William Ruto remporte l’élection présidentielle au Kenya dans un contexte de contestation

- Publicité -

Le vice-président du Kenya, William Ruto, a été élu prochain président du pays, a annoncé lundi la commission électorale. Ruto l’a emporté avec 50,49% des voix, battant de justesse le chef de l’opposition vétéran et ancien Premier ministre Raila Odinga, qui se disputait sa cinquième élection. Il deviendra le cinquième président du Kenya depuis l’indépendance, remportant le siège dès sa première tentative. Le parti de Ruto, la coalition Kenya First, a remporté la majorité des sièges au Sénat du Kenya, le deuxième plus élevé à l’Assemblée nationale.


Ruto a mené une course présidentielle serrée contre le chef de l’opposition Raila Odinga. C’était une marge de victoire étroite, Ruto remportant un peu plus de sept millions de voix et Odinga obtenant un peu moins de sept millions, a déclaré le président de l’Independent Electoral and Boundaries Commission (Commission électorale indépendante et des frontières – IEBC). Ruto a obtenu 50,49 % des voix, tandis qu’Odinga a obtenu 48,85 %. Le chaos est apparu juste avant la déclaration lorsque le vice-président de la commission électorale et trois autres commissaires ont déclaré aux journalistes qu’ils ne pouvaient pas soutenir la “nature opaque” de la phase finale.

L’annonce des résultats a été retardée de plus de deux heures après la date limite constitutionnelle et la commission électorale du pays a été scindée, après que quatre responsables ont désavoué les résultats du président de la commission, Wafula Chebukati. Les officiels adverses ont organisé leur propre conférence de presse dans un autre lieu pour contester les résultats officiels. La vice-présidente de l’IEBC, Juliana Cherera, faisait partie de ceux qui n’étaient pas d’accord avec les résultats, mais n’ont fourni aucune preuve d’irrégularités.

- Publicité -

Plus tôt lundi, la coalition rivale de Ruto, Odinga, a également rejeté les résultats des élections avant même qu’ils n’aient été annoncés par l’IEBC kényane. L’agent principal d’Odinga, Saitabao Kanchory, a déclaré à la presse devant le centre national des élections à Nairobi qu’ils n’avaient pas encore pu vérifier le résultat final avec leur propre décompte. “Une fois que nous les verrons, nous voulons les vérifier, lorsque nous les vérifierons, nous serons en mesure de savoir et de dire au peuple kenyan, car un résultat qui n’est pas vérifiable n’est pas un résultat”, a déclaré Kanchory aux journalistes attendant les résultats.

Le «hustler en chef»

Ruto a remercié le peuple kenyan de l’avoir élu comme prochain dirigeant du pays lors de son premier discours après avoir été annoncé vainqueur de l’élection. “Dans cette élection, il n’y a pas de perdants. Le peuple kenyan a gagné parce que nous avons élevé la barre politique. Le peuple kényan est le plus grand gagnant”, a-t-il déclaré. Il a exprimé sa “gratitude” aux citoyens kényans “qui ont refusé d’être enfermés dans des cocons tribaux”. Il a également remercié son concurrent et ancien chef de l’opposition, Raila Odinga, et a déclaré: “Nous nous sommes attardés sur les problèmes et avons essayé de vendre un programme au peuple kenyan pendant la campagne”.

“C’est Dieu qui nous a amenés ici… mon équipe et moi ferons en sorte que les sacrifices consentis par de nombreux Kenyans ne soient pas vains… Je dirigerai un gouvernement transparent, ouvert et démocratique et je travaillerai avec l’opposition pour dans la mesure où ils surveillent mon administration”, a-t-il ajouté.

- Publicité -

Pendant la campagne, Ruto s’est décrit comme “l’arnaqueur en chef”, citant ses humbles débuts en tant que vendeur de poulet qui s’est frayé un chemin jusqu’au sommet de la politique kenyane.  Les analystes avaient prédit une victoire pour Odinga, compte tenu de ses performances dans les sondages et du soutien dont il bénéficiait du président sortant Uhuru Kenyatta. Mais l’approche populiste “d’homme du peuple” de Ruto, qui rejetait les dynasties politiques et jouait sur le sentiment anti-élite dans le pays, l’a fait aimer des électeurs. Il a réussi à transcender la politique traditionnellement dynastique du Kenya pour battre Odinga, le fils du premier vice-président du Kenya.

Ancien enseignant titulaire d’un doctorat en écologie végétale de l’Université de Nairobi, Ruto, s’est engagé à donner la priorité à l’économie du Kenya et à “élever les citoyens ordinaires” en tant que président. Il subira des pressions pour apporter des solutions aux problèmes économiques pressants du Kenya, notamment la dette croissante, les prix élevés des denrées alimentaires et du carburant et le chômage massif des jeunes.

