Rebelles sans cause : Le nouveau visage de la guerre africaine

- Publicité -

Le 1er août 2018, le gouvernement de la République démocratique du Congo a déclaré une épidémie d’Ebola dans le nord-est du pays déchiré par la guerre. Il s’agissait de la dixième épidémie de fièvre hémorragique mortelle enregistrée au Congo, mais la première dans une zone de conflit actif. Déterminés à éviter une répétition de l’épidémie d’Ebola comme celle en Afrique de l’Ouest en 2014, alors que l’aide extérieure était trop faible, trop tardive, les donateurs ont fait fi de la prudence et ont injecté plus de 700 millions de dollars dans le nord-est du Congo pour lutter contre la maladie au cours des 20 prochains mois. Pour protéger les membres de leur personnel, l’Organisation mondiale de la santé et ses partenaires ont mis  à la fois les forces de sécurité congolaises et les membres des milices locales sur leur liste de paie. Cela a créé des incitations perverses : si les combattants avaient des raisons de s’abstenir d’attaquer les travailleurs humanitaires, ils avaient aussi intérêt à prolonger l’épidémie pour pouvoir continuer à en profiter. Entre août 2018 et juin 2020, lorsque l’épidémie d’Ebola a finalement été déclarée terminée, certains miliciens et membres des forces de sécurité gouvernementales ont attisé la violence et l’instabilité pour que la maladie continue de se propager et que les agences d’aide internationale continuent de les payer. Un effort bien intentionné pour contenir la maladie a fini par faire exactement le contraire.

C’est le visage de nombreux conflits africains aujourd’hui. Alors que la plupart des groupes armés sur en Afrique visaient autrefois à renverser des gouvernements ou à faire sécession et à fonder de nouveaux pays, ceux qui prennent les armes de nos jours sont plus susceptibles de le faire comme moyen de négocier des ressources. Certains responsables gouvernementaux au Congo, au Mali, au Nigeria, en Somalie et ailleurs ont cherché à prolonger et même à susciter des conflits, tant qu’ils ne menaçaient pas leur survie, et les groupes rebelles de ces pays et d’autres ont souvent défié les gouvernements comme un moyen d’extraire paiements et autres concessions. Bien que les batailles pour le pouvoir de l’État n’aient pas complètement disparu – la guerre civile éthiopienne est l’un de ces conflits – la guerre dans de nombreux pays africains est devenue un outil de négociation économique, un mode de vie et même un mode de gouvernance.

Ce changement fondamental dans la nature des conflits sur le continent présente un dilemme pour les acteurs extérieurs, notamment les États-Unis, l’Union européenne et les Nations Unies, qui s’associent souvent aux gouvernements africains pour lutter contre le terrorisme ou endiguer les migrations. Si certains gouvernements africains ne sont pas véritablement attachés à la stabilité ou, pire encore, alimentent activement l’instabilité, les partenaires étrangers risquent de devenir complices de la violence en les soutenant sans exiger en retour une meilleure gouvernance et une meilleure responsabilité. Il est donc temps d’adopter une nouvelle approche. Au lieu de soutenir des régimes qui font trop souvent partie du problème, Washington, Bruxelles et d’autres acteurs extérieurs devraient travailler plus étroitement avec la société civile et les mouvements démocratiques du continent pour promouvoir la réforme démocratique. Ce n’est qu’en changeant le caractère des États africains qu’ils peuvent espérer changer le caractère des conflits en Afrique.

LE VISAGE CHANGEANT DE LA GUERRE

- Publicité -

La nature de la guerre en Afrique a radicalement changé au cours des 60 dernières années. Dans les années 1960 et 1970, la plupart des conflits de la région étaient des luttes de pouvoir entre les élites des pays nouvellement indépendants, comme ce fut le cas au Congo et au Nigeria, ou des luttes entre les mouvements de libération et les derniers vestiges du colonialisme, comme dans les dernières colonies portugaises de Angola et Mozambique et dans les colonies de colons blancs de Namibie, d’Afrique du Sud et du Zimbabwe. Pour toutes ces insurrections, l’objectif était de contrôler l’État, qu’il soit central ou sécessionniste, et de gagner la liberté. Tout au long de cette période, les belligérants ont été encouragés et exploités par des puissances rivales pendant la guerre froide. Les États-Unis, l’Union soviétique, la Chine et Cuba ont tous envoyé des armes, des conseillers militaires et de l’argent à des pays du continent, rendant les guerres là-bas plus brutales et insolubles. Ils ont également exporté leurs idéologies, alimentant les conflits entre les mouvements pour le socialisme africain et les gouvernements qui avaient jeté leur dévolu sur les États-Unis.

