Le côté obscur de la mondialisation. Le cercle vicieux de l’exploitation de l’intégration du marché mondial : la leçon du Congo

- Publicité -

La région du Congo est l’un des meilleurs exemples des conséquences négatives de l’intégration du marché mondial (et donc de la mondialisation) dans le monde. La République démocratique du Congo (RDC) d’aujourd’hui est un État presque “parfaitement” défaillant – bien que pas nécessairement en ce qui concerne la fonction d’un État en tant que machine à revenus pour ses dirigeants, mais certainement en ce qui concerne presque toutes les autres fonctions de l’État, y compris les fonctions les plus élémentaires. comme la sécurité ou la fourniture d’infrastructures pour ses habitants. Cependant, la récente guerre civile n’était que la pointe de l’iceberg d’un système bien établi de violence structurelle, qui n’est ni simplement le résultat d’un héritage post-colonial ni colonial. Remarquablement stable, elle remonte au tout début de l’intégration du Congo dans l’économie mondiale. Depuis le premier contact avec les Européens, il a connu un cercle vicieux d’exploitation qui favorise la violence et est alimenté par les rapports de force internes mais plus encore par les exigences du marché mondial. Si l’objet de ces revendications (esclaves, ivoire, caoutchouc, cuivre, diamants, coltan) a changé au fil des siècles et des décennies, les structures de dépendance et les modes d’exploitation n’ont pas fondamentalement changé. Ainsi, tout effort pour améliorer durablement les conditions économiques, sociales et politiques au Congo, qui sont parmi les plus dévastatrices au monde, doit tenir compte de cet héritage.

Article de Andreas Exenberger et Simon Hartmann, publié dans Working Papers in Economics and Statistics No. 2007-31, University of Innsbruck, Department of Public Finance. (Notre traduction).


Introduction

En février 2007, le Conseil de sécurité des Nations unies a prolongé de deux mois une mission en République démocratique du Congo (RDC). La Mission de l’ONU en RD Congo (MONUC) se compose d’environ 20 000 personnes (dont 16 475 soldats), qui doivent faire face à l’imposition et à la consolidation de la paix dans les régions de l’Est de la RDC déchirées par la guerre. Sa tâche la plus importante est de protéger la population civile battue, qui a dû souffrir d’un conflit violent extraordinaire, en particulier entre 1998 et 2001. Au cours de la dernière décennie seulement, environ quatre millions de personnes ont été tuées (Coghlan et al. 2006), ce qui en fait l’une des guerres les plus sanglantes au monde après 1945 (Leitenberg 2006). Ces faits étant donnés, le document se concentre sur l’intégration du Congo dans l’économie mondiale, qui a commencé en 1482, lorsque les Portugais sont arrivés pour la première fois dans la région. Celle-ci est étroitement associée à la mondialisation, car «l’intégration inter-pays» des marchés (marchandises, travail et capital) est généralement considérée comme sa caractéristique la plus fondamentale (Bordo et al. 2003, explicitement dès les p. 1-2). Plus encore, les activités portugaises ont clairement été à l’origine de ce processus à une échelle véritablement mondiale (Exenberger 2004). Par conséquent, l’analyse met essentiellement en évidence des modèles récurrents d’exploitation pendant la traite atlantique des esclaves et le colonialisme, ainsi que la période postcoloniale d’échec quasi continu de l’État. En outre, l’exploitation systématique axée sur le marché mondial a souvent entraîné directement des massacres dus aux guerres ou au travail forcé. Ainsi, le Congo sert de référence analytique importante pour les impacts négatifs et les conséquences de la mondialisation, et illustre certains côtés sombres de ce processus. Cela vaut même si la mondialisation est généralement considérée à juste titre comme bénéfique pour la plupart des personnes concernées (Bhagwati 2004 ; Stiglitz 2006).

- Publicité -

Comme le montre même un regard superficiel sur le Congo, l’échec et l’effondrement de l’État d’aujourd’hui dans ce pays sont fortement liés à son histoire, qui est dans une large mesure l’histoire économique de l’intégration du marché mondial. La domination postcoloniale, par Mobutu Sese Seko, la domination coloniale par le gouvernement belge et le roi Léopold II et même le premier contact avec les explorateurs, commerçants et missionnaires portugais, ne sont en aucun cas indépendants de la catastrophe d’aujourd’hui – comme ils ne l’étaient pas des catastrophes passées. Si celle-ci s’évalue facilement sur le plan rhétorique, elle ne fait que rarement l’objet d’analyses, sans parler des théorisations économiques (comme par exemple en économie internationale). Ainsi, une analyse historique appropriée de la région aidera non seulement, mais est nécessaire pour identifier certains effets négatifs de la mondialisation et les causes de l’échec de l’État, au moins dans la région du Congo, mais dans leur dimension systématique qui ne s’y limite nullement. De plus, une analyse économique de la pauvreté, des conflits et des guerres civiles est clairement utile dans le cas du Congo. Ainsi, une approche interdisciplinaire (économique et historique) contribuera à une meilleure compréhension des ravages actuels et est nécessaire pour prévenir les conflits futurs.

Ces conflits sont clairement parmi les défis les plus agaçants pour les pays en développement au 21e siècle, qui sont souvent pesés durablement sur leurs chances mêmes de développement par eux. De plus, le problème découle d’un processus généralement positif, qui est l’intégration de ces pays au marché mondial. De ce fait, la mondialisation, habituellement considérée comme un moyen de résoudre le problème du sous-développement, s’avère être – au moins potentiellement – ​​également une partie du problème. Pour révéler cela, un cadre de cercles vicieux d’exploitation sera développé dans les pages suivantes. Dans un premier temps, les mécanismes à l’œuvre lors des cycles les plus importants valables pour la région du Congo seront décrits (focus sur le path-dependence), dans un deuxième temps l’analyse économique des guerres et conflits sera intégrée à ce système explicatif (focus sur l’économie de guerre), et troisièmement – ​​sous la forme de remarques conclusives provocatrices – certaines implications politiques seront discutées.

Dépendance au chemin d’exploitation

D’hier à aujourd’hui, le (non-)développement de la région du Congo a été fortement influencé par des acteurs et des facteurs externes. Bien sûr, les forces intérieures ont également été importantes tout au long de l’histoire, mais ces relations extérieures ont particulièrement façonné la voie de développement des pays. Peu de temps après que le premier aventurier portugais, Diogo Cão, ait découvert l’estuaire du fleuve Congo en 1482, les peuples congolais ont été contraints à un système commercial mondial qui a contribué de manière importante – après plusieurs décennies – à l’effondrement d’une société et d’un État déjà bien établis. Les commerçants européens ont très probablement profité le plus de ce processus de “création de richesses”, tandis que les marchands locaux et les rois ont bien sûr également gagné, bien que beaucoup plus dans le sens d’un “détournement de richesses” : les côtes et leurs élites locales en ont profité aux dépens de l’arrière-pays, qui perdait de son importance et de plus en plus de population, ce qui conduisait à une désintégration politique croissante (Ekholm 1972 ; Hilton 1987).

- Publicité -

De toute évidence, déjà avant que les Européens ne découvrent la côte centrafricaine, les Africains faisaient localement le commerce des esclaves, principalement parce que dans l’Afrique précoloniale, la main-d’œuvre remplissait la même fonction que la terre dans l’Europe féodale et que les rois étaient des seigneurs (Thornton 1999, 72-97). En particulier, les rois, les chefs locaux et les propriétaires terriens, avaient réduit en esclavage des prisonniers de guerre, condamné des criminels et des personnes endettées dans un système de «pêche à l’homme» (Thomas/Bean 1974).

Figure 1 : Zones d’exploitation dans la région du Congo (© Simon Hartman).

Le dépeuplement des Amériques au lendemain de la conquête européenne (dû aux maladies et à la violence) a eu deux conséquences économiques principales à l’échelle mondiale, toutes deux offrant un environnement encore plus favorable à la traite négrière. Elle a eu pour effet d’aggraver la pénurie de main-d’œuvre et de favoriser l’abondance de terres à bas prix dans les Amériques. Cela a orienté l’expansion du monde capitaliste vers la production primaire en tant que vecteur important de création de richesse, mais cela a également produit une demande de main-d’œuvre directement dépendante du taux d’extinction de la population locale (Wallerstein 1985). Ainsi, en particulier dans les Caraïbes, où la population a été presque décimée, et au Brésil et en Amérique du Nord, où le taux de population à cultiver a été extraordinairement bas pendant longtemps, le développement d’une économie de plantation (sucre, tabac, café , coton, etc.) nécessitait un apport important de main-d’œuvre. Ainsi, du XVIe au XVIIIe siècle, la traite négrière «africaine» s’est transformée en un commerce «atlantique» mondialisé à grande échelle, reposant en grande partie sur des capitaux privés (Klein 1999; Curtin 1969).

- Publicité -

Les esclaves congolais (c’est-à-dire les personnes originaires de la région située entre le Gabon actuel et le centre de l’Angola) ont été exclusivement attaqués par des chasseurs d’esclaves africains – initialement principalement près de la côte, mais à partir du début du XVIIIe siècle, à plusieurs centaines de kilomètres à l’intérieur des terres également (Klein 1999, 116). La plupart des esclaves sont arrivés à Loango et Luanda, ports d’esclaves au nord et au sud de l’estuaire du Congo, qui sont restés les plus grands pourvoyeurs d’esclaves pendant toute l’ère. Les exportations de ces ports ont atteint un pic de 35 000 à 50 000 «têtes»[1] par an dans les années 1790 (Inikori/Engerman 1998, 9 ; Bobb 1988, 195; Klein 1999, 208-211, Miller 1998, 109 ; voir aussi Exenberger 2007 pour une vue d’ensemble, notamment sur les prix).

Figure 2 : Prix des esclaves au Brésil (1600-1820).

