La sagesse conventionnelle et le génocide au Rwanda : une opinion

Source : Tony Waters (1997), Conventional Wisdom and Rwanda’s Genocide: An Opinion, African Studies Quarterly, Volume 1, Issue 3.


[Introduction]

Certaines réflexions sur le génocide rwandais de 1994 sont communément admises. Pour la plupart, ces idées ont été utilisées pour expliquer les causes du génocide et, implicitement, proposer des solutions aux problèmes persistants du Rwanda. Le statut de ces idées dans les médias et dans les cercles politiques est cependant problématique. Malgré le caractère provisoire des propositions lorsqu’elles ont été formulées pour la première fois il y a seulement deux ou trois ans, elles en sont venues à représenter ce que l’on peut appeler la «sagesse conventionnelle» sur le Rwanda. Les hypothèses qui sous-tendent de telles idées sont rarement remises en question.

La génération d’une telle «sagesse conventionnelle» n’est pas inhabituelle ; chaque situation sociale nécessite une explication qui devient partie intégrante des connaissances communes. La mesure ultime de ces connaissances communes est leur utilité pour prédire les actions probables des participants aux situations décrites. Dans le cas du Rwanda, cependant, ces connaissances communes n’ont pas toujours été un bon guide pour de telles prédictions. Il est rare que des mesures politiques particulières aient abouti aux résultats souhaités. En particulier, la politique humanitaire lancée par l’Occident, axée sur les institutions politiques démocratiques, le respect des droits de l’homme, les principes du rapatriement volontaire des réfugiés et l’ouverture des marchés, a été contrecarrée à plusieurs reprises.

Je pense en grande partie qu’une telle interprétation erronée de la situation des réfugiés rwandais est due à la nature même de la manière dont les informations sont recueillies dans les situations d’urgence. Nécessairement, les secouristes présents aux frontières du Rwanda en 1994 ont rapidement développé une connaissance commune de la crise, des acteurs impliqués et des solutions à la situation. Ces connaissances ont aidé à rationaliser leurs propres interventions et à orienter leurs efforts. Les perceptions fondées sur l’expérience acquises à l’époque des quatre mois de génocide ont ainsi fourni la base d’opinions distinctes sur les problèmes du Rwanda.(1)

De telles connaissances fondées sur l’expérience ne sont pas intrinsèquement inexactes ou mauvaises. Le problème est que ces connaissances, lorsqu’elles ne sont pas analysées, présentent une image fragmentée, superficielle ou incomplète de la situation d’urgence elle-même. Cela est particulièrement vrai lorsque les individus qui rédigent des rapports de situation («sitreps» dans l’argot sous-culturel) sur la situation politique globale ne font pas partie des sociétés analysées. Pour l’urgentiste, c’est presque toujours le cas. Malheureusement, ce qui se produit dans des situations d’urgence comme le génocide au Rwanda, c’est que de tels points de vue sont transmis sans réserve par un siège où, en raison de l’urgence de la situation, les rapports de situation sont traduits sans analyse des appels émotionnels aux donateurs et en documents ReliefWeb. À leur tour, des points de vue ou des opinions impressionnistes éphémères deviennent la sagesse conventionnelle qui façonne les définitions des problèmes, l’accumulation de connaissances et l’interprétation des «faits», et finalement les prescriptions politiques.(2)

Une confiance totale dans la sagesse conventionnelle est toutefois risquée. Pour comprendre n’importe quelle situation sociale, il est nécessaire d’aller au-delà des limites de la sagesse conventionnelle basée sur l’expérience.(3) Bien entendu, agir ainsi en cas d’urgence est une source d’inconfort, car cela implique d’abandonner les quelques certitudes déjà légitimées tant dans un quartier général éloigné que sur le terrain, et de reconnaître le caractère contingent et risqué de la gestion des urgences. Néanmoins, tant l’analyse que les solutions aux problèmes sociaux ont tout à gagner de l’exploration et de la mise au jour des simplifications excessives potentielles de la sagesse conventionnelle.

