Le Dr Denis Mukwege menacé pour avoir défendu les victimes de violence sexuelle

- Publicité -

En République démocratique du Congo (RDC), réclamer la justice et la fin de l’impunité dont bénéficient des responsables des guerres, massacres et crimes qui ont jalonné l’histoire récente du pays peut être dangereux. Certains sont toujours en fonction dans le pays, mais aussi au Rwanda et en Ouganda, frontaliers des provinces des Kivu. Dans cette région, toujours en proie à l’instabilité, des dizaines de groupes armés congolais et étrangers (rwandais, ougandais, burundais) continuent d’opérer, de tuer, de violer, de piller et de brûler des villages. Dans ce contexte, pour ses appels à mettre fin à l’impunité, le docteur Denis Mukwege est menacé de mort. Pour le gynécologue, Prix Nobel de la paix en 2018, «ce sont les mêmes qui continuent à tuer dans la ligne droite des massacres qui frappent la RDC depuis 1996».


Alors que le monde attend l’annonce du lauréat du prix Nobel de la paix de cette année le 9 octobre, un ancien lauréat, le Dr Denis Mukwege, doit réfléchir à deux fois avant même de franchir sa porte. Le médecin, un gynécologue célèbre pour son travail auprès des survivantes d’agressions sexuelles à l’hôpital de Panzi en République démocratique du Congo, a reçu le prix Nobel en 2018 avec la militante yézidie Nadia Murad pour leurs campagnes contre le viol en temps de guerre. Mais les appels incessants de Mukwege à la justice pour les victimes du conflit brutal en cours au Congo lui ont depuis valu des menaces contre sa vie et son hôpital.

- Publicité -

Denis Mukwege, lauréat du prix Nobel de la paix, assiste à une conférence de presse au ”Foreign Correspondents Club” du Japon à Tokyo, Japon, le 3 octobre 2019. Photo ©: Alessandro Di Ciommo – NurPhoto via Getty Images.

Les menaces, diffusées en grande partie sur les réseaux sociaux, proviennent de plusieurs sources à la fois en RDC et au Rwanda voisin, qui, avec l’Ouganda, est accusé d’avoir joué un rôle important dans la guerre civile au Congo. Ils semblent avoir été déclenchés par les appels de plus en plus virulents de Mukwege pour que les auteurs nommés dans un rapport de l’ONU datant de 10 ans recensant les violations des droits humains et du droit international humanitaire commises pendant ce conflit soient traduits devant un tribunal international.

Au milieu de l’inquiétude internationale concernant les menaces contre Mukwege, les soldats de la paix de l’ONU ont été redéployés pour protéger l’hôpital de Panzi en septembre. L’installation était sans aucune protection de l’ONU depuis mai, lorsqu’un contingent égyptien est parti en raison d’une épidémie de Covid-19 parmi les troupes. Ils n’ont pas été remplacés pendant plusieurs mois, malgré les demandes répétées de l’hôpital de Panzi.

Ce n’est pas la première fois que la vie du médecin est en danger

- Publicité -

En 2012, il a survécu à une tentative d’assassinat qui a tué un employé. Cette récente série de menaces semble être une réponse à un tweet qu’il a envoyé à la suite d’un massacre dans une ville voisine, affirmant que tant que le rapport de l’ONU serait “ignoré”, de telles atrocités continueraient. “Vingt-cinq ans, c’est trop”, a déclaré Mukwege à Radio France Internationale le 1er octobre, faisant référence au temps écoulé depuis le début du conflit congolais. ‘‘Nous avons essayé de ranger tous les rapports dans les tiroirs, en espérant que le temps arrangera les choses… Le résultat est que nous n’avons rien corrigé. Si les criminels sont toujours là, s’ils sont libres et qu’ils peuvent continuer à commettre des crimes, même si nous essayons de faire la paix, je crois que cette paix ne sera jamais”.

