Webinaire : “Les arguments en faveur d’un nouveau Bretton Woods”

- Publicité -

Le jeudi 20 janvier 2022, le Centre de politique de développement mondial (GDP) de l’Université de Boston et la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) ont co-organisé un webinaire de lancement du livre “The Case for a New Bretton Woods“, rédigé par GDP Center Directeur, Kevin P. Gallagher, et Richard Kozul-Wright, Directeur de la Division des stratégies de mondialisation et de développement de la CNUCED. Le panel comprenait des conférenciers invités Winnie Byanyima, directrice exécutive de l’ONUSIDA ; Daniela Gabor, professeur d’économie et de macro-finance à l’Université de l’ouest de l’Angleterre, Bristol ; et Jayati Ghosh, professeur au département d’économie de l’Université du Massachusetts à Amherst, qui a fourni des commentaires et des réactions au livre. Le webinaire a été animé par William N. Kring, directeur exécutif du Global Development Policy Center, de la Boston University | Ce résumé est écrit sur base de celui de Katie Gallogly-Swan, paru sur le site du Global Development Policy Center.


Le webinaire s’est ouvert avec Kozul-Wright donnant un bref aperçu du livre The Case for a New Bretton Woods et l’inspiration pour l’écrire. Selon lui, le monde a désespérément besoin d’un multilatéralisme fonctionnel. Les pays seuls ne sont pas en mesure de résoudre les grands problèmes actuels, et les échecs en réponse à la crise du COVID-19 ont encore démontré les lacunes du système multilatéral existant. Pour expliquer cette affirmation, le livre propose une histoire du multilatéralisme qui remet en question l’histoire conventionnelle du progrès dans l’ordre international libéral.

- Publicité -

Le «moment de Bretton Woods» original en 1944 a créé un groupe d’institutions dévouées guidées par un ensemble de principes de base pour gérer l’économie mondiale. Kozul-Wright a expliqué que bien qu’il ne s’agisse pas d’un livre de héros et de méchants, s’il y a un héros, c’est le secrétaire au Trésor américain de l’époque, Henry Morgenthau, qui a défendu un ensemble de principes clairs sur ce qu’un nouveau système économique mondial devrait offrir. S’il y a un méchant, c’est Paul Volcker, l’ancien président de la Réserve fédérale américaine qui a préconisé un processus qu’il a lui-même décrit comme une “désintégration contrôlée de l’économie mondiale”, présentant un ensemble de principes et de priorités très différent de celui des institutions de Bretton Woods. Depuis l’avènement du néolibéralisme, la plomberie de l’économie mondiale a donc été fondamentalement modifiée vers ce que l’on appelle maintenant le «consensus de Washington», qui, en termes simples, protège et donne la priorité aux intérêts du secteur privé par rapport aux objectifs partagés plus larges de développement inclusif et durable.

Selon Kozul-Wright, le système qui en résulte n’est pas simplement inadapté aujourd’hui ; il n’a jamais tenu ses promesses d’augmenter la productivité et d’accroître l’efficacité. À cette fin, les auteurs conviennent avec la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, que le système international a besoin d’un nouveau moment de Bretton Woods pour éliminer les impulsions néolibérales.

The Case for a New Bretton Woods soutient que la communauté internationale doit récupérer certains aspects de l’ancien système de Bretton Woods, mais doit également remédier à ses lacunes. En effet, la CNUCED elle-même est née dans les années 1950 des frustrations suscitées par les insuffisances du système. Bien que cela ne nécessite pas de partir de zéro, Kozul-Wright a clairement indiqué que s’il y a un espoir d’avancer contre les crises d’aujourd’hui, telles que la pandémie ou le changement climatique, la transformation est indispensable.

