L’effondrement du Zaïre et l’avènement de Laurent-Désiré Kabila

- Publicité -

Cet article propose une analyse des maux politiques, économiques et sociaux des dernières années du régime Mobutu, l’homme des américains, et examine les raisons des changements diplomatiques qui ont amené les États-Unis à soutenir le Rwanda et Laurent-Désiré Kabila au lieu de Mobutu. Il met en lumière les enjeux de la Première Guerre du Congo; et offre un bref panorama de la situation au Congo à la fin de la vie de Laurent Kabila. Cet article soutient que le régime kleptocratique de Mobutu a provoqué la crise qui a conduit à la Conférence Nationale Souveraine (CNS) pour réformer le gouvernement zaïrois ; et que, cependant, la réticence de Mobutu à autoriser tout changement démocratique réduisant son pouvoir s’est avérée fatale pour le pays. Cet article montre enfin que les personnes sacrifiées tragiquement dans tout cela par les appétits du pouvoir et des richesses du Congo par plusieurs hommes forts dans le pays, dans la région et par les États-Unis n’étaient que les congolais, qui après avoir subi les pires crimes et innommables dommages, n’obtiendront pas réparation.


1. La chute de Mobutu

Le processus angoissant de la transition de Mobutu du pouvoir peut être retracé à travers le déclin politique, économique et social du Zaïre de 1992 à 1997. Politiquement, le gouvernement de Mobutu a délibérément échoué à assurer la sécurité de base à son peuple. Les attaques contre la population par divers groupes militaires étaient omniprésentes pendant cette période, laissant les victimes avec peu ou pas de nourriture ainsi que des cicatrices physiques et mentales débilitantes. Sur le plan économique, la kleptocratie de Mobutu a paralysé la capacité de sa nation à subvenir à ses besoins, malgré son grand potentiel minier et agricole. Socialement, le Zaïre était un refuge pour les meurtriers, les maraudeurs, les violeurs, les charognards, les népotistes et les charlatans, tous déguisés en membres du gouvernement, exploitant les ressources et la dignité de millions de leurs compatriotes jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à prendre. En 1997, la corruption dans tout le Congo-Zaïre et la décadence rampante de l’État ont créé un trésor pour toutes les parties nationales ou étrangères intéressées à prendre ce qu’elles pouvaient emporter. Kabila et ses bailleurs de fonds extérieurs ont simplement organisé suffisamment de personnes – et suffisamment de soutien étranger – pour traverser la voûte corrodée de Mobutu et prendre ce qui leur plaisait ; et Mobutu, à cause de son propre modus operandi voleur, ne pouvait payer personne pour les arrêter.

1.1 La mort politique de Mobutu

La fin de la guerre froide a eu un effet immédiat et durable sur Mobutu et le Zaïre. La menace d’empiètement soviétique en Afrique s’évaporant en 1991, le gouvernement des États-Unis a réévalué ses relations avec le Zaïre, et plus particulièrement avec son chef assiégé. En 1991, de nombreux politiciens du Congrès des États-Unis ont soutenu la destitution de Mobutu, mais l’administration Bush et les spécialistes de l’Afrique des bureaucraties de la sécurité nationale ont tenu bon leur engagement de longue date envers Mobutu, citant le danger imminent d’un Zaïre sans Mobutu. La Maison Blanche a soutenu que si Mobutu était destitué, le chaos était probable au Zaïre. Comme son successeur n’était pas clair, l’administration Bush a jugé prudent de s’en tenir au dictateur qu’elle connaissait. Cette plate-forme «Mobutu ou le chaos» a fini par perdre la faveur lorsque la communauté internationale a commencé à prendre conscience des violations des droits de l’homme commises au Zaïre. Le Congrès, l’organe responsable de l’affectation des fonds d’aide étrangère, a pratiquement coupé les ponts avec le régime de Mobutu. En moyenne, les États-Unis ont fourni au Zaïre 55 millions de dollars d’aide économique par an de 1985 à 1990. En 1991, avec la fin imminente de la guerre froide, l’aide économique des États-Unis a chuté à 31,2 millions de dollars, et en 1992, l’Amérique n’a fourni que 600 000 dollars d’aide économique à son allié de longue date.

En septembre 1991, des milliers de soldats zaïrois, bouleversés par le manque de salaire, ont déclenché une émeute à Kinshasa, qui s’est rapidement propagée à d’autres capitales provinciales comme Lubumbashi, faisant 30 morts et plus de 1 200 blessés. Alors que les foules menaçaient le régime de Mobutu, les États-Unis n’ont pas fait grand-chose pour aider – peu par rapport à l’aide militaire précédente au cours des 26 dernières années. Une force d’intervention belge et française de 1 750 soldats est intervienu pour évacuer environ 8 000 étrangers. “Bien que les États-Unis n’aient pas directement participé à l’opération de sauvetage, plusieurs avions de transport militaire C-141 ont été ‘prêtés’ à la France pour faciliter l’évacuation des étrangers vivant dans le pays”. Cette approche apparemment non interventionniste, selon Peter J. Schraeder, reflétait les phénomènes internationaux contemporains. “La réponse relativement discrète des États-Unis à la propagation des émeutes dans tout le Zaïre en septembre 1991 suggérait que, dans l’ère émergente de l’après-guerre froide, le statut presque incontesté de Mobutu au sein de l’exécutif en tant que ‘notre homme’ à Kinshasa commençait à s’estomper – ou du moins être questionné plus ouvertement”. Au fur et à mesure que le début des années 1990 avançait, les politiciens de Washington et des environs ont progressivement commencé à réclamer une démocratie au Zaïre.

La création du CNS a suscité une grande émotion dans tout le Zaïre, car beaucoup pensaient que la Conférence était un pas vers une véritable démocratie. «Le Premier ministre de Mobutu, Isaac Kalonji Mutambayi, a ouvert la Conférence nationale en août 1991. Elle a réuni 2 800 délégués, dont quatre membres de chaque parti politique et des représentants des institutions publiques et des secteurs de la société. La Conférence a énoncé trois objectifs principaux : 1) devenir un organe législatif chargé de “rédiger une nouvelle constitution, élaborer une législation régissant les élections, les partis politiques, les médias et la nationalité” ; 2) “formuler une hiérarchie du pouvoir pendant la transition vers la démocratie, y compris la position et la fonction de l’armée” ; 3) “restaurer les valeurs spirituelles et morales du peuple [zaïrois]”. Ayant un mandat des masses de Zaïrois appelant à un changement politique et social, la Conférence avait l’intention d’éliminer la Deuxième République rapace de Mobutu en faveur d’une démocratie de représentants élus par le peuple conscients des besoins urgents de leurs électeurs.

L’excitation et la grandeur de la conférence se sont rapidement dissipées lorsque le gouvernement de Mobutu est entré en action pour s’accrocher désespérément au pouvoir. Des querelles entre le régime et le plus grand parti d’opposition, l’Union sacrée de l’opposition radicale (USOR), provoquèrent immédiatement la suspension de la Conférence de septembre à novembre 1991 puis de nouveau en janvier 1992. Le 23 janvier 1992, des antagonistes de Mobutu se rendent à la radio nationale de Kinshasa pour réclamer un changement de gouvernement et la reprise de la Conférence. “Deux personnes ont perdu la vie au cours de ces incidents, que le Premier ministre a qualifiés de ‘tentative de coup d’État’. Les meneurs du coup d’État manqué ont été condamnés à mort par contumace”.

- Publicité -

Des marches chrétiennes, appelées par des prêtres catholiques et d’autres chefs religieux, ont envahi les rues de Kinshasa et d’autres villes du Zaïre le 16 février 1992 pour protester contre la suspension de la Conférence. Les forces de Mobutu ont répondu à Kinshasa en tirant sur une foule de manifestants brandissant des bougies, tuant plus de trente personnes. La pression nationale et internationale suite à ce massacre a forcé Mobutu à rouvrir la Conférence, qui a fonctionné du 6 avril au 6 décembre 1992. Les délégués à la Conférence, dont Georges Nzongola-Ntalaja, ont été chargés d’examiner “l’histoire de leur pays afin de déterminer comment et pourquoi les choses ne s’étaient pas déroulées comme prévu à l’indépendance, et trouver un moyen de sortir de la crise multidimensionnelle — politique, économique, sociale, culturelle et morale — que traversait le pays. Cela devait conduire à la mise en place des institutions politiques nécessaires pour gérer la transition vers la démocratie multipartite.

La Conférence a travaillé avec ferveur pour mettre en place un cadre de transition à travers lequel un nouveau gouvernement serait formé. Le 4 août 1992, la Conférence a institué “un ordre institutionnel de transition par son approbation d’un Acte portant des dispositions constitutionnelles relatives à la période de transition, afin de mettre fin à la crise politique et institutionnelle dans le pays”. La loi a défini les rôles du président, du Premier ministre, du Conseil suprême de la République (HCR) et du système judiciaire. Les délégués ont nommé Monseigneur Monsengwo, évêque de Kisangani, président du HCR. L’un des rôles du président était de ratifier l’élection du Premier ministre par le CNS dans les 48 heures.

Mobutu, qui a refusé d’honorer la nomination d’Etienne Tshisekedi au poste de Premier ministre, a effectivement commencé sa campagne de sabotage en janvier suivant. Les soldats, selon une ordonnance présidentielle, devaient être payés en nouvelle monnaie que Tshisekedi et la Conférence prétendaient sans valeur. Mobutu a ensuite convoqué sa propre conférence, préférant plutôt former cet organe avec des partisans politiques qui ont élu un autre Premier ministre, Faustin Birindwa. Le Premier ministre illégalement installé a ensuite donné l’ordre “aux membres de la Garde présidentielle de perquisitionner le domicile et les bureaux d’Etienne Tshisekedi, que le HCR continue de reconnaître comme Premier ministre. Les violences liées à cette opération ont fait un grand nombre de blessés parmi les partisans de Tshisekedi. Le 6 avril 1993, les militaires ont à nouveau empêché le HCR de fonctionner”. La confusion au sein du gouvernement a finalement suivi, avec une dualité des institutions et des aboiements d’ordres, et bientôt la paralysie s’est emparée de l’ensemble du système. Tshisekedi a demandé une mission de maintien de la paix à l’ONU qui s’est avérée improductive, tout comme les tentatives d’autres hommes d’État africains agissant en tant qu’arbitres. Finalement, à la fin de 1993, les intérêts conflictuels ont aplani une constitution avec Mobutu restant comme chef de l’État et commandant suprême des forces armées, et seuls les membres du parti d’opposition éligibles au poste de Premier ministre, qui serait nommé par Mobutu sur recommandation de la nouvelle législature de transition composée d’une majorité de membres des partis politiques de soutien.