La fin de la guerre froide a libéré de nouvelles forces sur le continent. Les gouvernements autoritaires, dont certains avaient perdu leurs patrons extérieurs, commencèrent à s’ouvrir, à la fois économiquement et politiquement. La Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) ont poussé de nombreux pays à privatiser et à déréglementer de grandes parties de leurs économies en échange de prêts, et les dirigeants politiques et les mouvements de la société civile ont mené une vague de réformes démocratiques. En l’espace d’environ une décennie dans les années 1980 et 1990, le continent est passé d’une situation largement autocratique à une pratique majoritairement démocratique.

Ces changements ont inauguré deux tendances nouvelles et apparemment contradictoires : les conflits africains sont devenus plus fréquents, mais ils sont également devenus plus périphériques et moins directement menaçants pour les gouvernements. Au cours de la dernière décennie, le nombre de groupes armés au Congo a doublé, pour atteindre environ 120. Il existe probablement plus de 40 groupes de ce type au Soudan du Sud, 20 en Libye et au moins plusieurs dizaines au Nigeria. Pour la plupart, cependant, ces insurgés n’ont aucune chance réaliste de renverser le gouvernement ; ils cherchent plutôt à négocier avec lui par la violence. L’époque des guerres civiles sanglantes et totales, comme celles qui se sont produites en Éthiopie et au Rwanda dans les années 1990, est révolue. L’Afrique est entrée dans une ère de conflits de bas niveau et d’instabilité.

- Publicité -

Cela ne signifie pas que les conflits sont devenus moins destructeurs ; ils sont juste devenus moins visibles et sensationnels. Entre 2010 et 2020, le nombre de personnes déplacées de force par le conflit a presque triplé, alors même que le nombre de personnes tuées a diminué. De grandes parties des zones rurales du Congo, du Mali, du Nigéria, de la Somalie et du Soudan du Sud sont désormais contrôlées par des groupes armés. En d’autres termes, un nombre croissant de conflits plus petits et plus fragmentés affectent des zones géographiques plus vastes, en particulier à la périphérie des États. La Banque mondiale prévoit que si les tendances actuelles se poursuivent, d’ici 2030, jusqu’à deux tiers des personnes extrêmement pauvres dans le monde vivront dans des pays touchés par des niveaux élevés de violence, dont la majorité en Afrique.

La nature des conflits africains a changé, tout comme les intérêts et les motivations des belligérants. Les acteurs armés d’aujourd’hui ne sont pas des combattants de la libération dans la tradition de Samora Machel du Mozambique et d’Amílcar Cabral de Guinée-Bissau. Ce ne sont pas des «insurgés réformateurs», incarnés par Yoweri Museveni d’Ouganda et Paul Kagame du Rwanda, qui ont cherché à prendre le pouvoir pour transformer leur pays. Ce ne sont même pas des seigneurs de la guerre dans le moule de Charles Taylor du Libéria, qui malgré sa réputation de dépravation visait à s’emparer de l’État. Les groupes armés qui sévissent aujourd’hui en Afrique défient ces catégories. Ils couvrent toute la gamme des insurgés islamistes en Afrique de l’Est et au Sahel aux officiers mécontents de l’armée au Soudan du Sud en passant par les gangs organisés de bandits dans le nord-est du Nigeria.

Malgré ce que certains d’entre eux pourraient prétendre, peu de ces groupes visent véritablement à renverser le gouvernement ou à faire sécession. Au contraire, ils cherchent à soutirer des ressources à l’État et aux résidents locaux, s’impliquent dans la gouvernance locale et offrent aux jeunes hommes – la rébellion est généralement extrêmement masculine – un moyen de survie et de dignité. Dans certains cas, les insurgés ont développé des relations symbiotiques avec les gouvernements auxquels ils s’opposent en théorie. Au Congo, par exemple, un commandant rebelle nommé Laurent Nkunda m’a dit en 2008 que son groupe avait reçu des informations et des munitions d’un général congolais de haut rang. “Le gouvernement est notre principal logisticien”, a-t-il dit. Un soldat dégoûté de l’armée congolaise a concouru. “Nous sommes tués par nos propres balles, avec la complicité de nos propres commandants”, m’a-t-il dit.

- Publicité -

Cette symbiose entre rebelles et gouvernements n’implique pas une grande conspiration pour perpétuer le conflit. Au contraire, la violence est devenue systémique, transcendant les intentions de tout acteur individuel. Des pays comme le Congo sont si faibles et fragmentés que les dirigeants ont du mal à exercer un contrôle centralisé sur eux. Après tout, imposer la discipline et la responsabilité au sein des forces de sécurité comporte un risque, en particulier sur un continent avec une histoire de coups d’État militaires. Soutenir les groupes armés, en revanche, peut être un pari plus sûr, qui offre également des opportunités commerciales lucratives.

