Guerres au Congo : l’action secrète des États-Unis dévoilée

- Publicité -

La deuxième guerre du Congo, débutée officiellement le 02 août 1998, est un véritable drame humain. Elle laisse poser la question sur le sens de la vie, du droit international et du rapport entre les nations. Mais pourquoi cette deuxième guerre, moins de deux ans après une autre? “La cupidité des entreprises, combinée à un désir de ne jamais permettre au «trône de la civilisation» de s’unir et de devenir autosuffisant, continue de se joindre à la hanche le gouvernement américain, les Nations Unies et les cartels d’entreprise dans une guerre persistante contre l’Afrique”, a conclu une récente audience au Congrès américain. De Eric Ture Muhammad, Africa: U.S. Covert Action Exposed” est l’article orginal, publié par The Final Call le 25 avril  2001.


A la recherche de la vérité

La représentante Cynthia McKinney a présidé l’audience, “Covert Action in Africa : A Smoking Gun in Washington, D.C.,” et a dirigé les voix de la critique qui ont affirmé que le gouvernement américain, l’ONU, les milices privées et les intérêts économiques occidentaux possédaient connaissance complète des troubles civils imminents en Afrique et a alimenté la mêlée entre les nations africaines. Leur objectif était d’utiliser la guerre, la maladie, la faim et la pauvreté comme couvertures tout en poursuivant la pratique séculaire du viol et de l’exploitation des ressources humaines et minérales du continent, selon les témoignages. Parmi les personnes nommées comme collaborateurs au cours de l’audience d’une journée figuraient le secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, l’ancien président américain Bill Clinton, l’ancienne secrétaire d’État Madeline Albright et le marchand international de diamants Maurice Tempelsman.

M. Tempelsman, dont le rôle dans la confluence de la politique publique et du profit privé en tant qu’intermédiaire pour le cartel du diamant De Beers, selon les preuves soumises, a contribué à façonner pratiquement toutes les actions secrètes majeures en Afrique depuis le début des années 1950. Des mémos et des câbles déclassifiés entre d’anciens présidents américains et des responsables du département d’État au cours des quatre dernières décennies ont nommé M. Tempelsman avec une contribution directe à la déstabilisation du Congo, de la Sierra Leone, de l’Angola, du Zimbabwe, de la Namibie, du Rwanda et du Ghana. Il a gagné ses galons auprès des puissances occidentales lors du renversement du premier président élu du Ghana, Kwame Nkrumah, et de l’assassinat du premier président élu du Congo, Patrice Lumumba, soutenu par la CIA, révèlent des documents.

- Publicité -

Pas plus tard qu’en 1997, M. Tempelsman a été nommé dans la dissimulation en cours du soutien secret de la CIA américaine à l’ancien président du Zaïre (aujourd’hui la République démocratique du Congo [RDC]), Mobuto Sese Seko, décédé en exil en 1997 après le renversement de son régime par le président congolais Laurent Kabila, récemment assassiné. M. Tempelsman est nommé agent chargé de vendre l’excédent brut du stock stratégique de diamants aux États-Unis qui a servi à financer les exploits du dictateur décédé. Selon les documents déposés en preuve, la rumeur disait que M. Tempelsman s’était engagé en 1998 dans une relation amoureuse avec le secrétaire d’État de l’époque, Albright.

Au cours de l’audience, Mme McKinney a déclaré que l’héritage de l’ancien président Clinton et sa politique étrangère envers l’Afrique est une grave tromperie. Elle a accusé non seulement son administration d’avoir fait la sourde oreille au génocide qui s’est produit au Rwanda sous sa surveillance, mais que tous ceux qui ont aidé à réduire au silence ont été récompensés par des promotions. “Regardez Madeline Albright. À l’époque, ambassadrice des Nations Unies, elle a été promue secrétaire d’État”, a-t-elle accusé. “Susan Rice, au Conseil de sécurité nationale, elle a été promue secrétaire d’État adjointe pour l’Afrique. Kofi Annan, que le rapport Carlsson [une enquête des Nations Unies] fait 19 observations, dont 17 blâment Kofi Annan, et pourtant [il ] obtient une promotion au poste de secrétaire général et est sur le point d’être réélu en tant que secrétaire général.” McKinney a également fustigé la juge Louise Arbour du Tribunal pénal international pour le Rwanda, qui, peu de temps après avoir suspendu l’enquête sur l’attaque à la roquette d’avril 1994 contre l’avion présidentiel qui a tué les présidents Juvénal Habyarimana du Rwanda et Cyprien Ntaryamira du Burundi, a reçu un Canada Nomination à la Cour suprême.