Le caractère de la traite atlantique des esclaves a fait des Européens les principaux bénéficiaires. Le «commerce triangulaire» (Findlay 1990 ; Reinhard 1985, 133-152 ; Williams 1994) leur offrait une quadruple opportunité de réaliser des profits – d’abord de fabriquer et de réexporter des articles (textiles, mousquets, perles, etc.) pour le commerce entre l’Europe et l’Afrique, deuxièmement du commerce des esclaves d’Afrique vers les Amériques, troisièmement de l’exploitation des ressources coloniales (sucre, coton, tabac) des Amériques pour l’exportation vers l’Europe, et quatrièmement du transport de toutes ces marchandises. Les producteurs et les consommateurs bénéficiaient d’une main-d’œuvre bon marché, les chasseurs et commerçants d’esclaves africains, ainsi que les producteurs des ports négriers qui fournissaient la restauration aux navires négriers et aux équipages, bénéficiaient également de ce commerce. Les principaux perdants de ce commerce étaient les Africains réduits en esclavage et leurs familles (Inikori/Engerman 1998). En plus de la violence cruelle de la traite négrière et de l’esclavage, la perte d’un grand nombre de jeunes travailleurs menaçait l’existence de familles et de royaumes entiers dont les structures politiques, sociales et économiques disparaissaient quasiment (Klein 1999, 125-129). La quantité de l’impact démographique n’est pas claire, bien qu’elle soit certainement importante. Le nombre de déplacés congolais est estimé à 13 millions (Rinchon 1929) et plus de 50 % de ceux capturés sont probablement morts avant d’atteindre leur destination finale (Iliffe 1997, 182-183, Miller 1988, 440-441). Ainsi, la conquête du continent américain a provoqué une seconde catastrophe démographique de grande ampleur en Afrique (Miller 1988).

A commencer par les Danois, en 1805, et les Britanniques, en 1808, de plus en plus de pays ont aboli la traite négrière, puis l’esclavage. Dans ce contexte, de nombreux auteurs évoquent «le premier mouvement politique pacifique de masse» qui aurait pu ouvrir la voie à l’abolition par «des formes modernes de propagande politique» (Klein 1999: 183). Tout aussi importante a été une augmentation brutale de la croissance démographique due à la transition démographique qui a commencé au début du XIXe siècle. De plus, la révolution industrielle a entraîné une plus grande efficacité productive et de nouvelles machines ont favorisé la culture du sucre et du coton sans esclaves (Pakenham 1994, en particulier 41-42).

Alors que les prix des esclaves ont encore augmenté au cours du 19ème siècle (Miller 1986, 70-72), parce que – entre autres raisons – le commerce est devenu plus risqué en raison de l’action politique contre l’esclavage, en Afrique les marchands ont trouvé d’autres articles encore plus rentables, tels que l’huile de palme en Afrique de l’Ouest (Manning 1986) ou l’ivoire (Rempel 1998), qui ont remplacé le recul de la traite des esclaves. Au Congo, le changement s’accélère lorsque le prix du marché mondial de l’ivoire a augmenté de 300 % en 1836 seulement (Harms 1981, 39). Néanmoins, le modèle est resté le même: «la traite de l’ivoire, comme la traite des esclaves dans l’Atlantique, était essentiellement une entreprise de type extractif : elle n’a ni stimulé la croissance des industries subsidiaires ni encouragé une plus grande productivité de la part des gens ordinaires». (Harms 1981, 43) Ainsi, la traite atlantique des esclaves et le commerce de l’ivoire représentaient des ressources précieuses et leur commerce suivait la même structure d’exploitation motivée par la demande mondiale et menée par la violence. Cette violence n’était pas seulement dirigée contre les animaux payant la ressource de leur vie, mais aussi contre la population locale contrainte à des réseaux commerciaux à grande échelle, y compris le dangereux «ramassage» de la ressource.

Alors que la traite négrière atlantique s’est déroulée sans occupation effective – bien que James A. Robinson ait trouvé «un grand nombre de preuves que l’influence européenne était importante avant la colonisation» (Robinson 2002, 515) –, au milieu du XIXe siècle, d’immenses pans de la l’arrière-pays de l’Afrique centrale étaient totalement inconnus des Européens. La «ruée vers l’Afrique» (Chamberlain 1974 ; Pakenham 1991) a commencé à contester l’hégémonie britannique dans l’économie mondiale et les efforts croissants de différents Européens pour détecter de nouvelles sources de profit en Afrique. En raison du potentiel apparent de ressources naturelles du Congo, le roi des Belges Léopold II a chargé Henry Morton Stanley “d’explorer” l’arrière-pays congolais (en suivant le cours du fleuve Congo, de sa source à son estuaire qui s’est déroulé de 1874 à 1877 ) et conclure des traités avec les chefs locaux pour céder leurs terres au roi. Les négociations ont été principalement menées par la coercition, la violence et la malveillance de la part de Stanley et donc l’acquisition était “bon marché”. Un cadre institutionnel pour le partage de l’Afrique entre les Européens est finalement établi à Berlin en 1885. A cette occasion, sur la base de plus de 450 traités issus des «travaux» de Stanley et de la promesse d’assurer le libre-échange dans le bassin du Congo, Léopold II reçoit une colonie privée en Afrique. L’acte général de Berlin a énoncé la base juridique de l’exploitation capitaliste de ce soi-disant “État indépendant du Congo” (Becker 2004; Stanley 1885), qui couvrait une superficie presque 80 fois plus grande que la Belgique.

La domination coloniale du roi belge consistait exclusivement en une exploitation totale des ressources naturelles à des fins économiques privées. Pour atteindre son objectif, le commerce de l’ivoire et surtout du caoutchouc étaient les principales entreprises. L’invention du pneumatique en 1888 et le développement d’industries diverses pour le caoutchouc (imperméable, chaussures, isolement, etc.) ont contribué à un triplement des prix du caoutchouc brut entre 1890 et 1910. Outre la production de caoutchouc, des transactions foncières spéculatives avec des entreprises cotées en bourse ont généré d’énormes profits (Morel 2005, 142-145, Nelson 1994). Néanmoins, de grandes parties de la colonie sont restées sans occupation effective (bien que non légale).

Les zones riches en caoutchouc appartenant directement à la couronne, l’ABIR (Anglo-Belgian Indian Rubber and Exploration Company) et la Société Anversoise du Commerce du Congo (SACC), ont été soumises au travail obligatoire en stipulant une taxe sur le caoutchouc. Par conséquent, les indigènes ont été contraints de produire certaines quantités de caoutchouc. Cela impliquait un travail extensif et dangereux dans la forêt tropicale sans aucune récompense, pendant environ 24 jours par mois. Le roi belge a appelé à une production de plus en plus importante en raison de la hausse des profits et de la concurrence de l’Amérique du Sud et plus tard également des plantations de caoutchouc nouvellement établies en Asie de l’Est (Hochschild 2002, 247-255). De plus, la construction de voies ferrées a réduit les coûts de production et donc favorisé la compétitivité (Emerson 1979, 147-148, Edgerton 2002, 63).

De plus, les fonctionnaires de l’État libre ont été autorisés à utiliser toutes les formes de cruauté pour répondre aux exigences de production. En raison des terribles méthodes d’agonie et de torture utilisées, un ancien officier de district a conclu: “Si un homme est enclin à la dégénérescence et à la brutalité, l’État indépendant du Congo est un bon forcing pour ses mauvaises qualités”. (Nelson 1994, 93) Cela n’est pas resté un secret et une protestation internationale contre le régime colonial sans scrupules induit par l’Association pour la réforme du Congo d’Edmund D. Morel a finalement forcé Léopold à céder sa colonie privée à la Belgique en 1908 – bien sûr seulement lorsque le roi lui-même était proche de la mort et la colonie au bord de la faillite. Selon les estimations prudentes de Jules Marchal, le profit personnel total de Léopold de la domination coloniale s’élevait à 220 millions de francs, ce qui équivaut à 1,1 milliard de dollars contemporains (Hochschild 2002, 423) et a définitivement fait du roi le producteur d’ivoire et de caoutchouc le plus prospère à cette époque.

D’autre part, les indigènes étaient complètement exclus de l’économie par le monopole commercial de l’État indépendant du Congo. Alors que d’autres récoltaient des bénéfices, de nombreux Congolais sont morts de famine, d’épuisement, de maladies et de violences brutes, y compris de coupures de mains à grande échelle (une punition pour le non-respect des quotas, qui était également influencée par l’efficacité économique, car elle épargnait des balles). De plus, une baisse significative des taux de natalité s’est produite entre 1896 et 1903. Des estimations fondées font état de 10 millions de décès sur une période d’environ 25 ans, ce qui représente la moitié de la population (Hochschild 2002, 348-359 ; McCalpin 2002, 35 ). Par conséquent, ces taux de mortalité extraordinairement élevés ont provoqué une autre catastrophe démographique et une détérioration irrévocable de la vie politique et sociale précoloniale des Congolais. Il s’agit une fois de plus de la récurrence de la même structure d’entreprise, où l’accès aux profits du caoutchouc sur le marché mondial, est contrôlé par une violence directe et brutale.

Figure 3 : Prix du caoutchouc sur le marché mondial (1870-1920).