Les insurrections djihadistes qui se sont propagées comme une traînée de poudre à travers l’Afrique ces dernières années pourraient sembler être l’exception à la règle. Alors que très peu de rébellions cadraient leurs objectifs en termes religieux dans les années 1960, 1970 et 1980, la majorité des conflits sur le continent impliquent aujourd’hui des insurgés liés d’une manière ou d’une autre à Al-Qaïda ou à l’État islamique (également connu sous le nom d’ISIS). Ces groupes prétendent souvent qu’ils essaient d’établir leurs propres califats souverains. Mais bien que de nombreux contribuables dans les zones qu’ils contrôlent et réglementent la vie quotidienne – comme le fait al Shabab en Somalie, par exemple – la plupart ne considèrent plus le pouvoir de l’État comme la récompense. Au lieu d’essayer véritablement de renverser le gouvernement central, ils utilisent la violence comme moyen de contrôler leurs troupes, de signaler leur importance et de recruter de nouveaux bailleurs de fonds et combattants.

Un autre facteur conduisant à l’utilisation de la violence comme outil de négociation est que la plupart des insurrections en Afrique sont des guerres civiles à répétition. C’est-à-dire que pratiquement tous les conflits civils sur le continent se déroulent sur les ruines – et, plus important encore, sur les réseaux sociaux, les visions du monde et les griefs associés aux épisodes de violence précédents. Cela a créé des classes sociales entières investies dans les conflits et a fait de la mobilisation armée un moyen pratique et accepté de faire de la politique. Le conflit armé est devenu une occupation, ou une profession, comme l’a observé la politologue française Marielle Debos à propos des combattants au Tchad.

CONFLIT ET CONVIVIALITÉ

Peut-être nulle part n’illustre-t-elle mieux le nouveau visage du conflit africain que le Congo. Entre 1996 et 2003, le pays a mené deux guerres à grande échelle, dont la seconde a impliqué des armées de neuf pays différents de la région et est parfois appelée la guerre mondiale africaine. En 2003, les parties belligérantes ont convenu d’un accord de paix qui a créé un gouvernement de transition, qui à son tour a rédigé une nouvelle constitution et, en 2006, a organisé les premières élections démocratiques du Congo en 46 ans. Mais l’accord de paix n’a pas mis fin au conflit. Au lieu de cela, cela a marqué le début d’une phase plus amorphe et fragmentée de la guerre. Bien que les combats se limitent principalement aux provinces de l’Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, en 2021, il y avait plus de 5,6 millions de personnes déplacées à l’intérieur de l’est du Congo, plus qu’à tout autre moment de l’histoire enregistrée.

Une foule de facteurs expliquent comment le conflit s’est métastasé comme il l’a fait. L’accord de paix de 2003 a marginalisé l’un des belligérants les plus puissants, le Rassemblement congolais pour la démocratie, dont une faction est retournée à la guerre. Le processus de démobilisation des combattants et de réforme de l’armée a créé peu de moyens de subsistance alternatifs pour les anciens combattants et a mis à l’écart de nombreux commandants autrefois puissants, suscitant le ressentiment et engendrant une multitude de nouveaux groupes armés dirigés par des transfuges de l’armée. Et la ruée vers les élections de 2006 et 2011 a incité les politiciens à s’allier avec des groupes armés qui dominaient les électeurs dans certaines régions et pouvaient intimider les opposants. Les élections ont également fait des perdants, dont certains ont eu recours à la violence.

Tous ces problèmes ont été exacerbés par l’attitude cynique du gouvernement congolais face à l’insécurité croissante. Blottis dans la capitale, Kinshasa, le président Joseph Kabila et ses proches conseillers étaient plus préoccupés par la gestion de leur armée nationale naissante, nouvellement créée à partir d’un patchwork d’anciens belligérants, que par les groupes armés hétéroclites qui poussaient à 1 600 kilomètres à l’est. L’intrigue du palais et la peur d’un coup d’État dominaient leur réflexion, ils voyaient donc un plus grand risque à essayer d’imposer une discipline aux forces de sécurité qu’à laisser proliférer les réseaux de clientélisme et de racket. Au lieu d’essayer de créer une armée politiquement neutre et méritocratique, ils ont forgé des réseaux indépendants – et parfois concurrents – d’officiers loyaux pour extraire des rentes et se protéger contre les coups d’État.