Cette constitution de transition et le gouvernement qui lui était lié avaient prétendument l’intention de gouverner pendant une période de quinze mois. Essentiellement, parce que Mobutu était le chef de l’armée et de la police, le Premier ministre – le chef théorique du gouvernement – avait peu de pouvoir (traçant un parallèle frappant avec le gouvernement de Lumumba). Le népotisme rampant a défini l’armée. Les Ngbandi (groupe ethnique de Mobutu) de la province de l’Équateur «exercent une énorme influence au sein de l’armée». La police d’État, ou garde civile, opérait selon le même protocole et les civils la craignaient largement dans tout le Congo, notamment en raison de ses méthodes de répression des manifestations publiques. De plus, le gouvernement de Mobutu a sous-payé de nombreux membres de l’armée et de la Garde civile, et pendant la période de transition, les forces de police ont pillé les exploitations paysannes.

Les forces militaires et policières de Mobutu, plus important encore, ont servi ses objectifs politiques. Le sabotage du gouvernement de transition n’a été rendu possible que par ces forces, y compris l’encerclement de la résidence de Tshisedeki en 1992 après la décision controversée du Premier ministre de suspendre le gouverneur de la Banque du Zaïre, ne permettant aucun accès à Tshisedeki, ni l’application de sa politique. Ces forces ont empêché la législature de la période de transition de se réunir en 1992 et dans les premiers mois de 1993. En raison de leur service au président, l’impunité avec laquelle ils ont exécuté leurs ordres était généralisée. Peu ont été jugés pour inconduite ou torture pendant la période de transition, et moins ont été punis.

De plus, face à des poursuites judiciaires, l’armée – puisqu’elle est sous l’autorité directe du président, et non du gouvernement dirigé par le Premier ministre – dispose de recours spécifiques préjudiciables aux cas des victimes. L’armée justifie ses actions en utilisant «une version des faits» qui met l’accent sur la confrontation et l’autodéfense, ainsi que la prolifération de stratégies de réfutation comme l’insinuation de suicides et/ou d’accidents. Interrogé sur le traitement brutal des Congolais par l’armée, le bureau du président a soutenu qu’il était du devoir du “gouvernement du Premier ministre de nettoyer les forces de sécurité”. Cela pose des problèmes évidents, car tous les services armés et la police relèvent directement du président. Pourtant, Mobutu a maintenu une emprise relativement ferme sur le Zaïre à la suite de ces tactiques terroristes jusqu’à ce que l’horrible conflit ethnique dans la région des Grands Lacs déborde sur le Zaïre.

- Publicité -

Peut-être qu’aucune autre tragédie internationale n’a eu plus de gravité pour détrôner Mobutu que le génocide rwandais. Les conflits ethniques dans l’est du Congo, provenant en grande partie des Banyarwanda (groupes ethniques Hutu, Tutsi et Twa originaires du Rwanda, vivant maintenant au Zaïre) et de la population autochtone, à savoir les Bahunde, Banyanga et Banande (également d’origine Hutu, Tutsi et Twa) , a précipité l’intervention des forces militaires ougandaises, rwandaises et burundaises conjointement avec la rébellion de Kabila. Selon la Commission des droits de l’homme du Conseil économique et social des Nations Unies, le gouvernement du Zaïre a accordé le suffrage et le droit d’exercer des fonctions politiques aux Banyarwanda avec le décret-loi n ° 71-020 du 26 mars 1971. Le gouvernement de Mobutu a accordé aux Banyarwanda la nationalité zaïroise en vertu de cette loi ; “cependant, la loi n° 81-002 du 29 juin 1981 a modifié la législation antérieure accordant la nationalité zaïroise aux seuls justiciables justifiant que leurs ancêtres résidaient au Zaïre depuis 1885. L’application de cette loi, en raison de son caractère rétroactif, révoquerait les droits acquis par les Banyarwanda”.

Ce renversement de fortune de nationalité a évidemment provoqué la colère de la population Banyarwanda, et le CNS a agi pour apaiser les tensions engendrées par cette loi. Le gouvernement de transition a accepté d’honorer la position des Banyarwanda avant la loi de 1981 afin d’empêcher l’apatridie de plus d’un million de personnes. Les Bahunde et les Banyanga, apparemment indignés par la position du nouveau gouvernement, ont attaqué les communautés de Banyarwanda dans l’est du Zaïre en 1993, faisant des milliers de morts et le déplacement d’environ 150 000 personnes. Avec la migration constante et massive des réfugiés du conflit rwandais arrivant dans l’est du Zaïre et l’intégration d’un grand nombre de ces réfugiés dans les communautés Banyrwanda existantes, les rivalités ethniques ont de nouveau éclaté, faisant davantage de victimes et une augmentation des vols de bétail.

Pas moins d’un million de réfugiés hutus, après que le Front patriotique rwandais (FPR) a réussi à installer un régime tutsi au Rwanda, ont été contraints de vivre dans des camps de réfugiés dans une région proche de Goma, dans l’est du Zaïre.  Même si ce conflit était un problème pour les communautés locales de l’est du Zaïre, elles n’ont pas touché les confins occidentaux de la nation, y compris Kinshasa et la maison de Mobutu à Gbadolite. Ce qui a transformé la situation des réfugiés dans l’est du Zaïre en talon d’Achille de Mobutu, c’est l’accord formel de rapatriement entre le Rwanda, le Zaïre et le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Selon “l’annexe II” de l’Accord tripartite sur le rapatriement des réfugiés rwandais du Zaïre, “Dans le domaine de la sécurité mutuelle, les deux chefs de gouvernement s’engagent à ne pas permettre que le territoire de l’un serve de base à des opérations de déstabilisation l’autre”. Cette question a permis à l’Ouganda et au Rwanda d’intervenir militairement dans la rébellion de Kabila, plus tard, en 1997.

Mobutu a procédé, en 1994, à la protection de la population Hutu vivant au Zaïre, ce qui, selon son opposition au sein du CNS, a faussé la volonté nationale au profit des alliés politiques du Président. Après plusieurs mois de gouvernement de transition, beaucoup au Zaïre n’ont vu aucune amélioration dans le processus de réforme. De nombreux Zaïrois ont perçu le président comme n’ayant aucun intérêt pour le processus de transition démocratique, provoquant beaucoup de frustration politique et une dissipation du soutien au CNS, car il s’est avéré incapable d’être à la hauteur de ses objectifs de réforme. En réalité, le gouvernement Mobutu a gouverné par contumace dans les années 1990 en ce qui concerne les services sociaux. Elle ne faisait aucun effort pour subvenir aux besoins de ses habitants. Ironiquement, la seule action politique régulièrement menée par le gouvernement était la répression politique ; et, selon Roberto Garretón de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies, “les violations des droits de l’homme décrites dans [son] rapport ont toutes été commises par des employés de l’État”.

En janvier 1996, la situation au Zaïre ne s’est pas améliorée et, dans de nombreux cas, a empiré. Alors que Garretón revisitait le Zaïre pour mettre à jour son précédent rapport, il détaillait les résultats décevants suivants : “Il n’y a eu en fait aucun progrès dans aucun des domaines suivants : contrôle effectif et réel de l’appareil de sécurité de l’État par le gouvernement et le HCR-PT [ Haut-Conseil de la République-Parlement de transition] et la fin de leur impunité ; l’organisation d'”Etats Généraux” sur ces forces, la séparation des fonctions de défense et de police et le souci de leur formation . . .; des mesures de bonne foi pour limiter l’autorité du maréchal Mobutu. . .; adoption des lois électorales et autres conditions préalables à la tenue des élections . . .; ratification de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, y compris la déclaration prévue à l’article 21. . .; le renforcement du pouvoir judiciaire et la fin de l’intimidation des magistrats, ainsi que l’accomplissement [sic.] par ces derniers de leur rôle de gardiens des libertés . . .; attention aux plaintes de la société dans son ensemble . . .; et la coopération avec les procédures spécifiques de la Commission . . . Pire encore, il y a eu une régression dans le respect de l’indépendance du pouvoir judiciaire et dans le rôle des juges en tant que gardiens des droits de l’homme”.

Mobutu a saboté avec succès presque tous les efforts du gouvernement de transition pour réformer le Zaïre. Ses forces policières et militaires commettent toujours des violations des droits de l’homme en toute impunité ; des élections justes et légitimes n’ont pas eu lieu; L’autorité de Mobutu est restée incontrôlée ; et peut-être, la réalité la plus malheureuse après un an de réforme : les cris du peuple sont tombés dans l’oreille d’un sourd.

Outre l’absence de réforme, la situation dans l’est du Zaïre s’est intensifiée. Malgré les tentatives de la communauté internationale pour réduire l’apatridie, le gouvernement Mobutu a nié la nationalité zaïroise Banyarwanda, malgré la naissance zaïroise, en raison d’un «nationalisme excessif» sur la scène locale. Le conflit entre les membres des groupes anti-rwandais et indigènes et les camps de réfugiés s’est poursuivi. Le gouvernement de transition zaïrois a soutenu l’expulsion des réfugiés en août 1995, obligeant ainsi cent cinquante mille réfugiés à fuir vers les montagnes pour rejoindre les Banyarwanda. Une grande partie de cette décision résultait de la présence d’armes – apportées par des soldats hutus après leur défaite au Rwanda – et de l’utilisation de ces armes dans des conflits ethniques locaux. Le gouvernement a pris des mesures pour expulser les Banyamulenge, ou personnes nées au Zaïre d’origine tutsie (un sous-groupe ethnique au sein de la famille Banyarwanda) avec tous les réfugiés rwandais parce que le gouvernement local ne faisait pas confiance au groupe en raison de ses origines rwandaises, exacerbant encore tension.