Vous trouverez ci-dessous sept éléments de «sagesse conventionnelle» issus de la crise des réfugiés rwandais qui, à mon avis, dénaturent une réalité complexe et ont servi de mauvais guides pour les interventions politiques. En particulier, ces hypothèses sont incompatibles avec une compréhension plus large du comportement social. Ces questions seront familières à quiconque a suivi l’évolution de la crise rwandaise, car elle a été discutée au niveau politique, sur ReliefWeb et dans la presse populaire. Et même si les exemples concernent l’opération de secours au Rwanda, ma part de sagesse conventionnelle consiste à souligner que les problèmes illustrés ici sont probablement inhérents à la nature même des programmes de secours d’urgence et ne sont pas propres au programme du Rwanda. Il est certain que les erreurs politiques fondées sur une telle sagesse conventionnelle étaient au centre du livre de William Shawcross, Quality of Mercy, sur la crise cambodgienne de 1979-83. Je soupçonne que le personnel de terrain et les décideurs politiques associés aux opérations d’urgence en ex-Yougoslavie, en Somalie, au Libéria et à d’autres opérations d’urgence reconnaîtront le modèle de conclusions rapides basées sur une expérience éphémère, sans analyse sociologique ultérieure.

La crise rwandaise et les idées reçues : sept hypothèses

Hypothèse I : La clé de la résolution des problèmes politiques du Rwanda se trouve dans les procès pour crimes de guerre puisque la justice est une condition préalable nécessaire et raisonnable à la réconciliation. À cela s’ajoute l’affirmation selon laquelle les procès pour crimes de guerre sont nécessaires pour briser le cycle de violence Hutu-Tutsi. Cela est évident parce que l’absence de toute réponse punitive au génocide des années 1960 au Rwanda était un précurseur du génocide de 1994.(4)  Ces opinions sont partagées par de nombreux Occidentaux et également affirmées par le gouvernement rwandais actuel. Cependant, la relation entre les tribunaux chargés des crimes de guerre et les processus de réconciliation est discutable. Les seuls autres tribunaux internationaux tentés ont eu lieu après la Seconde Guerre mondiale, et ils n’avaient pas grand-chose à voir avec la réconciliation entre Allemands et Juifs, ou entre Japonais et Chinois. Il n’y a pas non plus d’indications précises que les procès de Nuremberg soient ce qui a rendu possible la réconciliation dans l’Europe occidentale d’après-guerre. À l’instar du Tribunal international pour les crimes de guerre d’Arusha, en Tanzanie, ces procès constituent un exemple important pour les militaires qui pourraient être tentés de participer à de futurs crimes de guerre. Ces procès ont probablement aussi été un rituel important pour réaffirmer l’ordre moral international, comme le souligne Alain Destexhe.(5) Enfin, qualifier des individus de criminels de guerre inculpés semble également utile dans les cas de la Bosnie et du Rwanda, car cela rend plus difficile pour les personnes étiquetées de revendiquer une légitimité politique. Ces questions, bien qu’importantes, n’ont pas grand-chose à voir avec la réconciliation ou le «redressement» de la situation afin que les survivants puissent rétablir des relations agréables avec d’autres Rwandais qui peuvent ou non avoir participé au génocide.

Aussi pertinents que puissent être les procès de l’après-Seconde Guerre mondiale, il existe également des cas où la reconstruction après des meurtres de masse et des crimes s’apparentant à un génocide a eu lieu sans procès. L’ambassadeur ougandais auprès des Nations Unies a souligné en 1996 à l’Association des études africaines que l’Ouganda, le Zimbabwe (6) et le Kenya post-Mau Mau sont des exemples de pays où des crimes de guerre ont été commis et sont restés impunis, mais où le «cycle des représailles» s’est néanmoins arrêté. L’Ambassadeur a également souligné que l’Afrique du Sud est confrontée à des questions de réconciliation extrêmement sensibles sans appels à des arrestations massives, à des tribunaux ou à un soutien à un système judiciaire qui ne peut pas juger tous les accusés de manière équitable ou juste. En effet, la légitimation des arrestations massives au Rwanda sur la base du génocide peut facilement être considérée comme une tentative d’un gouvernement minoritaire autoritaire de maintenir le contrôle par la terreur ou des arrestations arbitraires. Certes, les masses Hutu considèrent que cela a cet effet.(7)