“La politique de l’Amérique envers l’Afrique au cours de la dernière décennie, plutôt que de chercher à stabiliser les situations où la guerre civile et les troubles ethniques règnent en maître, a apparemment favorisé la déstabilisation”, a déclaré Wayne Madsen, auteur de “Génocide et activités secrètes en Afrique 1993-1999”. Mme Albright aimait à décrire comme des «phares d’espoir» ces chefs militaires pro-américains en Afrique qui ont pris le pouvoir par la force, a déclaré M. Madsen. «Ces dirigeants, qui comprennent les présidents actuels de l’Ouganda, du Rwanda, de l’Éthiopie, de l’Angola, de l’Érythrée, du Burundi et de la République démocratique du Congo (RDC), président des pays où les troubles ethniques et civils permettent à des sociétés minières internationales sans scrupules de profiter de la s’efforcent de remplir leurs propres coffres de diamants de guerre, d’or, de cuivre, de platine et d’autres minéraux précieux, dont un qui est un composant principal des puces informatiques», a-t-il déclaré.

- Publicité -

M. Madsen a déclaré que les États-Unis ont joué un rôle plus important dans la tragédie rwandaise qu’ils ne l’admettent, citant les invasions du Congo soutenues par les États-Unis et l’Ouganda. La spéculation derrière le récent assassinat de Pres. Laurent Kabila et la visite rapide aux États-Unis de son successeur et fils Joseph Kabila en même temps qu’une visite du président rwandais Paul Kagame, couplée à des rencontres avec Corporate Council for Africa et un somptueux dîner-réception organisé par Maurice Tempelsman a fait peu pour mettre l’Amérique sous un jour favorable dans la région, affirme l’auteur. “Après tout, la date de l’assassinat de Kabila [le 16 janvier 2001] était pratiquement de 40 ans après le jour même de l’assassinat planifié et exécuté par la CIA du leader congolais Patrice Lumumba”, a-t-il conclu.

Quand politique et profit convergent

“Il s’agit d’une guerre par procuration occidentale syndiquée et, comme la Sierra Leone, l’Angola et le Soudan, c’est une guerre comme couverture pour l’extraction rapide et sans restriction de matières premières, et la guerre comme moyen de priver totalement la population locale de ses droits”, a déclaré Keith Snow, écrivain et journaliste indépendant qui a fourni des rapports d’enquête pour le panel. Les diamants, l’or, le cobalt, le manganèse, le pétrole, le gaz naturel, le bois et peut-être l’uranium, a-t-il dit, ne sont que quelques-uns des principaux butins pillés dans les coulisses de la guerre qui détruit l’Afrique. “Certains de ces minéraux se trouvent presque exclusivement en République démocratique du Congo”, a déclaré M. Snow. L’un de ces minéraux, la tantalite de columbium, ou “Col-Tan”, est un exemple principal du rôle que jouent les minéraux stratégiques dans le maintien de la guerre. Ce minéral rare se trouve presque exclusivement dans l’est du Congo et utilisé par les pays occidentaux dans tout, des moteurs d’avion aux puces informatiques.

