Taïwan : la Chine met en garde les États-Unis contre le retour à la “loi de la jungle”

- Publicité -

Dans l’après-midi du 5 août 2022, le conseiller d’état et ministre des Affaires étrangères Wang Yi a tenu une conférence de presse pour les médias chinois et étrangers. Le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi a réitéré la position de la Chine vis-à-vis de la récente visite à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis Nancy Pelosi, déjà qualifiée d’“ingérence grave dans la politique intérieure de la Chine”. L’île domine la production des puces qui alimentent presque toutes les technologies civiles et militaires avancées. Cela laisse les économies américaine et chinoise extrêmement dépendantes des usines qui seraient dans la ligne de mire lors d’une attaque contre Taïwan. C’est une vulnérabilité qui alimente l’alarme à Washington. La Chine en est consciente. L’impasse est loin d’être résolue.


Nancy Pelosi à Taipei : Une visite qui ne passe pas

Le soir du mardi 2 août 2022, la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, est arrivée à TAIPEI au Taïwan pour un voyage qui, selon elle, montre un engagement américain inébranlable envers l’île autonome revendiquée par la Chine. Pelosi et le reste de sa délégation ont débarqué d’un avion de transport de l’US Air Force à l’aéroport de Songshan au centre-ville de Taipei. Ils ont été accueillis par le ministre des Affaires étrangères de Taïwan, Joseph Wu, et Sandra Oudkirk, la plus haute représentante des États-Unis à Taïwan.

Le déplacement de Nancy Pelosi à Taipei, la première visite d’un haut responsable américain sur l’île depuis 1997, a fait monter les tensions dans la région, la Chine considérant Taïwan comme sa province. Wang Yi a déclaré qu’au mépris de la ferme opposition et des représentations répétées de la Chine, la présidente de la Chambre des États-Unis, Nancy Pelosi, s’est en fait rendue de manière flagrante, avec la connivence et l’arrangement du gouvernement américain “dans la région chinoise de Taïwan”, ce qui met en danger la paix et la stabilité du détroit de Taiwan, peut-on lire sur le site du ministère des affaires étrangères de la chine.  “Si le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures est ignoré et abandonné, le monde reviendra à la loi de la jungle, et les États-Unis traiteront et intimideront plus imprudemment les autres pays, en particulier les pays petits et moyens”, a déclaré le chef de la diplomatie chinoise.

- Publicité -

Selon le ministre, “la Chine devrait apporter une réponse ferme. Notre position est légitime, raisonnable et légale, nos mesures sont fermes, énergiques et appropriées, et nos exercices militaires sont ouverts, transparents et professionnels, conformément au droit national, au droit international et à la pratique internationale. Les forces de «l’indépendance de Taiwan » sont punies. Nous sauvegarderons résolument la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine, dissuaderons résolument la tentative des États-Unis d’«utiliser Taiwan pour contrôler la Chine», et briserons résolument l’illusion des autorités taïwanaises de «compter sur les États-Unis pour rechercher l’indépendance»”.

Et de poursuivre : “Nous protégeons également le droit international et les normes fondamentales des relations internationales, en particulier le droit international le plus important de non-ingérence dans les affaires intérieures stipulé dans la Charte des Nations Unies. Si le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures est ignoré et abandonné, le monde reviendra à la loi de la jungle, et les États-Unis traiteront et intimideront plus imprudemment les autres pays, en particulier les pays petits et moyens, avec leur si – appelé état de l’alimentation. Nous ne pouvons pas permettre que ce genre de chose se produise, et tous les pays devraient également s’unir pour ne pas permettre que ce genre de chose se produise, et ne pas permettre que le progrès de la civilisation humaine recule”.