La violence n’est pas cyclique, sauf peut-être à court terme, et souvent uniquement dans le contexte de processus de légitimation d’inspiration politique. Un rapide coup d’œil au 20ème siècle le vérifie : l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni sont désormais alliés, malgré deux guerres mondiales. Aucun cycle de violence n’a suivi le démantèlement des goulags soviétiques. Plus récemment, la paix est en train d’émerger dans des pays comme le Liban, le Salvador, le Vietnam et le Cambodge. En effet, il existe des exemples d’alliances et de combats entre groupes ethniques, nations et tribus qui se sont formés et reformés dans différentes situations. Il n’y a cependant rien de fondamentalement «cyclique» dans ces processus. Il n’y a pas non plus de cycle de violence au Rwanda.

Hypothèse II : Le génocide était la conséquence de programmes de développement mal financés : si de l’argent avait été investi dans la région dans le passé, la crise aurait pu être évitée. De même, si l’argent investi dans les camps autour du Rwanda avait été dépensé au Rwanda, le Rwanda lui-même se porterait mieux. Le développement économique n’est qu’une partie du problème au Rwanda, et ce n’est pas la cause directe du génocide ou de la guerre.(9) Le pays le plus pauvre de la région est la Tanzanie, et ce pays a certainement évité le génocide ainsi que l’instabilité politique. L’Ouganda a une meilleure situation économique que le Rwanda et la Tanzanie ; mais il a également connu une période de 15 ans de violence et d’instabilité politique. Heureusement, le génocide moderne n’est pas encore un événement suffisamment courant pour formuler des hypothèses généralisables sur la causalité ; les seuls autres cas définitifs sont l’Allemagne nazie et la Turquie ottomane en Arménie.(10) Aucun de ces pays ne souffrait du même type de pauvreté que le Rwanda. Parvenir à une telle conclusion serait même difficile si les cas de meurtres de masse sanctionnés par le gouvernement (par opposition au génocide) étaient inclus dans le mélange, par exemple le Cambodge de Pol Pot, les goulags de Staline, le Timor oriental et l’Ouest américain du XIXe siècle. Bien que le nombre de morts ait pu être supérieur ou inférieur à celui du Rwanda, les situations politiques, sociales et économiques à proximité étaient différentes. Une conséquence similaire (meurtre de masse ou génocide) n’implique pas nécessairement la même cause.(11)

Hypothèse III : Les Interhamwe (ou éléments armés) et les réfugiés doivent être séparés afin que les réfugiés puissent rentrer volontairement au Rwanda.(12) Ce dogme est utilisé depuis trois ans par le HCR pour expliquer l’échec des programmes de rapatriement librement consenti. Human Rights Watch affirme que l’incapacité à séparer les anciens militaires rwandais de la population réfugiée était due à la simple «indifférence» de la communauté internationale. Plus récemment, Paul Kagame, le ministre de la Défense du Rwanda, a affirmé que l’incapacité du HCR à séparer les réfugiés des Interhamwe justifiait l’intervention militaire rwandaise au Congo/Zaïre. De mon point de vue, ces points de vue témoignent d’un manque de compréhension de ce que sont les réfugiés et du fonctionnement des mouvements sociaux.

Personne n’est Interhamwe ou non. En termes sociologiques, les «Interhamwe» ne constituent pas une catégorie distincte. Il existe plutôt une population hutue aliénée et sympathique aux jeunes hommes, quel que soit leur nom, qui les mobilise et les protège dans les situations de crise. Cette population sympathise avec ces jeunes hommes même si beaucoup savent que certains ont commis un génocide et ont parfois utilisé des méthodes brutales pour contrôler la population hutu elle-même. Mais tous les anciens Interhamwe ne restent pas membres de milices ou de mouvements paramilitaires. De même, certains membres des mouvements paramilitaires actuels n’étaient pas membres des milices Interhamwe au début des années 1990. En effet, selon certains témoignages, certains membres des Interhamwe auraient rejoint l’armée du FPR (Front Patriotique Rwandais) qui a libéré le Rwanda en 1994.(13) Le point important est que les milices sont plus susceptibles de se mobiliser et d’acquérir une légitimité en temps de crise, c’est-à-dire lors de fuites, de rapatriements forcés, d’attaques militaires et de crises d’asile. C’est pourquoi les sociologues parlent de la manière dont les mouvements sociaux «mobilisent» les personnes et les identités.