«Les intérêts économiques sont un facteur important dans les combats en RDC», a déclaré Bill Hartung, du World Policy Institute à New York. Dans son rapport co-écrit «Deadly Legacy Update: US Arms and Training Programs in Africa», le chercheur a reconnu le rôle important que jouent les intérêts économiques dans les combats en RDC et dans toute l’Afrique. «Les Africains ont besoin de la technologie, des investissements et de la coopération occidentaux pour transférer les minéraux. Les Africains ne traitent pas ces minéraux; ils sont traités en Occident. Les Africains ne dépendent pas des minéraux utilisés dans l’industrie de haute technologie, des projets de défense sophistiqués ou des matériaux utilisés dans l’exploration spatiale. L’Occident, et en particulier les États-Unis, dépendent de la disponibilité de minéraux stratégiques, dont beaucoup ne sont pas produits par les États-Unis. L’Afrique n’a pas de marché dynamique pour les diamants, qui sont taillés et distribués en Occident», a-t-il déclaré.

- Publicité -

Les sociétés occidentales sont conscientes que les revenus de l’exploitation minière perçus par les pays africains impliqués dans la guerre sont utilisés pour acheter du matériel militaire. Compte tenu de l’histoire d’une forte présence des entreprises dirigées par les États-Unis en Afrique, il est fort probable que les intérêts miniers américains aient profité de la guerre, a conclu le panel. Cela peut aussi expliquer l’intérêt de l’American Mineral Fields International (AMF), qui, selon M. Snow, est un cas classique de copinage. La société a obtenu un accord minier d’un milliard de dollars pour le cobalt et le cuivre avant l’arrivée au pouvoir de Laurent Kabila. Selon M. Snow, l’accord a été conclu grâce à un intérêt partagé; à savoir Prés. Clinton. Le président de l’AMF au moment de la transaction était Mike McMurrough, originaire de la ville natale de M. Clinton, Hope, dans l’Arkansas. M. Snow a également allégué que M. Clinton a un intérêt financier dans AMF. Ancien Prés. George Bush père a également été cité à l’audience pour son appartenance au conseil consultatif de Barrick Gold, Ltd., pour lequel il a utilisé ses liens avec la CIA, ayant déjà été directeur de l’agence d’espionnage.

L’échec de l’ONU

Le rapport Carlsson, publié il y a un an, est une enquête indépendante sur les actions de l’ONU pendant le génocide rwandais de 1994 présentée au Conseil de sécurité de l’ONU par le président du rapport, Ingvar Carlsson. Le rapport condamne le Conseil de sécurité pour ne pas avoir empêché le massacre systématique de plus de 800 000 hommes, femmes et enfants au Rwanda, qui s’est produit dans une période de 100 jours entre les mois d’avril et juillet 1994. La décision de l’ONU de réduire la force de la mandaté la Mission des Nations Unies pour l’assistance au Rwanda (MINUAR) après le début du génocide, malgré sa connaissance des atrocités a été la cause de beaucoup d’amertume a déclaré son
rapport.

“L’échec des Nations Unies à empêcher et, par la suite, à arrêter le génocide au Rwanda a été un échec du système des Nations Unies dans son ensemble”, a déclaré le rapport. «Il y avait un manque persistant de volonté politique des États membres d’agir, ou d’agir avec suffisamment d’assurance. Ce manque de volonté politique a affecté la réponse du Secrétariat et la prise de décision du Conseil de sécurité, mais était également évident dans les difficultés récurrentes pour obtenir les troupes nécessaires à la MINUAR. Enfin, bien que la MINUAR souffrait d’un manque chronique de ressources et de priorité politique, il faut aussi dire que de graves erreurs ont été commises avec les ressources qui étaient à la disposition des Nations Unies» M. dit Carlsson.

