Élections aux États-Unis : des candidats silencieux sur la guerre des ressources au Congo

- Publicité -

Extrait de: “CONGO: Candidates Silent On Resource War In Congo”, Published by Huffington Post | By Georgianne Nienaber | Thursday, September 25, 2008.


”Il y a beaucoup d’inquiétude en République Démocratique du Congo. Surtout dans la partie orientale, je pense que la GUERRE est de trop. Une fois de plus, depuis plus d’une semaine, les rebelles de Nkunda attaquent des villages près de Goma, distants d’environ 2 km. Comme d’habitude, le résultat est que des millions de personnes sont sans abri, déplacées, affamées, blessées, d’autres sont même mortes et des femmes sont violées. C’est la vie dans l’est de la RDC.” (Courriel reçu de Goma, RDC, 24 septembre 2008)

Toute politique est locale, pour paraphraser le vénérable bostonien et démocrate Tip O’Neill. Aux défenseurs des droits humains, journalistes, écrivains et humanitaires qui ont une connaissance intime de la région des Grands Lacs d’Afrique équatoriale, ce court e-mail évoque un lieu, des personnes et une tragédie qui ont rencontré un mur de silence pendant la campagne électorale. Ni John McCain ni Barack Obama n’ont abordé ce grand effondrement humanitaire, sauf dans le contexte de querelles politiques.

- Publicité -

Après la promesse d’Obama en Israël cette année de ”plus jamais” permettre qu’un génocide se produise, le camp McCain s’est rapidement précipité, publiant un communiqué de presse disant que si Obama avait été sincère dans cette déclaration, il aurait voté pour autoriser l’augmentation des troupes en Irak. Les médias ont immédiatement publié la réponse d’Obama: “Eh bien, regardez, si c’est le critère [génocide ou crise humanitaire] selon lequel nous prenons des décisions sur le déploiement des forces américaines, alors selon cet argument, vous auriez 300 000 soldats au Congo en ce moment — où des millions de personnes ont été massacrées à la suite de conflits ethniques, ce que nous n’avons pas fait.”

[République Démocratique du Congo: pourquoi la guerre?]

En apparence, cet échange politique de rhétorique semble simple, mais après une analyse plus approfondie, il révèle le manque de compréhension dans la presse et les campagnes sur ce qui se passe en République démocratique du Congo (RDC), et par extrapolation, le reste de la continent africain. La presse a raté une erreur flagrante dans la réponse d’Obama, et cette erreur illustre l’ignorance de l’Amérique à l’égard de l’Afrique.

Les Friends of the Congo (Amis du Congo) ont émis une réponse ferme à la déclaration d’Obama, s’opposant à la notion stéréotypée selon laquelle la saignée tribale est responsable de cette parodie. Les Nations Unies ont qualifié la crise humanitaire au Congo de la plus meurtrière au monde depuis la Seconde Guerre mondiale”. Près de 6 millions de personnes sont mortes dans la région depuis 1996 en raison de causes liées à la guerre et aux conflits telles que les maladies traitables, la malnutrition et la violence qui y est associée, y compris les viols documentés de 200 000 femmes et enfants. Médecins Sans Frontières a toujours rapporté que le conflit au Congo est l’une des dix histoires les moins rapportées au monde.

- Publicité -

La raison principale des près de six millions de morts au Congo depuis 1996 n’est pas les conflits ethniques mais plutôt la ruée vers l’énorme trésor de diamants, d’or, de cuivre, de cobalt, de coltan, d’étain, de bois et plus du Congo”, explique Maurice Carney de Friends of the Congo. Carney n’est pas seul. La lauréate kenyane du prix Nobel de la paix, Wangari Maathai a évalué ces idées fausses et a déclaré que “ces guerres, quand vous les regardez, elles concernent toutes les ressources et qui va les contrôler”.

[En fait], la RDC abrite les minéraux les plus riches et les plus purs du monde, dont beaucoup sont vitaux pour l’industrie de la défense américaine. Il n’y a pas une personne qui lit cet article qui ne bénéficie pas de l’extraction et de l’exploitation minière en RDC. Par exemple, le Congo possède de 64% à 80% des réserves mondiales de coltan. Le pétrole est sans doute la ressource non renouvelable qui est au premier plan dans l’esprit de tous les Américains, mais le coltan se trouve dans les téléphones portables, les ordinateurs portables, les appareils photo numériques et les consoles de jeux vidéo. Le coltan est le moteur de nos systèmes de communication, et 1 500 personnes meurent chaque jour dans cette région tandis que les Américains profitent de la cupidité des entreprises, prennent les ressources congolaises, nous tournent le dos et allument nos téléphones portables.