Selon l’article 33 de la Convention des Nations Unies de 1951 relative au statut des réfugiés, le refoulement ou l’expulsion de réfugiés vers un pays où leur vie ou leurs libertés sont menacées est illégal. Le Zaïre, invoquant son interprétation de l’article 33, paragraphe 2, a affirmé qu’il avait parfaitement le droit d’expulser “les réfugiés qui constituent “un danger pour la sécurité” du pays d’asile”. Pour Garretón, cependant, le nombre massif de personnes impliquées l’emportait clairement sur le principe invoqué. Le vrai problème résidait dans la population locale et les autorités policières, qui avaient terrorisé une grande partie des réfugiés. Pour compliquer encore les choses, Garretón rapporta des allégations d'”anciens membres réfugiés des Forces armées rwandaises » [militaires à prédominance hutue du Rwanda de 1960 à 1994] menant des attaques au Rwanda puis ne retournant dans les camps de réfugiés que pour provoquer des représailles de l’armée rwandaise [militaires à prédominance tutsi du régime de Kagame après 1994]. Ces situations ont finalement donné au Rwanda la justification dont il avait besoin pour intervenir au Zaïre. À travers tout cela, le gouvernement de Mobutu a offert peu à ses citoyens. Sa vie politique a reflété sa vie physique, se décomposant à un rythme accéléré au milieu des années 1990.

1.2 Effondrement économique du Zaïre

La disparition de l’État de Mobutu dans les années 1990 a résulté, dans une large mesure, de la situation économique insipide du Zaïre. L’histoire de Mobutu en matière de nationalisation des intérêts miniers des ressources naturelles, la contrebande internationale de minerais, le faible prix du cuivre et la macro-mauvaise gestion généralisée des fonds qui avaient été la marque de fabrique du Zaïre, ont fait de l’investissement international dans le fief de Mobutu un handicap. Avant le succès de l’AFDL de Kabila, le régime de Mobutu souffrait des effets de décennies d’auto-indulgence. Sans le réinvestissement dans l’éducation des futurs congolais, l’esprit de la nation a commencé à vaciller. Sans l’insistance de la discipline dans les rangs des forces militaires et policières, le muscle de la nation a commencé à s’atrophier. Sans la cour d’autres nations et sans une tentative sérieuse de compromis avec le peuple, la virilité de la nation a commencé à se dissiper. Au milieu des années 1990, Mobutu n’avait rien d’autre qu’une réputation de cruauté et une armée loyale qui faisait preuve de peu de retenue et encore moins de respect pour la dignité humaine. Le succès économique relatif qu’il a connu à la fin des années 1960 et pendant les quatre premières années des années 1970 n’était plus qu’un lointain souvenir. À partir de 1992, les États-Unis, le plus grand bienfaiteur de Mobutu, ont commencé à réduire leur aide à l’ancien allié anti-soviétique, à la fin du dernier acte de la guerre froide. Sans un afflux d’aide économique étrangère, Mobutu, autrefois l’homme fort de l’Afrique, s’est révélé plus proche du magicien d’Oz : fort, capable et impressionnant, voire effrayant, tant que le rideau était tiré.

Comme indiqué dans la section précédente, les États-Unis ont mis fin à une grande partie de l’aide précédemment accordée au Zaïre en 1992. L’ONU a alors dû assumer la majeure partie du fardeau de l’amélioration des conditions épouvantables au sein d’un Zaïre en décomposition. À titre d’effort humanitaire, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a élaboré des «programmes de pays» qui visaient à améliorer les conditions de vie des personnes démunies vivant dans le tiers monde. Le Zaïre s’est qualifié comme l’une des nations avec un tel programme. Dans les années 1990, le PNUD visait à améliorer la sécurité alimentaire, à éradiquer la pauvreté et à développer davantage le secteur privé. Le programme était axé sur l’autonomisation des «groupes les plus vulnérables pour un développement humain durable».

Une grande partie du programme n’a pas atteint ses objectifs initiaux en raison des combats politiques au Zaïre lors de la Conférence nationale souveraine et des émeutes nationales de septembre 1991 qui ont provoqué l’évacuation des travailleurs de l’ONU. Comme l’a noté le PNUD : “Les principaux obstacles à la réalisation de l’exercice sont . . . l’absence d’un programme-cadre national, le retard dans la mise en place du processus de démocratisation et le manque d’homologues nationaux”. En effet, le PNUD a vu plus de raisons de déception que d’espoir de réforme en 1993. “L’analyse des résultats économiques de 1992 confirme les performances décevantes de l’économie au cours des années 80 au regard du potentiel du pays en ressources humaines et naturelles. La croissance du produit intérieur brut (PIB), qui a été en moyenne de 1,4 % par an entre 1980 et 1990, est négative depuis 1990”. En 1992, le taux d’inflation au Zaïre, en raison de la croissance négative du PIB, dépassait 4 500 %. Ce chiffre atteste à lui seul de la misère qui étrangle le Zaïre à la fin du règne de Mobutu.

À cette époque, les responsables gouvernementaux, y compris les fonctionnaires travaillant pour des diplomates étrangers, le personnel militaire, les juges, les enseignants et les médecins souffraient du “très long retard de paiement des employés publics”. Certains de ces employés du gouvernement ont attendu 24 à 30 mois pour recevoir leur salaire dû, causant une pression immense sur leurs familles et l’économie en général. Comme solution plausible, le PNUD a soutenu la transition vers des dirigeants démocratiquement élus, et “se avec le processus de démocratisation et l’organisation des élections au Zaïre”. Le PNUD a cependant déclaré que Mobutu n’accepterait probablement pas le pouvoir à moins que d’autres “donateurs ne soient également impliqués”. Cette période, lorsque les États-Unis ont réévalué leur relation avec Mobutu, a inauguré une nouvelle politique selon laquelle les États-Unis sont restés assez distants. Pour mettre en perspective le déclin économique du Zaïre, la valeur du zaïre, la monnaie du pays, doit être analysée. Selon Garretón, la valeur du zaïre équivalait à deux dollars américains en 1970. En 1994, 3 200 zaïres équivalaient à un dollar américain, soit une dépréciation de 6 400 %. L’inflation associée à cette chute libre économique a paralysé les Zaïrois ; pas moins de 12 millions de personnes étaient au chômage en 1994, et la plupart ne pouvaient pas subvenir à leurs besoins les plus élémentaires.

Les conflits politiques du début des années 1990 ont encombré le “programme pays” du PNUD pour améliorer les conditions de vie des Zaïrois, mais la crise des réfugiés à la suite du génocide rwandais et d’autres conflits civils au Soudan, en Ouganda, en Zambie, au Burundi et en Angola ont décimé le programme. En 1995, le Zaïre avait la plus grande population de réfugiés en Afrique, et l’engagement substantiel de l’ONU à cette catastrophe internationale (en dehors du Zaïre) a certainement empêché toute l’attention nécessaire pour améliorer les maux économiques au Zaïre. Au milieu de l’année 1994, le HCR ressent le poids immense de la situation des réfugiés rwandais : «La détérioration de la situation sociale et économique, l’insécurité généralisée, le climat politique très tendu, l’hyperinflation consécutive à la réforme monétaire d’octobre 1993 et ​​la l’afflux massif de réfugiés rwandais va perturber la mise en œuvre des activités que le bureau régional du HCR voulait entreprendre pour venir en aide aux réfugiés au Zaïre».

Le HCR n’a pas sondé l’étendue de cette période tragique en août 1994, comme le démontre la «proposition d’allocation révisée» de l’aide humanitaire engagée dans l’urgence Burundi/Rwanda. À l’époque, le HCR estimait à plus de 10 millions de dollars les fonds nécessaires à cette catastrophe. À la fin de 1994, les dépenses réelles du HCR atteignaient 99 millions de dollars et l’«affectation révisée proposée» des fonds pour 1995 dépassait 107 millions de dollars. Les camps de réfugiés, comme indiqué dans la section précédente, ont créé des problèmes de sécurité qui ont nécessité des ressources militaires internationales ainsi que l’armée zaïroise “pour permettre à la communauté internationale de l’aide de faire face à cette catastrophe d’origine humaine sans précédent”. De toute évidence, le Zaïre et Mobutu pourraient ne pas avoir prévu de dépenser de l’argent et des ressources pour protéger plus d’un million de réfugiés d’un pays voisin ; et en fin de compte, ce désastre jouera un grand rôle dans l’agression-rébellion réussie de Kabila.

Fait intéressant, l’homme d’affaires Jean-Raymond Boulle, fondateur d’American Mineral Fields (AMC) ayant des liens importants avec l’administration Clinton, a changé d’allégeance au chef rebelle Laurent Kabila lorsque Mobutu s’est à peine accroché à son contrôle kleptocratique du Zaïre en 1997. Boulle cherchait de nouvelles concessions minières dans le pays déchiré par la guerre. À ce moment-là, Boulle, avec un petit don d’un million de dollars en “taxes minières” à la rébellion de Kabila, a initialement obtenu des concessions pour le projet Kolwezi Tailings, riche en cobalt, d’une valeur estimée à 16 milliards de dollars. Boulle, un entrepreneur avisé, qui a réussi à négocier l’extraction expérimentale – mais improductive – de diamants dans le Crater of the Diamonds State Park à Murfreesboro, Arkansas avec l’approbation du gouverneur de l’époque, William J. Clinton, a fait fortune dans des entreprises minières controversées à Terre-Neuve; après quoi, il a investi massivement dans le secteur minier (42 % dans l’AMF et 28,5 % dans Nord Resources, une société minière cotée à la NYSE), ce qui l’a finalement trouvé étroitement lié à la Convention nationale démocratique (DNC) et à l’exploitation minière au Zaïre. Aucune preuve ne démontre une quelconque connaissance de la part de l’administration Clinton quant aux desseins de Boulle, mais ses affiliations suggèrent une autre histoire.