Les appels constants à la justice de Mukwege ont touché une corde sensible de l’autre côté de la frontière rwandaise. Lors d’une apparition télévisée le 18 juillet, un éminent général rwandais et conseiller de Kagame a dénoncé les demandes de justice de Mukwege comme une «propagande» propagée par des «personnes humiliées» qui «ont perdu la guerre». Les partisans du général ont amplifié ses critiques, qualifiant Mukwege d’homme de haine, de “génocidaire”, et allant même jusqu’à perpétuer l’affirmation non fondée selon laquelle il est un négationniste du génocide. Un détracteur a lancé une pétition mal reçue pour exiger le retrait du prix Nobel du Dr Mukwege. D’autres groupes ont juré de réduire en cendres l’hôpital de Panzi, tandis que plusieurs journaux rwandais l’ont accusé de s’être associé aux rivaux de Kagame.

Mukewege a reçu des menaces de mort par SMS et sa famille a été harcelée sur les réseaux sociaux. Les menaces ont suscité la condamnation de plusieurs organisations internationales de défense des droits humains, notamment Amnesty International, Human Rights Watch et Physicians for Human Rights, entre autres. La Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a demandé l’ouverture d’une enquête. Le 1er octobre, des milliers de sympathisants ont envahi les rues autour de son hôpital pour exiger sa protection et souligner le besoin de justice en RDC.

- Publicité -

“C’était un message fort adressé au gouvernement congolais et à la communauté internationale pour dénoncer l’impunité qui a brisé toutes les possibilités d’avoir un avenir positif et pacifique dans notre pays”, a déclaré Maud-Salomé Ekila, porte-parole du Dr Mukwege. Elle souligne que les menaces ne viennent pas seulement du Rwanda, mais d’autres violateurs des droits humains qui servent maintenant dans l’armée congolaise, en politique et dans la bureaucratie gouvernementale, présentant un danger supplémentaire. “Ceux qui ne veulent pas que la vérité éclate sont ceux qui menacent sa vie. Nous appelons à une forte protection pour l’hôpital de Panzi, où des centaines de survivants se battent pour leur vie, et pour sa protection personnelle en tant que principal militant des droits humains.”

Kigali nie tout

Pour sa part, le gouvernement rwandais nie énergiquement que ses forces aient joué un rôle dans les conflits au Congo. Début septembre, le président Kagame a rejeté le  rapport de l’ONU en déclarant : ”Je ne sais pas de quoi il s’agit dans cette absurdité”.  John Prendergast de The Sentry, une organisation d’enquête et de politique cofondée par l’acteur George Clooney qui se concentre sur les crimes de guerre et les profiteurs en Afrique, affirme que cela a longtemps été la ligne du Rwanda, malgré de nombreuses preuves du contraire. Néanmoins, la responsabilité est vitale pour la région, dit-il. «Pour qu’il y ait un espoir de paix et de droits humains dans l’avenir de la RDC, il faut qu’il y ait une certaine forme de responsabilité pour les atrocités de masse commises par de nombreuses forces congolaises, rwandaises et ougandaises au cours des deux dernières décennies et demie.» Les recommandations du rapport pour un tribunal international n’ont pas été mises en œuvre, allègue Prendergast, “parce que les forces puissantes de ces gouvernements sont complètement opposées à la justice de quelque nature que ce soit pour ces crimes contre les droits humains”.

Malgré les menaces, Mukwege continue ses appels à la justice. C’est, dit-il, le minimum de ce que le monde doit aux victimes des guerres du Congo, et le seul moyen de s’assurer qu’il n’aura pas à continuer à soigner les victimes de viols de guerre dans un conflit sans fin. “La justice, c’est dire qui a fait quoi, et après cela, nous pouvons passer à la réconciliation avec nos voisins, en disant “plus jamais ça ! ” “, a-t-il déclaré le 1er octobre. «En tant que lauréat du prix Nobel de la paix, comment puis-je continuer à conserver ce titre honorifique si je ne travaille pas pour la paix dans la région?».

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share