Wang Yi a déclaré qu’à cause de cela, plus de 100 pays se sont publiquement levés et ont réaffirmé leur ferme adhésion à la politique d’une seule Chine ainsi que leur compréhension et leur soutien à la position légitime de la Chine. Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a clairement souligné que l’ONU continuerait d’adhérer à la résolution 2758 de l’AGNU. Le noyau est le principe d’une seule Chine, c’est-à-dire qu’il n’y a qu’une seule Chine dans le monde, le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légal représentant l’ensemble de la Chine et Taïwan fait partie de la Chine. C’est la voix de la justice partagée par la communauté internationale.

- Publicité -

Dans la foulée, Pékin a imposé des sanctions à Nancy Pelosi et des membres de sa famille. La Chine a également suspendu la coopération avec les États-Unis dans plusieurs domaines (rencontres et négociations entre les militaires des deux pays, rapatriement des migrants illégaux, lutte contre le trafic de drogues et les crimes transnationaux, dialogue sur le changement climatique).

Taïwan, un problème de droit

Taiwan, officiellement connue sous le nom de République de Chine (ROC), est une île séparée de la Chine par le détroit de Taiwan. Elle est gouvernée indépendamment de la Chine continentale, officiellement la République populaire de Chine (RPC), depuis 1949. La RPC considère l’île comme une province renégat et jure d’éventuellement “unifier” Taiwan avec le continent. À Taïwan, qui a son propre gouvernement démocratiquement élu et abrite vingt-trois millions d’habitants, les dirigeants politiques ont des opinions divergentes sur le statut de l’île et ses relations avec le continent.

Les tensions inter-détroit se sont intensifiées depuis l’élection de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen en 2016. Tsai a refusé d’accepter une formule que son prédécesseur, Ma Ying-jeou, avait approuvée pour permettre un renforcement des liens inter-détroit. Pendant ce temps, Pékin a pris des mesures de plus en plus agressives, notamment en faisant voler des avions de combat près de l’île. Certains analystes craignent qu’une attaque chinoise contre Taïwan ait le potentiel d’entraîner les États-Unis dans une guerre avec la Chine.

Taïwan, l’ile lumière, terre de tous les enjeux

- Publicité -

Taïwan a le potentiel d’être un point d’éclair dans les relations américano-chinoises. En effet, en dominant la fabrication des semi-conducteurs les plus avancés, le géant Taiwan Semiconductor Manufacturing Company Ltd (TSMC) a capturé une technologie cruciale pour les appareils et armes numériques de pointe d’aujourd’hui et de demain. TSMC représente plus de 90% de la production mondiale de ces puces, selon les estimations de l’industrie. Ainsi, en première ligne de la lutte pour la superpuissance entre les États-Unis et la Chine, Taïwan a réalisé un coup de maître défensif, en devenant indispensable aux deux côtés. Les deux superpuissances se retrouvent désormais profondément dépendantes de la petite île au centre de leur rivalité de plus en plus tendue.

Pour Washington, permettre à une Chine de plus en plus puissante d’envahir les fonderies de TSMC dans un conflit menacerait le leadership militaire et technologique américain. Cependant, si Pékin envahit, il n’y a aucune garantie qu’il pourrait saisir les fonderies prisées intactes. Ils pourraient facilement devenir une victime des combats, coupant l’approvisionnement en puces de la vaste industrie électronique chinoise. Même si les fonderies survivaient à une prise de contrôle chinoise, elles seraient presque certainement coupées d’une chaîne d’approvisionnement mondiale essentielle à leur production.

La guerre à Taïwan, redoutée de longue date, va-t-elle donc avoir lieu, alors que celle consécutive à l’invasion de l’Ukraine par la Russie débutée en février dernier secoue toujours le monde ? Déjà, la guerre en Ukraine a constitué un vrai choc pour l’économie mondiale, car si la Russie est une économie modeste, les retombées sur les cours des matières premières (pétrole, gaz…) ont été massives. On ne peut donc que redouter un éventuel conflit ouvert entre la Chine et les États-Unis (les deux premières puissances mondiales) sur Taïwan, du fait des implications majeures qu’il pourrait avoir sur l’économie et la Bourse.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share