La main britannique derrière l’horreur au Rwanda

- Publicité -
Source : David Hammer and Linda de Hoyos, The British hand behind the horror in Rwanda, Executive Intelligence Review, Volume 21, Number 33, August 19, 1994.

L’anéantissement du Rwanda en 1994 – le massacre de centaines de milliers de ses habitants, la dislocation de 5 millions de ses 7 millions d’habitants dans des camps de réfugiés ravagés par la maladie à l’intérieur et à l’extérieur du pays – est le résultat direct des opérations mises en place lieu par les renseignements britanniques, une enquête de l’Executive Intelligence Review a déterminé. La clé de voûte régionale de l’opération est le président ougandais Yoweri Museveni, qui, pour ses propres motivations délirantes, a été recruté pour mener à bien les ambitions géopolitiques britanniques dans la région. La politique est gérée par Lynda Chalker, ministre du Développement outre-mer, anciennement au British Colonial Office. L’opération britannique a été lancée avec l’invasion d’Octotier 1990 du Rwanda par le Front patriotique rwandais (FPR) depuis l’Ouganda, avec la pleine connaissance et l’approbation des services de renseignement britanniques. Cette invasion, à son tour, a déclenché la série d’événements, examinés ci-dessous, qui ont conduit inexorablement aux niveaux incompréhensibles de souffrance humaine mentale et physique que connaissent les Rwandais aujourd’hui. Les interventions militaires de la France depuis 1990, pour tenter de défendre le Rwanda et le gouvernement de Juvénal Habyarimana contre le FPR, n’ont fait qu’aggraver la crise.

Basée sur les mêmes hypothèses géopolitiques de “sphère d’influence” que le plan de jeu britannique, la politique française, apparemment dans les bandes du fils du président François Mitterrand, Jean Christophe Mitterrand, n’a jamais ouvertement contesté ou exposé le plan de jeu britannique, mais a réussi à encourager l’achat d’armes rwandaises. La France est restée là et a regardé la garde présidentielle rwandaise organiser les milices hutues, le monstre de Frankenstein qui a ensuite perpétré le meurtre systématique de centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants tutsis, sur le chemin de la guerre-éclair du FPR dans le pays ce printemps. Sans une intervention efficace pour mettre un terme aux desseins géopolitiques britanniques de destruction des États-nations africains et de dépeuplement du continent africain, les événements horribles qui se sont déroulés au Rwanda depuis début avril 1994 se répéteront à une bien plus grande échelle, pays après pays.


En Afrique de l’Est, l’objectif immédiat des services de renseignement britanniques est d’utiliser l’Ouganda, qui a d’abord été rasé par le barbare parrainé par les Britanniques Idi Amin (1972-79) et est maintenant devenu le principal avant-poste financier et politique britannique dans la région, comme tremplin pour la déstabilisation de la région. Cela implique : la destruction du Rwanda et du Burundi, transformant les restes en satellites fonctionnels de la domination ougandaise (britannique) ; la déstabilisation du Kenya, y compris l’élimination du président kenyan Daniel Arap Moi et l’incitation à la guerre tribale ; et saisie éventuelle de l’est du Zaïre, riche en minerais. En outre, les services de renseignement britanniques, avec l’aide des points de vente de Project Democracy aux États-Unis, créent les conditions d’une guerre tribale dans la nation clé de l’Afrique de l’Ouest, le Nigeria, où 3 millions de personnes sont mortes pendant la guerre du Biafra de 1967 ; et en Afrique du Sud, dont la fragile stabilité repose sur le président Nelson Mandela.