La société basée à San Francisco, Robertson Stephens Investment Management Company, a pendant des années acheminé de l’argent non seulement vers les entreprises dirigées par Boulle, mais aussi vers la DNC. Grâce à ses relations DNC, selon Forbes, la Robertson Stephens Investment Company a pu négocier un accord important avec les “plus grandes banques d’investissement chinoises, Shanghai International Securities”. Après ce voyage lucratif, Sanford Robertson (co-fondateur de la société) a célébré l’accord valable qui avait été conclu en faisant un don de 100 000 $ au Parti démocrate le 23 janvier 1996. Clinton, alors président des États-Unis, avait une relation étroite avec l’un des partenaires internationaux de Boulle, Maurice Tempelsman, de Lazare Kaplan International, Inc. Tempelsman, un important soutien financier de la machine démocrate, a eu le privilège d’accompagner le président Clinton via Air Force One en mission en Russie et en Ukraine en 1995. Kabila, après son coup d’État réussi, a renié bon nombre des promesses qu’il avait faites à Boulle et a presque accordé des droits miniers à la grande Anglo American Corporation of South Africa, Ltd. (AACSAL). capable, devant les tribunaux américains non moins, de poursuivre astucieusement AACSAL dans une poursuite antitrust, réussissant finalement à faire capituler la société internationale et à concéder un partenariat à Boulle dans le projet Kolwezi Tailings. Les deux parties étaient prêtes à réaliser des bénéfices substantiels tandis que les masses congolaises étaient sous le choc de la famine, de la privation de leurs droits et de la guerre civile.

Il est clair que même si Mobutu a réussi à obtenir le soutien américain, son pays a souffert d’un déclin prolongé qui a abouti à un effondrement total lorsque Kabila a pris le pouvoir. Kabila, en tant que nouveau chef, a conclu des accords avec des intérêts extérieurs qui ont menotté tout changement réel pour son peuple natal. Comme indiqué précédemment au chapitre deux, il restait beaucoup à faire sur le front intérieur en matière de protection sociale, mais rien ne l’a été. L’aide humanitaire extérieure a comblé une petite partie du vide ; cependant, la plupart ont rencontré des conditions déplorables tandis que l’élite changeait d’allégeance à Kabila et jouissait d’une sécurité économique relative ou faisait défection vers d’autres pays pour vivre du butin du despotisme passé. Quoi qu’il en soit, les masses qui sont restées au Congo-Zaïre ont appris que le règne d’un chef militaire inconnu n’était pas une amélioration significative de leur situation de vie.

1.3 Privations sociales

Le niveau de vie de la grande majorité des habitants du Zaïre depuis le début des années 1970 jusqu’à la fin de la Première Guerre du Congo en 1997 incarnait le dénuement. D’innombrables masses ne pouvaient pas répondre à leurs besoins les plus élémentaires, exigeant l’implication d’une myriade de programmes d’aide étrangère. La répression politique et les violations des droits de l’homme ont défini le régime de Mobutu pendant cette période, alors que les FAZ et la Garde civile de Mobutu terrorisaient la population. Alors que la conscience internationale de la brutalité de la dictature de Mobutu augmentait à la fin des années 1980 et au début des années 1990, le soutien américain à «l’homme fort» zaïrois déclina précipitamment et, en 1996, ce soutien se tourna vers Laurent-Désiré Kabila et sa rébellion de l’AFDL. À l’époque, les médias et les politiciens occidentaux ont salué la première guerre du Congo de 1996-1997 comme une solution africaine à un problème africain, alors que les rebelles ougandais, rwandais, burundais et zaïrois marchaient systématiquement de l’est du Zaïre à Kinshasa, battant l’armée de Mobutu en une bataille rapide. à la fois. Au fur et à mesure que le cancer de la prostate de Mobutu progressait, affaiblissant le corps de Mobutu, il fournissait une métaphore du régime du dictateur : les privations sociales imposées aux masses appauvries au cours des années précédentes symbolisaient le cancer du Zaïre, métastasant sous forme de rébellion, tuant finalement le régime hôte.

En février 1989, la Commission des droits de l’homme des Nations unies exigeait du Zaïre qu’il soumette un “rapport détaillant toutes les actions de protection et de promotion des droits de l’homme qui seraient initiées ou entreprises par le Zaïre” dans les mois suivants. Le gouvernement de Mobutu espérait que le rapport soutiendrait la décision de la Commission de mettre fin à la question des violations des droits de l’homme au Zaïre. L’enquête qui a mené au rapport, menée par le sous-commissaire en chef de l’État zaïrois Nimy Mayidika Ngimbi, a mis en évidence des domaines clés où le Zaïre a démontré des violations des droits de l’homme, des décisions prises par le régime de Mobutu qui ont proliféré des abus sociétaux et des États-Unis détachés en ce qui concerne l’aide.

Tout d’abord, en juin 1989, le sous-commissaire en chef de l’État a visité diverses prisons à travers le Zaïre. Une partie de ses visites consistait à libérer des prisonniers détenus illégalement. À la suite de ses conclusions, le Commissaire “a décidé d’organiser un séminaire à l’intention des policiers pour leur rappeler les procédures légales de détention et de traitement physique des détenus”. Des responsables zaïrois ont tenu ce séminaire du 10 au 14 décembre 1989 à l’occasion du quarante et unième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme. La lettre ne propose aucune analyse statistique ou preuve anecdotique pour attester du succès du séminaire, ni ne mentionne le nombre de personnes détenues illégalement par la police ; mais, aux yeux du commissaire, cet acte était un pas dans la bonne direction.

Deuxièmement, le rapport expose les disparités juridiques endémiques au Zaïre. Le gouvernement de Mobutu a créé le Département des droits et libertés du citoyen (DDLC) pour contrôler le système judiciaire sous la forme d’une réforme judiciaire. Le DDLC représentait le dernier recours des citoyens dans une bataille juridique et ne pouvait donc entendre les affaires qu’après leur inscription devant les cours et tribunaux inférieurs. La plupart du temps, la DDLC oriente les citoyens vers les voies appropriées des juridictions inférieures, mais elle a rendu des décisions favorables au plaignant dans la plupart des affaires qu’elle a entendues. La seule disparité flagrante concernait spécifiquement l’armée et la police de Mobutu. Selon l’Ordonnance-loi n° 89-049, «cette loi autorise le Département à poursuivre tout fonctionnaire en général et tout policier en particulier condamné pour torture». Comme l’a observé le Rapporteur spécial Garretón en 1993-4, le DDLC appliquait rarement des sanctions lorsqu’elles impliquaient l’armée ou la Garde civile.

Enfin, le rapport illustre un gouvernement des États-Unis prenant ses distances avec le Zaïre, qui n’est plus disponible pour Mobutu à tout moment. Afin de mettre en œuvre avec succès l’encouragement des droits de l’homme requis par l’ONU, le DDLC a fait valoir qu’il avait besoin de 50 jeeps pour traverser l’intérieur accidenté. Le Conseil exécutif du Zaïre a demandé ces véhicules entre 1987 et 1989, mais au moment de la soumission de ce rapport, les États-Unis n’avaient pas répondu à la demande. En plus des véhicules, des appareils de communication étaient nécessaires pour relier l’administration centrale aux bureaux des départements dans tout le pays, mais ils étaient rares. Là encore, “comme la première demande d’une cinquantaine de jeeps – même d’occasion – cette demande de radios est restée lettre morte”. Cela démontre clairement que les États-Unis, selon le commissaire zaïrois, ont choisi d’ignorer deux appels différents pour une assistance relativement peu coûteuse.

En 1993, les violations des droits de l’homme, débridées dans tout le Zaïre, ont continué d’attirer l’attention de la Commission des droits de l’homme de l’ONU. La Commission a spécifiquement ciblé les actes systématiques et brutaux de répression des manifestations pacifiques du régime Mobutu pendant la période du gouvernement de transition, déclarant que la Commission : «déplore la poursuite des violations graves des droits de l’homme et des libertés fondamentales au Zaïre, en particulier la pratique de la torture et des actes cruels et inhumains et traitements ou peines dégradants, détention arbitraire et détention au secret, conditions carcérales inhumaines et dégradantes, en particulier dans les centres de détention administrés par l’armée, disparitions forcées, exécutions sommaires et arbitraires de personnes ayant exercé leur droit à la liberté d’opinion et d’expression, et déni du droit à un procès équitable».

De toute évidence, à ce stade, l’emprise totalitaire de Mobutu au Zaïre continuait de s’affaiblir, et l’utilisation de l’armée et de la police représentait la seule méthode pour maintenir le régime.

En novembre 1993, le gouvernement du Zaïre a adressé un mémorandum au Secrétaire général répondant aux critiques de la Commission. Dans ce mémorandum, le gouvernement du Zaïre a défendu sa position sur la situation des droits de l’homme, bafouant les erreurs de procédure des plaignants zaïrois dans le dépôt de leurs plaintes auprès de l’ONU. Selon “l’article 41 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et l’article 2 du Protocole facultatif, tout plaignant doit avoir épuisé les recours internes disponibles avant de saisir les autorités internationales compétentes des Nations Unies”. Le mémorandum affirme que le gouvernement du Zaïre, au niveau national, n’a reçu aucune plainte concernant les allégations rapportées par la Commission, et que les plaignants qui ont déposé plainte auprès de l’ONU n’ont pas négocié les voies nationales appropriées, notamment le recours à l’Inspection générale. pour les services judiciaires en cas d’erreur judiciaire, et en dernier recours, en sollicitant les services de la DDLC.