Cela contraste avec les approches légalistes qui classent différentes personnes dans des catégories distinctes comme les «Interhamwe» et les «réfugiés». Dans le cas du Rwanda, les impressions formulées lors des journées brutales et inhabituelles d’avril à juillet 1994 semblent dominer la compréhension occidentale des mouvements sociaux hutu. Mais de telles catégorisations ne constituent pas une très bonne base pour imputer des motivations ou faire des prédictions sur la manière dont les groupes nationalistes hutus se comporteront dans les camps de réfugiés de l’ex-Zaïre, de la Tanzanie, du Malawi, de l’Angola, du Kenya ou du Gabon. Ils ne constituent pas non plus un très bon outil pour comprendre comment les milices hutues interagissent avec leurs familles au sein de ces camps de réfugiés. En effet, utiliser Interhamwe pour comprendre l’échec du rapatriement librement consenti me rappelle les Américains qui imputaient la subversion communiste au Sud-Vietnam à «Charlie». Il s’agissait d’un phénomène réel, mais la caricature était si maladroite qu’elle ne constituait pas un outil d’analyse utile. Cette ambiguïté du statut explique également pourquoi il est rarement possible de séparer les «réfugiés légitimes» des militaires dans pratiquement toutes les situations de réfugiés. Les situations de réfugiés sont par définition axées à la fois sur la politique et sur la crise: fuir pour sauver sa vie est par définition une crise, et la définition même de «réfugié» implique une aliénation politique de son pays d’origine. Il n’est pas étonnant que les nombreuses zones grises entourant les demandes de statut de réfugié légitime occupent une bonne partie du personnel juridique et diplomatique du HCR dans le monde. Ainsi, d’un point de vue sociologique, la sympathie pour les mouvements paramilitaires dans les situations de réfugiés, bien que indésirable, est normale.

Hypothèse IV : Il doit y avoir des centaines de milliers de meurtriers qui ont contribué au génocide, et il s’ensuit que ce nombre doit être puni si l’on veut que justice soit rendue.(14) Encore une fois, qui est ou n’est pas un meurtrier est une interprétation juridique. Le génocide est un crime organisé commis par un gouvernement contre un groupe ethnique. Mais les gouvernements ne sont ni jugés ni mis en prison ; les individus le sont. On peut spéculer sur le nombre de «meurtriers» individuels – la plupart des suppositions sont basées sur le nombre de morts et les moyens d’exécution (bandes de porteurs de machettes). Les estimations basées sur cette logistique vont de quelques dizaines de milliers à trois millions de «meurtriers». Ces suppositions, bien que souvent logiquement fondées, ne représentent pas des coupables spécifiques au sens juridique du terme.(15) Ainsi, même si les 100 à 120 000 personnes (pour la plupart des hommes hutus) en prison représentent un chiffre raisonnable compte tenu de l’ampleur du génocide, sans procès pour légitimer leur culpabilité individuelle comme étant plus grande ou différente de celle de ceux qui n’ont pas été arrêtés, les prisonniers ne représentent pas toute sorte de responsabilité individuelle, mais plutôt collective. Compte tenu du manque de clarté sur l’identité du collectif (s’agit-il uniquement de Hutus, de personnes ayant fui vers le Zaïre, de fonctionnaires de l’ancien gouvernement, etc.), ces 100 à 120 000 représentent simplement le pouvoir d’arrestation du gouvernement, et non un outil permettant d’identifier et de punir les coupables.

Le problème de la légitimité fondamentale du gouvernement actuel dirigé par le FPR aggrave encore le problème. La communauté internationale est généralement d’accord sur le fait que le FPR autoritaire vaut mieux que l’anarchie et que le MRND (Mouvement révolutionnaire national pour le développement) génocidaire n’a aucun rôle dans l’avenir du Rwanda. Ceci est cependant différent des questions plus profondes de légitimité nationale et d’édification de la nation. Malheureusement, le gouvernement actuel semble pris dans un cercle vicieux. Elle est perçue par les masses hutues comme une force d’occupation qui maintient le pouvoir par le biais des arrestations et de l’intimidation. Les prisons, remplies de personnes qui sont les fils, frères, cousins, neveux ou pères de la plupart des Hutu rwandais, sont un rappel persistant de ce pouvoir. Mais du point de vue du gouvernement, sans les arrestations et les intimidations qui en résultent, les masses hutu pourraient se révolter contre le gouvernement minoritaire. En effet, l’incapacité du gouvernement à contrôler le massacre des survivants du génocide semble indiquer que ce résultat est en train de se produire.