- Publicité -

The Case for a New Bretton Woods se propose d’identifier certains de ces changements nécessaires. Un exemple est la gouvernance du FMI, qui souffre de règles et de conseils dépassés et en décalage avec les besoins contemporains. Des contrôles de capitaux seront nécessaires pour apprivoiser l’instabilité des flux spéculatifs, ainsi qu’un meilleur suivi des acteurs systémiquement importants du système financier. Le FMI doit également résoudre les problèmes de conditionnalité qui ont tourmenté les conseils politiques qu’il a offerts au cours des dernières décennies. Des problèmes systémiques subsistent, tels que la crise urgente de la dette qui doit être résolue si l’on veut atteindre les objectifs de développement ou climatiques.

En effet, donner la priorité à la réalisation des objectifs de développement et de climat nécessite une orientation vers les «biens publics mondiaux» – tels que les vaccins COVID-19 – qui sont essentiels à la prospérité mutuelle. Cela nécessiterait de rétablir la confiance dans le système commercial international. Une priorité pour les pays en développement est une conversation sérieuse sur le traitement spécial et différencié à l’Organisation mondiale du commerce, qui offre l’espace politique nécessaire aux pays pour développer leur économie et atteindre les objectifs de politique publique. Cependant, les asymétries mondiales n’existent pas seulement entre les pays, et Kozul-Wright a évoqué les géants multilatéraux qui dominent le système commercial mondial, ce qui nécessitera des politiques anti-trust coordonnées pour favoriser un environnement commercial plus équitable. À l’instar du FMI, les règles des systèmes commerciaux ne sont pas suffisantes pour faire face aux crises auxquelles le monde est confronté, et les règles dans certains domaines devront être annulées.

Dans l’ensemble, selon Kozul-Wright, les politiques du multilatéralisme sont essentielles ; en fin de compte, c’est un jeu de pouvoir et les progrès ne réussiront pas si cette dynamique n’est pas reconnue. Cela signifie faire face à des problèmes tels que l’hégémonie du dollar et comprendre l’importance des pouvoirs compensateurs. Pour lui, bien que le défi politique soit quelque peu caché dans le livre, il doit être la base de toute conversation franche pour aller de l’avant.

- Publicité -

Winnie Byanyima a ensuite répondu à la présentation de Kozul-Wright en se tournant vers les réalités matérielles contemporaines. Les inégalités montent en flèche et les modèles et institutions économiques et financiers dominants sont incapables de répondre de manière équitable ou efficace.

Selon elle, il est “immoral, absurde et contre-productif” que les dirigeants mondiaux n’aient pas vacciné le monde ou permis aux habitants des pays en développement de faire face aux chocs, et qu’encore plus de personnes meurent de la crise économique que de le virus lui-même. Alors que tout cela se déroule pour la majorité du monde, les dix hommes les plus riches ont doublé leur richesse au cours de la dernière année. Pour Byanyima, une transformation radicale du modèle de Bretton Woods pour assurer le bien commun dans l’intérêt public est la seule réponse réaliste, et ce livre essentiel aide à éclairer la voie.

Byanyima a ensuite décrit quelques points saillants du livre. Premièrement, les principes fondamentaux du moment original de stabilité de Bretton Woods, la protection contre les crises, la coopération, la prévention des déficits et excédents importants et la protection des personnes contre les intérêts privés ont tous été sapés. En 1944, le succès des institutions de Bretton Woods se mesurait à la mesure dans laquelle le capital servait le bien-être général. Mais selon Byanyima, le néolibéralisme a vidé même l’idée du bien-être général. La foi dans les marchés est sans preuve et le capital privé a normalisé des politiques conçues uniquement pour offrir un environnement d’investissement attrayant, tout en faisant obstacle aux droits des travailleurs et en entravant le progrès social.

Un deuxième point fort pour elle était la faiblesse du système actuel pour gérer la crise de la dette. Au lieu d’une approche multilatérale et responsable, il existe un système lourd et anarchique, caractérisé par l’échec du cadre commun du Groupe des 20 (G20) qui continue de laisser les créanciers privés s’en tirer.