Cette tactique de gouvernement a non seulement maintenu l’économie de guerre, dans laquelle une élite restreinte de politiciens, de commandants militaires, de rebelles et d’entrepreneurs avait prospéré pendant plus de deux décennies, mais l’a en fait élargie. Pour ces élites, ainsi que pour des dizaines de milliers de combattants, la fin de la violence aurait signifié la fin de leurs moyens de subsistance et de leur sens de la dignité. En temps de paix, la police et les officiers de l’armée luttent pour survivre avec leurs maigres salaires. Mais lorsqu’ils sont envoyés au front, ils peuvent gagner des primes valant plusieurs fois leur salaire officiel. Bien que leurs salaires de base aient culminé à environ 150 dollars par mois, des officiers militaires m’ont dit en 2014 qu’ils recevaient souvent des primes de conflit allant jusqu’à 1 000 dollars par mois. Ajoutant à l’attrait, les soldats déployés en temps de guerre ont beaucoup plus d’opportunités de pillage, d’extorsion et de détournement de fonds. “Pour gagner de l’argent, il faut se battre”, m’a dit un colonel congolais. Ce cynisme s’est infiltré dans les dictons populaires : les Congolais qualifient les rebelles qui sèment le trouble pour que le gouvernement négocie avec eux de “pompiers pyromanes”.

Le Nigeria illustre également la nouvelle normalité des conflits africains. Le pays est en proie à une violente insurrection islamiste dans le nord-est, à un banditisme endémique dans le nord-ouest, à des conflits entre éleveurs et agriculteurs au centre du pays, à une activité de milice de longue date dans le delta du Niger et à une criminalité généralisée partout entre les deux. En 2021, selon le projet à but non lucratif Armed Conflict Location and Event Data Project, le pays a enregistré 9 691 décès dus aux conflits, le plus en Afrique. Et tout comme au Congo, bien que de nombreux membres des forces de sécurité et du gouvernement se soient engagés à pacifier le pays, beaucoup d’autres profitent de la violence ou sont peu incités à la réprimer. Dans le nord du pays, les forces de sécurité nigérianes n’ont pas réussi à réprimer la violence ou l’ont activement alimentée en volant des fonds opérationnels et, dans certains cas, en soutenant des milices.  Dans un État du nord-ouest, Zamfara, un comité gouvernemental a découvert que cinq émirs et 33 chefs de district avaient été complices d’attaques de bandits entre 2011 et 2019. Lorsqu’il n’attise pas directement la violence, le gouvernement nigérian fait souvent peu pour l’arrêter. Au cours de la dernière décennie, diverses entités gouvernementales ont mis en place au moins 22 commissions d’enquête, panels et missions d’enquête liés à la violence dans le seul nord-est du pays. Presque aucune de leurs recommandations n’a été mise en œuvre.

La raison de cette insouciance est claire : l’insécurité est devenue un racket. Des millions de dollars ont disparu des fonds publics mis en place pour soutenir les opérations militaires et les efforts humanitaires, prétendument détournés par le gouvernement et les responsables militaires. En 2020, le gouverneur de Borno, l’État le plus touché par le conflit avec les insurgés islamistes, a affirmé que les responsables de la sécurité sabotaient la lutte contre Boko Haram à leur profit. Les sommes en jeu sont colossales. En 2016, le vice-président Yemi Osinbajo a affirmé que le gouvernement précédent avait volé environ 15 milliards de dollars de fonds publics uniquement grâce à des accords d’achat d’armes frauduleux.

La dynamique se retrouve également au Soudan du Sud, qui a obtenu son indépendance du Soudan en 2011. À ce moment-là, le mouvement rebelle devenu gouvernement du Mouvement populaire de libération du Soudan, autrefois une organisation idéologique et soutenue par la population, s’était transformé en une coalition instable de militaires. des entrepreneurs aux bases de pouvoir distinctes, maintenus ensemble par le racket, la loyauté ethnique et la menace de violence. Ce gouvernement, presque entièrement financé par les revenus pétroliers, a décidé en 2012 de manière fatale de fermer les pipelines vers le Soudan afin de négocier de meilleures conditions avec son voisin du nord. Le pari a échoué, entraînant une baisse catastrophique des revenus et dissolvant le ciment financier qui maintenait le SPLM ensemble.

Les factions dirigées par le président Salva Kiir et le vice-président Riek Machar s’étaient déjà disputées au sujet des ressources et des vieilles rancunes de la guerre civile. Mais la perte soudaine de revenus les a poussés à un conflit ouvert. Abraham Kuol Nyuon, un ancien combattant du SPLM, a expliqué succinctement ce qui s’est passé dans une interview au Financial Times en 2021 : “Quand nous sommes devenus indépendants, il y avait un gâteau devant nous et certains ont dit que c’était eux qui le mangeraient seuls…”. D’autres personnes ont dit “si vous allez le manger, il vaut mieux que nous nous disputions”. En d’autres termes, les dirigeants du Soudan du Sud n’ont pas trouvé comment partager le butin de l’indépendance. Ainsi, à peine deux ans après sa création, le pays a succombé à une guerre civile sanglante, le SPLM s’étant scindé en deux groupes principaux et plusieurs groupes mineurs, tous recrutés principalement selon des critères ethniques et dirigés par des militaires forts.