Par conséquent, dans le mémorandum, le gouvernement du Zaïre reproche à la Commission d’avoir accepté des demandes irrecevables en raison de la négligence des demandeurs à épuiser toutes les options nationales possibles. Le gouvernement a également noté que les allégations étaient trop vagues et qu’il manquait d’informations précises sur les violations présumées ou les auteurs. Légalement, le gouvernement avait de l’influence parce que les demandeurs n’avaient pas réussi à manœuvrer à travers les alternatives nationales appropriées. Cependant, en 1993, le peuple du Zaïre n’avait connu que la répression politique. De plus, le DDLC représentait le dernier recours. Afin de saisir cet organe judiciaire et de déposer avec succès une plainte pour violation des droits de l’homme, la justice locale doit être épuisée. Comme l’a noté la Commission, le succès de la DDLC en matière d’exigence de justice est difficile à mesurer, car “les personnes qui ont reçu des conseils ou d’autres formes d’assistance de la part de la DDLC ne sont guère susceptibles de revenir pour faire rapport sur la décision finale prise par le service compétent concernant leur plainte”. La lourde tâche de négocier le système judiciaire dans un régime répressif a détourné de nombreuses personnes des recours internes, comme en témoignent les demandes irrecevables en question.

Au cours de cette période, le Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées ou involontaires a lancé un appel au gouvernement du Zaïre concernant l’enlèvement apparent du rédacteur en chef d’un journal local par des membres de la Division présidentielle spéciale (DSP) ou de la Garde civile. Le gouvernement n’a pas répondu à cet appel lorsque le Groupe de travail a finalisé le rapport au Secrétaire général. Toujours en 1993, le rapporteur spécial des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires a soumis cinq appels urgents au gouvernement concernant la vie de plusieurs opposants politiques à Mobutu.

Le Rapporteur spécial s’est inquiété de deux membres du Comité laïc de coordination et de deux membres du Conseil suprême de la République (HCR-PT) “dont les noms figuraient sur une liste noire de personnes à exécuter par des membres des forces de sécurité” ; le président de la Cour suprême zaïroise, victime de trois attaques armées ; l’enlèvement signalé des frères et sœurs d’un écrivain qui avait critiqué Mobutu ; deux conseillers du Premier ministre Tshisekedi, l’un qui avait été blessé lors d’une attaque armée, et l’autre qui avait été suivi par les forces de sécurité ; les victimes d’un attentat devant la maison du Premier ministre dans lequel la DSP aurait ouvert le feu sans discernement ; et concernant “des allégations de massacre de Banyarwanda au Nord-Kivu”. L’incident peut-être le plus horrible documenté et transmis au Gouvernement par le Rapporteur spécial s’est produit à Kinshasa, “lorsque des membres de la DSP auraient tué au moins 15 civils, dont un enfant de 11 ans et une femme enceinte, en représailles au meurtre de l’un de leurs membres”.

De toute évidence, bien que tous ces rapports aient fait état d’infractions présumées, le régime de Mobutu, tout en défendant ses efforts pour promouvoir les droits de l’homme, a continué à commettre des injustices flagrantes à l’égard des dissidents politiques. Indépendamment de la posture politique du régime de Mobutu dans sa communication avec l’ONU, l’indication la plus claire des violations des droits de l’homme apparaît dans le rapport du Département des affaires humanitaires de l’ONU accompagnant l’envoyé spécial du Secrétaire général, M. Lakhdar Brahimi au Zaïre cette année-là. : “Les trois dernières années ont vu une accélération incontrôlée du déclin du capital humain, du tissu économique et des infrastructures sociales du Zaïre, le secteur moderne étant plus gravement touché que lors des crises précédentes. Les émeutes destructrices de septembre 1991 et janvier 1993 ont entraîné une nouvelle détérioration des infrastructures de base, aggravant une situation sociale déjà précaire caractérisée par des indicateurs sociaux parmi les plus alarmants d’Afrique : un PNB par habitant inférieur à 262 dollars, un cinq taux de mortalité de 200 pour 1 000, un taux de mortalité maternelle de 6 pour 1 000 naissances vivantes, 25 % d’enfants et 13 % de femmes enceintes souffrant de malnutrition, une forte prévalence de maladies tropicales et du sida, moins de 23 % de population ayant accès à l’eau potable, un taux de scolarisation dans le primaire d’environ 61 % et un taux de scolarisation dans le secondaire d’à peine 16 %. Le déclin économique continu érode davantage le pouvoir d’achat et aggrave l’état nutritionnel déjà fragile de la population. La maladie est répandue et la pauvreté est omniprésente”.

Le rapport démontre la situation désastreuse à laquelle tous les Zaïrois sont confrontés ; la maladie, la malnutrition, le manque d’eau potable, l’effondrement économique et le manque d’éducation prédominaient au Zaïre avant l’arrivée massive des réfugiés des crises rwandaise et burundaise.

En mars 1994, bien avant l’afflux de réfugiés du Rwanda et du Burundi, la Commission des droits de l’homme de l’ONU a prononcé la même condamnation énergique du gouvernement du Zaïre qu’en mars 1993. Là encore, la Commission a déploré la brutalité du régime à commettre de graves violations des droits de l’homme et des libertés fondamentales; cependant, la Commission s’interroge maintenant sur les “déplacements forcés de plus de 750 000 personnes appartenant à des minorités ethniques, en particulier dans les provinces du Shaba et du nord du Kivu, ainsi que sur les lourdes pertes en vies humaines et les nombreuses autres violations des droits de l’homme qui accompagnent ces déplacements” , et a réaffirmé “la nécessité de mettre fin à l’impunité des personnes responsables de violations des droits de l’homme”. Les efforts vicieux de Mobutu pour maintenir son autorité dans une nation de plus en plus hostile de personnes frustrées et démunies allaient bientôt être défiés, encore une fois, par une rébellion à l’extrême est de Kinshasa ; cependant, cette rébellion s’avérera capable – avec l’aide de l’ancien allié de Mobutu, les États-Unis, en collaboration avec l’Ouganda, le Rwanda et le Burundi. Les forces armées de Mobutu se sont repliées sous la pression d’une opposition organisée.

Alors que les forces de Mobutu se retiraient à Kinshasa au début de 1997, l’AFDL a scellé le sort du Zaïre. La nation «authentifiée», créée par une loi draconienne et des privations politiques, économiques et sociales imposées à ses citoyens pendant plus de trois décennies, s’est effondrée autour de Mobutu Sese Seko, atteint d’un cancer. «Le guerrier conquérant qui triomphe de tous les obstacles» ne pouvait plus ; trente ans d’auto-indulgence ont solidifié une nation et des voisins internationaux contre lui. La rémunération inégale, au mieux, de son armée et son exploitation prédatrice des masses ont engendré la désorganisation et la dissidence dans les rangs. Sa nation, en proie à la maladie, à la malnutrition, au mécontentement et à une mauvaise éducation, ne représentait plus un allié nécessaire dans la guerre contre le communisme et, par conséquent, le gouvernement des États-Unis a décidé de rompre les liens. En bref, Mobutu ne pouvait pas fonctionner, ne pouvait pas terroriser, ne pouvait pas exploiter, ni administrer avec succès son immense fief sans le soutien des États-Unis et de son ancien maître colonial.

Ce qui s’est passé en 1996-7 était un rappel relativement exsangue d’un despote mourant qui a instillé un ressentiment amer parmi son peuple – loin de la terreur dont il a joui pendant les trente années précédentes. Comme pour suggérer un soupçon de karma, la dernière expérience de Mobutu au Zaïre démontre sa destruction totale : “Mobutu a quitté Kinshasa, où il était revenu d’une opération du cancer de la prostate en Europe pour des négociations avec le chef rebelle soutenu par le Rwanda et l’Ouganda, Laurent Kabila, pour Le lendemain, il a subi la double indignité du refus de l’équipage de son jet présidentiel de le faire sortir du pays, car ils ont insisté, à juste titre, sur le fait que l’avion était la propriété de l’État, et sa tentative de lynchage par certains de ses propres soldats, qui lui ont reproché l’assassinat la veille du général Mahele à Kinshasa. Les soldats ont tiré sur l’avion de transport militaire transportant Mobutu et sa famille en exil, alors qu’il décollait de l’aéroport de Gbadolite. était devenu un homme faible et solitaire. Le timonier avait perdu sa prise sur la barre du navire de l’État ne pouvait plus le diriger hors d’affaire ou trouver l’ancre pour le maintenir en sécurité”.

2. La montée de Kabila

Laurent-Désiré Kabila, un Luba du nord du Katanga, relativement obscur dans la politique nationale congolaise jusqu’à ce que sa rébellion soutenue par l’étranger renverse Mobutu en 1997, s’est proclamé président de la nouvelle République démocratique du Congo. Il a continuellement démontré ses antécédents avant cette rébellion réussie contre Mobutu en tant que combattant et chef de la résistance. Il a combattu contre Tshombe au Katanga et plus tard le gouvernement de Léopoldville dans les années 1960. Au cours des années 1970, 1980 et au début des années 1990, Kabila a dirigé un petit État dirigé par des dirigeants à prédominance marxiste dans la région de Fizi, dans la province du Kivu, survivant principalement grâce à l’industrie internationale de la contrebande d’or et de diamants.

Son assaut contre les forces de Mobutu a mobilisé le soutien de nombreux pays étrangers, dont le Rwanda, l’Ouganda, l’Afrique du Sud et la béquille autrefois fiable de Mobutu, les États-Unis. Malheureusement pour les masses congolaises, la montée au pouvoir de Kabila semblait trop familière à son prédécesseur, Mobutu Sese Seko. Kabila s’est proclamé président après son éviction de Mobutu ; il a utilisé sa position pour remplir ses poches d’une richesse incroyable; il a rempli son gouvernement de parents et d’amis proches; et il a encouragé des groupes de jeunes du quartier appelés Comités du pouvoir populaire, ou des machines politiques de base visant à consolider son pouvoir, un peu comme le Corps des volontaires de la République (CVR) de Mobutu.

