Après Nancy Pelosi, une délégation du Congrès américain arrive à Taïwan, Pékin réagit

- Publicité -

Cinq membres du Congrès américain, qui représentent les deux principaux partis des États-Unis, sont arrivés le dimanche 14 août à Taïwan, a annoncé le ministère taïwanais des Affaires étrangères. La délégation comprend le sénateur Ed Markey, ainsi que quatre membres de la Chambre des représentants : John Garamendi, Alan Lowenthal, Don Beyer et Aumua Amata Coleman Radewagen. Selon l’Institut américain à Taïwan, l’ambassade de facto des États-Unis sur l’île, leur visite durera jusqu’au 15 août. Les membres du Congrès comptent rencontrer le chef de l’administration de Taïwan Cai Inwen, assister à une réception donnée par le chef de la diplomatie taïwanaise Joseph Wu et se rendre au parlement de l’île, note le ministère taïwanais. Taïwan accueille ce dimanche une délégation du Congrès des États-Unis. Pékin qualifie cette visite de démarche dangereuse. La visite organisée seulement deux semaines après le séjour de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi sur l’île qui avait provoqué une crise diplomatique.


Le sénateur américain Ed Markey et une délégation bipartite et bicamérale du Congrès américain ont atterri le 14 août à Taïwan pour une visite de deux jours pour discuter des développements bilatéraux en matière de sécurité, d’économie et de commerce, selon le ministère taïwanais des Affaires étrangères (Ministry of Foreign Affairs, MOFA). Selon le ministère, le groupe rassemble des membres d’importants comités sur les forces armées, les voies et moyens et les relations extérieures. Il comprend le représentant John Garamendi, le représentant Alan Lowenthal, le représentant Don Beyer et le représentant Aumua Amata Coleman Radewagen. Les points forts de l’itinéraire de la délégation comprennent une audience avec la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen, un banquet organisé par le ministre taïwanais des Affaires étrangères Jaushieh Joseph Wu, et une visite au Comité législatif de la défense étrangère et nationale du Yuan.

Les États-Unis ont organisé cette visite 12 jours après le voyage sur l’île de la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi. Mme Pelosi s’est rendue à Taipei le 2 août, malgré les menaces de Pékin de prendre des mesures si cette visite n’était pas annulée. Déjà le 1 août, Zhang Jun, représentant permanent de la Chine auprès de l’ONU, a informé la presse du programme de travail du Conseil de sécurité pour le mois d’août en sa qualité de président du Conseil de sécurité pour ce mois. Dans sa présentation, l’ambassadeur Zhang avait expliqué les positions de la Chine sur la question de Taiwan et la visite potentielle de la présidente américaine Pelosi dans la région. Il avait fait valoir que la question taïwanaise était une ligne rouge dans les relations avec n’importe quel pays. Cette nouvelle visite démontre le soutien des États-Unis à Taïwan, qui ne montre aucune crainte des menaces et avertissements de la Chine alors qu’elle intensifie les tensions régionales.

Je t’aime, moi non plus

- Publicité -

Le ministère taïwanais des Affaires étrangères a déclaré que Markey est un fervent partisan de Taiwan. En témoignent son vote en faveur de la loi sur les relations avec Taiwan en 1979 en tant que membre de la Chambre des représentants des États-Unis et sa participation au Caucus sénatorial de Taiwan après son élection en tant que sénateur en 2013, a ajouté le ministère. Markey a activement promu une législation soutenant le pays en tant que président du sous-comité sur l’Asie de l’Est, le Pacifique et la politique de cybersécurité internationale relevant du comité des relations étrangères du Sénat américain, a déclaré le ministère taïwanais des Affaires étrangères. Cette législation comprend la loi sur les actions taïwanaises de soutien à la sécurité en entreprenant des engagements réguliers ; le Taiwan Partnership Act renforçant la coopération entre la Garde nationale américaine et les forces de défense de Taiwan ; et le Taiwan Fellowship Act permettant aux responsables américains d’étudier le mandarin à Taiwan.