- Publicité -

Au moment d’écrire ces lignes, le potentiel de réalisation des objectifs britanniques est très élevé. Déjà, le directeur de l’Agence américaine pour le développement international (AID), Brian Atwood, a déclaré au Congrès américain le 26 juillet que la débâcle du Rwanda avait “le potentiel de déstabiliser toute la région. Le mouvement massif de réfugiés et la menace persistante d’une nouvelle guerre civile pourraient déclencher des situations similaires au Burundi, au Zaïre, en Ouganda, en Tanzanie et au Kenya, et pourraient rapidement se répandre au-delà des frontières de la Corne [de l’Afrique] et de l’Afrique centrale”. Et comme le U.S. News and World Report prépare ses lecteurs : «Le Zaïre est au bord de l’effondrement depuis que les émeutes et les pillages menés par l’armée ont balayé le pays en 1991 … Une opposition frustrée peut être incitée à utiliser des mesures plus radicales contre [ Président] Mobutu [Sese Seko]… “Si le Zaïre s’en va”, dit un analyste, “cela fera ressembler la Somalie à un pique-nique dominical”».

À l’échelle mondiale, la crise rwandaise, depuis qu’elle a éclaté de plein fouet avec les doubles assassinats du 6 avril du président rwandais Habyarimana et du président burundais Cyprien Ntaryamira, a servi de “justification” aux services de renseignement britanniques pour faire pression en faveur du dépeuplement et d’un gouvernement mondial administré par l’ONU. Malgré sa connaissance intime des causes précises de la désintégration du Rwanda, la Britannique Lady Chalker a utilisé «l’exemple» rwandais pour motiver les protocoles de la Conférence internationale des Nations Unies sur la population et le développement au Caire en septembre, déclarant à la London Royal Society le 11 juillet : «Le densité de population au Rwanda est l’une des raisons pour lesquelles l’ampleur de cette tragédie est si énorme». Ses propos ont été publiés dans le Daily Telegraph le lendemain sous le titre «Chalker’s Rwanda Warning to Church», sur la nécessité de légiférer sur les limites de la procréation, en particulier dans les pays en développement.

L’anéantissement du Rwanda est également utilisé pour suggérer que les gouvernements africains doivent être remplacés par des puissances coloniales, soit par l’intermédiaire des Nations Unies, soit directement. Comme le notait le New York Times le 14 avril, «les États-Unis et leurs alliés ont décidé qu’il serait difficile de le maintenir [le Rwanda] sans transformer le pays en une tutelle des Nations Unies ou une administration de style colonial».

- Publicité -

Une source de renseignement en Afrique du Sud résume amèrement les objectifs britanniques dans l’opération au Rwanda : «Il y a un plan machiavélique pour montrer que la population mondiale est hors de contrôle, que cela se manifeste en Afrique dans la guerre inter-tribale, qu’il n’y a aucun moyen que ces les gens peuvent se nourrir, que toutes ces aides ne suffisent pas et que ces zones auront besoin d’aides massives pour les années à venir, ce qui signifie de fortes hausses d’impôts dans le secteur avancé pour les payer. Il y aura donc une guerre psychologique formidable, derrière laquelle c’est la pensée que l’Afrique doit être dépeuplée et simplement utilisée comme base de matières premières, puis recolonisée… C’est la pensée des grandes mégacorporations, indiscernables des services de renseignement, qui veulent les ressources au meilleur prix possible, et ne comme être gêné par des gouvernements militaires, ou n’importe quel gouvernement d’ailleurs. Ce qui est vraiment en cours, c’est un plan secret de recolonisation».

Les événements au Rwanda montrent que ce plan est maintenant en phase de mise en œuvre.

Le démembrement du Rwanda

Avant avril, le Rwanda avait une population d’environ 7,2 millions d’habitants. Au 26 juillet, au moins 500 000 personnes avaient été tuées à l’intérieur du Rwanda. Selon les estimations fournies par l’USAID, 2 576 000 personnes sont déplacées à l’intérieur du Rwanda, dont 1,3 million dans la zone de sécurité française au sud-ouest du pays. 2 223 000 autres personnes sont des réfugiés hors du Rwanda, dont 1 542 000 au Zaïre, 2 10 000 au Burundi, 460 500 en Tanzanie et 10 500 en Ouganda. C’est-à-dire que 5 299 000 personnes, soit 73,5 % de la population, ont été tuées ou sont déracinées. On craint que si les troupes françaises quittent la zone de sécurité le 22 août, à la fin de leur mandat de l’ONU, les 1,3 million de personnes qui s’y trouvent traversent les frontières vers le Zaïre et le Burundi voisins. Le FPR règne depuis la capitale Kigali sur un pays dépeuplé.

