à la gouvernance démocratique à l’occidentale ou à l’économie de marché libre, ce n’est pas non plus un trait culturel ou une caractéristique primordiale et «arriérée» de l’État africain (Pitcher et al., 2009, p.128; Wai, 2012, p.33; Chabal et Daloz, 1999, p.152-153). Ce serait une perspective ouvertement eurocentrique qui repose sur un certain nombre d’hypothèses qui ne sont valables que par rapport aux modèles historiques européens et non aux modèles historiques africains qui se sont avérés être en contraste profond avec les expériences de l’Occident (Berman, 1998, p. 306; Wai, 2012, p.29).

Pour aller plus loin :

“Neopatrimonialism in Contemporary African Politics”. E-International Relations. Ana Huertas Francisco. Jan 24 2010.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share