Le 15 août 2022, lors de la réception de la délégation du Congrès américain dirigée par le sénateur Ed Markey, Tsai Ing-wen, présidente de Taïwan, s’est engagée à approfondir les liens de Taïwan “avec le monde démocratique”. La présidente Tsai Ing-wen a déclaré que son gouvernement s’engager à renforcer la coopération avec les États-Unis pour assurer la stabilité et la prospérité dans l’Indo-Pacifique. “Taïwan s’efforce de renforcer la coopération économique avec des amis internationaux comme les États-Unis qui partagent des valeurs démocratiques”, a précisé Tsai. “Des mécanismes tels que la réunion inaugurale de l’Initiative américano-taïwanaise sur le commerce du XXIe siècle en juin et les futurs accords commerciaux de haut niveau et d’évitement des doubles impositions jouent un rôle dans le processus”, a-t-elle ajouté. Les autres membres du groupe comprennent le représentant John Garamendi, le représentant Alan Lowenthal, le représentant Don Beyer et le représentant Aumua Amata Coleman Radewagen.

Selon Tsai, l’invasion de l’Ukraine par la Russie met en évidence la menace que les nations autoritaires représentent pour l’ordre mondial, tandis que les exercices militaires prolongés de la Chine dans les eaux entourant Taïwan ont gravement affecté la paix et la stabilité régionales. Taïwan s’est engagée à assurer la stabilité et à maintenir le statu quo à travers le détroit, a-t-elle déclaré. Tsai a profité de l’occasion pour remercier Markey pour son soutien indéfectible à Taïwan, notamment son vote en faveur de l’adoption de la loi sur les relations avec Taïwan de 1979 et son aide à l’acquisition de vaccins COVID-19 pour le pays l’année dernière.

- Publicité -

En réponse, Markey a décrit Taiwan comme un phare de la démocratie, des droits de l’homme et de la liberté d’expression dans une région où de nombreux défenseurs de ces valeurs universelles sont ciblés chaque jour. “Le pays a été un chef de file dans la lutte contre le COVID-19 et est devenu une puissance technologique et manufacturière mondiale, en particulier dans les semi-conducteurs”, a-t-il déclaré, ajoutant que “le monde entier bénéficie de l’expertise et du leadership de Taïwan”.

Les réactions de la Chine

Opposé à toute initiative donnant aux autorités taïwanaises une légitimité internationale, Pékin est vent debout contre tout contact officiel entre Taïwan et d’autres pays. Des responsables américains se rendent fréquemment dans cette île, mais la Chine avait jugé que la visite de Nancy Pelosi, la plus haute responsable américaine à se rendre sur l’île depuis des décennies, était une provocation majeure. En effet, la Chine estime que Taïwan, peuplée d’environ 23 millions d’habitants, est l’une de ses provinces, qu’elle n’a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949.

En plus, le ministre des Affaires étrangères Jaushieh Joseph Wu avait déjà déclaré le 12 août que l’expansion autoritaire de la Chine détruisait le statu quo inter-détroit et appelé la communauté mondiale à se tenir aux côtés de Taiwan pour maintenir la paix et la stabilité régionales. Le ministre avait fait ces remarques lors d’un entretien exclusif avec William Gallo de VOA à Taipei sur l’importance de la visite de la présidente de la Chambre des États-Unis Nancy Pelosi au début du mois et des récentes activités militaires de la Chine.

- Publicité -

Selon Wu, Taiwan ne sera pas empêché de mener sa propre politique étrangère. Pékin trouvera toujours des excuses pour menacer Taïwan, avec ou sans la visite de Pelosi, avait-t-il dit, ajoutant que les délégations étrangères sont plus que bienvenues pour visiter le pays. Bien que la Chine ait annoncé la fin de ses exercices de tir réel autour de Taïwan, la menace militaire demeure, avait déclaré le ministre, citant 11 sorties de ses avions de combat traversant la ligne médiane dans le détroit de Taïwan la veille. Wu avait aussi déclaré que de telles actions violent non seulement le principe établi par l’ONU pour résoudre les différends de manière pacifique et constructive, mais compromettent également l’ordre international fondé sur des règles. “Les partenaires de Taïwan partageant les mêmes idées, y compris les pays du G7, ont également publié une déclaration exigeant que la Chine cesse ses activités militaires”, avait-t-il déclaré.