- Publicité -

Comment est-ce arrivé? Bien qu’il existe une longue histoire de guerre des castes au Burundi et au Rwanda, qui a été exacerbée lorsque la Belgique a pris le contrôle des deux colonies en 1921 et a fait des Tutsi sa classe dirigeante compradore, la dévastation du Rwanda n’aurait jamais pu se produire sans une intervention extérieure. La source immédiate de cette intervention était l’Ouganda.

En 1986, Yoweri Museveni a pris le pouvoir en Ouganda, après avoir mené une guérilla de cinq ans, d’abord contre le président Milton Obote, puis contre le président Tito Okello. Les premières recrues de Museveni dans son Armée de résistance nationale (NRA) étaient des fils de réfugiés tutsis du Rwanda venus à la suite de la révolution hutu au Rwanda en 1959. Certaines sources affirment que Museveni, lui-même membre de la tribu Hima (Tutsis ougandais), a conclu un pacte avec les Tutsis rwandais pour les remettre au pouvoir à Kigali. Ce qui est certain, c’est que les dirigeants de ce qui a émergé sous le nom de FPR en octobre 1990 étaient identiques aux échelons supérieurs de l’armée ougandaise : (*) Le ministre d’État ougandais à la défense était David Tinyefuza du FPR ; (*) Paul Kagame, actuel vice-président et ministre de la défense du Rwanda sous le FPR, était chef du renseignement et du contre-espionnage dans l’armée ougandaise ; ( *) Le commandant du FPR Fred Rwigyema, tué en 1990, était un général de division de l’armée ougandaise ; (*) Peter Baingaina du FPR était le chef des services médicaux de la NRA ; (*) Chris Bunyenyezi du FPR était l’ancien commandant de la 306e brigade de la NRA, connue pour les atrocités commises contre les Teso ougandais.

Dans le village de Biaro, les réfugiés rwandais hutus sont épuisés et tentent de se reposer. Ils ont fui les camps de Goma et de Bukavu dans l’est du Zaïre pour échapper aux attaques de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre et de l’Armée patriotique rwandaise. Zaïre, 1997. © Sebastiao Salgado

En 1989, nombre de ces officiers de l’armée ougandaise, dont Kagame, ont été envoyés aux États-Unis pour suivre une formation au U.S. Army Command and Staff College, sous les auspices ougandais. Le 1er octobre 1990, dix mille soldats sous cette direction du FPR ont envahi le Rwanda et ont été refoulés aux abords de Kigali uniquement à cause de l’envoi de 1 000 parachutistes français pour défendre la capitale. Selon certaines sources, les troupes ougandaises ont envahi en même temps que le FPR, y compris le cousin de Museveni, le commandant de l’armée ougandaise Salim Saleh. Selon une source à Kampala, 95% du FPR était dans l’armée ougandaise. Et la NRA, elle-même formée par les Britanniques, les Américains et les Nord-Coréens depuis que Museveni a pris le pouvoir en 1986, a été la source constante d’approvisionnement et de financement de la force du FPR.

Selon certaines sources ougandaises, derrière la poussée du FPR se cache le rêve de Museveni d’établir un empire du Grand Tutsi. Les services de renseignement de sécurité ougandais restent disproportionnellement entre les mains des frères ethniques de Museveni, Banyarwanda, Rukungiri et Ankole du sud de l’Ouganda. Le nom donné au corps de frappe du FPR est Inkontanyi, en référence aux principaux guerriers autour de l’ancienne cour tutsi. Selon certaines informations, Kagame serait le cousin de l’épouse du dernier roi rwandais, Mutara III, décédé en 1959. Les Tutsi dominent également complètement l’armée du Burundi.