Du point de vue de nombreux Hutu, les arrestations ne sont que l’outil le plus actuel et le plus évident au niveau international de l’État autoritaire du Rwanda. De nombreux réfugiés soulignent qu’un grand nombre de Hutu sont morts pendant la guerre et continuent de mourir sans recours à aucun système de justice. L’absence de réponse visible au massacre perpétré par l’armée à Kibeho (plus de 4 000 Hutus morts en avril 1994) et le flux constant de victimes exécutées dans la rivière Kagera en 1994-1995 ne sont que deux des facteurs qui amènent les Hutu à douter de la sincérité du gouvernement.(16) Alain Destexhe a souligné juridiquement que les meurtres perpétrés par le FPR sont fondamentalement différents du génocide (il décrit ces meurtres par le terme légaliste d’«exactions»). Cependant, cette distinction légaliste en droit international n’a aucun rapport avec les 100 à 120 000 personnes emprisonnées au Rwanda qui attendent d’être jugées par des tribunaux nationaux rwandais faibles, qui font partie du même appareil politique qui combat les milices hutues dans les campagnes. Je soupçonne que cette distinction juridique n’est pas non plus claire pour les agriculteurs rwandais, qu’ils soient Hutu ou Tutsi. En tant que tel, cela ne contribue guère à aider, et pourrait même exacerber, les problèmes fondamentaux de légitimité du gouvernement du FPR.

Hypothèse V : Le rapatriement des réfugiés vers leur pays d’origine est la seule solution politique viable. Peu de crises de réfugiés ont été résolues uniquement par le rapatriement. La plupart sont résolus par une combinaison de rapatriement volontaire, de réinstallation locale et de réinstallation dans un pays tiers. Officiellement, seuls les Tanzaniens ont évoqué ce fait (brièvement fin 1994) à propos de la crise des Grands Lacs. Pendant ce temps, les acteurs internationaux continuent de poursuivre la politique insaisissable du «rapatriement volontaire uniquement» qui a abouti à la désintégration chaotique et violente des camps zaïrois/congolais et au rapatriement forcé de près de 400 000 réfugiés de Tanzanie vers le Rwanda. D’autres crises de réfugiés dans la région (y compris la crise rwandaise des années 1960, la crise burundaise des années 1970 et, dans une moindre mesure, la crise mozambicaine des années 1980) ont été résolues grâce à des programmes combinés de réinstallation volontaire, ainsi qu’à la réinstallation locale et dans des pays tiers. Les situations de réfugiés indochinois des années 1980 ont été résolues grâce à une combinaison de réinstallation dans des pays de deuxième et troisième pays, de rapatriement volontaire et, finalement, de rapatriement forcé. Le rapatriement prématuré vers l’Afghanistan a entraîné la vidange et le remplissage des camps au Pakistan. Les politiques en matière de réfugiés en Europe après la Seconde Guerre mondiale reflétaient également une combinaison de réinstallation dans un deuxième pays, de réinstallation dans un pays tiers, de rapatriement librement consenti et de rapatriement forcé.

Compte tenu de ces précédents, on peut raisonnablement supposer que lorsque la poussière des guerres en Afrique centrale sera retombée, les Rwandais et les Burundais auront été dispersés à travers l’Afrique orientale et centrale avec l’aide de la communauté internationale. La seule question est de savoir combien cela coûtera et combien de personnes mourront dans le processus.