La domination belge a abandonné le système de concession léopoldien, désormais considéré comme «inefficace» (Wallerstein 1985:48). De plus, la production de caoutchouc a considérablement diminué après 1905 à mesure que le caoutchouc naturel et la main-d’œuvre s’épuisaient [2]. A cette époque, une pénurie d’approvisionnement en matières premières, notamment minérales, se produisit sur le marché mondial, aggravée par la Première Guerre mondiale. Ainsi la détection du cuivre, du cobalt et de l’uranium, en 1911, ouvre la voie à une mutation économique au Congo belge. Avec l’extension du système ferroviaire au Katanga riche en ressources, le Congo est rapidement devenu le quatrième producteur de cuivre au monde. Les concessions accordées aux entreprises belges – près des trois quarts de l’ensemble des affaires coloniales étaient dominées par cinq trusts (Edgerton 2002, 169 ; Hillman 2002) – ont contribué à la croissance économique et au profit. L’économie congolaise, cependant, n’a changé que de la cueillette et de la chasse à l’exploitation minière et donc de l’une à l’autre activité extractive. Au cours des années 1920, les principales exportations étaient le cuivre, l’or, les diamants et l’étain. Particulièrement pendant les deux guerres mondiales, le Congo belge a réalisé des exportations de cuivre extraordinairement élevées (Edgerton 2002, 168-173). Cependant, ce n’était pas une réussite totale : la Grande Dépression des années 1930, par exemple, a entraîné une réduction de 50 % du nombre de mineurs au Katanga (Nelson 1994, 154-156).

Semblable à la règle du roi belge, le travail obligatoire et la cruauté ont de nouveau été considérés comme importants pour un développement économique réussi. L’administration est devenue plus bureaucratique (financée aussi par capitation) et l’exploitation des ressources naturelles plus efficace (McCalpin 2002, 35), bien que des officiers corrompus aient terrorisé le peuple. Par conséquent, faute d’autres alternatives, de nombreux Congolais ont été contraints de travailler dans des mines dangereuses. Ils ont reçu de petits (voire aucun) avantages de la réussite de l’économie d’exportation car le surplus était transféré en Belgique, et par conséquent la colonie manquait de ressources pour l’investissement domestique (Ki-Zerbo 1988, 506). Les infrastructures ont été principalement construites par des entreprises, qui avaient un fort penchant pour le développement dans les zones riches en ressources (comme le Katanga) et non dans les zones très peuplées. Les institutions d’exploitation au Congo belge ont généralement maintenu les structures de la domination léopoldienne et ont ainsi perpétué le même système prédateur, sauf que le caoutchouc a été remplacé par des minéraux, notamment le cuivre.

Dans de nombreux pays africains, une nouvelle confiance en soi est apparue après la Seconde Guerre mondiale, qui s’est principalement exprimée par la création de mouvements politiques luttant pour l’indépendance. A cette époque, la vie des autochtones était encore fortement marquée par le racisme et la discrimination, qui s’exprime notamment par le refus de l’enseignement supérieur aux Africains. C’était l’une des principales raisons de l’échec de l’État du Congo indépendant. Au moment de l’indépendance, par exemple, seuls 15 Congolais (!) détenaient des diplômes universitaires (Ki-Zerbo 1988, 586). Cela a certainement empêché une transition bien régulée vers l’indépendance, qui a finalement été réalisée par le MNC (Mouvement Nationale Congolaise), dirigé par Patrice Lumumba, et d’autres. Lumumba remporte ainsi les premières élections nationales libres en mai 1960. Cependant, le Congo est mal préparé à l’indépendance et l’influence belge reste forte. Ainsi, onze jours seulement après l’indépendance, le Katanga riche en ressources a fait sécession. Des querelles internes entre le président de l’État Kasavubu et le premier ministre Lumumba ont conduit à l’emprisonnement et à l’exécution de Lumumba dès 1961. Cela s’est déroulé en étroite collaboration avec la Belgique, la CIA et l’ONU (De Witte 2001, 51, 192; Ziegler 1980, 223). Ainsi, jusqu’à ce que Mobutu Sese Seko, commandant suprême des forces armées, assure le contrôle du pays à nouveau unifié[3] après cinq ans, l’indépendance se caractérisait par un chaos persistant et une économie en crise.

Mobutu a dirigé le pays pendant 32 ans (Wrong 2000). Au cours de cette ère de régime autocratique, les minéraux, principalement produits dans les provinces de l’Est, sont restés le produit d’exportation le plus important et représentaient une part considérable des exportations totales du marché mondial. A cette époque, principalement le cuivre (le principal produit d’exportation jusqu’au milieu des années 1970), les diamants industriels (représentant les deux tiers de la production mondiale non communiste), le zinc (4,3 % de la production mondiale), l’uranium et le cobalt (dans les deux cas, le Congo détenait la part de marché mondiale la plus élevée) étaient des sources majeures de richesse (Ki-Zerbo 1988, 582 ; Bobb 1988, 69). De plus, le fleuve Congo, du fait de ses masses d’eau et de ses chutes d’eau, aurait fourni la plus grande réserve hydroélectrique au monde (Harms 1981, 1 ; UNJLC 2005), et le potentiel agricole du pays pourrait “se nourrir facilement ainsi qu’une grande partie de la reste de l’Afrique”, comme le disait National Geographic en 1991. Malgré ces perspectives exceptionnelles, Mobutu a accompli une dégénérescence économique sans précédent de “son” pays riche en ressources. Depuis 1974, tous les indicateurs économiques importants ont été victimes d’un déclin spectaculaire, tandis que les services et l’industrie en particulier ont diminué jusqu’en 1998 à un quart de leurs niveaux de 1974 (Ndikumana/Emizet 2005, Fig. 3.1 ; Akitoby/Cinyabuguma 2004). Dans le même temps, Mobutu a personnellement profité de toutes les entreprises légales et illégales, mais a refusé de fournir même les biens publics de base (soins médicaux, éducation) à la population. Au contraire, Mobutu a institutionnalisé la “cleptocratie” et a utilisé la règle personnelle pour développer un système de corruption et de copinage en faveur de sa richesse personnelle à une perfection sans précédent (Lemarchand 2003 : 31). Une fois de plus, des structures prédatrices ont été adoptées et ressemblaient beaucoup à la domination coloniale.

Durant les premières années de Mobutu, seule l’abondance minérale du Congo en lien étroit avec des prix extraordinairement élevés du cuivre assurait toute performance économique (Akitoby/Cinyabuguma 2004, 6). Des problèmes sont survenus lorsque les crises économiques mondiales du milieu des années 1970, associées à la forte augmentation du prix du pétrole, ont provoqué une détérioration des prix de plusieurs ressources. Au début de 1975, le prix du cuivre – qui reste le principal produit d’exportation du Congo – est passé de 1,40 $ US à 0,53 $ US, ce qui a réduit de moitié la valeur d’échange des exportations. Dans le cas du Congo, le degré extraordinairement élevé de dépendance vis-à-vis des exportations de cuivre a généré des termes de l’échange encore pires que ceux auxquels les économies moins développées étaient confrontées (Young/Turner 1985, 306). Le Congo a souffert de la «maladie hollandaise» (Neary/van Wijnbergen 1986), qui a par conséquent enfermé l’économie dans un équilibre défavorable[4]. De plus, la dépendance à long terme vis-à-vis des exportations de produits primaires tend à créer des «États prédateurs» (Evans 1995, 43-73), dans lesquels seuls quelques collaborateurs sont récompensés[5]. Ils profitent immédiatement des exportations de ressources et, par conséquent, une industrie diversifiée ou un système fiscal efficace n’est pas essentiel. Comme le montre par exemple Wilson Perez dans une analyse à partir de la théorique des jeux : “le dirigeant au [… Nigéria et en RDC] a choisi une stratégie d’appropriation/distribution, au lieu d’une stratégie de production/imposition. Cela aura un effet supplémentaire : le régime ne se soucie pas de fournir un environnement sûr pour les entreprises, de faire respecter les droits de propriété et les contrats, ou de fournir d’autres biens publics, car la fiscalité n’est pas la source de ses revenus” (Perez 2004, 36). En raison d’un manque d’industries compétitives, la plupart des travailleurs restent dans le secteur rural, ce qui retarde l’urbanisation, empêche l’accumulation de compétences et accroît ainsi la vulnérabilité aux tensions sociales et au chômage. Afin d’anticiper les troubles, l’État construit des industries inefficaces et protégées qui sont financées par les rentes du secteur primaire. Par conséquent, l’économie s’enferme dans un “staple trap”piège de base – (Schedvin 1990 ; Auty 2001b) qui la rend de plus en plus vulnérable à un effondrement économique dû à des chocs de prix en raison d’un faible degré de diversification économique (Auty 2001a, 321-322). Cette conclusion est fortement étayée par des résultats empiriques : les pays riches en ressources affichent en moyenne une croissance économique deux à trois fois inférieure à celle des pays en développement disposant de gisements de ressources rares (Auty 2001a, 3).

Mais comme ces résultats le sont, la logique de la maladie hollandaise est une généralisation, alors que chaque cas est bien sûr spécifique. Au Congo, la marginalisation de l’industrie nationale a bien plus pour origine (au regard de la prospérité de son pays) les agissements terriblement imprudents du président Mobutu que d’une réévaluation de la monnaie nationale. Il a jeté les bases définitives de l’échec de l’État et de l’effondrement économique ultérieur déjà par la “zaïrianisation” en 1973, lorsque le président a renommé le pays en “Zaïre” et a décrété l’expropriation des étrangers. Leurs affaires ont été distribuées aux Congolais sans aucun respect pour leurs compétences.