Kabila doit son succès militaire et politique en grande partie au conflit ethnique dans la région des Grands Lacs en Afrique et au soutien extérieur. Dans les pays de l’Ouganda, du Rwanda, du Burundi et de l’est du Congo, les tensions ethniques entre les peuples à prédominance pastorale tutsi et les peuples agraires hutus ont explosé en génocide et en guerres de représailles dans les années 1990, forçant les réfugiés des deux groupes ethniques à vivre dans des conditions difficiles et à être constamment menacés. Avant la colonisation, les Tutsis, bien que moins de 20% de la population, représentaient les élites de la zone de la région des Grands Lacs. Les Hutus, qui représentent 80 % de la population, représentaient les agriculteurs et les clients de la noblesse tutsie et gravissaient occasionnellement l’échelle sociale grâce aux mariages mixtes.

A l’heure actuelle, distinguer Tutsi et Hutu en comparant des caractéristiques physiques s’avère peu fiable ; cependant, la source des tensions ethniques vient de la période coloniale. Les Allemands, et plus tard les Belges, ont créé un système social rigide qui a fait des mariages mixtes presque inexistants et de l’identité ethnique une priorité. Les impérialistes ont confié aux nobles tutsi la tâche d’administrer les colonies en tant que gouverneurs auxiliaires, appliquant souvent brutalement la politique coloniale. Au cours des années 1950, la conscience hutu a éclaté en tant que mouvement de résistance et à l’indépendance, le monde occidental, en particulier la Belgique, a décidé de léguer le pouvoir politique à la majorité hutu. Des représailles et des conflits de représailles ont suivi depuis, culminant avec le génocide de 800 000 à 1 million de Tutsis en 1994, le reste du monde ayant très peu fait pour l’arrêter.

De diverses régions en dehors du Rwanda, où le génocide s’est produit, les exilés tutsis ont préparé une contre-attaque pour prendre le contrôle du pays. Plus tard en 1994, le Front patriotique rwandais (FPR), ou l’armée nationaliste tutsie, a pris le contrôle du gouvernement rwandais après un conflit sanglant. Plus d’un million de Hutus ont traversé la frontière vers le Congo voisin en tant que réfugiés. Ce sont ces réfugiés et la présence des Tutsis au Congo qui ont servi de prétexte au gouvernement rwandais dominé par les Tutsis pour intervenir dans le conflit congolais pour renverser Mobutu.

La même chose peut être dite pour l’Ouganda et le Burundi qui ont également des populations tutsi au pouvoir dans leurs gouvernements respectifs. Yoweri Museveni, le président assiégé de l’Ouganda, a aidé le FPR dans ses efforts pour reconquérir le Rwanda. Il est juste de supposer, en raison de son origine ethnique (son père était un Mtutsi du Rwanda), qu’il pourrait avoir des visées sur les régions chargées de Tutsi de l’est du Congo. Selon Ogenga Otunnu, “Museveni a réagi assez rapidement à la crise à l’ouest [l’insurrection politique dans l’ouest de l’Ouganda] parce que la région est le bastion de Museveni et une route importante vers le projet nationaliste tutsi dans l’est du Zaïre. La région était également un couloir important vers la “maison du trésor” au Zaïre”.

Le Rwanda a envahi le Congo en 1997 sous prétexte de dénicher les extrémistes hutus parmi les réfugiés au Congo qui ont continué à attaquer le Rwanda et à assassiner des citoyens tutsis du Congo. La communauté internationale est restée les bras croisés et a observé, mais n’a pas fait grand-chose pour aider. L’ONU s’est concentrée davantage sur l’alimentation des réfugiés que sur la limitation des criminels dans leurs rangs. Kabila n’aurait pas pu marcher avec succès sur Kinshasa et évincer Mobutu sans cette intervention du FPR et de l’armée ougandaise dans l’est du Congo. Cette collaboration de force serait connue sous le nom d’AFDL.

Les puissances occidentales ont également joué un rôle essentiel dans ce renversement de Mobutu. Les États-Unis et leurs alliés ont officiellement approuvé Kabila comme chef de la force d’opposition. Les États-Unis, le FMI-Banque mondiale et la Grande-Bretagne ont financé le gouvernement de Museveni parce qu’il était un dirigeant africain capable d’apporter la stabilité dans la région. Ce soutien économique, politique et militaire a afflué vers l’est du Congo. Le monde occidental a également dû tempérer ses critiques à l’égard du gouvernement rwandais en raison du manque total d’aide humanitaire pendant le génocide. Selon Otunnu : “La réticence de la communauté internationale à empêcher le génocide au Rwanda l’avait privée de l’autorité morale pour effectivement raviver le pouvoir de Mobutu ou condamner avec force le Rwanda et l’Ouganda pour intervention armée contre les ‘auteurs du génocide rwandais’ au Zaïre”.

Soutenir Kabila n’a pas nécessairement changé les aspirations de l’Occident, et des États-Unis en particulier ; Kabila serait un autre homme fort pour stabiliser le Congo. Les États-Unis, désormais dissociés du régime de Mobutu, ont cherché à étendre leur influence en Afrique, à réduire les mouvements islamistes fondamentalistes en Afrique de l’Est et à récolter les bénéfices d’associations étroites avec un nouveau dirigeant congolais, augmentant ainsi leur capacité à exercer une influence dans le secteur minier. l’industrie dans le sud du Zaïre.

Pour ce faire, plusieurs facteurs entrent en jeu, notamment le soutien politique à un chef rebelle, la coordination d’une force internationale contre l’armée de Mobutu et l’assistance économique à cette force. Les États-Unis ont atteint tous ces objectifs tout en maintenant un relatif anonymat dans le processus. Comment cela s’est-il produit et dans quelle mesure l’influence américaine a-t-elle été le facteur décisif dans l’installation de Kabila comme nouveau président de la République démocratique du Congo nouvellement renommée ?

2.1 Manœuvre politique

Le succès de l’AFDL dans la destitution de Mobutu reflétait étroitement la stratégie du général Eisenhower en Allemagne vers la fin du théâtre européen pendant la Seconde Guerre mondiale. “Les rebelles se sont d’abord emparés des zones aurifères du nord-est, du centre diamantaire de Mbuji-Mayi et de la capitale du cuivre de Lubumbashi avant d’avancer vers Kinshasa”. Selon François Ngolet, cela ne semble guère fortuit. Paul Kagame, vice-président et commandant des forces rwandaises impliquées dans la rébellion, “a été formé au Collège de commandement et d’état-major de l’armée américaine à Fort Leavenworth au Kansas”. En prenant le contrôle des régions économiques de l’Est, l’opération rebelle a atteint deux objectifs importants; premièrement, Mobutu ne recevrait aucun argent des terres occupées par les forces ennemies ; deuxièmement, les forces de Kabila ont alors négocié des conditions favorables avec des intérêts miniers étrangers afin de continuer à financer la rébellion.

La société canadienne Tenke Mining Corp a payé 50 millions de dollars pour les droits miniers initiaux sur les gisements lucratifs de cuivre et de cobalt en 1997, et American Mineral Fields de Jean-Raymond Boulle a négocié un contrat minier estimé à 1 milliard de dollars avec Kabila et l’AFDL la même année. Ces investisseurs privés ont également assuré le transport des troupes de l’AFDL en route vers Kinshasa. En plus des contrats miniers, le ministre des Finances de Kabila, Mawampanga Mwana, a organisé une réunion d’affaires dans un hôtel à Lubumbashi – au plus fort de la rébellion – avec des personnalités telles que “Goldman Sachs, The First Bank of Boston, Morgan Grenfell et d’autres fonds gestionnaires d’Amérique du Nord”. Cet arrangement démontre la présence néocoloniale continue de l’Occident au Congo-Zaïre.

Avec le départ de Mobutu et le changement de nom de la République démocratique du Congo, Kabila et ses forces rebelles ont bénéficié d’une couverture médiatique flatteuse. De nombreux journaux ont créé la célébrité de Kabila en tant que réformateur pratiquement du jour au lendemain. Le Daily Telegraph rapportait le 16 avril 1997 : “Des décennies de mauvaise gestion au Zaïre en ont fait une fois de plus le cœur des ténèbres de l’Afrique. Il est donc naturel que Laurent Kabila soit accueilli comme un messie dans les villes dont ses rebelles ont pris les forces du président Mobutu”. Chris McGreal de The Guardian a postulé le 19 mai 1997 : “Peut-être que l’Occident a finalement réalisé que les Zaïrois sont des êtres humains après ces décennies où il a soutenu le régime de Mobutu, tandis que les Zaïrois sont morts faute de médicaments. Washington a hoché la tête en signe d’accord – sans Mobutu Mais il y aurait eu le chaos. La rébellion a ramené l’ordre”. Cette couverture relativement positive sera bientôt éclipsée, cependant, par un gouvernement tumultueux dirigé par Kabila, entraînant plus de dévastation et des millions de morts à la suite de la Seconde Guerre mondiale. Guerre du Congo. Une grande partie du problème de Kabila au pouvoir résultait de la grande partie du problème de Mobutu : les conséquences du conflit rwandais.

Alors que les armées de libération de l’AFDL traversaient le Zaïre, les soldats ont infligé des représailles, dans toute son horreur sanglante, à la population réfugiée Hutu dans l’est du Zaïre. Selon Kisangani Emizet, les forces du FPR et de l’AFDL, alors qu’elles se déplaçaient à travers le Zaïre, ont systématiquement recherché et détruit une partie massive de la population réfugiée hutu vivant au Zaïre en conséquence directe de la victoire du FPR au Rwanda quelques années auparavant. Le rapporteur spécial Garretón, chargé d’enquêter sur ce qu’il croyait être quarante lieux de massacre possibles, a signalé cette activité terroriste. Kabila, maintenant aux commandes après s’être déclaré président, a demandé le remplacement de Garretón et l’ONU a accédé à sa demande. Emizet pense que le motif de Kabila de renvoyer Garretón résultait uniquement de la conviction du Rapporteur spécial qu’un génocide avait eu lieu.

