Croissance économique et démocratie, un mariage qui ne va pas forcément de soi?

- Publicité -

Dans un récent article, Acemoglu, Suresh N., Pascual Restrepo et James A. Robinson ont prouvé que la démocratie augmente le PIB futur en encourageant l’investissement, en augmentant la scolarisation, en induisant des réformes économiques, en améliorant la fourniture de biens publics et en réduisant les troubles sociaux.

Un sujet complexe, une littérature abondante

Le lien entre démocratie et développement économique fait l’objet d’une abondante littérature en science politique et en économie.  Avec la croissance économique spectaculaire de la non-démocratie en Chine et l’éclipse du printemps arabe, l’opinion selon laquelle les institutions démocratiques sont au mieux hors de propos et au pire un obstacle à la croissance économique est devenue de plus en plus populaire à la fois dans le monde universitaire et dans le discours politique. Par exemple, l’éminent chroniqueur du New York Times, Tom Friedman, soutient : « La non-démocratie à parti unique a certainement ses inconvénients. Mais lorsqu’elle est dirigée par un groupe de personnes raisonnablement éclairées, comme l’est la Chine aujourd’hui, elle peut aussi avoir de grands avantages. Ce parti unique peut simplement imposer les politiques politiquement difficiles mais d’une importance cruciale nécessaires pour faire avancer une société au 21e siècle », tandis que Robert Barro résume succinctement le côté universitaire par écrit : «Plus de droits politiques n’ont pas d’effet sur la croissance … La première leçon est que la démocratie n’est pas la clé de la croissance économique » (Barro 1997, pp. 1 et 11). Un résumé plus récent de la littérature académique par Gerring et al. (2005) arrive également à une conclusion similaire : «l’effet net de la démocratie sur les performances de croissance transnationale au cours des cinq dernières décennies est négatif ou nul”.

L’apport de ce nouveau travail

Théoriquement, la relation est ambiguë. Une littérature abondante a soutenu que la démocratie et la croissance capitaliste sont contradictoires (Lindblom 1977, Schumpeter 1942, Wood 2007). En économie, Alesina et Rodrik (1994) et Persson et Tabellini (1994), entre autres, ont soutenu que la redistribution démocratique (par exemple, de l’électeur moyen à l’électeur médian) est source de distorsion et découragera la croissance économique. March et Olsen (1984) ont souligné la possibilité d’une impasse politique dans la démocratie, tandis qu’Olson (1982) a suggéré que la politique des groupes d’intérêt en démocratie peut conduire à la stagnation, en particulier une fois que les groupes d’intérêt sont devenus suffisamment organisés.

- Publicité -

Contrebalançant ces derniers, la littérature a également souligné plusieurs avantages de la démocratie. Par exemple, la redistribution démocratique peut prendre la forme d’éducation ou de biens publics, et augmenter la croissance économique (Saint-Paul et Verdier, 1993, Benabou, 1996, Lizzeri et Persico, 2004). La démocratie peut également avoir des effets bénéfiques sur la croissance économique en contraignant les dictateurs kleptocratiques, en réduisant les conflits sociaux ou en empêchant les groupes politiquement puissants de monopoliser des opportunités économiques lucratives. mieux que les non-démocraties (oligarchies) à long terme parce qu’elles évitent les barrières à l’entrée sclérosées que ces autres systèmes politiques ont tendance à ériger pour protéger les titulaires politiquement puissants. dont est résumé dans Przeworski et Limongi (1993).

L’un des premiers articles empiriques en économie à estimer l’effet de la démocratie sur la croissance économique est Barro (1996), qui trouve que la démocratie a un petit effet négatif sur la croissance économique, avec quelques preuves d’une non-linéarité où la démocratie augmente la croissance à de faibles niveaux de démocratie mais la réduit à des niveaux supérieurs (voir aussi Helliwell, 1994). Le travail de Barro se concentre sur des coupes transversales répétées de pays et n’aborde pas les quatre défis empiriques que nous avons soulignés dans l’introduction. L’article de Barro a déclenché une littérature ultérieure utilisant une variété de stratégies pour faire la lumière sur les mêmes questions.  Tavares et Wacziarg (2001) se concentrent également sur les régressions transnationales et signalent un faible effet négatif (ajustement pour une variété d’autres canaux), tandis que Persson et Tabellini (2008) trouvent un effet positif en utilisant l’appariement par score de propension.

Les articles axés sur les régressions de données de panel incluent Rodrik et Wacziarg (2005) et Persson et Tabellini (2008), qui trouvent un effet positif de la démocratisation récente sur la croissance, Bates, Fayad et Hoeffler (2012), qui trouvent des effets positifs pour l’Afrique, et Burkhart et Lewis-Beck (1994) et Tabellini et Giavazzi (2005), qui ne trouvent aucun effet significatif sur la croissance. Ces articles et d’autres dans cette littérature diffèrent tous dans leur mesure de la démocratie et le choix des spécifications, et ne contrôlent pas systématiquement la dynamique du PIB ni ne tentent d’aborder l’endogénéité des démocratisations.  De plus, Papaioannou et Siourounis n’abordent pas les défis empiriques liés à l’endogénéité de la démocratie et à la modélisation de la dynamique du PIB (bien qu’ils rapportent un test de robustesse lié à cela).