De nombreuses succursales sont devenues inefficaces et, par conséquent, de plus en plus d’entreprises se sont détériorées et ont disparu. De plus, Mobutu a personnellement revendiqué la majeure partie du gâteau et s’est emparé de 14 grandes plantations (employant 25 000 travailleurs) et d’un quart de toute la production de cacao et de caoutchouc du pays (Wrong 2002, 98-99). Mobutu a établi et développé un système de recherche de rente et son règne est devenu un exemple de cleptocratie qui se reflète dans l’extraordinaire écart de richesse entre les gouvernants et les gouvernés (Le Billon 2003). Bien sûr, de nombreuses mesures étaient plutôt locales, mais néanmoins influentes : l’introduction d’un système de propriété foncière privée dans la région du Kivu par exemple y a causé de graves dommages à la cohésion sociale (van Acker 2005). Le Congo a été particulièrement touché par la détérioration des prix des ressources dans les années 1970 et 1980, car il a gagné jusqu’à 70 % des revenus d’exportation des minerais au cours de ces années (Akitoby/Cinyabuguma 2004, 9), plus tard même plus de 90 % (Dunning 2005, 465). Dès 1974, les tendances économiques se sont orientées vers le bas. Le PIB par habitant a chuté entre 1978 et 1989, passant de 360 ​​à 150 dollars américains (en dollars de 1987), lorsque l’inflation s’élevait à 106,5 % (McCalpin 2002, 43). Au début des années 1990, seuls 5 % de la population travaillaient encore dans le secteur formel (Wrong 2000 : 153). La corruption était le fait de bureaucrates sous-payés et le président réclamait jusqu’à 95 % des dépenses totales du gouvernement pour lui-même (Reno 1999, 154). Même les forces militaires et policières n’étaient plus payées. Ainsi, la sécurité nationale a été fortement affectée par le manque de discipline de la police et par les pillages de militaires, qui ont tué des centaines de civils (Lemarchand 2003, 32-38).

Pour compliquer encore les choses, le Congo, comme d’autres pays africains, s’était engagé à maintenir les frontières coloniales définies à Berlin en 1885 avec la formation de l’OUA (Organisation de l’unité africaine) en 1963 (Weiss/Mayer 1985, 178). Ce fait a causé plusieurs problèmes graves pour toute la région, car la géographie politique du Congo est plutôt problématique. Jeffrey Herbst a mentionné que le Congo est un pays «rimland» classique, ce qui implique une forte concentration de population dans les régions frontalières et une densité de population extraordinairement faible à l’intérieur. En lien avec l’immensité du pays et la dégradation des infrastructures – par exemple, seuls 15 % des rues héritées de la période coloniale étaient encore accessibles en 1985 (Reno 1999, 154) – un contrôle effectif du territoire national n’est guère possible et les régions frontalières sont très vulnérables à la sécession (informelle) (Herbst 2000, 147). En particulier dans les provinces de l’Est densément peuplées, de nombreuses grandes zones urbaines défiaient politiquement Kinshasa, située à plus de 1 000 kilomètres. Une forte dispersion de la population et un manque de contrôle efficace ont conduit à une profonde «volatilité» des frontières orientales, ce qui a encore aggravé le problème de leur arbitraire et de l’ignorance des liens historiques (Musah 2003, 160-161). Mobutu lui-même a clairement contribué au fractionnement et même au dé-développement économique : «Mobutu croyait que les investissements dans les infrastructures économiques, y compris ceux aussi simples que l’entretien du réseau de routes laissé par les colons belges, constitueraient une menace pour son emprise sur le pouvoir politique en facilitant mobilisation collective contre son régime” (Dunning 2005, 465). Pour assurer son règne sur un État prédateur, il a même activement promu une plus grande dé-diversification de l’économie déjà peu diversifiée, qui a piégé le pays dans un «équilibre inefficace et “sans investissement”» (Dunning 2005, 467).

En résumé, l’insécurité et la pauvreté au Congo déjà dans les années 1990 sont le résultat de l’échec de l’État. Mais la pauvreté et l’insécurité, ainsi que l’échec de l’État lui-même, sont des résultats clairs de la dépendance au sentier historique. La traite transatlantique des esclaves et la domination coloniale ont radicalement modifié les conditions démographiques et détruit les structures politiques, économiques et sociales précoloniales. Les structures unidirectionnelles et d’exploitation d’une économie coloniale ont conduit à de nouveaux pillages. Les investissements ont été limités aux zones riches en ressources et ont donc créé une infrastructure déséquilibrée, qui était exclusivement adaptée à l’objectif d’exploitation mais qui laissait de vastes parties du territoire à peine accessibles. Combiné à la géographie problématique, en raison de la démarcation coloniale et de la forte dispersion de la population associée, l’établissement d’un régime démocratique (efficace) après l’indépendance était hautement improbable, car même la simple intégrité territoriale était en fait impossible. Plus encore que dans beaucoup d’autres cas en Afrique, en particulier le Congo “avait un sens” en tant que colonie, mais pas en tant qu’État indépendant. De plus, la répression des indigènes (surtout refusant l’enseignement supérieur) par l’État colonial, a décidément contribué à aggraver les problèmes après l’indépendance. Tout cela s’est propagé depuis l’intégration de la région dans l’économie mondiale et donc sa descente dans le chaos après l’indépendance était également une conséquence logique, également nourrie par la croyance technocratique dans la construction de l’État postcolonial et la construction de la nation.

Cette situation est encore aggravée par les interventions internationales directes et indirectes dans les «affaires intérieures» après l’indépendance, qui – jusqu’à récemment – ​​ne favorisaient pas l’autonomisation des populations locales mais la perpétuation du pillage. La poursuite de l’économie d’exploitation et une orientation unidirectionnelle vers les exportations de minerais en relation avec une politique économique invalide et la cupidité et le désintérêt de l’élite dirigeante ont également affaibli l’économie. Comme les dirigeants coloniaux auparavant, le président a personnellement profité de chaque transaction tout en négligeant totalement la fourniture de biens publics, même essentiels. Là encore, des ressources précieuses étaient échangées sur les marchés mondiaux alors que la grande majorité de la population congolaise était totalement exclue de tout profit. Une politique économique particulièrement négligente associée au parrainage d’acteurs mondiaux a entraîné le ralentissement final de l’économie congolaise à partir des crises pétrolières des années 1970.

L’économie de la guerre civile et le dernier cycle

Dès le début de son règne, Mobutu avait reçu un abondant soutien financier et militaire extérieur des États-Unis, car il était classé comme un “allié fidèle” contre le communisme et fournissait des ressources minérales stratégiquement importantes telles que le cobalt (alliages, armes) et l’uranium (énergie, armes). La fin de la guerre froide a sapé cette position politique et affaibli sa base économique. En particulier, la suppression des aides financières, qui couvraient jusque-là les problèmes économiques fondamentaux, a provoqué un nouvel effondrement économique. Déjà au début des années 1990, la dette extérieure, dont une grande partie a ensuite été dénoncée comme «odieuse» (Ndikumana/Boyce 1998), s’élevait à trois fois le PIB annuel (Aktitoby/Cinyabuguma 2004, 7) et l’inflation annuelle est temporairement passée à plus de 23 000 % (Reno 1999, 154). L’effondrement total de tout ordre étatique est devenu inexorable au moins en 1992 (Lemarchand 2003 : 33) et s’est finalement soldé par un renversement violent par Laurent-Désiré Kabila en 1997, qui n’a que peu stabilisé la situation. Pas forcément de manière bénéfique, comme le concluaient les Nations Unies en 2001 : «L’exploitation des ressources naturelles de la République démocratique du Congo par les armées étrangères est devenue systématique et systémique». (ONU 2001, § 214).

Le renversement de 1997 a été accéléré non seulement par la détérioration de la condition physique de Mobutu, mais aussi par les conséquences du génocide rwandais en 1994. Plus d’un million de Hutus ont traversé la frontière vers le Congo et ainsi bouleversé l’équilibre démographique à l’Est ( ONU 2001, §§ 21-24). L’effondrement de l’État du «Zaïre», riche en ressources, et les menaces à la sécurité des réfugiés ont motivé Kabila et ses alliés (principalement l’armée rwandaise) à aspirer au contrôle de l’ensemble du pays. En quelques mois, ils ont pris Kinshasa sans résistance, ont forcé Mobutu à quitter le pays (pour le Togo) et ont fait de Kabila le nouveau président de la République démocratique du Congo (RDC).

Immédiatement après ce succès, Kabila a appelé les armées étrangères à quitter le pays. Le Rwanda et l’Ouganda ont refusé pour des raisons de sécurité (contrôle des zones potentielles de concentration des opposants) et la perspective de gains considérables d’un contrôle effectif sur des ressources précieuses. Par conséquent, de fortes tensions entre les anciens alliés ont directement conduit à un conflit sanglant extraordinaire avec plusieurs mouvements rebelles et armées étrangères impliqués, outre le Rwanda et l’Ouganda également de l’Angola, de la Namibie et du Zimbabwe d’un côté, et du Soudan et du Tchad de l’autre (ONU 2001, § 24). Dans cette situation, Kabila n’a pu créer qu’une économie de conflit presque exclusivement dédiée à assurer sa survie politique (Dunn 2002), tandis que ses alliés et opposants ont également dû lutter contre plusieurs ennemis, dont des «entreprises» privées bien implantées dans l’économie mondiale et les intérêts des créanciers (Reno 2002). Cependant, les cruautés associées ont touché la quasi-totalité de l’Afrique centrale.

Le cas du Congo est certes particulier, mais il s’inscrit également dans les études empiriques existantes et évolutives sur les conflits. Cela confirme par exemple les conclusions selon lesquelles les conflits après 1990 ont été plus dévastateurs (bien que plus courts) qu’avant (Staines 2004). Dans leur étude sur les causes et les conséquences des guerres civiles, Paul Collier et Anke Hoeffler ont identifié quatre variables significatives liées à la probabilité des guerres civiles (Collier/Hoeffler 1998). Un risque élevé émerge de pays à très faible revenu par habitant, à forte concentration de ressources naturelles, à population nombreuse et à sociétés profondément polarisées. Au Congo, la pauvreté particulièrement répandue, l’abondance des ressources et l’hostilité entre les Hutu et les Tutsi ont contribué à la guerre civile. En outre, Collier (1999) a considéré qu’une grande proportion de jeunes hommes, en conjonction avec leur (faible) niveau d’éducation, est un facteur clé pour les guerres civiles potentielles – une autre caractéristique de la région du Congo.

