L’Afrique et la guerre en Ukraine : les douloureux souvenirs de la guerre froide maintiennent nombreux pays africains neutres

- Publicité -

La semaine dernière, lors d’un webinaire du Département d’État avec des journalistes africains pour discuter de l’invasion russe de l’Ukraine, la secrétaire adjointe aux Affaires africaines, Molly Phee, a assuré au groupe que “les voix africaines comptent dans la communauté internationale, que vos voix comptent dans la conversation mondiale”. Mais la plupart des questions des journalistes n’étaient pas sympathiques, et un journaliste de Madagascar a déclaré : “Ce n’est pas notre guerre”. Une semaine plus tôt, à l’Assemblée générale des Nations Unies, où les nations africaines exercent une influence significative avec 54 pays (28 % de tous les votes), elles étaient presque également divisées sur le vote pour condamner l’invasion russe. Alors que 28 pays africains ont voté pour la résolution et qu’un seul (l’Erythrée) a voté contre, 17 autres se sont abstenus et huit étaient absents. Parmi les absents se trouvait la puissante Afrique du Sud, et parmi ceux qui se sont abstenus de voter se trouvait le Soudan du Sud, un pays qui a été essentiellement créé par les États-Unis en 2011 après avoir fait sécession du Soudan, alors gouverné par des islamistes.

Au cours du webinaire avec les journalistes africains, de manière assez compréhensible, de nombreuses questions ont été posées sur les informations faisant état de traitements racistes à l’encontre des Noirs qui se trouvaient en Ukraine au début de l’invasion. Beaucoup auraient été empêchés de prendre le train ou d’autres transports en commun pour quitter Kiev et d’autres grandes villes. Lorsqu’un journaliste d’Afrique du Sud a demandé à Phee pourquoi l’administration Biden n’avait pas “condamné publiquement le racisme contre les Africains en Ukraine et en Pologne”, elle a évité une réponse directe. “Je veux que vous sachiez que nous sommes fiers de l’Ukraine”, a-t-elle déclaré. “Le ministre des Affaires étrangères a clairement indiqué que tous les individus pris dans le chaos de cette guerre doivent recevoir un traitement égal”.

Phee, qui est noire, s’est également défendue ainsi que l’administration Biden contre les accusations de racisme : “si vous vivez à Washington, vous verrez que l’administration Biden, le secrétaire Blinken, moi personnellement, aucun de nous ne soutient le racisme, et nous le dénonçons partout où nous le voyons”. Phee a également évité cette question, posée par un journaliste du Botswana : “Pourquoi les pays africains devraient-ils soutenir la position des États-Unis pour condamner l’invasion de l’Ukraine par la Russie alors que les États-Unis soutiennent l’agression en Israël contre les Palestiniens ?”. Un autre journaliste s’est interrogé sur la position des États-Unis sur “la censure des médias sociaux et l’élimination complète de l’autre partie”, une référence probable à la fermeture de RT America et d’autres médias russes. “La liberté d’expression et la liberté de la presse sont la pierre angulaire non seulement de la démocratie, mais un outil qui peut créer une contre-culture ou un contre-récit”, a observé ce journaliste. Phee a mentionné l’ingérence russe dans les élections présidentielles américaines de 2016 et a ajouté : “Je pense qu’il est très clair que les comportements russes dans cet espace ne favorisent pas la liberté d’expression, et il est donc approprié que nous réagissions”.

De certains facteurs influençant les relations actuelles entre les États-Unis et les pays africains

- Publicité -

Premièrement, presque toutes les nations africaines actuelles ont obtenu leur indépendance au cours de la seconde moitié du XXe siècle ; avant cela, les États-Unis ne traitaient directement qu’avec le Libéria, qui avait été colonisé par des esclaves afro-américains libérés, et l’Éthiopie, qui était restée historiquement indépendante. Même l’Égypte était fonctionnellement contrôlée par l’Empire britannique jusqu’en 1952. Pendant cette période, l’Union soviétique a investi massivement dans les «guerres de libération» africaines contre les puissances coloniales occidentales, fournissant des armes, une formation militaire et d’autres formes d’aide et de soutien. Après l’indépendance des nations africaines, les Américains leur ont rapidement demandé de choisir entre elles ou les Russes.