Derrière chaque homme …

Derrière Museveni se trouve Lady Lynda Chalker. Selon des sources britanniques, Chalker a été le premier étranger à rencontrer Museveni une fois qu’il a pris le pouvoir à Kampala, descendant sur lui seulement 10 jours après avoir sécurisé le pays. Depuis lors, Museveni et Chalker sont «très luvvie-duvvie», comme l’a dit une source. Un expert britannique de l’Afrique de l’Est s’est en outre plaint que Lady Chalker «passe beaucoup de temps, un temps disproportionné, dans la Corne de l’Afrique et en Ouganda». Peu de temps après la victoire du FPR au Rwanda, Chalker s’est rendu en Ouganda pour une tournée de quatre jours organisée par Museveni, avant de se rendre à Goma, au Zaïre, pour voir les réfugiés. Sur cette dernière expérience, Chalker a déclaré à la presse que «Bien sûr, quand on se retrouve face à face avec la mort… par centaines, ou comme à Goma, par milliers, je le ressens. Mais je ne lui permets pas d’obscurcir mon jugement».

Museveni a été guidé par Chalker et le personnel de l’Overseas Development Administration à Kampala pour faire de l’Ouganda la “vitrine” du Fonds monétaire international en Afrique. L’Ouganda a été présenté dans le numéro de septembre d’Atlantic Monthly comme une «réussite africaine». Même si les prix internationaux du principal produit d’exportation de l’Ouganda, le café, ont chuté depuis 1986, Museveni – qui s’est forgé une réputation de «véritable disciple du FMI» – a réussi à payer le service de la dette requise sur la dette de 2,5 milliards de dollars du pays. Plus de 35% des dépenses du gouvernement ont été détournées vers le maintien de l’armée de 120 000 hommes de Museveni. L’équilibre a été creusé dans le niveau de vie appauvri du peuple ougandais – un travail que Museveni, sans base politique réelle autre que ses forces armées, n’a pas hésité à faire.

Simultanément, le personnel britannique est revenu diriger l’Ouganda (voir entretien avec un responsable de la Barclays Bank), et le capital britannique achète ces entreprises viables mises en vente à des prix défiant toute concurrence par le biais de programmes de privatisation imposés par le FMI. Les sociétés de thé britanniques James Finlay and Sons, Commonwealth Development Corp. et Mitchell Cotts sont revenues en force en Ouganda. avec British American Tobabcco, International Distillers and Vintners et Guinness. De plus, sous les auspices de Londres, la grande société d’investissement asiatique Madhvani, qui avait été chassée par Idi Amin, est redevenue le plus gros investisseur du pays. Museveni reçoit également 825 millions de dollars par an de ses donateurs. Pour les raisons du service de Museveni aux Britanniques – économiquement et géopolitiquement – il est le seul parmi les hommes forts africains à ne pas subir de pression pour se démocratiser. L’argent a été remis, comme le confirment plusieurs sources, sans aucune condition. Comme Museveni l’a dit à la presse, «Ma version de la démocratie a le plein soutien des gouvernements britannique et américain». Une source bien informée à Kampala rapporte : «Les Britanniques sont très derrière ce gouvernement. Vous savez qu’il n’y a aucune condition à la démocratisation, pas de démocratie multipartite. Le président ne fait même pas semblant [d’être] pour cela, et il est toujours le chouchou de l’Occident».

L’Ouganda de Museveni est la réalité derrière le gouvernement du FPR maintenant à Kigali, au Rwanda.

La marche vers la mort

L’invasion du Rwanda par le FPR, comme le montre la chronologie suivante, a mis le Rwanda et le Burundi sur un déclencheur de violence de masse, surtout compte tenu de la domination totale du FPR par un groupe, les Tutsi.

1er octobre 1990 : Le Front patriotique rwandais envahit le Rwanda.

27 oct. 1990 : Cessez-le-feu, car le FPR est repoussé par les parachutistes français.

1992 : Alors que les incursions du FPR se poursuivent le long de la frontière ougandaise, le gouvernement Habyarimana commence à organiser des milices dans les campagnes ; commence à faire passer l’armée de 5 000 hommes à 40 000.