De 2013 à 2018, lorsqu’un accord de paix a ramené Kiir et Machar sous le même toit, les chefs militaires ont utilisé la violence comme moyen de négociation entre eux. Kiir et Machar étaient les principaux belligérants dans cette lutte, mais une foule d’hommes forts locaux ont également formé de petites factions rebelles pour défier et négocier avec le gouvernement central. Le résultat a été un patchwork de réseaux de clientélisme reliant les responsables gouvernementaux aux milices et aux courtiers locaux du pouvoir, tous utilisant la violence pour renforcer leur stature et obtenir des ressources. En juin 2020, le Small Arms Survey a fait une tentative chimérique pour cartographier les principales alliances et rivalités entre les élites sud-soudanaises. Ce que l’organisation a produit était un collage déchaîné de flèches qui se chevauchaient. Au final, presque tous les acteurs armés étaient connectés à tous les autres, preuve semble-t-il de l’observation du philosophe camerounais Achille Mbembe selon laquelle “le mode de domination postcolonial est un régime qui implique non seulement le contrôle mais la convivialité”.

GRAINES DE DESTRUCTION

Les conflits en Afrique ont de nombreuses causes : des États faibles et illégitimes hérités de l’indépendance, des frontières illogiques tracées à l’époque coloniale et des économies fortement dépendantes des ressources naturelles. Mais la plupart de ces facteurs n’ont pas changé depuis des décennies, contrairement à la nature de la violence. Pour comprendre la montée des conflits en tant qu’outil de négociation et de la symbiose perverse entre de nombreux gouvernements et les groupes rebelles qui s’y opposent, il faut se pencher sur la libéralisation rapide des systèmes économiques et politiques qui s’est produite à la fin et après la guerre froide.

La libéralisation économique a commencé en Afrique dans les années 1980, sous l’impulsion des performances économiques lamentables de nombreux pays et des pressions exercées par la Banque mondiale, le FMI et les élites commerciales. La privatisation et la déréglementation ont fini par stimuler l’innovation et la compétitivité, mais elles ont également créé de nouvelles sources de profit pour les groupes armés et facilité leur recrutement. Alors que les revenus moyens ont finalement commencé à augmenter vers 2002, produisant une nouvelle classe moyenne africaine forte, le nombre de pauvres sur le continent a également augmenté. L’Afrique subsaharienne abrite désormais plus de la moitié des personnes les plus pauvres du monde : 490 millions de personnes en 2021, contre 284 millions en 1990.

L’expérience du Nigéria en matière de libéralisation économique au milieu des années 1980 a montré à quel point ces changements économiques pouvaient être dangereux. Confronté à d’énormes dettes, à la chute des revenus pétroliers et à une crise économique générale, le gouvernement militaire du général Ibrahim Babangida a décidé en 1986 de mettre en œuvre un programme du FMI qui dévaluait la monnaie, réduisait les dépenses en services sociaux et subventions et privatisait les entreprises publiques. En conséquence, les revenus moyens ont chuté et de nombreuses personnes ont dû abandonner l’école et n’avaient plus les moyens de consulter un médecin. Bien que la fortune économique du Nigéria se soit finalement améliorée, le choc initial des réformes a sapé la légitimité de l’État nigérian et accentué les divisions au sein de la société, les politiciens recourant à des appels ethniques et religieux pour renforcer leur propre légitimité. La libéralisation a également créé des opportunités pour la corruption et les affaires illicites, donnant lieu à la contrebande de pétrole, à la fraude commerciale et financière et au trafic de drogue. Comme dans tous les marchés illégaux, ceux qui ont exercé la violence ont bénéficié d’un avantage supplémentaire.

La libéralisation économique a également créé une population de fantassins volontaires pour les groupes armés. En concentrant le capital agricole et la terre entre les mains d’une petite élite, les réformes menées par le FMI ont dévasté les paysans ruraux et creusé les disparités économiques entre les zones urbaines et rurales. Les villes ont fait signe plus que jamais, promettant consumérisme et opportunités, mais offrant principalement des bidonvilles tentaculaires. Laissés pour compte dans la campagne nigériane se trouvaient un grand nombre d’agriculteurs de subsistance avec des fermes en diminution et des perspectives économiques en baisse.

