La grande réinitialisation en marche : vers une transformation dystopique de l’industrie alimentaire

- Publicité -

Le Great Reset (Grande réinitialisation) permet aux élites d’accroître un peu plus leur domination, et cette fois, en réformant un secteur extrêmement sensible : l’alimentation de peuples. La crise alimentaire de plus en plus annoncée est d’autant plus certaine d’arriver qu’elle est fabriquée de toutes pièces par cette réinitialisation, et conduira à une explosion des prix des denrées de première nécessité. Cet article revient sur les indices qui portent à un tel constat, et pose la question de savoir si il n’existe vraiment pas une alternative à un monde aussi dystopique en cours de construction.


Les mesures coercitives de confinement du covid-19, les mandats de vaccination, la transition vers l’énergie verte et les sanctions occidentales mal pensées contre la Russie ont tous joué un rôle important dans la perturbation des marchés alimentaires et des chaînes d’approvisionnement mondiaux. En mai 2022, les données de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture indiquaient que, par rapport à il y a douze mois, “les prix internationaux du blé ont augmenté de 56 %”, “les prix des céréales ont augmenté de près de 30 %” et “les huiles végétales ont augmenté de 45 %”.

La Banque mondiale s’attend à ce que de nombreuses personnes soient poussées dans l’extrême pauvreté et connaissent l’insécurité alimentaire en raison de la hausse des prix des aliments et des intrants agricoles, en particulier dans les pays qui importent la plupart de leurs besoins dans ces régions. Plus précisément, il note que “la guerre en Ukraine a modifié les schémas mondiaux du commerce, de la production et de la consommation de produits de base d’une manière qui maintiendra les prix à des niveaux historiquement élevés jusqu’à la fin de 2024, exacerbant l’insécurité alimentaire et l’inflation”. Pendant ce temps, Bayer, “un groupe international de produits chimiques, agricoles et de santé”, prévoit que “l’insécurité alimentaire touchera jusqu’à 1,9 milliard de personnes d’ici novembre 2022, principalement causée par la guerre en Ukraine et encore accélérée par le changement climatique et le COVID-19”, ce qui pourrait éventuellement conduire à un “ouragan de la faim”.

- Publicité -

En mai, le Forum économique mondial (WEF) a publié un communiqué de presse déclarant que “il existe un risque que les efforts à court terme pour lutter contre les pénuries alimentaires se fassent au détriment de la réalisation des objectifs climatiques et de durabilité compte tenu de l’interconnexion entre l’agriculture et le changement climatique. La production alimentaire mondiale contribue à plus d’un tiers des émissions de gaz à effet de serre, et les efforts pour augmenter l’approvisionnement alimentaire pourraient aggraver les émissions et la dépendance aux combustibles fossiles”. Le WEF ne soutient pas les efforts visant à trouver des solutions immédiates à la crise alimentaire actuelle ; il s’attache plutôt à apporter des changements radicaux à la production alimentaire et aux habitudes de consommation des êtres humains au cours des prochaines décennies. En 2018, le WEF soulignait que : Nourrir le monde en 2050 nécessitera une augmentation de 70% de la production alimentaire globale en raison de la croissance démographique et des changements de consommation tirés par une classe moyenne en expansion, avec une demande de viande rouge et de produits laitiers augmentant de Chaque opportunité offerte par la quatrième révolution industrielle doit être utilisée pour réaliser un système mondial de production alimentaire capable de relever les défis avec un impact environnemental limité”.

Cela montre que la transformation de l’industrie alimentaire figurait déjà parmi les principaux points à l’ordre du jour du WEF avant l’émergence du covid-19 et le déclenchement des hostilités en Ukraine. Cela est devenu encore plus évident en juin 2020, trois mois seulement après la déclaration de la pandémie et bien avant qu’il n’y ait des signes d’une crise alimentaire imminente : la page Web du WEF indiquait déjà que “COVID-19 révèle un besoin fort et urgent de représentants de tous les secteurs de l’économie à se réunir et à engager un dialogue pour planifier à quoi ressemblera un système alimentaire post-pandémique”.

Le WEF a exprimé son engagement à “aider à définir le programme de l’industrie agricole” et appelle à une transition vers de nouvelles alternatives pour aider à “nourrir une population en expansion”, telles que “Impossible Foods, Just and Beyond Meat“, qui sont toutes ” produits à base de plantes » qui tentent d’imiter « le profil sensoriel de la viande». Il promeut également une plus grande valorisation de la “viande de culture” produite en laboratoire. Plus précisément, le WEF envisage l’utilisation des biotechnologies pour concevoir des tissus à partir de cultures cellulaires en vue d’une application de produit final, comme la viande, ou l’utilisation de cellules/micro-organismes comme une ‘usine’ pour produire des graisses et/ou des protéines qui constituent un produit alimentaire final, comme les œufs et le lait”. De plus, il soutient l’utilisation “d’une technique qui permet aux scientifiques de pirater les génomes, de faire des incisions précises et d’insérer les traits souhaités dans les plantes”.