11 décembre 1992 : Museveni, rapporte Africa Analysis, tient une réunion avec les dirigeants du FPR. l’Armée de libération du Soudan de John Garang et le Parti démocratique kenyan, les assurant du soutien ougandais pour les opérations dans leurs pays respectifs.

Février 1993 : Le FPR envahit le Rwanda, prenant le contrôle d’un morceau de territoire au nord, tuant 40 000 Hutus. Exode massif de réfugiés de la région.

1er juin 1993 : Melchior Ndadaye est élu premier président hutu du Burundi, lors des premières élections nationales.

Août 1993 : Accords d’Arusha négociés entre le gouvernement Habyarimana et le FPR, sous les auspices américains et britanniques. Les accords accordent au FPR 50% des postes de commandant et d’officier dans l’armée rwandaise et 40% des troupes, et sept postes ministériels. Seront également inclus dans le gouvernement les dirigeants hutus démocrates de l’opposition, organisés dans le cadre de l’opération Project Democracy Human Rights Watch/Africa.

Septembre 1993 : L’ONU envoie une force de maintien de la paix au Rwanda pour superviser la mise en œuvre des accords d’Arusha.

23 oct. 1993 : Tentative de coup d’État militaire au Burundi organisée avec l’approbation des services de renseignement belges et la surveillance de Mathias Hitimana, un Tutsi burundais devenu citoyen belge et trafiquant d’armes. Le président Ndadaye est assassiné, avec jusqu’à 100 000 Hutus, par des militaires dominés par les Tutsi. Plus de 700 000 Hutus fuient le Burundi. La presse internationale ne donne aucun avis.

Décembre 1993 : le FPR déplace 600 soldats à Kigali dans le cadre des accords d’Arusha.

Janvier 1994 : Les stratèges africains du ministère britannique de la Défense seraient déplacés de leur concentration sur l’Angola et mis sur le Rwanda.

Mars 1994 : Nouveau massacre de Hutus au Burundi, jusqu’à 40 000 tués.

6 avril 1994 : Un avion transportant le président rwandais Habyarimana et le président burundais Ntaryamira est abattu par trois roquettes, tuant tous à bord. Des tueries massives par les troupes gouvernementales rwandaises éclatent à Kigali ; Le FPR commence son invasion éclair.

19 avril 1994 : les troupes de maintien de la paix de l’ONU (2 500 forces belges) se retirent, dégoûtées par l’absence de mandat pour protéger les civils. Les forces belges avaient vu la garde présidentielle tuer le Premier ministre rwandais Agathe Uwilingiyamina.

Mai 1994 : L’ONU impose un embargo sur les armes au gouvernement rwandais, alors que les massacres de masse se poursuivent dans tout le pays, principalement des Tutsis, dont 25 % de prêtres catholiques romains.

21 juin 1994 : La France obtient l’approbation de l’ONU pour envoyer des troupes au Rwanda. Les troupes françaises ont mis en place des zones de sécurité, se heurtant presque aux forces du FPR.

12 juillet : Exode massif de plus d’un million de Rwandais vers le Zaïre.

15 juillet : Le FPR contrôle effectivement le Rwanda, à l’exception des zones de sécurité françaises.

29 juillet 1994 : Le président Clinton promet une opération d’aide humanitaire américaine massive aux réfugiés rwandais, qui sera menée par l’armée américaine. Une enquête menée par le groupe Médecins sans frontières dans la première semaine d’août montre qu’au moins 80 000 personnes sont mortes dans les camps du Zaïre depuis la mi-juillet – plus du triple de l’estimation initiale des agences d’aide et un total de 8% de ceux qui seraient arrivés dans les camps.

Combien d’autres mourront ou subiront une horreur indescriptible au Rwanda et dans d’autres pays africains ciblés, avant que la politique envers l’Afrique venant des États-Unis et de ses alliés ne soit radicalement modifiée?

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share