Neuf façons dont la dette et les dépenses déficitaires nuisent gravement aux sociétés africaines

La dette systémique et les dépenses déficitaires sont des caractéristiques intrinsèques du système économique actuel. Contrairement à l’économie classique, où les marchés jouent le rôle principal et les gouvernements celui de soutien, le modèle économique existant, guidé par la théorie keynésienne, a inversé les rôles. L’économie keynésienne, comme d’autres théories économiques étatistes, se méfie des marchés (libres), faisant ainsi de l’État, une institution intrinsèquement bureaucratique et coercitive, le capitaine de la vie économique et sociale.

Les pays africains sont devenus des États-nations “indépendants” dans ce contexte de pensée économique centrée sur l’État et d’un système monétaire fiduciaire basé sur la dette. Par conséquent, les politiciens africains ont choisi le développement économique dirigé par l’État (et maintiennent cette approche à ce jour). Cependant, après cinquante ans de cette approche, l’Afrique se trouve dans une situation économique très précaire. Pourtant, les décideurs africains accumulent des niveaux d’endettement dangereusement élevés pour s’accrocher au modèle de développement défaillant dirigé par l’État. Ceci est une recette pour le désastre.

Comme discuté ailleurs, une inflation élevée, une dette élevée et une fiscalité élevée constituent une arme à trois coups qui détruit les économies africaines. Cet article examine de plus près le deuxième canon de cette arme dommageable: la dette publique (c’est-à-dire la dette publique).

L’endettement préjudiciable de l’Afrique

De nombreux gouvernements africains répètent les erreurs du passé consistant à accumuler une dette excessive. Ceci en dépit du fait que cette approche n’a jamais transformé les sociétés pauvres en sociétés prospères où que ce soit dans l’histoire enregistrée. Pourtant, les politiciens actuels semblent croire que cette fois est différente et que les dépenses axées sur la dette conduiront finalement au développement économique africain tant attendu et très discuté.

Alternativement, on pourrait soutenir que les politiciens africains savent que l’accumulation excessive de dettes est une approche insoutenable et destructrice, mais ne s’en soucient pas parce que l’argent fournit un soulagement à court terme qui profite de manière disproportionnée à quelques-uns (c’est-à-dire eux-mêmes et leurs associés). Dans le même temps, les conséquences néfastes qui en résultent (par exemple, des impôts plus lourds, le chômage et la détresse, entre autres difficultés) sont supportées par le plus grand nombre.

Le Fonds monétaire international (FMI) a averti dans ses dernières Perspectives économiques régionales pour l’Afrique subsaharienne que la pandémie a aggravé la situation budgétaire de la plupart des pays africains, “poussant la dette publique à son plus haut niveau depuis le début du siècle”. Inutile de dire, mais il convient de le noter, les problèmes d’endettement de l’Afrique précèdent la guerre en Ukraine et la crise du covid-19.

Business Insider Africa a dressé une liste des vingt pays africains ayant les ratios dette/PIB (produit intérieur brut) les plus élevés. Voici les dix pays les plus endettés:

  1. Érythrée, ratio dette/PIB de 175,1%,
  2. Cabo Verde, ratio dette/PIB de 160,7%,
  3. Mozambique, ratio dette/PIB de 133,6%,
  4. Angola, ratio dette/PIB de 103,7%,
  5. Maurice, ratio dette/PIB de 101%,
  6. Zambie, ratio dette/PIB de 101%
  7. République du Congo (Congo-Brazzaville), ratio dette/PIB de 85,4%,
  8. Ghana, ratio dette/PIB de 83,5%,
  9. Gambie, ratio dette/PIB de 82,3%,
  10. Seychelles, 81,9%.

La situation n’est pas si différente en Afrique du Nord. Les niveaux d’endettement ont également augmenté, l’Égypte étant en tête du peloton avec un ratio dette/PIB supérieur à 90 %, suivie de la Tunisie avec 87 %. De plus, force est de constater que la liste des pays pauvres très endettés de la Banque mondiale est peuplée de pays africains.

La vague actuelle d’accumulation de la dette en Afrique pourrait bien être un tsunami économique en devenir. C’est déconcertant car il devrait être clair maintenant que la dette systémique et les dépenses publiques ne créeront pas de sociétés africaines libres et prospères. Alors, pourquoi les politiciens insistent-ils sur ce modèle ruineux alors même que le coût de la vie augmente considérablement, que l’insécurité alimentaire s’aggrave à travers le continent et que la situation économique globale se détériore davantage?