Comme c’était le cas ailleurs en Afrique, ces habitants ruraux marginalisés ont rejoint les groupes armés en nombre disproportionné, indiquant un changement connexe dans la nature des conflits sur le continent : alors que les rébellions précédentes avaient recruté à la fois des populations urbaines et rurales, faisant le pont entre les deux, de nombreux les insurrections récentes – en République centrafricaine, au Congo, au Soudan du Sud et au Soudan, par exemple – ont été largement composées de combattants ruraux opérant principalement dans les campagnes. Soucieux avant tout d’extraire des ressources de l’État plutôt que d’en prendre le contrôle, ces mouvements n’ont guère l’intention de s’emparer des grandes villes. La rébellion armée est ainsi devenue géographiquement périphérique en même temps qu’elle est devenue économiquement et politiquement centrale.

Mais ce n’est pas seulement la libéralisation économique qui a ouvert la voie à un nouveau type de guerre ; c’était aussi une libéralisation politique. Après la fin de la guerre froide, la démocratie multipartite a été introduite dans la majeure partie de l’Afrique. Cette ouverture politique a eu de nombreux avantages. Il a attiré les insurgés potentiels loin du champ de bataille et dans la politique électorale. Il a détourné les ressources des groupes armés vers les partis politiques et les élections. Et cela a changé les normes à travers le continent. En 2002, l’Union africaine a formellement obligé ses membres à rejeter les changements anticonstitutionnels de gouvernement. Cette transition politique a apporté des réformes encourageantes dans certains pays, comme le Ghana et le Malawi, mais dans de nombreux autres, elle est restée incomplète, produisant des régimes qui mêlaient l’autoritarisme et les politiques de clientélisme à une certaine forme de compétition électorale – ce que certains ont appelé des “démocraties illibérales” ou “ordres politiques hybrides”.

Du Congo au Kenya en passant par le Nigéria, les élites politiques ont utilisé le système électoral pour renforcer leur légitimité et diviser leurs opposants, mais elles ont aussi souvent eu recours au soutien de groupes armés pour améliorer leur statut, intimider leurs rivaux ou extraire des ressources. Étant donné que le résultat d’élections compétitives déterminait soudainement le partage du favoritisme public, les élites avaient désormais d’énormes incitations à manipuler le processus électoral et à s’emparer du système politique. Au Mali, par exemple, un pays autrefois salué comme un porte-drapeau de la démocratie sur le continent, le système politique a finalement été détourné par les élites nationales et les «grands hommes» régionaux, alimentant les cycles d’insurrection suivants. Une fois au pouvoir, les dirigeants politiques des démocraties électorales dysfonctionnelles et faibles ont été incités à utiliser le conflit et l’ethnicité pour dresser leurs adversaires les uns contre les autres et rester au pouvoir. C’était le livre de jeu de Mobutu Sese Seko dans ce qu’on appelait alors le Zaïre (aujourd’hui le Congo) dans les années 1990, et cela a été celui de divers dirigeants politiques au Kenya et du président Paul Biya au Cameroun.

Il ne faut pas s’étonner qu’une vague de démocratisation incomplète qui a favorisé la corruption et les conflits ethniques n’ait apporté que peu de responsabilité et de contrôle. Au Congo, près d’un tiers des parlementaires ne prennent même pas la peine de se présenter pour voter. Le gouvernement n’a jamais audité les services de sécurité, malgré les allégations répétées de corruption et les mauvaises performances de l’armée. Une partie du problème est que les élus ne se sentent souvent aucune obligation envers leurs électeurs. De nombreux dirigeants politiques que j’ai interrogés à Kinshasa ont manifesté peu de connaissances ou d’intérêt pour le conflit dans l’est du pays. “Ces gens ont toujours été en guerre. Rien de ce que nous pouvons faire ne changera cela”, m’a dit un député de Kinshasa. “Quand je fais campagne dans ma circonscription à Kinshasa, personne ne me pose de questions sur la violence dans l’est du Congo”, m’a dit un autre. La situation est similaire au Nigéria. Selon un sondage Gallup de 2017, seuls 9 % des électeurs ont déclaré que la lutte contre la violence devrait être la priorité absolue du gouvernement.