Un troisième fait saillant concerne les propositions claires visant à transformer le régime de gouvernance économique mondiale. Le livre indique clairement que les principes du système doivent être profondément révisés pour faire progresser le bien-être, la création d’emplois et une économie qui prospère à l’intérieur des frontières planétaires, ce qui doit inclure des politiques de redistribution telles que des règles fiscales équitables, des mesures contre la corruption, des systèmes de gestion de la dette et la protection des pays en développement. pays des marchés financiers.

Selon Byanyima, The Case for a New Bretton Woods révèle le passé et offre une vision d’un avenir positif et alternatif. Les preuves fournies sont accablantes, mais comme le souligne Byanyima, cela ne suffit pas toujours. Une vision dépend des citoyens, de la société civile, des médias et plus encore pour gagner cette transformation.

Jayati Ghosh a ensuite raconté ses trois principaux points à retenir des propositions du livre. D’abord, leur urgence : ces propositions auraient dû arriver hier. Deuxièmement, leur viabilité : les propositions sont toutes des choses qui peuvent être faites et, en effet, beaucoup ont été faites dans le passé. L’approche existante ne fonctionne pas, mais plus que cela, elle est mortelle. Cela a pour résultat d’éloigner les gens du multilatéralisme, dans la conviction que ces règles ne fonctionnent pas pour eux. Enfin, la lumière que les propositions font sur ce qu’il faut faire.

Une question que ces plats à emporter lui ont laissée, cependant, est pourquoi ce changement ne s’est-il pas déjà produit? La réponse souligne la nécessité d’un pouvoir compensateur. Comme l’a dit Kozul-Wright, en fin de compte, le multilatéralisme est un jeu de pouvoir. L’exercice du pouvoir relatif est clair à tous les niveaux des négociations que ce soit à la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique, sur la réforme fiscale, au FMI ou au G20. Cela se voit également dans le pouvoir du capital contre tous les autres exprimé par des États puissants.

Cela conduit Ghosh à présenter deux problèmes qui doivent être résolus pour faire avancer le programme du livre. Tout d’abord, le contrôle du récit. Les réformateurs et les militants ne parviennent toujours pas à faire passer ce message auprès d’une partie suffisamment large de la population. Ce livre est une contribution utile à cet effort, car il n’est pas trop académique, mais lisible et accessible.

Deuxièmement, il y a le problème de savoir par où commencer. Les suggestions d’institutions «mondiales», telles qu’un fonds de protection mondial ou un effort mondial pour les vaccins, ne manquent pas. Lorsque ces initiatives se manifestent, cependant, elles sont soit déformées, soit captées par les puissants. Ghosh propose que c’est peut-être là que les réformateurs doivent penser un peu au-delà du multilatéralisme mondial, en envisageant des modalités alternatives, telles que des approches régionales pour trouver une base précoce.

Peut-être qu’un tel tournant vers le régionalisme permettrait à la communauté mondiale de cesser de penser à la mondialisation dans ses propres termes en recherchant constamment des solutions mondiales. Cela pourrait faire place à des stratégies plus régionales de développement des capacités, des efforts d’industrialisation qui s’appuient sur des groupements régionaux, des stratégies monétaires régionales et des protections régionales contre la volatilité des flux de capitaux.

Ghosh a conclu en proposant que l’un des moyens de lutter contre les réalités pernicieuses du multilatéralisme actuel passe par un internationalisme fondé précisément sur l’émergence de nouvelles formes de stratégies alternatives aux niveaux national, régional et transnational.

Daniela Gabor a commencé sa contribution en réfléchissant aux conclusions du livre sur l’importance de l’État développementiste, car selon son évaluation, les gouvernements donnent trop de pouvoir de leadership à la finance privée pour faire face aux crises auxquelles la communauté internationale est confrontée.