De plus, l’échec de l’État au Congo impliquait l’absence de fourniture de biens publics (comme l’éducation) et donc «d’alternatives d’emploi significatives» n’existaient pas (Lemarchand 2003, 58). Jeffrey Herbst souligne que “la viabilité et la forme d’un mouvement rebelle ne peuvent être correctement déterminées qu’en fonction de la capacité de l’État qu’il défie” (cité dans : Cater 2003, 28). La faiblesse de l’État distingue considérablement le Congo (et d’autres zones de crise) des pays pacifiques riches en ressources (comme le Botswana, pour ne pas citer de comparaisons injustes comme l’Australie) et a donc un fort impact sur la probabilité du conflit – et le degré de sa violence. Une autre raison de ces différences est à rechercher dans la technologie (Olsson 2006) : l’exploitation de la kimberlite (comme en Afrique australe) est beaucoup plus capitalistique que l’exploitation alluviale (prédominante en RDC), qui est plutôt facile à réaliser et à forte intensité de main-d’œuvre et donc beaucoup plus facilement soumis à une exploitation violente à court terme mais plutôt résistant aux perturbations par la guerre.

Figure 4 : Prix du tantale sur le marché mondial (1964-2004).

Dans d’autres études, Indra de Soysa (2000) a trouvé un solide soutien empirique à un lien positif significatif entre l’abondance des ressources et les conflits armés et David Keen (1998, 2000) a détecté que dans de nombreux cas, l’accès aux ressources minérales – et non la victoire – est la base même des conflit. Keen (1998) souligne également que les conflits offrent des perspectives économiques en produisant des systèmes alternatifs de profit, de pouvoir et de protection. Au Congo, les acteurs profitant de la belligérance pourraient facilement s’appuyer sur (et adapter) les structures et institutions déjà établies pour continuer l’exploitation.  Dans ces circonstances, les profits tirés des ressources sont généralement réinvestis dans la guerre et contribuent ainsi indubitablement à sa perpétuation (Dunn 2002 ; Le Billon 2003 ; Ross 2003). Ingrid Samset (2002), dans son analyse de “l’industrie du diamant et de la guerre” congolaise, arrive aux mêmes conclusions. En règle générale, des quantités abondantes de coltan, de diamants, de cuivre, de cobalt et d’or ont été extraites du Congo pendant le conflit et les Nations Unies ont également conclu que l’accès à ces minerais constitue le principal objectif de la guerre (ONU 2001, § 213). Les diamants et le coltan, principalement issus de la production alluviale, comptent parmi les ressources faciles à extraire de manière rentable pendant les conflits, et présentent donc un potentiel de conflit exceptionnellement élevé.

De plus, les diamants ainsi que le coltan sont particulièrement adaptés à la contrebande en raison de leur rapport valeur/poids remarquablement élevé (Ross 2003, 52 ; MacGaffey 1991). Global Witness (2003) compte les diamants congolais parmi les «diamants du sang», reliant directement le commerce des diamants à la guerre civile (c’est-à-dire le commerce des armes) et à la violation systématique des droits de l’homme (c’est-à-dire le travail obligatoire). Du coltan, des métaux précieux comme le tantale, qui est essentiel pour la technologie spatiale, la microélectronique (c’est-à-dire les condensateurs pour téléphones portables et ordinateurs portables) et la technologie médicale (instruments chirurgicaux), sont extraits. On estime que 80 pour cent des réserves mondiales de cette ressource stratégiquement importante sont situées en Afrique, alors que 80 pour cent de ce gisement pourraient se trouver dans l’est du Congo, en particulier dans les Kivus (Nzongola-Ntalaja 2002, 28). Il existe de nombreuses preuves que le commerce du coltan – comme le commerce des diamants – est intrinsèquement lié au commerce des armes (en particulier avec la Bulgarie et la Russie) et aux violations des droits de l’homme (Renner 2002). Des armes bon marché étaient également facilement disponibles dans d’autres conflits africains.

Comme l’État congolais effondré n’était pas en mesure de contrôler la partie orientale du pays, des armées étrangères et des sociétés militaires privées ont capturé des enclaves riches en ressources pour en exploiter les ressources, ce qui a entraîné une privatisation du conflit (Renner 2002, 18; Ruf 2003, 172 ). Les diamants ou d’autres ressources précieuses sont devenus la principale «récompense» des conflits (Olsson 2006 ; Young 2002). Pour une exploitation illégale efficace, un contrôle limité suffit, alors qu’il n’est pas nécessaire de reprendre le pouvoir de l’État (Keen 2000, 29). Dans les zones locales, un grand nombre d’aérodromes non officiels ont été construits en tant que liens directs avec la demande (de ressources précieuses) et l’offre (d’armes) mondiales. De précieuses ressources étaient également acheminées vers les centres de transbordement voisins (en particulier les villes frontalières de l’Est du Congo, ainsi que Kigali au Rwanda, Kampala en Ouganda et Daressalam en Tanzanie), qui assuraient des liens avec le marché mondial (Nest 2006, 35; UN 2001, §§ 125-172), et aussi la région frontalière avec l’Angola est devenue plutôt indépendante et dollarisée dans une large mesure (De Boeck 2001).

Des pays comme le Rwanda (diamants) et l’Ouganda (or, diamants, bois exotiques) exportent même des ressources introuvables sur leur territoire. Depuis le début du conflit, les deux pays présentent des «irrégularités» suspectes de ce type dans leurs statistiques d’exportation (Dunn 2002, 68; ONU 2001, §§ 94-108). Dans le même temps, les deux petits pays disposent d’armées importantes et bien équipées (ONU 2001, §§ 110-117), qui ont été en partie financées par l’exploitation illégale des ressources au Congo. Le budget militaire rwandais, par exemple, recevait 20 millions de dollars américains par mois provenant du commerce du coltan (Clark/Koyame 2002, 206). Il y a bien sûr le revers de la médaille, et les Nations Unies ont également nommé 85 entreprises d’Allemagne, de Belgique et d’autres pays, qui étaient également impliquées dans le commerce illégal (ONU 2002, annexes 1 et 3). Et le commerce n’est pas le seul moyen de financer la perpétuation de la guerre : d’autres moyens incluent des mesures conventionnelles telles que l’augmentation des impôts, l’exploitation de nouvelles ressources de crédit ou l’obtention du soutien d’une diaspora, ainsi que des activités bien plus illégales telles que le détournement de fournitures de secours et la réorientation des autorités de l’argent d’aide à l’économie de guerre (Le Billon 2003 : 145), le pillage des personnes et des commerces, le trafic d’êtres humains et de drogue (Paes 2003 : 169) et le développement du marché noir (MacGaffey 1991, Ruf 2003 : 35), l’insécurité générale.

Tout cela a abouti à des réseaux informels et illégaux de pillage se propageant au-delà des frontières inter et intra-continentales (Taylor 2003), car les économies de guerre modernes sont rarement confinées aux frontières d’une économie nationale. Ils se caractérisent principalement par le contrôle des actifs nationaux et en même temps ils dépendent essentiellement de «toutes les formes de soutien et d’approvisionnement externes» (Duffield 1999, 27). Le plus gros acheteur de coltan est l’industrie électronique, qui a explosé en même temps que l’escalade du conflit au Congo. Au cours de l’année 2000, la demande de tantale a rapidement augmenté de 38 %, entraînant un prix extraordinairement élevé pouvant atteindre 500 dollars américains la livre (Hayes/Burge 2003, 22). En comparaison, les mineurs congolais – dans de nombreux cas contraints de travailler dans les mines – ont obtenu environ quatre fois cette quantité pour entre 4 et 8 dollars américains (Jackson 2003, 25-26).

Par conséquent, le PIB par habitant en RDC avait chuté à 85 dollars américains en 2000 (Akitoby/Cinyabuguma 2004, 4). La guerre a également tué environ quatre millions de personnes (Coghlan et al. 2006), déplacé au moins 2,3 millions et exposé 16 millions – soit un tiers de la population totale – à la faim. De nombreux Congolais sont devenus très dépendants du commerce de ressources précieuses comme le coltan, car beaucoup ont abandonné la production agricole lors de la «ruée vers le coltan» en 2000. Cette évolution a également directement induit une terrible pénurie de vivres pour la population de l’Est et prolongé le commerce illégal (drogues) et la prostitution (Jackson 2005, 164). La population locale est – encore une fois – largement exclue des profits du secteur minier. Au Congo, même les mineurs expérimentés n’ont pas obtenu l’accès aux marchés mondiaux, et par conséquent leurs profits sont plutôt limités. Ainsi, «les guerres civiles créent des opportunités économiques pour une minorité d’acteurs alors même qu’elles les détruisent pour la majorité» (Collier 1999 : 1). Les ressources comme les diamants et le coltan en tant que tels n’ont pas de valeur pour les Congolais, ce qui contribue bien sûr au faible prix de production. “[Ils …] ont peu de valeur intrinsèque ; ce n’est que dans le contexte du marché international qu’ils ont de la valeur”. (Cater 2003, 33).

En résumé, les ressources sont toujours le carburant des conflits et généralement de la violence et de la faiblesse de l’État au Congo et le principal canal d’utilisation de ces ressources sont les marchés mondiaux. Les collaborations alternées entre seigneurs de la guerre, armées rebelles, sociétés militaires privées et gouvernements corrompus dans de grandes parties de l’Afrique centrale d’une part et la demande des marchés mondiaux en plein essor d’autre part, contribuent certainement dans une large mesure à la perpétuation de la violence au Congo. Mais l’économie de guerre récente n’est qu’une répétition du même modèle d’exploitation observé auparavant dans l’histoire économique du pays. Des ressources très demandées et stratégiquement importantes étaient contrôlées par des élites (africaines ou européennes) au moyen d’une violence grossière. Des réseaux plus ou moins légaux ont mis ces ressources sur le marché mondial où elles étaient demandées par des acteurs mondiaux. Ainsi, une fois de plus, seules quelques élites africaines et acteurs mondiaux en ont considérablement profité (tout comme les consommateurs bien sûr aujourd’hui d’électronique, historiquement de sucre ou de pneus) alors que dans le même temps la population congolaise a terriblement souffert. La violence directe, structurelle et dans une certaine mesure même culturelle (Galtung 1996) garantit l’accès à des ressources rares et précieuses, garantissant que les profits de loin les plus importants sont finalement réalisés sur les marchés mondiaux, et non par les populations locales.