En bref, l’intérêt personnel, mais, bien sûr, enrobé de rhétorique d’intérêt public. Les politiciens, pas seulement en Afrique, ont tendance à donner la priorité à leurs intérêts et à leurs agendas, ils gravitent donc vers les politiques qui servent le mieux leurs intérêts. Qu’elles soient alimentées par la dette, des impôts plus lourds ou l’impression d’argent, les dépenses publiques servent très bien les politiciens et leurs associés. Elle renforce le pouvoir et le contrôle du gouvernement sur la vie des gens. Il soutient également les intérêts établis des grandes entreprises.

Dans son article “A Time for Reckoning”, l’économiste Antony Davies a souligné: «Les politiciens ont découvert qu’ils pouvaient gagner des élections en payant les électeurs avec l’argent des autres. Et ainsi les élections modernes sont devenues des compétitions dans lesquelles les politiciens rivalisent pour offrir des trucs “gratuits” à leurs électeurs. Les téléphones, le logement, les soins de santé et l’éducation “gratuits” ne sont gratuits que pour les bénéficiaires. Les politiciens forcent simplement les autres à payer la facture».

En fin de compte, les politiciens africains sapent leurs économies et le développement économique du continent en insistant sur la dette systémique et l’approche de développement menée par l’État.

Un modèle destructeur, en effet

Il convient de rappeler plus en détail les neuf façons dont les dépenses publiques alimentées par la dette paralysent les économies africaines et aggravent la pauvreté:

  1. Les dépenses publiques motivées par la dette permettent aux politiciens d’insister sur l’approche de développement menée par l’État, qui a manifestement échoué à générer la prospérité économique.
  2. En perpétuant le développement économique dirigé par l’État, la dette systémique perpétue également la tyrannie, la dépendance, la pauvreté, la corruption et la désindustrialisation qui l’accompagnent. (A titre d’exemple, dans les années 1960 et 1970, l’Afrique se nourrissait et était un exportateur net de produits alimentaires. L’Afrique d’aujourd’hui dépend presque entièrement des importations pour se nourrir). En aggravant la pauvreté et en soutenant des régimes autoritaires, la dette systémique cimente la répression économique et donc retarde davantage les réformes favorables au marché et au libre-échange (telles que la zone de libre-échange continentale africaine) dont l’Afrique a besoin de toute urgence pour se développer véritablement et être en mesure de faire face aux tempêtes économiques mondiales qui se profilent.
  3. Parce qu’elle aggrave la pauvreté, soutient les gouvernements dictatoriaux (une caractéristique de l’Afrique postcoloniale), cimente la répression économique et retarde les réformes, la dette systémique est un mécanisme d’oppression, d’injustice et de violation des droits humains.
  4. Les remboursements de la dette paralysent davantage des économies déjà paralysées en détournant des parts de plus en plus importantes des recettes publiques vers le service de la dette. (Pire encore, les pays africains paient des taux d’intérêt beaucoup plus élevés [5 à 16 %] sur leurs euro-obligations que les pays développés, qui, grâce aux taux d’intérêt artificiellement ultra bas de leurs banques centrales, ont tendance à payer des intérêts quasi nuls sur leur dette).
  5. Plus le gouvernement s’endette en déficit budgétaire, plus l’arrangement devient insoutenable et préjudiciable, et plus l’État devra percevoir de revenus pour faire face à l’augmentation des niveaux d’endettement. Cela signifie une charge fiscale plus lourde à l’avenir. Et les impôts élevés sont l’un des principaux obstacles au développement économique. Moins de développement signifie plus de pauvreté, ce qui signifie plus de souffrance humaine et plus de décès liés à la pauvreté.
  6. Comme les dépenses publiques partout, les dépenses des gouvernements africains ont tendance à être embourbées dans la corruption, le copinage, le détournement de fonds, la recherche de rente, la surfacturation et le gaspillage. Il existe de nombreux exemples, mais considérons le cas du tristement célèbre “chemin de fer vers nulle part” du Kenya ou comment l’argent des prêts chinois a été détourné en République démocratique du Congo. En outre, ce système a tendance à attirer et à engendrer des politiciens sans scrupules qui restent au pouvoir en faisant des promesses électorales de conte de fées (c’est-à-dire, libérez ceci, libérez cela) sur le dos des dépenses gouvernementales alimentées par la dette, ainsi que des groupes d’intérêts spéciaux et d’autres opportunistes cherchant à s’enrichir grâce aux dépenses, aux faveurs et aux privilèges du gouvernement. Tout cela conduit à une dette supplémentaire pour maintenir la frénésie des dépenses.
  7. La dette systémique exacerbe également les disparités de revenus et de richesse, car les élites dirigeantes et leurs associés (par exemple, les grandes entreprises et autres groupes d’intérêts) bénéficient en premier et davantage de ces injections d’argent par le biais de divers programmes. Comme l’a noté George Ayittey, «Les personnes les plus riches d’Afrique sont les chefs d’État, les gouverneurs et les ministres. Ainsi, chaque Africain “instruit” qui veut être riche – et il n’y a rien de mal à vouloir être riche – se dirige directement vers le gouvernement ou la politique».
  8. De plus, la dette systémique conduit à une situation où les gens, leurs enfants et même les enfants à naître devront être imposés pour payer les dépenses publiques largement inutiles et contre-productives d’aujourd’hui. Telle est la nature moralement en faillite et insidieusement ruineuse de cet arrangement.
  9. A cela s’ajoute le fait que la dette systémique est utilisée comme un instrument pour piéger les pays africains dans la pauvreté et la vassalité, principalement par l’Occident mais aujourd’hui par d’autres aussi.