- Publicité -

À la suite d’une littérature antérieure en science politique (par exemple, Gerring et al. 2005), Persson et Tabellini se concentrent sur l’effet du capital démocratique. Un défi formidable ici est la difficulté d’identifier l’impact du capital démocratique séparément des effets fixes du pays (ce qui n’est que le reflet de la difficulté de distinguer la dépendance de la durée et l’hétérogénéité non observée). Une autre littérature étroitement liée étudie l’effet de la croissance économique sur la démocratie. Cette littérature, qui a été lancée par Lipset (1959), a également été partiellement reprise par Barro (1996, 1999).

Le travail de Acemoglu, Suresh N., Pascual Restrepo et James A. Robinson s’appuie sur l’important article de Papaioannou et Siourounis (2008). Ils ont construit une nouvelle mesure des démocratisations permanentes et estiment un effet positif de la démocratisation sur la croissance et une mesure similaire de la démocratisation, mais avec quelques différences importantes comme nous l’expliquons dans la section suivante. Leur travail s’appuie et complète également Persson et Tabellini (2009), qui utilisent une stratégie basée sur la démocratie des voisins pour estimer l’effet du «capital démocratique», défini comme la somme de la démocratie passée pondérée par la récence, sur la croissance économique (voir aussi Ansell, 2010, et Aidt et Jensen, 2012).

Acemoglu, Suresh N., Pascual Restrepo et James A. Robinson ont apporté la preuve que la démocratie a un effet positif significatif et robuste sur le PIB. Leur stratégie empirique reposait sur une mesure dichotomique de la démocratie codée à partir de plusieurs sources pour réduire les erreurs de mesure et les contrôles des effets fixes pays et de la dynamique riche du PIB, qui autrement confondent l’effet de la démocratie sur la croissance économique. Leurs résultats de référence ont utilisé un modèle linéaire pour la dynamique du PIB estimé à l’aide d’un estimateur standard ou de divers estimateurs de la méthode généralisée des moments, et montrent que les démocratisations augmentent le PIB par habitant d’environ 20 % à long terme.

Y a-t-il des preuves que la démocratie n’est bonne que pour les économies déjà développées ?

- Publicité -

La réponse est non. Bien que les auteurs ont constaté que les démocratisations sont associées à des augmentations plus importantes du PIB par habitant dans les pays ayant des niveaux d’enseignement secondaire plus élevés, rien ne prouve que la démocratie soit mauvaise pour la croissance économique dans les économies à faible revenu ou même dans les économies à faible niveau d’instruction. Leurs résultats sont confirmés lorsque ils utilisent un estimateur d’appariement du score de propension semi-paramétrique pour contrôler la dynamique du PIB. Ils ont obtenu également des résultats similaires en utilisant des vagues régionales de démocratisations et de retournements d’instrument pour la démocratie des pays. Ces résultats suggèrent que la démocratie augmente le PIB futur en encourageant l’investissement, en augmentant la scolarisation, en induisant des réformes économiques, en améliorant la fourniture de biens publics et en réduisant les troubles sociaux et ont trouvé peu de soutien pour l’idée que la démocratie est une contrainte sur la croissance économique pour les économies moins développées.

Alors pourquoi la démocratie augmente-t-elle la croissance ?

La stratégie des auteurs n’est pas bien adaptée pour démêler des mécanismes particuliers, mais ils ont essayé de désagréger à la fois les dimensions de la démocratie et les déterminants immédiats de la croissance. Lorsqu’ils ont démêlé les composantes de la démocratie qui importent le plus pour la croissance, ils ont constaté que les libertés civiles sont ce qui semble être le plus important. Ils ont constaté également des effets positifs de la démocratie sur les réformes économiques, l’investissement privé, la taille et la capacité du gouvernement, et une réduction des conflits sociaux. De toute évidence, ce sont tous des canaux par lesquels la démocratie peut accroître la croissance économique, et de nombreuses recherches supplémentaires sont nécessaires. Conjugués à leurs travaux antérieurs montrant que la démocratie n’avait aucun effet sur les inégalités, ces résultats suggèrent que l’interaction entre les institutions démocratiques et le niveau et la répartition des revenus est plus complexe que ne le suggère la littérature précédente.

Ilunga Aimé.

Voir et citer la publication originale

Daron Acemoglu & Suresh Naidu & Pascual Restrepo & James A. Robinson, 2019. “Democracy Does Cause Growth” Journal of Political Economy, vol 127(1), pages 47-100.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share