Ne vous y trompez pas, il y a une violente guerre des ressources au Congo et un grand mur de silence s’est érigé autour d’elle. Alors que les entreprises étrangères et les consommateurs américains en bénéficient, 1,5 million de personnes se trouvent dans des camps de déplacés internes (personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays) dans la seule province du Kivu. C’est la GUERRE adressée dans le courrier qui a introduit ce commentaire. […] Pourtant, les candidats sont muets pendant cette campagne, apparemment peu engagés dans les problèmes de l’Afrique.

Le pays est riche, le peuple extrêmement pauvre

“L’éradication de la pauvreté, en particulier en Afrique, est le plus grand défi mondial auquel le monde est confronté aujourd’hui”, lit-on dans une déclaration adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies lundi soir. [Pourtant], le Congo possède de vastes réserves de richesses minérales et le peuple congolais vit avec l’équivalent de moins d’un dollar par jour. La Banque mondiale a estimé que 75 % des réserves de cuivre et de cobalt du Congo ont été essentiellement cédées à des sociétés multinationales. Le romancier John le Carre (The Mission Song) dans le Boston Globe “Getting the Congo’s Wealth to Its People” explique: ”Dans l’état actuel des accords, le principal profit que l’État congolais fera sera de taxer les opérations et les exportations des sociétés minières. Pour un rendement minimal, il a cédé des millions – voire des milliards – de dollars de cuivre et de cobalt pendant 35 ans.”

[ Le financier et le décideur complices ]

- Publicité -

Les partis démocrate et républicain entretiennent des liens étroits avec l’extraction minière douteuse aux États-Unis et dans les pays en développement. Cela peut expliquer ou non l’absence de dialogue sur l’exploitation des ressources du Congo. Le Guardian britannique a rapporté le 23 septembre que Freeport-McMoRan Copper & Gold ne semble pas affecté par l’effondrement des marchés financiers. Freeport a un nouveau projet majeur, l’exploitation de cuivre/cobalt de Tenke Fungurume Répubique Démocratique du Congo Démocratique. Ce projet avance malgré des allégations de longue date d’abus financiers et environnementaux en Indonésie, comme le rapporte pour la première fois le New York Times en 2005.

[….] Selon le Center for Public Integrity, «les cinq principaux contributeurs miniers aux partis politiques lors des cycles électoraux de 2000 et 2002 — Peabody Energy, Addington Enterprises, Freeport-McMoRan, Boich Group et la National Mining Association — ont donné plus de 3,4 millions de dollars, 89 % des dons de leur parti, aux comités nationaux républicains et seulement 809 000 dollars aux démocrates». Rien n’indique que l’un ou l’autre des candidats ait remis en question les concessions minières en Afrique, ainsi que les impacts environnementaux et sociaux sur les personnes les plus pauvres du monde. La forêt tropicale du Congo en déclin rapide, une grande source de richesse potentielle pour les Congolais, descend maintenant le fleuve Congo sur des barges appartenant à des sociétés multinationales. Obama a abordé cette question.

2008-09-25-letter.jpg

Dans une lettre adressée à la Banque mondiale le 17 août 2007, Obama a remis en question l’implication de la Banque mondiale en RDC et la destruction potentielle de la forêt tropicale. “Nous sommes préoccupés par le fait que les pratiques d’exploitation forestière irrévocablement destructrices se développent actuellement en RDC à un rythme alarmant. Nous pensons que cette politique menace directement la viabilité à long terme des communautés locales qui sont soutenues par la forêt tropicale et compromet le développement à long terme de la RDC.

La lettre a été signée par Obama, les sénateurs Russel Feingold (D-WI), Olympia J. Snowe (R-ME), Ron Wyden (D-OR), Susan M. Collins (R-ME) et Barbara Boxer (D-CA ).

[Une mesure, deux poids: le silence qui en dit long sur les responsabilités]

«Les ressources de renseignement américaines et alliées, y compris la technologie satellitaire, devraient être consacrées à l’enregistrement de toutes les atrocités qui se produisent au Darfour afin que de futures poursuites puissent avoir lieu. Nous devons rappeler publiquement à Khartoum que la Cour pénale internationale a compétence pour poursuivre les crimes de guerre au Darfour et que les dirigeants soudanais seront tenus personnellement responsables des attaques contre des civils”, a déclaré McCain en 2006 dans le Washington Post.

Ce qui est remarquable dans la réponse de McCain, c’est que l’imagerie satellitaire couvre déjà cette région en raison d’intérêts stratégiques. On peut en fait voir sur Google des camps de “réfugiés” (les militants diraient de “concentration”) ougandais dans le nord de l’Ouganda. Le Darfour est au centre de ses déclarations publiques, et le mur du silence demeure autour du Congo.

Kambale Musavuli, un étudiant stagiaire des Amis du Congo, était à une réunion du National Press Club à Washington mercredi. Des représentants des campagnes Obama et McCain ont répondu aux questions sur leur politique à l’égard de la RDC. Musavuli a déclaré à OffTheBus que la campagne d’Obama «veut comprendre la cause profonde du conflit et en savoir plus sur l’exploitation illégale des ressources». La campagne d’Obama a également déclaré qu’elle souhaitait que les États-Unis entrent dans le système de justice pénale internationale. La campagne McCain, “parlait plus du Darfour et rien du Congo”, rapporte Musavuli. “Quand on leur a posé des questions sur le Congo, ils n’y ont pas répondu directement.”