En conclusion

Certains pays africains pourraient être somnambules vers une crise stagflationniste de type sri-lankais ou un autre type de ruine économique si le cocktail actuel de politiques économiques s’éternise. En effet, en insistant sur les dépenses alimentées par la dette et l’approche de développement menée par l’État en temps de crise, et malgré la situation économique très précaire d’aujourd’hui, les gouvernements africains nuisent davantage à leurs économies, maintiennent la répression économique, maintiennent leurs pays dépendants de l’aide, appauvrissent leur et affaiblir les fondamentaux économiques, rendant ainsi leurs économies encore plus vulnérables aux chocs externes.

Aller plus loin :

Le réchauffement climatique pourrait ne pas se produire aussi vite que proposé – voici pourquoi

Les plantes absorberont plus de dioxyde de carbone que prévu, ce qui signifie que...

«Accords de compensation carbone», COP28 et écocolonialisme : la RDC à la croisée des chemins

La lutte est clairement engagée pour un nouveau système mondial (nouvel ordre mondial économique,...

Comment une monnaie inflationniste provoque la crise de l’abordabilité

La vie abordable est un sujet important de tous dans la vie de tous...

Dette publique, néocolonialisme financier et alternatives par l’Afrique

Un nouveau type d'appareil institutionnel qui favorise la coopération, plutôt que la concurrence, est nécessaire pour la libération économique de l'Afrique et celle du Tiers-Monde plus généralement.

L’inhumanité du programme écologiste : le régime de la «durabilité» appauvrit le monde !

Source : Joel Kotkin, The inhumanity of the green agenda - The 'sustainability' regime...

La Banque mondiale et le FMI ont transformé les pays pauvres du tiers monde en accros aux prêts

Plutôt que d'améliorer la vie des gens et de la planète, les politiques de la Banque mondiale, du FMI et de l'OMC consolident et sécurisent la richesse et le pouvoir d'une petite élite d'entreprises. Elles contribuent à de graves déséquilibres dans l'économie mondiale, y compris une croissance alarmante des inégalités, tant à l'intérieur qu'entre les nations.

L’impossibilité de l’égalité

La diversité inévitable de l'emplacement de l'homme élimine efficacement toute possibilité d'égaliser les «opportunités».

Le pouvoir du wokisme : comment l’idéologie de gauche sape notre société et notre économie

Dans cette note pour Mises wire, Allen Mendenhall analyse la façon dont se structure...

Lire aussi :

Oubliez le piège de la liquidité : des politiques monétaires laxistes provoquent des récessions

La seule raison pour laquelle l'illusion que les autorités centrales peuvent développer l'économie semble réelle est due à une expansion temporaire de l'épargne réelle. Lorsque l'épargne diminue, ces politiques monétaires créent un ralentissement économique.

Les plus lus

Réévaluation du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) en République Démocratique du Congo

Le Conseil national du travail (CNT)  a retenu lors de sa 33ème session ordinaire,...