Hypothèse VI : L’intervention d’une force militaire internationale aurait pu désarmer les éléments violents au sein des populations réfugiées.(17) Le désarmement aurait consisté à imposer un périmètre autour des concentrations de réfugiés, à isoler tous les hommes, puis à procéder à une fouille systématique de case en case. Des armes auraient sans doute été retrouvées. Étant donné que l’arme principale, la machette, est également un outil agricole, la plupart des armes seraient nécessairement restituées. En supposant que cela soit réalisable, cela n’aurait rien fait pour renforcer la légitimité du gouvernement du FPR à Kigali auprès des populations réfugiées. En fait, cela aurait eu l’effet inverse en intensifiant le ressentiment des réfugiés à l’égard du gouvernement et de la communauté internationale.

Hypothèse VII : Il n’y a plus de Hutu et de Tutsi au Rwanda, seulement des Rwandais. C’est la politique officielle du gouvernement rwandais actuel. Il s’agit bien entendu d’une politique attrayante à poursuivre. Cependant, affirmer qu’il en est ainsi ne signifie pas nécessairement qu’il en est ainsi. La discrimination institutionnalisée fondée sur un certain nombre de critères de statut (race, groupe ethnique, compétences linguistiques, accent, statut économique, etc.) persiste partout dans le monde, malgré les lois contraires. En effet, pratiquement tous les pays du monde comptent une minorité qui, études après études, fait l’objet de discrimination. Même si les identités des Hutus et des Tutsis sont remarquablement malléables,(18) il existe un avertissement évident pour ceux qui prennent leurs revendications d’homogénéité ethnique au pied de la lettre.(19) Au Burundi, une politique selon laquelle «nous sommes tous Burundais» a été maintenue entre les massacres de Hutu en 1972-73 et jusqu’à aujourd’hui. Ce faisant, contrairement au Rwanda, les distinctions ethniques ont été éliminées des cartes d’identité nationales ; en effet, pendant plusieurs années dans les années 1980, il était illégal de parler des Hutus et des Tutsis au Burundi. Ces politiques n’ont bien sûr pas empêché les partis politiques d’affirmer une distinction Hutu-Tutsi dans les années 1990.

La profondeur analytique peut-elle être apportée à l’analyse politique dans des situations d’urgence complexes?

Je pense qu’une partie du problème lié à la «sagesse conventionnelle» décrite ci-dessus est enracinée dans la nature de la gestion des urgences. Trois facteurs liés à la gestion des urgences rendent le type de généralisations excessives décrit ici plus probable dans les situations d’urgence que dans d’autres efforts.

Le premier est la rapidité avec laquelle les situations d’urgence surviennent. Par définition, les situations d’urgence sont des événements rares et, par conséquent, considérées comme uniques, en particulier par le personnel des sites éloignés, isolé des habitants locaux, des réfugiés et de leur propre société. En conséquence, de nouveaux «cadres» ont tendance à être développés pour chaque situation d’urgence sans référence à la situation sociale plus large des réfugiés, ni même à celle des crises de réfugiés passées. Ainsi, le génocide d’avril-juillet 1994 continue de servir de base à l’évaluation des mouvements sociaux hutus. Dans ce processus, les opinions fondées sur l’expérience développées au début d’une crise ont été largement diffusées par un monde plus large avide d’informations sensationnelles. Ces opinions, souvent développées sur la base d’informations fragmentaires destinées à la collecte de fonds ou à la presse, peuvent devenir des dogmes.

Le deuxième problème est l’appel émotionnel que les donateurs lancent nécessairement pour faire face aux coûts élevés de mise en place en cas d’urgence. En cas d’urgence, la gestion de crise dans la phase initiale conduit à des erreurs qui à leur tour conduisent à une crise dans une seconde phase. Ces erreurs sont souvent amplifiées lorsque la presse se concentre sur des solutions rapides et faciles. Ces solutions semblent évidentes au cours des premiers jours intenses, mais elles deviennent plus problématiques lorsque les complexités de la situation commencent à se révéler. Dans de telles situations, parce que peu d’analyses ont été effectuées, la conclusion générale est qu’il faudrait essayer davantage de méthodes similaires. Par exemple, la confiance dans les soldats de maintien de la paix comme moyen de séparer les réfugiés et les Interhamwe est probablement apparue de cette façon. La première erreur a été de violer les conventions internationales en autorisant les camps de réfugiés aux frontières. Cette politique est née du fait qu’il est bien connu que les groupes de réfugiés politisés profitent souvent de la proximité des frontières pour organiser des raids transfrontaliers. À Goma, cette «erreur» a été commise pour cause : la taille et l’état de santé des réfugiés l’exigeaient à la mi-1994. Néanmoins, malgré les justifications initiales, les forces rebelles ont lancé des raids transfrontaliers dans les camps depuis le Zaïre, déstabilisant ainsi les relations entre le Rwanda et le Zaïre. La solution évidente à ce problème aurait été d’éloigner les camps de la frontière une fois la situation sanitaire stabilisée, et de faire pression en faveur de cette solution par la voie diplomatique. Cependant, à cette époque, l’idée selon laquelle le problème venait des Interhamwe et non de l’emplacement des camps était devenue un dogme, et l’appel à la «séparation» des réfugiés et des Interhamwe était devenu plus insistant.(20) La presse occidentale a battu ce tambour particulièrement fort.