Lire aussi : Taïwan : la Chine met en garde les États-Unis contre le retour à la “loi de la jungle”.

Le ministre avait déclaré que les Taïwanais n’avaient aucun intérêt pour les déclarations ou les principes réitérés dans le livre blanc récemment publié par Pékin. La proposition dite un pays, deux systèmes (One country, two systems) est un fantasme, comme en témoigne la façon dont le gouvernement chinois traite Hong Kong, avait-t-il dit. Wu avait ajouté que l’ambition de la Chine ne se limitait pas à Taïwan mais s’étendait aux mers de Chine méridionale et orientale, ainsi qu’à l’Afrique, l’océan Indien, l’Amérique latine et le Pacifique. Les membres du monde démocratique doivent s’unir pour empêcher l’expansion autoritaire de la Chine, a-t-il ajouté. Dans un tweet sur son compte Twitter officiel, le ministère taïwanais des Affaires étrangères a déclaré le 13 août 2022 : “Le ministre Wu l’a mis à nu dans l’interview de Voice of America par William Gallo : Taiwan ne succombera jamais ni à l’autoritarisme ni à la fameuse arnaque “One country, two systems”. Sa porte restera ouverte à la démocratie mondiale, malgré l’agression militaire flagrante et injustifiée de la Chine”.

Suites aux différentes annonces lors de cette nouvelle visite,  Liu Xiaoming, représentant spécial du gouvernement chinois pour la péninsule coréenne a appelé Washington à cesser de s’ingérer dans les affaires intérieures du pays et à adhérer à la politique d’une seule Chine”“La situation tendue actuelle à Taïwan est enracinée dans le fait que les autorités du PDP essaient de «s’appuyer sur les États-Unis pour obtenir l’indépendance», tandis que certaines forces américaines tentent «d’utiliser Taïwan pour contrôler la Chine». C’est très dangereux et c’est jouer avec le feu. Ceux qui jouent avec le feu se brûleront. Nous exhortons les pays concernés à respecter scrupuleusement le principe d’une seule Chine, à gérer correctement les problèmes liés à Taiwan, à cesser de s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine, à cesser de dire une chose et d’en faire une autre, et à respecter leur engagement de ne pas soutenir «l’indépendance de Taiwan» par des actions concrètes”, a indiqué Liu Xiaoming sur Twitter le 14 août 2022. Il avait ajouté que quiconque tenterait d’empêcher la réunification de la Chine serait confronté à un “grand mur d’acier” forgé par les mains de plus de 1,4 milliard d’habitants du pays.

Au cours du séjour de Mme Nancy Pelosi, la Chine avait lancé des exercices militaires d’envergure, envoyant dans la zone de survol interdite de Taïwan 17 avions militaires, dont huit chasseurs J-11 et neuf Su-30, ainsi que 10 bâtiments de guerre. Qualifiant la visite de prétexte pour renforcer la présence militaire américaine dans la région, Pékin avait ensuite suspendu le dialogue avec Washington sur nombre de questions et imposé des sanctions à Mme Pelosi. La Chine avait en outre adopté des sanctions contre deux fonds taïwanais, arrêté l’exportation de sable et l’importation d’agrumes et certaines espèces de poissons depuis Taïwan.

Du fait de cette nouvelle visite, Shi Yi, porte-parole du commandement du théâtre oriental de l’armée chinoise a déclaré dans un communiqué que “le 15 août, le Théâtre oriental de l’Armée populaire de libération chinoise a organisé une patrouille de préparation au combat interarmées multi-services et des exercices de combat dans la mer et l’espace aérien autour de Taïwan”. Les nouvelles manœuvres constituent “une dissuasion solennelle contre les États-Unis et Taïwan qui continuent à jouer des tours politiques et à saper la paix et la stabilité à travers le détroit de Taïwan”, a ajouté Shi Yi, promettant de “défendre résolument la souveraineté nationale”.

Lire aussi : L’Occident ressuscite la théorie du «Rimland» pour contenir la Chine et la Russie

 

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share