Nihil Novi Sub Sole?

Alors, n’y a-t-il rien de nouveau sous le soleil, et quelles leçons générales peut-on tirer de cette étude de cas particulière ? Entre autres choses, le Congo montre les conséquences du principe de maximisation à l’œuvre. Dans ces circonstances – la prédominance de l’optimisation à court terme par de petites élites – il n’y a aucun sens à la diversification économique, mais à l’exploitation aussi exclusive que possible de la source de revenus la plus précieuse. C’est l’une des raisons pour lesquelles il y a eu un changement continu dans le “moyen” d’exploitation mais pas dans le modèle, se renforçant structurellement. Mais en raison de la grande quantité de souffrances associées à ces structures en particulier pour les populations locales et de l’extrême absence de tout moyen durable de “développement” significatif de quelque nature que ce soit, la rupture de ce cercle vicieux est l’un des défis les plus essentiels pour les pays en  développement au début du XXIe siècle, en particulier ceux qui sont en train de se dé-développer.

L’histoire économique du Congo est un exemple dramatique des structures à l’œuvre dans de nombreux pays du monde, et pas seulement ceux qui sont considérés comme les moins «importants». C’est un exemple du potentiel dévastateur de la mondialisation, si elle est comprise – comme le font explicitement ou implicitement la plupart des économistes – comme l’intégration des marchés. Les effets dévastateurs dans le cas du Congo découlent d’un processus précisément comme celui-là, l’intégration de parties du pays dans un marché plus vaste, le plus souvent le marché mondial de certaines «ressources» naturelles (dans ce cas, incluant historiquement aussi les humains). Ainsi, l’histoire économique du Congo enseigne les processus par lesquels les pays se retrouvent piégés dans des équilibres défavorables et combien il est difficile d’en sortir. Pour cela, il ne suffit pas de croire au pouvoir égalisateur des marchés, mais il faut comprendre les mécanismes à l’œuvre dans la création d’un équilibre exploiteur – qui favorisent ensuite le retour vers celui-ci. Pour fournir des conseils sur la manière de faire face aux défis à venir, il est nécessaire, au sens de Galtung, de comprendre les mécanismes de violence structurelle associés aux forces de la mondialisation.

La vie congolaise est déterminée par une contradiction fondamentale : la population vit dans l’un des pays les plus riches d’Afrique, mais doit être comptée parmi les personnes les plus pauvres du monde. Les principales raisons de cet antagonisme trouvent leur origine dans des processus économiques et historiques, qui mettent en évidence des schémas d’exploitation récurrents et structurels comparables. Depuis plus de cinq siècles, le Congo est connecté à des acteurs mondiaux consécutivement attirés par l’abondance des ressources. L’expansion mondiale vers les Amériques, une première vague de véritable mondialisation mondiale, a fourni des incitations au commerce des ressources humaines. La révolution industrielle en cours, laissant place à une deuxième vague de mondialisation, a déplacé l’attention vers des ressources naturelles précieuses comme l’ivoire, le caoutchouc et divers minéraux.

Lors d’une troisième vague, une «révolution de l’information», les minéraux et particulièrement le coltan, matière première de l’électronique également très directement associée à la cause de la mondialisation, les ont remplacés. Ainsi, l’histoire congolaise présente une séquence constante de différents types d’intégrations du marché mondial qui, en fin de compte – et malgré des différences remarquables – indiquent tous la même structure d’exploitation et de violence. Une grande partie de l’économie a toujours été unidirectionnelle, se concentrant sur l’extraction de ressources précieuses exigées par les marchés mondiaux et n’a jamais entraîné un développement économique indépendant et durable de la région. La connexion du commerce régional et mondial n’a apporté une richesse considérable qu’aux acteurs mondiaux et à quelques élites africaines, alors que dans le même temps, la majorité du peuple congolais était soumise à divers types de répression. Les acteurs africains et mondiaux ont également consciemment utilisé la violence pour maximiser leurs profits, la violence directe étant généralement le fait d’acteurs (visibles) au Congo et la violence indirecte étant souvent dirigée par des acteurs externes mondiaux.

La société congolaise, qui avait déjà atteint un système économique et politique adéquat il y a quelques siècles, a été fortement affectée par la traite négrière atlantique, s’est effondrée au XVIIe siècle et a finalement pratiquement disparu pendant le colonialisme, un processus de dé-développement qui a duré un siècle. La domination coloniale a été réalisée grâce à des institutions rudimentaires (et à la fourniture de certaines infrastructures) principalement liées à l’objectif clé de l’exploitation des ressources. Parce que le Congo était vraiment mal préparé à l’indépendance, les structures d’exploitation préexistantes ont été facilement perpétuées en étroite coopération avec les acteurs mondiaux et ont entraîné l’effondrement presque immédiat de l’État et la faillite continue de l’État. En outre, l’intérêt vital de Mobutu Sese Seko (désactiver les opposants politiques) a entraîné une dé-diversification intentionnelle du pays, une détérioration des infrastructures, une paralysie des institutions et un dé-développement virtuel. En 1997, le renversement du régime n’a pas amélioré la situation du Congo et de ses habitants, car une fois de plus le système d’exploitation est resté le même – et devait rester le même, car l’environnement politique et économique n’avait pas changé. De nombreuses armées et mouvements rebelles différents ont aspiré au profit en finançant leur intervention en vendant du coltan, des diamants et d’autres ressources précieuses sur le marché mondial. Par conséquent, de nombreux côtés sombres très réels de la mondialisation se sont produits au cours des siècles, et les signes ne sont pas très prometteurs que le modèle qui façonne cette structure changera dans un avenir proche.

Par conséquent, il est absolument essentiel pour parvenir à un développement quel qu’il soit au Congo de modifier activement ce modèle. La chirurgie esthétique en termes de simple libéralisation du marché, de fourniture d’infrastructures ou de renforcement des institutions ne suffira en aucun cas : toutes ces dispositions conduiraient simplement à leur abus par les acteurs s’appuyant sur les structures d’exploitation bien établies, car par exemple les routes ne faciliteront pas principalement l’approvisionnement alimentaire mais le transport du «coltan sanguin» et le mouvement des troupes. L’abondance de ressources stratégiquement importantes en lien avec la géographie et la technologie continuera de façonner un environnement de vulnérabilité à l’exploitation pour le Congo.Ce qui est donc désespérément nécessaire, c’est la liberté économique et politique, dont la communauté internationale doit également assumer la responsabilité. La violence doit être réglée par des mesures concernant les deux couches – directement par des acteurs au Congo (contre par exemple la corruption ou les réseaux criminels) et indirectement par des acteurs externes (du marché mondial) (par exemple l’industrie électronique et du diamant ou les consommateurs dans le monde industrialisé).

Certaines actions en ce sens ont déjà été entreprises, mais la leçon à retenir est qu’il est beaucoup trop simple de blâmer des dirigeants corrompus d’une part ou des coopérations multinationales d’autre part d’exploiter le pays. C’est que presque rien n’est fait (par aucun de ces acteurs ou d’autres, y compris les consommateurs) pour résoudre le problème de la perpétuation de l’exploitation et de la violence, ce qui est tout à fait logique et rationnel compte tenu du cheminement historique spécifique dont est issu le contexte récent, et dans laquelle les dirigeants locaux et les entreprises transnationales coopèrent très naturellement.

Les premières avancées importantes ont été franchies, comme par exemple l’intervention de l’ONU (assurant la sécurité, bien que limitée), les élections de l’année dernière (assurant la participation, bien que très basique) et certaines initiatives visant à interdire les «diamants de sang» ou le «coltan de sang» du marché (loin d’être exempt d’échappatoires, bien qu’incluant un film hollywoodien). Cependant, au Congo, l’appui sécuritaire extérieur restera longtemps indispensable à une évolution pacifique et favorable à la liberté. De plus, la mise en place d’un système éducatif, la construction d’infrastructures, la réorganisation des relations financières du Congo, le transfert de connaissances et l’investissement étranger dans une diversification de l’économie soutiendraient adéquatement la démocratisation et le développement économique et aideraient à créer un État fonctionnel. Néanmoins, à long terme, seul l’établissement d’une conscience démocratique forte peut garantir la durabilité de ce processus et de la liberté, qui protégera les personnes tourmentées contre la poursuite de la violence et de l’exploitation bien mieux que les armes.

Les côtés obscurs de la mondialisation ne dominent pas nécessairement ses effets positifs, mais l’histoire montre, en particulier l’histoire de la région du Congo, que dans certaines circonstances, ils ont de bonnes chances d’amorcer un cercle vicieux et de devenir écrasants. D’un point de vue analytique, il n’est pas utile de simplement définir les conséquences négatives potentielles d’un processus essentiellement positif. Au contraire, c’est tout simplement trompeur. Par conséquent, l’intégration dans les marchés mondiaux n’est certainement pas positive en soi, mais un regard attentif (dans l’histoire) sur les schémas structurels est nécessaire pour expliquer les résultats et tracer des voies de développement non seulement favorables mais également réalisables et leurs contraintes.

Citation de l’article original 

Exenberger, Andreas; Hartmann, Simon (2007) : The dark side of globalization. The vicious cycle of exploitation from world market integration : Lesson from the Congo, Working Papers in Economics and Statistics, No. 2007-31, University of Innsbruck, Department of Public Finance, Innsbruck.

