31 C
Kinshasa
mercredi, décembre 1, 2021
- Annonce -spot_imgspot_img

La seule façon d’aider le Congo

La situation au Congo ne cesse de se détériorer même si sa guerre civile est officiellement terminée depuis des années et que la deuxième plus grande mission de maintien de la paix des Nations Unies y est basée. La communauté internationale n'a pas aidé le Congo à instaurer la paix et la sécurité parce qu'elle méconnaît fondamentalement les causes de la violence.

- Annonce -spot_imgspot_img

Depuis la fin de la transition du pays vers la paix fin 2006, les conditions de vie dans le pays (anciennement République démocratique du Congo, ex-Zaïre) sont devenues les pires au monde, selon le plus récent Indice de développement humain. L’espérance de vie moyenne à la naissance est de 48 ans et près de 80 pour cent de la population survit avec moins de 2 dollars par jour. Divers groupes armés, dont l’armée congolaise, commettent d’horribles violations des droits humains, en particulier dans l’est du pays. Environ 200 000 personnes ont fui leur domicile depuis fin avril pour échapper aux combats et aux exactions.

La guerre civile au Congo a été le conflit le plus meurtrier depuis la Seconde Guerre mondiale et a créé la plus grande crise humanitaire au monde. Plus de cinq millions de personnes sont mortes de 1998 à 2007 alors que des groupes armés nationaux et étrangers se sont battus pour contrôler le territoire, déstabilisant une grande partie de l’Afrique centrale et australe. Des bébés et des grands-mères âgées ont été violés. Quelque deux millions de personnes – et jusqu’à 80 pour cent des habitants des provinces de l’est du Congo – ont fui leurs maisons pour échapper à la violence.

Des diplomates africains et occidentaux, ainsi que des responsables de l’ONU, ont activement supervisé les négociations pour mettre fin à la guerre. En 2002, ils ont négocié un accord de paix et, en 2006, ils ont organisé les premières élections démocratiques de l’histoire du Congo. À ce jour, la mission de maintien de la paix qu’ils ont mise en place est la seule force capable de protéger la population de la violence en cours. Mais il s’agit d’un cas d’intervention malavisée. L’une des raisons est que les diplomates étrangers, les soldats de la paix de l’ONU et de nombreuses ONG ont tendance à considérer les combats exclusivement comme une conséquence des tensions nationales et internationales – en particulier des luttes de pouvoir entre les élites congolaises et étrangères – et des retombées du génocide rwandais. Et ils considèrent généralement qu’une intervention aux niveaux national ou régional est leur seule responsabilité légitime.

Ils négligent de s’attaquer aux autres principales sources de violence: les conflits spécifiquement locaux pour la terre, le pouvoir à la base, le statut et les ressources, comme le bétail, le charbon de bois, le bois, les drogues et les redevances perçues aux points de contrôle. La plupart des violences au Congo ne sont pas coordonnées à grande échelle. C’est le produit de conflits entre des milices locales fragmentées, chacune essayant de faire avancer son propre programme au niveau du village ou du district. Ceux-ci s’infiltrent ensuite et se dilatent. Considérez les tensions entre les Congolais d’origine rwandaise et les communautés dites autochtones dans les provinces orientales du Sud-Kivu et du Nord-Kivu. Ceux-ci ont leurs racines dans une compétition de longue date pour la terre et le pouvoir traditionnel et administratif qui a commencé dans les années 1930 sous la domination coloniale belge. Le conflit s’est intensifié après l’indépendance du Congo en 1960, chaque camp recrutant des alliés en dehors de la province.

Avec le génocide rwandais de 1994, la crise dans les Kivus a pris une dimension régionale: les acteurs locaux ont forgé des alliances avec divers groupes armés congolais et rwandais, tous dans l’intérêt de promouvoir leurs propres agendas. Plutôt que d’aborder ces questions, cependant, les artisans de la paix internationaux ont récemment identifié trois caractéristiques du conflit en cours: comme cause principale de violence, l’exploitation illégale des ressources naturelles par des groupes armés congolais et étrangers; comme conséquence principale, les abus sexuels contre les femmes et les filles; comme solution centrale, la reconstruction de l’autorité de l’État. Les programmes internationaux ont ainsi mis l’accent sur trois priorités: réglementer le commerce des minerais, prendre en charge les victimes de violences sexuelles et aider le gouvernement central à étendre son autorité. Cette approche a fourni un récit simple qui était facile à vendre au public et aux donateurs en Occident.

Il s’est également retourné contre lui. De manière perverse, les tentatives de réglementation du commerce des minerais – comme l’article 1502 de la loi américaine Dodd-Frank de 2010 et une interdiction temporaire d’exploitation minière imposée par le gouvernement congolais de septembre 2010 à mars 2011 – ont permis aux groupes armés de renforcer leur contrôle sur les mines. Ces mesures se sont concentrées sur l’arrêt du commerce illégal de minerais mais n’ont rien fait pour détruire la base réelle du pouvoir des groupes armés. En l’absence de réformes politiques, économiques ou sociales plus larges, les chefs militaires locaux ont réussi à rester les principaux intermédiaires du pouvoir dans les zones rurales de l’est du Congo. Dans certains cas, ils ont même étendu leurs opérations minières alors que les populations vulnérables ont perdu leurs moyens de subsistance.

L’attention disproportionnée de la communauté internationale à la violence sexuelle a également élevé le statut des abus sexuels d’une manière dangereuse. Certains combattants l’utilisent désormais comme un outil de négociation en menaçant de commettre des viols de masse s’ils sont exclus des négociations. Et les programmes de reconstruction de l’État n’ont fait que renforcer la capacité du gouvernement central autoritaire et des responsables administratifs à tous les niveaux, à opprimer la population. Il est bien sûr important de s’attaquer aux conséquences de la violence sexuelle et de ces autres abus, mais les donateurs devraient faire davantage pour s’attaquer à leurs causes sous-jacentes. Plus important encore, ils devraient aborder la résolution des conflits au Congo de bas en haut. Ils devraient aider les groupes locaux – autorités officielles, ONG et représentants de la société civile – avec le financement, les moyens logistiques et les capacités techniques nécessaires pour mettre en œuvre des programmes étroitement adaptés.

Par exemple, cela vaut la peine de soutenir le travail du Life and Peace Institute et de ses partenaires congolais. Après de vastes enquêtes de terrain au Sud-Kivu, comprenant des entretiens avec quelque 800 acteurs locaux, LPI et son partenaire Action pour la Paix et la Concorde ont mis en place des forums intercommunautaires pour discuter des spécificités des conflits fonciers locaux et gérer les violences.

The Only Way to Help Congo”. By

- Annonce -spot_imgspot_img

Articles associés

- Annonce -spot_img

Lire aussi

Total
0
Share