Lorsque l’ONU a nommé un nouveau chef d’équipe, Kabila a compliqué le processus en : premièrement, exigeant que l’ONU paie au Congo 1,7 million de dollars par jour pour payer les fonctionnaires congolais qui accompagneraient le Rapporteur spécial et son équipe sur le terrain ; deuxièmement, l’équipe n’aurait accès qu’à la partie orientale du Congo, où les réfugiés se trouvaient à l’origine ; troisièmement, la période visée par l’enquête remontait jusqu’à “1993 pour inclure le génocide de 1994 à l’intérieur du Rwanda” ; et quatrièmement, qu’aucun crime ne fasse l’objet d’une enquête après l’accession au pouvoir de Kabila le 17 mai 1997. Ces exigences, selon Emizet, indiquent l’engagement du régime de Kabila à dissimuler. Dans son estimation, Emizet conclut que 233 000 réfugiés ont disparu pendant la première guerre du Congo ; ces réfugiés, majoritairement hutu, et se dirigeant vers l’ouest à travers un pays dont ils ne savaient rien pour échapper aux revanchards du FPR et de l’AFDL, ont disparu.

Emizet affirme que Kabila a accepté de laisser l’équipe d’enquêteurs enquêter uniquement sur la partie orientale du Congo parce que cette migration vers l’ouest des réfugiés hutus a entraîné leurs massacres perpétrés loin de leurs camps, plus à l’ouest. L’ONU a reculé et a cédé aux demandes de Kabila, probablement en raison de la mauvaise conscience du monde occidental concernant le génocide rwandais ; parce que l’Occident n’a pas fait grand-chose pour empêcher cet horrible épisode, l’ONU n’avait pas l’autorité morale pour critiquer les actions du FPR. Ce manque total d’autorité morale a également joué un rôle important dans la capacité de l’AFDL et du FPR à échapper à la responsabilité de ces actions. “Toutes ces conditions semblent exclure le FPR et l’AFDL comme possibles auteurs du massacre des réfugiés, car les deux partis accusés du massacre sont actuellement au pouvoir respectivement au Rwanda et au Congo”. Ici, Kabila a astucieusement manœuvré dans les eaux troubles de la politique tout en préservant sa légitimité.

Cette légitimité sera plus tard mise à l’épreuve par son co-conspirateur dans le prétendu génocide : le Rwanda.

2.2 Manipulations économiques

Avec la sortie de Mobutu et la victoire de Kabila et de ses partenaires extérieurs, les masses congolaises espéraient une réforme et un redémarrage de leur économie. Après s’être installé à la présidence, Kabila a entrepris de freiner les extravagances financières du régime de Mobutu et a réussi à stopper la dévaluation de la monnaie congolaise et l’inflation galopante qui ronge l’économie ; cependant, sa politique, largement contrôlée par l’Ouganda, le Rwanda et le Burundi, s’est heurtée à l’opposition dès le début. Les armées d’invasion sont restées dans l’est du Congo après que Mobutu ait quitté la scène politique. Le nationalisme congolais s’est intensifié alors que ces forces néocoloniales dictaient visiblement le gouvernement de Kabila. Lorsque Kabila a décidé d’expulser les alliés extérieurs, une autre guerre civile a éclaté, l’Ouganda, le Rwanda et le Burundi soutenant les dirigeants locaux de l’est du Congo qui étaient, par essence, leurs marionnettes. Cette guerre civile a de nouveau ravagé l’économie et Kabila est devenu tout aussi impopulaire comme Mobutu aux jours les plus sombres de sa présidence. L’inflation a augmenté, la corruption et le népotisme ont proliféré et les investissements des entreprises étrangères ont chuté. Un régime embourbé par l’instabilité et un “manque de transparence dans la politique économique du gouvernement continue d’entraver la reprise et la croissance économiques”.

La première préoccupation majeure de Kabila en tant que leader politique de la RDC était d’obtenir un soutien international pour son régime, tant sur le plan politique qu’économique. Politiquement, Kabila avait besoin que sa prétention à la présidence soit légitimée par les puissances occidentales afin qu’il puisse commencer à nouer des relations diplomatiques avec elles et, espérons-le, attirer un soutien économique pour ses besoins de reconstruction. En décembre 1997, Kabila a obtenu 120 millions de dollars d’aide étrangère, la majeure partie provenant de l’Union européenne, qui représentait environ 10 % de ses plans de reconstruction. Les États-Unis et la Belgique, les deux plus gros contributeurs au régime de Mobutu, ont offert respectivement 10 millions de dollars et 4 millions de dollars. Les deux nations néocoloniales occidentales pérennes n’étaient pas prêtes, du moins en 1997, à déverser plus d’argent dans une nation avec d’énormes passifs d’infrastructure. L’argent que Kabila a recueilli, cependant, a aidé à réduire l’inflation à 15 pour cent par mois, par opposition aux 350 à 9 000 pour cent par mois au cours des dernières années du régime de Mobutu. Pourtant, la RDC souffrait de difficultés financières désastreuses. La Banque mondiale ne pouvait plus prêter d’argent au Congo en raison de ses 300 millions de dollars d’arriérés de la part de l’administration précédente. Que peut-on alors penser du soutien financier que Kabila a reçu?

La majeure partie de l’argent en provenance des États-Unis provenait d’investisseurs privés, principalement dans l’industrie minière. Le faible soutien de la Belgique souligne le tableau plus large de l’ancien colonisateur tirant l’essentiel de son influence de la région, comme en témoigne sa gestion de la crise rwandaise. Le retrait par la Belgique de ses troupes de maintien de la paix de l’ONU en 1994 a directement précédé le massacre des Tutsis rwandais. La France, qui contribue au soutien financier de l’Union européenne, s’efforce continuellement de maintenir sa sphère d’influence en Afrique francophone, et sa présence dans l’effort de reconstruction de la RDC incarne sa tentative de conjurer les desseins américains en Afrique centrale, une région autrefois dominée par la France. À ce stade, Kabila accepterait de l’argent de pratiquement n’importe quel donateur, car le mariage entre les parties intéressées au sein de l’AFDL était terminé.

Le plus gros problème de Kabila provenait peut-être de la manière dont il pouvait négocier entre toutes les parties responsables de son installation à la présidence de la RDC. Chaque partie voulait une forme de remboursement en échange de ses efforts ; mais plus précisément, ils voulaient rentabiliser leur investissement, à savoir le trésor sous la couche arable. Selon Boaz Atzili, les acteurs externes ont joué un rôle critique dans le renversement de Mobutu, et alors que Kabila a continué à limiter leurs récompenses pour cela, bon nombre des mêmes acteurs externes ont joué un rôle critique dans la Seconde Guerre du Congo pour renverser Kabila.

La théorie d’Atzili stipule que les pays qui adhèrent à des frontières fixes s’engagent plus facilement dans des conflits internationaux en raison de la faiblesse des gouvernements et de l’instabilité. Des frontières fixes, selon Atzili, privent les États de la capacité de construire des institutions solides et de rassembler l’unité. La possibilité de menaces extérieures développe une unité parmi les masses et le potentiel d’agrandissement insuffle confiance et ingéniosité. Le Congo continue de souffrir de ce désavantage. Premièrement, Kabila a alloué peu de ressources pour fournir une armée, un peu comme Mobutu. L’armée de la RDC n’a consommé que 1,4 % du PIB du pays. Ce petit investissement dans les défenses a eu des répercussions importantes.

Premièrement, pour maintenir sa légitimité, Kabila a dû expulser les armées du Rwanda et de l’Ouganda, qui ont décidé de maintenir leur présence au Congo après le départ de Mobutu. Comme l’affirme Otunnu, ces armées étaient le conduit par lequel le Rwanda et l’Ouganda ont extrait le trésor souterrain du Congo. En réalité, les États-Unis, le FMI-Banque mondiale et d’autres institutions occidentales ont fourni à cette force voleuse ougandaise un soutien politique, économique et militaire massif afin de combattre le gouvernement islamique de Khartoum au Soudan. À bien des égards, l’Occident a applaudi que Museveni était l’homme d’État apportant la stabilité en Afrique centrale et orientale.

Après l’ultimatum d’expulsion de Kabila, les voisins du Congo ont changé de stratégie. Prenant prétexte de l’incapacité de Kabila à désarmer les interhamwe et les anciens militaires hutu réfugiés au Congo pour intervenir à nouveau au Congo, le Rwanda et l’Ouganda ont renouvelé leurs efforts d’exploitation dans le “grenier à blé”. Au Congo, l’unité des masses n’existait pas. Au lieu de s’unir dans la cause de la défense du Congo, les groupes ethniques rivaux ont profité de l’invasion de 1998 pour vaincre leurs ennemis intra-congolais. La faiblesse de l’État ne résultait pas de l’incompétence du régime de Kabila, mais plutôt de la nature de la menace de la force d’invasion : le peuple ne la percevait pas comme une menace pour la nation tout entière, juste pour des régions et des groupes ethniques particuliers.

Les forces d’invasion ont occupé les gisements miniers de l’est du Congo, affaiblissant le régime de Kabila avec la même tactique qu’il a utilisée pour renverser Mobutu ; et Kabila ne pouvait pas continuer cette deuxième guerre du Congo sans aide extérieure – une fois de plus. Au cours de cette période, un autre chef rebelle, Ernest Wamba dia Wamba, a obtenu le soutien de sa cause en Ouganda. Le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) de Wamba reflétait à bien des égards les efforts de Kabila avant de renverser Mobutu. Le RCD de Wamba avait la force de défier Kabila par lui-même et avait besoin d’un soutien extérieur. L’Ouganda et le Rwanda ont accepté, mais contrairement à la Première Guerre du Congo, l’Angola a soutenu Kabila.

Beaucoup se demandent pourquoi l’Angola, l’ancien ennemi du Zaïre, apporterait un soutien militaire à Kabila ; mais, avec des rumeurs de Mobutu et de sympathisants de l’UNITA au sein du RCD et de l’Ouganda, l’Angola a décidé d’aider l’homme au Congo. Cette théorie a gagné en plausibilité lorsque, après la défaite de l’UNITA et la mort de Jonas Savimbi chez lui, les militaires angolais prêtés par Kabila se sont retirés du conflit. Le Zimbabwe est également venu à son secours, mais pour des raisons moins nuancées. Mugabe avait prêté de grosses sommes d’argent à Kabila pour sa rébellion, et le dirigeant zimbabwéen craignait de perdre son investissement. En outre, tout comme les intérêts miniers nord-américains, Mugabe et les hauts gradés de son armée ont conclu des accords qui ont permis d’obtenir des contrats miniers lucratifs grâce à son soutien.