Notes

[1] Les “têtes” étaient l’unité de compte dans le commerce des esclaves et ne correspondaient pas directement au nombre de personnes impliquées, qui était généralement plus élevé. Une « tête » représente l’équivalent d’un esclave mâle en bonne santé d’environ 25 ans.

[2] Plus tard, le commerce du caoutchouc a été presque anéanti lorsque les prix du marché mondial se sont détériorés de façon spectaculaire après que les plantations d’Asie de l’Est sont entrées en pleine production dans les années 1910.

[3] Le Katanga a été “réintégré” en 1963.

[4] Les économies dominées par les exportations primaires procurent un excédent commercial qui exacerbe une réévaluation de la monnaie locale en raison de la grande quantité de devises entrant dans le pays. Mais une monnaie forte entraîne une perte de compétitivité et par conséquent la marginalisation progressive de la production industrielle nationale car les importations étrangères deviennent comparativement moins chères.

[5] La taille de ce groupe dépend largement du type de régime : les régimes démocratiques ont tendance à récompenser un nombre relativement important de personnes en mettant en place des systèmes de protection sociale (le cas néerlandais, par exemple), tandis que les régimes autoritaires ont tendance à ne récompenser que l’élite dirigeante ( le cas du Congo, parmi tant d’autres).

[6] Johan Galtung définit la violence structurelle et culturelle comme des types de violence indirecte entraînant une violence directe (torture, travail obligatoire, meurtre, guerre, etc…). Une différence importante est que dans le cas de la violence directe les auteurs sont visibles, alors qu’ils sont anonymes dans le cas de la violence structurelle (exploitation, famine, oppression, pauvreté, etc…) et que la violence culturelle consiste principalement dans l’appui idéologique d’autres types de violence, en leur donnant une légitimité.