Le secrétaire d’État John Foster Dulles déclara en 1956 que la neutralité à laquelle la plupart de ces pays africains nouvellement nés aspiraient, dans l’espoir de rester en dehors de la compétition des superpuissances, “est devenue de plus en plus une conception obsolète … c’est une conception immorale et à courte vue”. La même année, le retrait de Dulles d’un accord de principe avec l’Égypte pour aider à financer ce qui allait devenir le barrage d’Assouan sur le Nil a conduit l’Égypte à rechercher et à obtenir l’aide des Soviétiques. En Afrique subsaharienne, lorsque Sékou Touré, musulman pieux et socialiste, est devenu président de la Guinée nouvellement indépendante en 1958 et a demandé l’aide économique des États-Unis, il a été rejeté. Lui aussi fut obligé de se tourner vers Moscou. Plus de 60 ans plus tard, face à la résolution de l’ONU condamnant la Russie, la Guinée a choisi de ne pas voter du tout, tandis que l’Algérie, le Mali, la Tanzanie, le Mozambique et l’Angola se sont abstenus. Tous ces pays se sont rangés du côté de l’Union soviétique pendant la guerre froide, en grande partie parce que les Soviétiques et leurs alliés cubains avaient soutenu leurs «guerres de libération» contre le colonialisme occidental.

À ce jour, de nombreux pays et organisations africains pleurent chaque année l’assassinat en 1960 de Patrice Lumumba, un nationaliste panafricain soutenu par les Soviétiques qui est devenu le premier Premier ministre de la République démocratique du Congo. En 1982, le livre de Madeleine Kalb “The Congo Cables: The Cold War in Africa – From Eisenhower to Kennedy” détaillait le rôle de la CIA dans l’assassinat de Lumumba. On y apprit que le chimiste de la CIA Sidney Gottlieb a conçu un poison ressemblant à du dentifrice et l’a emmené au Congo pour le placer sur la brosse à dents de Lumumba. Le complot a été abandonné parce que le chef de la station de la CIA, Larry Devlin, a pensé à un meilleur moyen de se débarrasser de Lumumba. Il a planifié la capture de Lumumba et a aidé à l’exécuter, avant de le remettre à ses ennemis congolais dans l’État méridional du Katanga, où Lumumba a été exécuté par un peloton d’exécution. Un officier de la CIA aurait rencontré les tueurs la nuit précédente et aurait ensuite aidé à transporter le corps de Lumumba vers un lieu non divulgué afin qu’il ne soit pas reconnu par ses partisans.

- Publicité -

Dans le livre de Thomas Tieku de 2019 “United States-Africa Relations in the Age of Obama”, il a été rappelé aux lecteurs que pendant les années de la guerre froide, “qu’un dirigeant africain soit de notre côté était tout ce qui comptait, expliquant le soutien continu des États-Unis à des personnes comme Mobutu Sese Seko (Congo), Samuel Doe (Libéria), Daniel Arap Moi (Kenya), etc., même lorsqu’il était manifestement évident que ces autocrates n’étaient guère plus que des criminels”. Pendant la présidence de Ronald Reagan, les États-Unis ont refusé de faire pression sur le gouvernement de la minorité blanche d’Afrique du Sud pour qu’il mette fin à sa politique d’apartheid. Pendant des décennies, les États-Unis ont maintenu des liens étroits avec ce régime ouvertement raciste et ont à plusieurs reprises bloqué les sanctions de l’ONU contre l’Afrique du Sud. La politique d’«engagement constructif» de Reagan était en grande partie une excuse pour ignorer ou détourner la pression internationale croissante contre l’apartheid. En 1984, l’archevêque sud-africain Desmond Tutu, après avoir reçu le prix Nobel de la paix, est venu aux États-Unis et a dénoncé la politique de Reagan comme intrinsèquement immorale, déclarant à un sous-comité du Congrès : “L’apartheid est un mal, aussi immoral et non chrétien, à mon avis, comme du nazisme.”

Lors du webinaire de la semaine dernière avec le secrétaire adjoint Phee, un journaliste d’Afrique du Sud a demandé si les États-Unis avaient l’intention de punir l’Afrique du Sud pour son abstention lors du vote de l’Assemblée générale pour condamner la Russie. Elle a répondu: “Nous n’allons pas analyser les votes individuels”. Alors que les Sud-Africains débattaient de la décision de leur gouvernement de ne pas prendre parti sur cette question mondiale, la Fondation Nelson Mandela a appelé à une “cessation des hostilités”, sans condamner spécifiquement les Russes. La déclaration de la fondation faisait référence à un discours “en colère” de Mandela lui-même en 2003, s’opposant à l’invasion américaine de l’Irak cette année-là. La déclaration demandait ostensiblement: “En effet, à quel moment un pays est-il justifié d’en envahir un autre?”.

La position de la République Démocratique du Congo

La République démocratique du Congo a voté aux Nations pour la résolution condamnant la guerre en Ukraine. Cette position a été expliquée par le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya, jeudi 3 mars à la conférence de presse conjointe animée avec son homologue de la Justice, Rose Mutombo. Le gouvernement congolais, par la voix de son porte-parole, justifié ce choix par le fait que la RDC connait les conséquences d’une agression, ayant elle-même été victime des affres d’agression. Si cette position est par principe logique, elle est historiquement cynique : le parrain de l’agression de la RDC ayant été, une fois encore, les États-Unis d’Amérique.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share