Gabor a ensuite exploré les propositions du livre en relation avec les défis spécifiques du changement climatique et de la financiarisation. Son premier point portait sur les idées et l’idéologie. Malgré les débats du «moment de Bretton Woods» sur le rôle et la fonction des institutions financières internationales (IFI) comme le FMI et la Banque mondiale, leurs activités se sont éloignées des ambitions initiales. Si les dirigeants mondiaux reconnaissent qu’il s’agit d’une époque d’exception écologique, qui a profité aux pays du Nord, quelles idées économiques sont nécessaires pour concevoir une économie conforme à cette compréhension ? À quoi les nouvelles institutions de Bretton Woods accorderaient-elles la priorité dans ce monde inégal et soumis au changement climatique ?

Son deuxième point portait sur les structures, où elle s’est tournée vers son propre travail sur le «consensus de Wall Street». Alors que The Case for a New Bretton Woods soutient largement que le multilatéralisme existant ne fonctionne pas, Gabor a proposé que cela fonctionne peut-être, mais pour un ensemble très spécifique d’acteurs financiers, avec un paradigme de développement dépendant des acteurs financiers pour atteindre les objectifs. Cela fournit un système Bretton Woods pour les gestionnaires d’actifs, qui fournit des liquidités aux fonds de capital-investissement, aux gestionnaires d’actifs et aux fonds de pension. Si l’approche de Morgenthau est correcte et que l’économie mondiale a besoin de discipliner le capital, à quoi ressemble-t-elle aujourd’hui dans le contexte de la financiarisation ? Suffit-il de jouer avec le contrôle des capitaux, alors que les pays africains n’ont pas demandé la suspension de la dette tout au long de la crise pandémique pour maintenir l’accès aux marchés ? Et enfin, il y a la question encore plus difficile de savoir comment mobiliser la volonté politique pour réaliser ce programme.

Une section de questions-réponses a suivi, qui couvrait un large éventail de questions, y compris le rôle du leadership américain dans l’avancement de ce programme, l’approche stratégique d’une transformation rapide ou progressive, une meilleure liaison des politiques des IFI avec la prospérité des personnes et comment le livre les propositions sont liées à une série d’efforts existants pour établir de nouvelles institutions mondiales.

Kozul-Wright a conclu en examinant le défi politique auquel ce programme est confronté. Une différence majeure entre le moment présent et les années 1970, quand il y avait une tentative sérieuse de transformation vers un Nouvel ordre économique international (NOEI) et la puissante solidarité qui existait entre les pays du Sud. Cela n’a pas duré, et Volcker a joué un rôle là-dedans. Le NOEI a créé un environnement propice à des changements significatifs grâce à une combinaison de récit, de solidarité politique et de force économique. Le défi aujourd’hui est de savoir comment développer cette combinaison et créer l’élan nécessaire pour un nouveau moment de Bretton Woods.

Résumé du livre

Après la crise financière mondiale de 2008-2009, des réformes visant à promouvoir la stabilité, l’inclusion sociale et la durabilité ont été promises mais n’ont pas été mises en œuvre. En conséquence, la situation économique mondiale, marquée par les inégalités, la volatilité et la dégradation du climat, reste dysfonctionnelle. Désormais, les retombées économiques de la pandémie de Covid-19 nous offrent une seconde chance. Kevin Gallagher et Richard Kozul-Wright soutiennent que nous devons le saisir en mettant en œuvre des réformes radicales de la manière dont nous gouvernons la monnaie, la finance et le commerce mondiaux. Sans les dirigeants mondiaux prêts à réécrire audacieusement les règles pour promouvoir un ordre économique mondial post-Covid prospère, juste et durable – un moment Bretton Woods pour le XXIe siècle – nous risquons d’être engloutis par le chaos climatique et les dysfonctionnements politiques. Ce livre fournit un plan de changement que personne intéressé par l’avenir de notre planète ne peut se permettre de manquer.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share