Ce soutien reçu par ces nations africaines, et dans une moindre mesure, l’aide du Soudan et de la Libye, ont évité la défaite de Kabila. Pourtant, lorsque les parties belligérantes ont signé l’accord de Lusaka en 1999, l’armée ougandaise contrôlait la vieille ville natale de Mobutu, Gbadolite, dans le nord du Congo. Wamba, qui était autrefois le leader soutenu du RCD, a perdu de l’influence au sein de son propre parti, et celui-ci a été écarté. Le plus grand désavantage de Kabila causé par cette guerre a été l’implication – aussi petite soit-elle – de la Libye et du Soudan, qui figuraient tous deux sur la liste du gouvernement des États-Unis des nations qui parrainent des terroristes.

Kabila a peut-être pu sauver son régime après la Seconde Guerre du Congo ; cependant, la réaction politique a été sévère. L’Ouganda, toujours soutenu par les États-Unis, représentait une menace permanente pour la sécurité nationale et le pillage des ressources naturelles du Congo s’est poursuivi jusqu’à l’assassinat de Kabila en 2001. Dans les médias, Kabila serait présenté, désormais, comme un despote à la Mobutu, exploitant le masses congolaises à son profit. Dans le monde occidental, il a illustré un autre dictateur brutal qui a causé d’immenses souffrances, tout en se remplissant les poches. Selon Osei Boateng, “alors qu’il était au pouvoir, Kabila a été rapidement désavoué par ses partisans occidentaux après avoir refusé de vendre son pays pour une chanson”.

Le 20 janvier 2001, The Economist a publié le commentaire suivant : «Le décès de Laurent Kabila de la présidence congolaise – et probablement aussi, malgré la confusion, du reste du monde – ne sera pas pleuré par beaucoup. Bien que salué comme un leader africain de la «nouvelle race», son chemin vers le pouvoir a été une traînée de sang et a été gouverné avec toute la vénalité, l’incompétence et l’arbitraire des pires de l’ancienne race. Pourtant, pour qui est tenté d’aider le peuple misérable du Congo, il est beaucoup moins facile de dire ce qu’il faut faire après la mort du despote que ce qu’il ne faut pas».

La rétractation la plus frappante vient peut-être le 17 janvier 2001 de Chris McGreal de The Guardian, qui, contrairement à ses commentaires de mai 1997, fustige à titre posthume Kabila dans son article, “Le ‘sauveur’ du Congo a fait couler le sang : Comment Kabila, le gardien de bordel , a provoqué une guerre qui engloutit l’Afrique : “Il ne manquait pas de candidats ayant un mobile pour tenter d’assassiner Laurent Kabila. . . Après tout, il a réussi l’exploit presque impossible de se faire plus vilipendé que son prédécesseur, Mobutu. . . Jusqu’à il y a quatre ans, M. Kabila était surtout connu pour le mépris que Che Guevara déversait sur ses capacités de combat lorsque le révolutionnaire cubain est descendu au Congo dans les années 1960. [Kabila] avait mené une guerre civile sans enthousiasme contre Mobutu, mais une grande partie de son temps a été passée en Tanzanie voisine où il a complété le butin de sa «lutte» en dirigeant un bordel. En octobre 1996, le Rwanda envahit le Zaïre. . . Mais l’armée rwandaise dirigée par les Tutsis avait besoin d’une histoire de couverture. Il a choisi de déguiser l’invasion en soulèvement indigène dans l’est du Zaïre, et M. Kabila a été arraché de l’obscurité pour l’affronter. Dès le début, il était clair qu’il ne menait pas la guerre. Il a passé une grande partie de son temps à se reposer dans une villa à Goma pendant que les troupes rwandaises repoussaient l’armée de Mobutu à une vitesse incroyable. Alors que le gouvernement rwandais a d’abord décrit M. Kabila comme un grand démocrate et soldat, ses commandants militaires l’ont ridiculisé comme un paresseux incompétent qui mangeait deux poulets au petit-déjeuner. [Kabila] n’était pas plus un président qu’un chef rebelle. Il a échangé un groupe de maîtres étrangers contre un autre et tous deux se sont lassés de lui”.

Les violations flagrantes des droits humains restent la marque du régime de Kabila. “Tout militant de la société civile soupçonné d’être trop franc ou critique à l’égard du nouveau régime était la cible de la répression”. Les troupes ougandaises et rwandaises qui maintiennent toujours leurs bastions dans l’est du Congo ont été accusées de nombreuses atrocités. “Les troupes ont commis les pires atrocités en représailles contre les civils locaux. De nombreuses accusations de meurtres de masse, de viols et d’exécutions extrajudiciaires ont été portées par des organisations de défense des droits de l’homme contre les troupes rwandaises et ougandaises qui opéraient dans l’est du Congo”. Le VIH/SIDA continue de tourmenter le Congo. Selon Stephan Elbe, cinq pour cent de la population adulte de la République démocratique du Congo est atteinte du SIDA. La maladie touche de nombreuses femmes dans l’est du Congo parce qu’elles ont été violées en masse par des soldats infectés. Le National Intelligence Council des États-Unis estime qu’entre 40 et 60 % de l’armée congolaise est atteinte du VIH/sida, et l’évaluation du renseignement de la défense sud-africaine estime également ce taux à 50 %. Le SIDA est aujourd’hui le tueur numéro un des soldats de l’armée congolaise. Ce qu’Elbe ne peut pas analyser dans cet article, c’est la prévalence du VIH/SIDA parmi les forces paramilitaires au Congo.

Si le taux reste si élevé parmi les troupes gouvernementales, est-il juste de supposer que le pourcentage de groupes rebelles vivant dans les mêmes zones serait presque aussi élevé? Selon Elbe, des accusations de troupes ougandaises utilisant le VIH/SIDA comme arme continuent de faire surface. Il suggère que le gouvernement ougandais déploie ses troupes séropositives dans l’est du Congo pour empêcher sa propagation au pays. Il affirme également qu’entre août 1998 et mars 2001, environ 2,5 millions de personnes de plus sont mortes de maladies liées au VIH/sida à cause de la guerre civile que s’il n’y avait pas eu de conflit du tout. Cette épidémie décime des pans entiers de la population congolaise, et si les soldats ougandais ciblent et infectent sciemment les femmes victimes dans les zones qu’ils contrôlent, ils pourraient éventuellement détruire l’avenir de certains groupes ethniques. L’incapacité de Kabila à protéger son peuple, associée à l’opinion largement répandue que son gouvernement était corrompu, a finalement conduit à sa disparition.

2.3 L’assassinat de Kabila

La polémique entoure toujours l’assassinat de Laurent Kabila ; cependant, ce qui semble clair, c’est qu’il a été abattu au palais présidentiel de Kinshasa par l’un de ses gardes du corps, Rachidi Kasereka, qui a ensuite été tué par le colonel Eddy Kapend, le bras droit de Kabila. Son assassinat conduit Ch. Didier Gondola de conclure “La mort de Kabila faisait partie d’un grand plan bien orchestré. Ce plan a probablement été orchestré par un ou plusieurs des gouvernements étrangers qui contrôlent encore le Congo dans le but de le remplacer par une figure de proue plus docile. L’incapacité de Kabila à protéger son peuple, associée à l’opinion largement répandue selon laquelle son gouvernement était corrompu, a finalement conduit à sa disparition”. Otunnu arrive également à des conclusions similaires. Lorsque Kabila est devenu un fardeau sans mandat des masses, les puissances occidentales, l’Ouganda, le Rwanda et le Burundi ont commencé à chercher d’autres Kabila pour remplacer l’homme qui n’était pas la marionnette qu’ils pensaient qu’il serait.

Kabila a ensuite été remplacé par son fils et commandant des forces terrestres du Congo, Joseph Kabila. On sait peu de choses sur l’actuel président du Congo, mais il semble être plus réceptif à la tutelle occidentale que ne l’a démontré son père. Le problème potentiel avec le processus de réforme actuel de ce nouveau président est qu’il a passé la majeure partie de sa vie en dehors du Congo (à Dar es Salaam) et qu’il n’est pas de langue maternelle française. L’influence occidentale pourrait être le coup de pouce dont l’économie congolaise a besoin, mais elle poursuivra probablement son cours actuel et historique. L’instabilité et les conflits régionaux ont permis aux étrangers d’extraire les trésors du Congo, comme ils l’ont fait par le passé. Les compagnies minières paient les chefs rebelles et leur fournissent les armes nécessaires pour sécuriser cette zone. “Les intérêts concurrents sur les abondantes ressources minérales du Congo restent la principale raison de la Première Guerre mondiale en Afrique. C’est une guerre d’usure, approuvée par les entreprises occidentales et infligée par les armées d’invasion étrangères et les milices locales au peuple congolais”.

Références

  1. Arik Hesseldahl, “How Dictators Manage Their Billions”, Forbes, June 22, 2000.
  2. Crawford Young and Thomas Turner, Rise and Decline of the Zairian State, Madison, WI: The University of Wisconsin Press, 1985.
  3. Eric Ture Muhammad,‘Africa: U.S. Covert Action Exposed”, Final Call,  Wednesday, April 25, 2001.
  4. François Ngolet, “African and American Connivance in Congo-Zaire”, Africa Today, Vol. 47, No. 1, 2000.
  5. Georges Nzongola-Ntalaja, The Congo from Leopold to Kabila: A People’s History, London and New York: Zed Books, 2007.
  6. Locke, Jason B., “Death at birth – The political, economic and social impact of the decolonization and perpetual, neocolonial control of Congo”, College of Liberal Arts & Social Sciences, Theses and Dissertations. 21, (2010).
  7. Mgr Emmanuel KATALIKO, “Un Cri de détresse du peuple congolais au peuple des USA”, Message de veille de Noël le 24/12/1998.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share