Le troisième problème est la complexité même de la réponse requise pour traiter des dossiers impliquant deux millions de personnes et six pays, comme ce fut le cas lors de la crise des Grands Lacs. Cette combinaison semble signifier que l’accent est mis sur de grands volumes d’informations rapides qui sont rarement analysées avant que l’attention ne soit recentrée sur la prochaine série d’incidents. Les informations rapides sont utiles ; comme le montrent mes citations, je suis un fervent lecteur de ReliefWeb. Cependant, il est trop facile d’utiliser cette surabondance d’informations, dont une grande partie est axée sur les ouï-dire des nombreuses parties intéressées, et d’éviter ainsi d’identifier les tendances à long terme dont les événements d’une journée donnée peuvent ou non faire partie.(21).

Des idées fausses et une mauvaise analyse sociale ont caractérisé de nombreuses interprétations de la crise des Grands Lacs. Plus précisément, la «sagesse conventionnelle» semble constituer un danger quant à la manière dont les situations d’urgence complexes sont gérées. Dans le cas du Rwanda, cela était dû à l’espoir louable qu’une solution rapide puisse être trouvée à ce qui constitue l’un des événements les plus horribles de l’histoire moderne. Si c’était aussi simple, les réponses auraient été trouvées depuis longtemps. Continuer à insister sur la viabilité d’une telle pensée conventionnelle est un piètre substitut à un engagement bien informé en faveur d’une analyse sociale et politique à long terme.

Aller plus loin :

Souffrance et désespoir : crise humanitaire au Congo

Témoignage d'Anne C. Edgerton de Refugees International devant le Sous-comité des opérations internationales et...

Génocide et opérations secrètes en Afrique, 1993-1999 | Livre de Wayne Madsen

Wayne Madsen, Genocide and Covert Operations in Africa, 1993-1999, 2002, Lewiston, N.Y. : Edwin...

Témoignage de WAYNE Madsen à la Chambre des représentants des États-Unis le 17 mai 2001 sur la guerre au Congo

Une séance de travail à la Chambre des représentants des Etats-Unis conduit par la...

“America’s Wars on Democracy in Rwanda and the DR Congo”, fiche de lecture

PODUR, Justin, America’s Wars on Democracy in Rwanda and the DR Congo, Palgrave Mac...

Civilisation égyptienne : Maât, Rite de la pesée du cœur et jugement de l’âme

L'exposition classique du jugement à la mort se trouve dans le livre de la...

Néocolonialisme : les vestiges de l’exploitation étrangère en Afrique

Un demi-siècle après que l’Europe a libéré ses colonies en Afrique, une nouvelle forme...

En Afrique, la conservation «intelligente face au climat» doit être associée à la réduction de la pauvreté

En associant plus étroitement conservation et bien-être humain, nous avons une occasion en or...

Du génocide à la guerre régionale : l’effondrement de l’ordre international en Afrique centrale

Source : Manahal, C. R. (2000). From Genocide to Regional War: The Breakdown of...

Lire aussi :

Qui a déclenché le génocide au Rwanda? | Articles, témoignages et documents

Enntre 1990 et début 1994, tous les spécialistes, diplomates...

Les plus lus

Qu’est-ce que le néopatrimonialisme? (Glossaire des idées)

Le néopatrimonialisme s’apparente à un système hybride qui fusionne le patrimonialisme traditionnel aux institutions...