Références

  1. ReferencesAkitoby, Bernardin/Cinyabuguma, Matthias (2004): Sources of Growth in the Democratic Republic of the Congo: A Cointegration Approach, Working Paper 04/114 (International Monetary Fund).
  2. Auty, Richard M. (2001a): Resource Abundance and Economic Development, New York (Oxford University Press).
  3. Auty, Richard M. (2001b): The Political Economy of Resource-Driven Growth, in: European Economic Review 45 (4-6), pp. 839-846.
  4. De Boeck, Filip (2001): Garimpeiro Worlds: Digging, Dying and ‘Hunting’ for Diamonds in Angola, in: Review of African Political Economy 28 (90), pp. 549-562.
  5. Becker, Joachim, ed. (2004): Grenzen weltweit – Zonen, Linien, Mauern im historischen Vergleich, Wien (Promedia).
  6. Bhagwati, Jagdish N. (2004): In Defense of Globalization, New York (Oxford University Press).
  7. Bobb, F. Scott (1988): Historical Dictionary of Zaire, Metuchen/NJ (The Scarecrow Press).
  8. Bordo, Michael/Taylor, Alan M./Williamson, Jeffrey G., eds. (2003): Globalization in Historical Perspective. Chicago (University of Chicago Press)
  9. Cater, Charles (2003): The Political Economy of Conflict and UN Intervention: Rethinking the Critical Cases of Africa, in: Ballentine, Karen/Sherman, Jake, eds.: The Political Economy of Armed Conflict – Beyond Greed and Grievance, London (Lynne Rienner).
  10. Chamberlain, Muriel E. (1974): The Scramble for Africa, London (Longman).
  11. Chomsky, Noam (1993): Year 501: The Conquest Continues, Boston (South End Press).
  12. Clark, John F./Mungbalemwe, Koyame (2002): The Economic Impact of the Congo War, in: Clark, John F., ed.: The African Stakes of the Congo War, New York (Palgrave Macmillan), pp. 201-223.
  13. Coghlan, Benjamin/Brennan, Richard J./Ngoy, Pascal/Dofara, David/Otto, Brad/Clements, Mark/Stewart, Tony (2006): Mortality in the Democratic Republic of Congo: a Nationwide Survey, in: The Lancet 367 (9504), pp. 44-51.
  14. Collier, Paul (1999): Doing Well out of War, Paper prepared for Conference on Economic Agendas in Civil Wars [online].
  15. Collier, Paul/Hoeffler, Anke (1998): On Economic Causes of Civil War, in: Oxford Economic Papers 50(4), pp. 563-573.
  16. Curtin, Philip D. (1969): The Atlantic Slave Trade: A Census, Madison/WI (The University of Wisconsin Press).
  17. De Soysa, Indra (2000): The Resource Curse: Are Civil Wars Driven by Rapacity or Paucity?, in: Berdal, Mats R./Malone, David M. (eds.), Greed and Grievance – Economic Agendas in Civil Wars, London (Lynne Rienner), pp. 113-136.
  18. Duffield, Mark (1999): Globalisation and War Economies: Promoting Order or the Return of History?, in: Fletcher Forum of World Affairs 23 (2), pp. 21-38.
  19. Dunn, Kevin C. (2002): A Survival Guide to Kinshasa – Lessons of the Father, Passed Down to the Son, in: Clark, John F., ed.: The African Stakes of the Congo War, New York (Palgrave Macmillan), pp. 53-74.
  20. Edgerton, Robert B. (2002): The Troubled Heart of Africa: A History of the Congo, New York (St. Martin’s Press).
  21. Ekholm, Kajsa (1972): Power and Prestige. The Rise and Fall of the Kongo Kingdom, Uppsala (Skriv service).
  22. Emerson, Barbara (1979): Leopold II of the Belgians – King of Colonialism, London (Weidenfeld and Nicolson).
  23. Evans, Peter (1995): Embedded Autonomy: States and Industrial Transformation, Princeton (Princeton University Press).
  24. Exenberger, Andreas (2005): The Cradle of Globalisation: Venice’s And Portugal’s Contribution to a World Becoming Global, in: Aradas, Michael/Pappas, Nicolas, eds.: Themes in European History: Essays from the 2nd International Conference on European History, Athens (ATINER), pp. 191-207.
  25. Exenberger, Andreas (2007): Der lange Schatten der Globalisierung: Der Kostenfaktor Mensch im weltweiten Warenkreislauf“, in: Exenberger, Andreas/Nussbaumer, Josef, eds.: Von Menschenhandel und Menschenpreisen. Wert und Preis von Menschen im Spiegel der Zeit. Innsbruck (Innsbruck University Press), pp. 57-81.
  26. Findlay, Robert (1990): The “Triangular Trade” and the Atlantic Economy of the Eighteenth Centrury: A Simple General-Equilibrium Model, Princeton Studies in International Economics 177 (Princeton University).
  27. Galtung, Johan (1996): Peace by Peaceful Means: Peace and Conflict, Development and Civilization, London (Sage).
  28. Global Witness (2004): Broken Vows – Exposing the “Loupe” Holes in the Diamond Industry’s Efforts to Prevent the Trade in Conflict Diamonds, Washington/DC (Global Witness Publishing).
  29. Harms, Robert W. (1981): River of Wealth, River of Sorrow – The Central Zaire Basin in the Era of the Slave and Ivory Trade, 1500-1891, London (Yale University Press).
  30. Hartmann, Simon (2006): Historische Betrachtung des Kongo im internationalen Handel: Eine Geschichte kompromissloser Gier, Innsbrucker Diskussionpapiere zu Weltordnung, Religion und Gewalt 13 (Universität Innsbruck).
  31. Hayes, Karen/Burge, Richard 2003: Coltan Mining in the Democratic Republic of Congo: How tantalum-using industries can commit to the reconstruction of the DRC, Cambridge/UK (Fauna & Flora International).
  32. Herbst, Jeffrey (2000): States and Power in Africa – Comparative Lessons in Authority and Control, Princeton (Princeton University Press).
  33. Hillman, John (1997): Chartered Companies and the Development of the Tin Industry in Belgian Africa, 1900-1939, in: African Economic History 25, pp. 149-173.
  34. Hilton, Anne (1987): The Kingdom of Kongo, Oxford (Clarendon Press).
  35. Hochschild Adam (1998), King Leopold’s Ghost: A Story of Greed, Terror and Heroism in Colonial Africa, Boston/MA (Mifflin).
  36. Iliffe, John (1995): Africans: The History of a Continent, Cambridge/UK (Cambridge University Press).
  37. Inikori, Joseph E./Engerman, Stanley L. (1998): Gainers and Losers in the Atlantic Slave Trade, in: Inikori, Joseph E./Engerman, Stanley L., eds.: The Atlantic Slave Trade – Effects on Economies, Societies, and Peoples in Africa, the Americas, and Europe, Durham (Duke University Press), pp. 1-21.
  38. International Rubber Study Group 1996: World Rubber Statistics Historic Handbook 1900-1960, Wembley (IRSG).
  39. Jackson, Stephen (2003): Fortunes of War: the Coltan Trade in the Kivus, in: Collinson, Sarah, ed.: Power, Livelihoods and Conflicts: Case Studies in Political Economy Analysis of Humanitarian Action, London (Overseas Development Institute), pp. 21-36.
  40. Jackson, Stephen (2005): Protecting Livelihoods in Violent Economies, in: Ballentine, Karen/Nitzschke, Heiko, eds.: Profiting from Peace – Managing the Resource Dimension of Civil War, London (Lynne Rienner Publishers), pp. 153-184.
  41. Keen, David (1998): The Economic Functions of Violence in Civil Wars, Oxford (Oxford University Press).
  42. Keen, David (2000): Incentives and Disincentives for Violence, in: Berdal, Mats R./Malone, David M.: Greed and Grievance – Economic Agendas in Civil Wars, London (Lynne Rienner), pp. 19-41.
  43. Ki-Zerbo, Joseph (1988): Die Geschichte Schwarzafrikas, Frankfurt (Fischer). Klein, Herbert S. (1999): The Atlantic Slave Trade, Cambridge/UK (Cambridge University Press).
  44. Le Billon, Phillippe (2003): Der Krieg um natürliche Ressourcen, in: Ruf, Werner, ed.: Politische Ökonomie der Gewalt – Staatszerfall und die Privatisierung von Gewalt und Krieg, Opladen (Leske + Budrich), pp. 144-164.
  45. Leitenberg, Milton (2006): Deaths in Wars and Conflicts in the 20th Century, Peace Studies Program, Occasional Paper 29 (Cornell University).
  46. Lemarchand, René (2003): The Democratic Republic of Congo: From Failure to Potential Reconstruction, in: Rotberg, Robert I.: State Failure and State Weakness in a Time of Terror, Washington/DC (Brookings Institution Press), pp. 29-70.
  47. Manning, Patrick (1986): Slave Trade, “Legitimate” Trade, and Imperialism Revisited: The Control of Wealth in the Bights of Benin and Biafra, in: Lovejoy, Paul E., ed.: Africans in Bondage. Studies in Slavery and the Slave Trade. Madison (University of Wisconsin Press), pp. 203-234.
  48. MacGaffey, Janet (1991): The Real Economy of Zaire – The Contribution of Smuggling & Other Unofficial Activities to National Wealth, Philadelphia (University of Pennsylvania Press).
  49. McCalpin, Jermaine O. (2002): Historicity of a Crisis – The Origins of the Congo War, in: Clark John, ed.: The African Stakes of the Congo War, New York (Palgrave Macmillan), pp. 33-50.
  50. Miller, Joseph C. (1986): Slave Prices in the Portuguese Southern Atlantic, 1600-1830, in: Lovejoy, Paul E., ed.: Africans in Bondage. Studies in Slavery and the Slave Trade. Madison (University of Wisconsin Press), pp. 43-77.
  51. Miller, Joseph C. (1988): Way of Death. Merchant Capitalism and the Angolan Slave Trade 1730-1830, Madison (University of Wisconsin Press).
  52. Miller, Joseph C. (1998): The Numbers, Origins, and Destinations of Slaves in the Eighteenth-Century Angolan Slave Trade, in: Inikori, Joseph E. (ed.): The Atlantic Slave Trade – Effects on Economies, Societies, and Peoples in Africa, the Americas, and Europe, Durham (Duke University Press), pp. 77-115.
  53. Morel, Edmund Dene (2005): Red Rubber –The Story of the Rubber Slave Trade Flourishing on the Congo on the Year of Grace 1906, Reprinted from the 1906 edition, Hawaii (University Press of the Pacific).
  54. Musah, Abdel-Fatau (2003): Privatization of Security, Arms Proliferation and Process of State Collapse in Africa in: Milliken, Jennifer, ed.: State Failure, Collapse & Reconstruction, Oxford (Blackwell), pp. 157-178.
  55. Ndikumana, Leonce/Boyce, James K. (1998): Congo’s Odious Debt: External Borrowing and Capital Flight in Zaire, in: Development and Change 29 (2), pp. 195-217.
  56. Ndikumana, Léonce/Emizet, Kisangani F. (2005): The Economics of Civil War: The Case of the Democratic Republic of Congo, in: Collier, Paul/Sambanis, Nicholas, eds.: Understanding Civil War: Evidence and Analysis, Volume 1: Africa, Washington (World Bank), pp. 63-88.
  57. Neary, J. Peter/van Wijnbergen, Sweder, eds. (1986): Natural Resources and the Macroeconomy, Cambridge/MA (MIT Press).
  58. Nest, Michael, ed. (2006): The Democratic Republic of Congo – Economic Dimensions of War and Peace, London (Lynne Rienner). Nzongola-Ntalajan, Georges (2002): The Congo – From Leopold to Kabila: A People’s History, London (Zed Books).
  59. Paes, Wolf-Christian (2003): Die neue Ökonomie des Krieges, in: Ruf, Werner, ed.: Politische Ökonomie der Gewalt – Staatszerfall und die Privatisierung von Gewalt und Krieg, Opladen (Leske + Budrich), pp. 165-179.
  60. Pakenham, Thomas (1991): The Scramble for Africa 1876-1912, London (Weidenfeld & Nicolson).
  61. Perez, Wilson (2004): Divide and Conquer: Noisy Communication in Networks, Power, and Wealth Distribution, Nota di Lavoro 33.2004 (Fondazione Eni Enrico Mattei).
  62. Reinhard, Wolfgang (1985): Geschichte der Europäischen Expansion, Band 2: Die Neue Welt, Stuttgart (Kohlhammer).
  63. Rempel, Ruth (1998): Trade and Transformation: Participation in the Ivory Trade in Late 19th-Century East and Central Africa, in: Canadian Journal of Development Studies 19 (3), pp. 529-552.
  64. Renner, Michael (2002) : The Anatomy of Resource Wars, Worldwatch Paper 162 (Worldwatch Institute). Reno, William (1999) : Warlord Politics and African States, London (Lynne Rienner).
  65. Reno, William (2002) : Uganda’s Politics of War and Debt Relief, in: Review of International Political Economy 9 (3), pp. 415-435.
  66. Rinchon, Dieudonné P (1929).: La Traite et l’Esclavage des Congolais par les Européens – Histoire de la Déportation de 13 Millions 250.000 Noirs en Amérique, Bruxelles (Capucin).
  67. Robinson, James A. (2002): States and Power in Africa by Jeffrey I. Herbst: A Review Essay, in: Journal of Economic Literature 40, pp. 510-519.
  68. Ross, Michael L. (2003): Oil, Drugs, and Diamonds: The Varying Roles of Natural Resources in Civil War, in: Ballentine, Karen/Sherman, Jake, eds.: The Political Economy of Armed Conflict – Beyond Greed and Grievance, London (Lynne Rienner Publishers), pp. 47-70.
  69. Ruf, Werner, ed. (2003): Politische Ökonomie der Gewalt – Staatszerfall und die Privatisierung von Gewalt und Krieg, Opladen (Leske + Budrich).
  70. Sachs, Jeffrey/Warner, Andrew (1995): Natural Resource Abundance and Economic Growth, Working Paper 5398 (National Bureau of Economic Research).
  71. Samset, Ingrid (2002): Conflict of Interests or Interests in Conflict? Diamonds and War in the DRC, in: Review of African Political Economy 29 (93-94), pp. 463-480.
  72. Schedvin, C. Boris (1990): Staples and Regions of Pax Britannica, in: Economic History Review 43 (4), pp. 533-559.
  73. Staines, Nicholas (2004): Economic Performance over the Conflict Cycle, Working Paper 04/95 (International Monetary Fund).
  74. Stanley, Henry M. (1885) : The Congo and the Founding of its Free State. A Story of Work and Exploration (in 2 Volumes), London (Low, Marston, Searle, Rivington). Stiglitz, Joseph E (2006): Making Globalization Work, London (Allen Lane).
  75. Taylor, Ian (2003): Conflict in Central Africa: Clandestine Networks and Regional/Global Configurations, in: Review of African Political Economy 30 (95), pp. 45-55.
  76. Thomas, Robert P./Bean, Richard N. (1974): The Fishers of Men: The Profits of the Slave Trade, in: Journal of Economic History 34 (4), pp. 885-914.
  77. Thornton, John K. (1999): Africa and Africans in the Making of the Atlantic World, 1400-1800, Cambridge/UK (Cambridge University Press).
  78. UN (2001): Report of the Panel of Experts on the Illegal Exploitation of Natural Resources and other Forms of Wealth of the Democratic Republic of the Congo, Document No. S/2001/357 (United Nations) [online at: http://www.globalsecurity.org/military/library/report/2001/357e.pdf].
  79. UN (2002): Final Report of the Panel of Experts on the Illegal Exploitation of Natural Resources and other Forms of Wealth of the Democratic Republic of the Congo, Document No. S/2002/1146 (United Nations) [online at: http://www.natural-resources.org/minerals/law/docs/pdf/N0262179.pdf].
  80. UNJLC (2005): Rivers Description (United Nations Joint Logistics Centre) [online at: http://www.unjlc.org/23003/DRC/rivers/unjlcarticle.2005-10-19.0866864829/view]
  81. USGS 2006: Historical Statistics for Mineral and Material Commodities in the United States, Supply-Demand Statistics (U.S. Geological Survey Data Series 140) [online at: http://minerals.usgs.gov/ds/2005/140/tantalum.pdf].
  82. Van Acker, Frank (2005): Where Did All the Land Go? Enclosure and Social Struggle in Kivu (D.R. Congo), in: Review of African Political Economy 32 (103), pp. 79-98.
  83. Wallerstein, Immanuel (1985): The Three Stages of African Involvement in the World-Economy, in: Gutkind, Peter C. W./Wallerstein Immanuel, eds.: The Political Economy of Contemporary Africa, London (Sage), pp. 35-63.
  84. Weiss, Ruth/Mayer, Hans (1984): Afrika den Europäern – Von der Berliner Konferenz 1884 ins Afrika der neuen Kolonisation, Wuppertal (Peter Hammer).
  85. Williams, Eric (1994): Capitalism and Slavery, Chapel Hill (University of North Carolina Press).
  86. Wrong, Michaela (2000): In the Footsteps of Mr. Kurtz: Living on the Brink of Disaster in Mobutu’s Congo, London (Fourth Estate).
  87. Young, Crawford (2002): Contextualizing Congo Conflicts – Order and Disorder in Postcolonial Africa, in: Clark John F., ed.: The African Stakes of the Congo War, New York (Palgrave Macmillan), pp. 13-31.
  88. Young, Crawford/Turner, Thomas (1985): The Rise and Decline of the Zairian State, Madison (University of Wisconsin Press).
  89. Ziegler, Jean (1980): Afrika: Die neue Kolonisation, Darmstadt (Hermann Luchterhand).

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share