INACHEVÉ

La violence en tant que mode de vie et stratégie de négociation n’est pas propre à l’Afrique. Une symbiose tout aussi perverse entre le gouvernement et les insurgés se retrouve au Mexique, où le taux d’homicides par habitant est au moins aussi élevé qu’au Congo ou au Nigeria. Là aussi, la libéralisation économique et la démocratisation ont joué un rôle dans l’escalade de la violence. Comme l’ont montré les chercheurs Guillermo Trejo et Sandra Ley, pendant 71 ans sous le régime du parti unique du Parti révolutionnaire institutionnel, le gouvernement mexicain a géré et profité du commerce de la drogue sans s’approcher du niveau actuel d’effusion de sang. Cependant, lorsque le Mexique est passé à la démocratie en 2000, cette gestion centralisée du trafic de drogue s’est effondrée. Des querelles entre différents cartels ont éclaté, alors même que la plupart d’entre eux maintenaient des liens avec l’État. Des réseaux similaires reliant les élites politiques et économiques aux gangs criminels et aux milices peuvent être trouvés dans d’autres pays d’Amérique centrale, ainsi que dans certaines des grandes villes du Brésil.

Ce qui distingue les conflits africains, c’est la mesure dans laquelle les donateurs et les diplomates étrangers sont devenus involontairement complices de la violence. Les élites belligérantes en Somalie et au Soudan du Sud ont régulièrement utilisé les processus de paix comme véhicules pour soutirer des rentes aux donateurs internationaux. Le Congo fournit un autre récit édifiant. Pour cimenter l’accord de paix de 2003, les donateurs ont aidé à réécrire les codes minier, fiscal et d’investissement du pays afin d’améliorer la transparence et d’attirer les entreprises étrangères. Leur espoir était de créer une classe moyenne qui pourrait un jour demander des comptes au gouvernement. Au lieu de cela, ils ont ouvert la voie à un énorme afflux de capitaux étrangers, dont une grande partie des élites congolaises ont pu siphonner malgré les nouvelles lois. Les estimations du montant volé dans quelques-unes de ces transactions vont de 1,3 milliard de dollars à 5,5 milliards de dollars. Des documents divulgués d’une banque gabonaise ont montré que des membres de la famille de Kabila ont détourné au moins 138 millions de dollars de fonds publics entre 2010 et 2020. En plus d’aider le peuple congolais à tenir son gouvernement responsable, en d’autres termes, les donateurs étrangers ont aidé à construire un système qui a drainé le l’État congolais d’une grande partie de ses revenus.

Les partenaires internationaux de l’Afrique ont un bilan encore pire lorsqu’il s’agit de situations dans lesquelles leurs intérêts de sécurité nationale sont en jeu. Afin de lutter contre le terrorisme et d’endiguer les migrations, par exemple, les États-Unis et divers pays européens ont régulièrement soutenu les forces de sécurité africaines plus soucieuses de protéger leurs propres privilèges que de sécuriser leurs populations. Les États-Unis ont fourni 118 millions de dollars d’aide militaire à l’Ouganda en 2019, par exemple, même si le gouvernement autoritaire de Museveni utilise fréquemment la force contre ses propres citoyens. La France a été encore plus audacieuse, déployant sa propre armée au Tchad en 2008 et 2019 pour aider à vaincre les rebelles qui tentaient de renverser le président autoritaire du pays, Idriss Déby, un allié clé de la France au Sahel. Et les États-Unis et les États européens ne sont pas les seules sources de ces financements. En 2019, le gouvernement burundais a reçu 13 millions de dollars des Nations Unies, soit environ 20 % de son budget militaire total, en échange de l’envoi de soldats de la paix en République centrafricaine.

Pour éviter de renforcer par inadvertance la dynamique conflictuelle même qu’ils cherchent à combattre, les États-Unis, les pays européens et les Nations Unies n’ont pas besoin de se désengager de l’Afrique ou d’abandonner la promotion de la démocratie. Au contraire, ils devraient contribuer à renforcer et à approfondir les réformes initiées à travers le continent dans les années 1990. Cela renforcerait la plus grande force politique de l’Afrique : son pluralisme vibrant et, oui, bruyant et désordonné. La demande de démocratie en Afrique est toujours forte. Lors d’un sondage, sept Africains sur dix rejettent le régime autocratique et expriment leur soutien à l’élection de leurs dirigeants.

Pourtant, Washington n’a pas soutenu les mouvements démocratiques en Afrique, hésitant dans son soutien aux manifestants nord-africains pendant le printemps arabe et renforçant les régimes autocratiques au Tchad, à Djibouti, en Guinée équatoriale, en Éthiopie, au Rwanda et en Ouganda au détriment de la réforme démocratique. Malgré des informations crédibles faisant état de fraudes lors de l’élection présidentielle congolaise de 2018, l’administration Trump ne s’est pas contentée d’accepter la prétendue victoire de Félix Tshisekedi ; il l’a célébré. Lorsque j’ai interrogé un haut responsable américain sur cette réaction, il a répondu: “C’était le meilleur résultat que nous pouvions espérer”.