[Oser nommer le crime]

“Génocide” est le mot d’ordre derrière la “popularité” du massacre au Soudan. Il y a aussi apparemment des «bons» et des méchants clairement définis, et les Arabes portent les chapeaux noirs métaphoriques au Darfour. Pourtant, un demi-million de personnes sont mortes au Darfour contre 6 millions au cours des dix dernières années en RDC. Ajoutez à ce nombre 15 à 25 millions de morts congolais pendant le règne du roi belge Léopold, et les chiffres défient l’imagination. Mais les experts ne s’excusent pas de perpétuer le silence qui entoure la RDC.

En juin 2007, Nickolas Kristoff a écrit un éditorial expliquant pourquoi il ne se concentrerait pas sur la RDC. “Ma réponse a été que le Darfour est un cas de génocide, tandis que le Congo est une tragédie de guerre et de pauvreté. Et maintenant que je suis ici au Congo, je pense que c’est exactement ça. C’est terrible de voir des enfants mourir ici dans l’est du Congo de le paludisme, la malnutrition et des maladies simples comme la diarrhée. Mais il y a encore une grande différence. Le Congo est essentiellement une histoire de chaos, de pauvreté et de guerre civile. Les milices s’entretuent, mais il ne s’agit pas d’un groupe ethnique au sein du gouvernement utilisant sa force militaire pour tuer d’autres groupes. Et c’est ce que le Darfour a été: un gouvernement arabe à Khartoum armant des milices arabes pour tuer des membres de tribus d’Afrique noire », a écrit Kristoff, dans le New York Times.

Les médias américains n’ont pas enquêté de manière agressive sur les vastes réserves de pétrole du Soudan et leur lien avec le manque de volonté politique dans ce conflit. Léopold a tué 25 millions d’Africains en RDC à cause de la cupidité. Les morts de 25 millions sont-elles inférieures aux morts de 4 millions parce que «cupidité» n’est pas synonyme de «génocide» dans le lexique international? Ou les chiffres sont-ils tout simplement trop importants pour que des esprits rationnels puissent les saisir sans induire une folie intellectuelle?

Pourquoi le public américain devrait-il s’en soucier?

Selon un rapport du GAO: «Au cours des exercices 2006 et 2007, respectivement, l’USDA, le DOD, le HHS, le DOL, l’État, le Trésor et l’USAID ont alloué un total d’environ 217,9 millions de dollars et 181,5 millions de dollars à la RDC. Environ 70 % des fonds ont soutenu des objectifs de développement humanitaire et social, et environ 30 pour cent des fonds ont soutenu des objectifs de ressources économiques et naturelles, de gouvernance et de sécurité.» Il ne s’agit que de la RDC et ne reflète pas les milliards dépensés sur le continent africain.

Le rapport du GAO indique clairement que la majeure partie des dépenses en RDC ont inclus des fournitures d’urgence, de la nourriture, de l’eau et des améliorations de l’assainissement. Pourtant, 1500 personnes meurent chaque jour dans cette région. C’est soit un programme qui a échoué, soit l’argent ne va pas là où il est alloué. Ce dernier semble être l’évidence possible. Ce n’est pas surprenant; étant donné le chaos financier et la mauvaise gestion qui sévissent sur les marchés mondiaux. Si nous ne pouvons pas suivre les dépenses à Wall Street, comment pouvons-nous espérer avoir de la transparence et de la responsabilité en RDC, où le gouvernement n’est rien de plus qu’un canevas pour un écrémage de type mafieux de l’aide humanitaire et de la conservation?

Un responsable congolais de la conservation a décrit le pillage du financement de la conservation fourni par le US Fish and Wildlife Service ainsi que Conservation International et d’autres grandes organisations de conservation comme “des hyènes se rassemblant pour tuer”. J’ai déjà écrit ceci dans une chronique pour le magazine en ligne Quill de la Society of Profession Journalist. On ne le dira jamais assez.

Si 6 millions de personnes étaient tuées ou disparaissaient simplement de la surface de la Terre, vous pourriez vous attendre à un tollé international immédiat et à une analyse approfondie de cette catastrophe humanitaire. Vous vous attendriez à ce que l’histoire fasse la une de tous les journaux et magazines du monde. Vous vous attendriez à ce que les journalistes et les photojournalistes saisissent chaque occasion de documenter cette histoire. Cette population représente le nombre de personnes dans l’État du Colorado ou le pays d’Irlande. Pourtant, eux et les candidats restent silencieux, alors qu’«il y a beaucoup d’inquiétude en République démocratique du Congo».

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share