Un rapport similaire publié par l’Organisation de l’unité africaine (OUA) en juillet dernier a également désigné la France, la Belgique, les églises catholique romaine et anglicane ainsi que les États-Unis et l’ONU comme les plus coupables et a exigé qu’un “niveau important de réparations” soit payé. Selon M. Carlsson, M. Annan en tant que sous-secrétaire général a été mis au courant d’un câble du 11 janvier 1994 qui divulguait des informations concernant un complot ourdi par la milice Interahamwe pour tuer des soldats belges, forcer le retrait des troupes belges et envoyer des militaires du Front Patriotique Rwandais (FPR), qui étaient tutsis par ethnie, vers les camps de Kigali «pour leur extermination». L’informateur a déclaré que son personnel a pu tuer jusqu’à 1 000 soldats tutsis à des intervalles de 20 minutes et qu’une cache d’armes contenant au moins 135 fusils d’assaut G3 et AK 47 était à leur disposition. «Il était prêt à montrer à la MINUAR où se trouvaient ces armes en échange de la protection de sa famille», indique le rapport.

Le rapport indique que M. Annan a écrit une lettre au représentant spécial du secrétaire général de l’ONU Boutros Boutrous-Ghali au Rwanda, déclarant que les informations contenues dans le câble étaient préoccupantes, mais a insisté pour que ces informations soient traitées avec prudence. Le câble original a été classé dans les archives et M. Boutrous-Ghali a déclaré qu’on ne lui a montré une copie du câble que bien plus tard. Plusieurs de ces communications, selon le rapport, ont également été ignorées.

“Le Secrétaire général a répondu au rapport Carlsson en disant qu’il l’avait reçu avec un profond regret et qu’il était d’accord avec les conclusions du rapport”, a déclaré Fahran Haqq, porte-parole de M. Annan au siège de l’ONU à New York. Le 6 avril 1994, les présidents Habyarimana et Ntaryamira sont revenus ensemble d’un sommet de paix sous-régional qui aurait été couronné de succès où, selon les responsables tanzaniens présents, le président. Habyarimana avait engagé son pays à mettre en œuvre l’Accord d’Arusha, un accord de paix de l’ONU. Vers 20h30, l’avion a été détruit par des tirs de roquettes alors qu’il approchait de son atterrissage à l’aéroport de Kigali. Tout le monde à bord est mort, déclenchant ainsi officiellement la guerre civile qui engloutit aujourd’hui la région des Grands Lacs.

M. Haqq a nié tout commentaire sur l’allégation de collusion de l’ONU de Mme McKinney et a déclaré à The Final Call que, depuis le rapport de M. Carlsson, M. Annan a été la plus grande voix derrière le rapport Brahimi de l’ONU, une vaste résolution en sept parties contenant recommandations et décisions sur les missions de maintien de la paix, qui doivent relever de la responsabilité du Secrétaire général. En outre, il exhorte les parties potentielles aux accords de paix, y compris les organisations régionales et sous-régionales, à coopérer pleinement avec l’ONU dès le début des négociations. Il charge le Secrétariat de poursuivre les séances d’information politiques complètes sur les questions pertinentes soumises au Conseil de sécurité et demande des séances d’information militaires régulières au Secrétariat, y compris par le conseiller militaire, le commandant de la force ou son représentant, avant la mise en place d’une opération de maintien de la paix.

Que doit attendre l’Afrique de l’administration américaine?

Personne au cours de l’audience n’a exprimé d’optimisme quant au fait que les choses iront mieux sous une administration Bush. M. Bush a déclaré pendant sa campagne que l’Afrique n’était pas une zone d’intérêt majeur pour la sécurité nationale des États-Unis; ses principaux conseillers ont suggéré le contraire. Le secrétaire d’État Colin Powell a exprimé son intérêt pour l’Afrique mais n’a pas défini en détail quels sont ces intérêts en dehors de la résolution du conflit au Soudan. La nouvelle menace pour le développement en Afrique est devenue la décision récente du président Bush de nommer Walter Kansteiner III au poste de secrétaire d’État adjoint pour l’Afrique. Il a exprimé le désir de tracer de nouvelles frontières territoriales sur le continent. La promulgation de l’Africa Growth and Opportunity Act, promulguée avant l’expiration du mandat du président Clinton, et de la Zimbabwe Democracy Act 2000, une mesure de sanction contre les droits des Noirs zimbabwéens à la propriété foncière dans leur propre pays. Ce projet de loi fait actuellement l’objet d’un débat au Sénat.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
13
Share