La France a maintenu une posture similaire envers le Sahel, apparaissant souvent plus soucieuse d’y renforcer ses alliances pour endiguer les migrations à travers la Méditerranée que de promouvoir la démocratie. Après la mort inattendue de Déby en 2021, par exemple, le président français Emmanuel Macron s’est ostensiblement assis à côté du fils de feu l’homme fort tchadien Mahamat lors des funérailles, démontrant visiblement le soutien de Paris à la succession dynastique plutôt qu’à une transition vers la démocratie. “La France ne laissera personne mettre en cause ou menacer aujourd’hui ou demain la stabilité et l’intégrité du Tchad”, a déclaré Macron aux personnes en deuil rassemblées.

Mais le compromis entre sécurité et démocratie est faux. Bon nombre des mêmes gouvernements autocratiques que les gouvernements occidentaux soutiennent au nom de la stabilité gouvernent par la faiblesse et l’insécurité. Ils tolèrent et même invitent les conflits afin d’obtenir l’aide des donateurs occidentaux et de faciliter leurs affaires illicites. Envoyer plus d’aide à ces gouvernements n’a guère de sens si les élites dirigeantes peuvent simplement siphonner des milliards de dollars des coffres publics. Selon les Nations Unies, la fuite des capitaux en provenance d’Afrique dépasse l’aide au continent d’environ 40 milliards de dollars chaque année, dont une bonne partie peut probablement s’expliquer par le fait que des élites corrompues accumulent de l’argent à l’étranger.

Les États-Unis et leurs partenaires européens devraient commencer par réformer le système financier international qui autorise, voire encourage, de tels comportements, en supprimant les paradis fiscaux et les dispositions relatives au secret bancaire. Mais ils devraient également pousser à des transformations structurelles encore plus profondes en Afrique même : les marchés libres y ont produit de la croissance et des opportunités pour une élite restreinte, mais ils ont également poussé la majeure partie de la population dans la précarité. Presque tous les pays qui sont passés du statut de pays à revenu faible à celui de pays à revenu intermédiaire l’ont fait grâce à une intervention importante de l’État dans leurs industries nationales. Les pays africains ne sont pas différents. Pour commercer avec d’autres États sur une base plus équitable, et pas seulement en tant que sources de matières premières, ils devront développer leurs industries nationales, ce qui nécessitera des transferts de technologie, des investissements dans l’éducation et des barrières fiscales pour protéger les entreprises locales.

Plus important encore, les États-Unis et leurs partenaires européens doivent faire correspondre leur rhétorique sur la démocratie à l’action. Cela nécessitera d’adopter une position ferme en faveur d’élections libres et des libertés civiles, une position qui pourrait être plus difficile à maintenir car les responsables occidentaux bellicistes en viennent de plus en plus à voir la politique africaine à travers le prisme de la concurrence géopolitique avec la Chine ou comme une arène pour les opérations antiterroristes. Cela nécessitera également un soutien financier accru aux institutions démocratiques africaines – organisations de la société civile, commissions électorales, médias, organes de contrôle indépendants et parlements – ainsi qu’aux universités, qui sont les incubateurs de l’innovation et de l’activisme. La grande majorité de l’aide étrangère américaine va actuellement aux soins de santé, à l’aide humanitaire et au développement économique. Une grande partie de cet argent est bien dépensé, mais en tant que part de son économie, les États-Unis dépensent un tiers de ce que la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni dépensent en aide étrangère et un quart de ce que dépensent la Norvège et la Suède. Il pourrait faire beaucoup plus.

L’administration Biden a adopté une approche rhétorique différente de l’Afrique que son prédécesseur. Lors du premier voyage d’Antony Blinken sur le continent en tant que secrétaire d’État, en novembre 2021, il a déclaré que les États-Unis accorderaient une plus grande importance à la démocratie. La secrétaire au Trésor des États-Unis, Janet Yellen, a proposé de se débarrasser des paradis fiscaux en instituant un impôt minimum mondial sur les sociétés. Macron a également promis d’améliorer les relations de la France avec le continent, notamment en créant une fondation pour soutenir la démocratie et en restituant l’art africain actuellement conservé dans les musées français. Mais il est peu probable que de tels changements superficiels modifient le modèle de conflit qui a pris racine en Afrique au cours des trois dernières décennies. Une fois enracinés, les schémas de conflit ont tendance à durer.

JASON K. STEARNS est professeur adjoint d’études internationales à l’Université Simon Fraser et directeur du groupe de recherche sur le Congo au Centre de coopération internationale de l’Université de New York. Il est l’auteur de The War That Doesn’t Say Its Name: The Unending Conflict in the Congo (La guerre qui ne dit pas son nom : Le conflit sans fin au Congo).

Source : Foreign Affairs.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share