Ruto a une histoire longue et variée dans la politique kenyane et a également été jugé aux côtés du président Kenyatta en 2013 devant la Cour pénale internationale aux Pays-Bas pour des crimes présumés contre l’humanité à la suite de violences meurtrières lors des élections de 2007. Cependant, les accusations ont ensuite été rejetées.

Une élection importante mais controversée et un peuple désenchanté

- Publicité -

Wafula Chebukati, présidente de lIEBC a déclaré Ruto président du Kenya “conformément à la constitution et à la loi”. L’élection, un test de la stabilité du Kenya, est largement considérée comme l’une des plus importantes du continent africain cette année.

“C’est une soirée merveilleuse”, a déclaré Ruto au centre de comptage après avoir été déclaré vainqueur. “Nous avons relevé la barre lors de cette élection, qui a davantage porté sur les enjeux” que sur les affiliations “ethniques”, qui, dans les sondages précédents, ont contribué à la violence post-électorale. “Je travaillerai avec tous les dirigeants du Kenya afin que nous puissions façonner un pays qui ne laisse personne de côté”. La course aux élections avait été rendue imprévisible par le fait que Ruto s’était brouillé avec son patron, Kenyatta, qui avait alors soutenu Odinga, son ancien ennemi juré, pour la présidence. De plus, ni Odinga ni Ruto ne sont issus de l’ethnie dominante Kikuyu de Kenyatta.

Ruto, un ancien colporteur de poulets de rue qui est devenu l’un des hommes d’affaires les plus riches du Kenya, a fait allusion à son humble pedigree dans sa campagne. Il a cherché à opposer son ascension au sommet de la politique à celle d’Odinga et de Kenyatta, tous deux fils de dirigeants éminents qui ont dirigé le mouvement d’indépendance de la Grande-Bretagne en 1963. Ababu Namwamba, un conseiller principal de Ruto, a déclaré que “le rythme du dépouillement a été lent, ce qui a rendu tout le monde anxieux, mais les sondages dans l’ensemble ont été vraiment transparents”.

Malgré cela, la victoire de William Ruto est contestée par les partisans du chef de l’opposition vétéran Odinga et une partie importante de la commission électorale kényane. Les autorités électorales, les observateurs internationaux et les diplomates ont été chassés de la salle quelques minutes avant que Chebukati n’annonce les résultats contestés, à la suite d’un fracas entre les supposés partisans d’Odinga et la police.

En signe de lassitude des électeurs, l’IEBC a déclaré que le taux de participation était tombé à près de 65%, contre environ 80% lors des récentes élections présidentielles. “Je n’ai pas pris la peine d’aller voter. J’ai voté pour Baba [Odinga] ces dernières fois mais ils lui ont toujours volé l’élection. Quel est l’intérêt de voter?” a déclaré Emily Malwa, femme de ménage à Nairobi, au Financial Times.

Odinga – qui s’est présenté cinq fois aux élections et n’a pas encore reconnu sa défaite – devrait faire appel devant la Cour suprême. Il pourrait s’écouler des semaines avant qu’un nouveau président ne prête serment, suscitant des craintes de troubles. “Nous avons des renseignements et des rapports selon lesquels le système a été pénétré et piraté et que certains des responsables de l’IEBC ont en fait commis des délits électoraux et certains d’entre eux devraient être arrêtés s’ils ne l’étaient pas”, a déclaré aux journalistes Saitabao Ole Kanchory, agent électoral en chef d’Odinga, avant la publication des résultats, qualifiant le centre national de comptage de Nairobi de “scène de crime”.

La vice-présidente de l’IEBC, Juliana Cherera, a également remis en question le résultat lors d’une conférence de presse distincte. «En tant que commission, nous avons fait du bon travail. Mais certaines choses doivent être mises à l’extérieur. C’est à cause de la nature opaque [de] la manière dont la dernière phase des élections générales a été gérée, nous ne pouvons donc pas nous approprier la manière dont les élections ont été gérées», a-t-elle déclaré, s’exprimant au nom d’un groupe de responsables électoraux.

Le résultat contesté pourrait alimenter l’anxiété. Les votes précédents ont été entachés d’allégations de truquage et de violence meurtrière. Les Kényans sont toujours hantés par les violences meurtrières qui ont suivi les élections de 2007 et 2017, tuant respectivement 1 200 et 100 personnes. Cette fois, tous les candidats se sont engagés à “maintenir la paix avant, pendant et après les élections”. “Nous devons tous éviter de créer des tensions qui pourraient facilement déclencher des violences”, a déclaré un groupement d’organisations de la société civile dans un communiqué commun.

“Ce n’est pas fini tant que ce n’est pas fini”

A Kisumu, le fief d’Odinga, des protestations ont éclaté. Des images en direct montraient des dizaines de personnes protestant contre les résultats des élections, des pneus en feu et de la fumée s’élevant dans l’air. La colistière d’Odinga, Martha Karua, s’est également adressée à Twitter après l’annonce des résultats et a déclaré: “Ce n’est pas fini tant que ce n’est pas fini”.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share