- Publicité -

Le WEF fait également la promotion des insectes comestibles, y compris les fourmis, les abeilles, les coléoptères, les chenilles, les grillons, les libellules, les sauterelles, les vers de terre, les cicadelles, les termites et les criquets, comme source de nourriture alternative qui consommerait “moins de ressources que le bétail traditionnel” et émettrait “moins de gaz nocif que les animaux de ferme plus traditionnels”. En 2018, le WEF a déclaré que “du point de vue de l’agriculteur, l’élevage d’insectes sera radicalement différent de l’élevage de moutons, de porcs ou de bovins”, car il n’y aura plus “à faire face à la boue, à la boue et à la crasse”. Pendant ce temps, la “consommation d’insectes peut compenser le changement climatique” en réduisant l’empreinte carbone de la consommation alimentaire”.

Pour encourager les gens à accepter les insectes dans leur alimentation quotidienne, le WEF a fait la promotion de certains de leurs avantages nutritionnels et d’autres caractéristiques. Par exemple, il affirme que manger des “sauterelles” fournira “presque autant de protéines, plus de calcium et de fer et moins de matières grasses que la quantité équivalente de boeuf haché”. De plus, le WEF met en avant “des insectes comme le Tenebrio Molitor” car sa haute teneur en protéines en fait un ingrédient hautement digestible qui peut être utilisé dans la nutrition des seniors”. Les défenseurs des insectes comestibles affirment également que mettre des cafards sur des “fruits et légumes” crée un très bon “goût”, tandis que les mouches noires, qui sont “riches en acides gras dans la même mesure que certaines huiles de poisson”, peuvent remplacer “le boudin”.

La Banque mondiale est largement d’accord avec le WEF en ce qui concerne la production et la consommation de masse d’insectes comestibles, affirmant que l’élevage d’insectes, “pour l’alimentation humaine et animale, a le potentiel d’accroître l’accès à des aliments nutritifs, tout en créant des millions d’emplois, améliorant le climat et l’environnement, et renforçant les économies nationales”. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture vante également les avantages des insectes comestibles, déclarant : “Les insectes comestibles contiennent des protéines, des vitamines et des acides aminés de haute qualité pour l’homme. Les insectes ont un taux de conversion alimentaire élevé, par exemple, les grillons ont besoin de six fois moins de nourriture que les bovins, quatre fois moins que les moutons et deux fois moins que les porcs et les poulets à griller pour produire la même quantité de protéines. De plus, ils émettent moins de gaz à effet de serre et d’ammoniac que le bétail conventionnel. Les insectes peuvent être cultivés sur des déchets organiques. Les insectes sont donc une source potentielle de production conventionnelle (mini-élevage) de protéines, soit pour la consommation humaine directe, soit indirectement dans les aliments recomposés (avec des protéines extraites des insectes) ; et comme source de protéines dans les mélanges de matières premières”.

- Publicité -

De plus, la Plateforme internationale des insectes pour l’alimentation humaine et animale (IPIFF), qui compte actuellement quatre-vingt-trois membres de vingt-trois pays différents, a été créée en 2012 pour représenter “les intérêts du secteur de la production d’insectes auprès des décideurs politiques de l’UE, des parties prenantes européennes et citoyens”. En particulier, il promeut “l’utilisation d’insectes pour la consommation humaine et de produits dérivés d’insectes comme source de nutriments de premier plan pour l’alimentation animale”. L’IPIFF a souligné que si “plus de 2 000 espèces d’insectes sont consommées dans le monde”, seules sept espèces sont “utilisées dans l’alimentation animale” et seulement “une douzaine environ sont autorisées dans les aliments” dans “certains” membres de l’Union européenne. Ainsi, cet organisme cherche à augmenter la variété et la quantité d’insectes consommés en Europe et dans le monde.

Les partisans de la production et de la consommation de masse de produits alimentaires alternatifs sont pleinement conscients que contraindre la population mondiale à accepter cette transformation dystopique de l’industrie alimentaire détruira probablement les moyens de subsistance de milliards de personnes qui dépendent de l’agriculture conventionnelle, ce qui conduira à une pauvreté sans précédent, le désespoir, la misère et la famine, en particulier parmi les classes inférieures et moyennes. De plus, ils réalisent également que les gens ne vont pas volontairement apporter des changements aussi drastiques à leur alimentation et à leurs habitudes alimentaires, qui sont souvent liées à leur héritage et à leurs traditions.

En 2019, le WEF a reconnu qu’il existe une “politique émotionnelle et culturelle unique de l’alimentation, en particulier de la viande”, ce qui signifie qu’une transformation réussie du système alimentaire nécessitera probablement un certain degré de force, la censure des dissidents et la création d’un récit qui sera poussé par les médias d’entreprise, des experts non élus et des politiciens corrompus afin de rendre les produits alimentaires alternatifs plus appétissants. En conséquence, il appelle à “des efforts publics-privés coordonnés et à un engagement intergouvernemental” au cours de la prochaine décennie pour “développer et s’approprier” “un récit mondial sur la transition protéique” afin de “surmonter les barrières culturelles et émotionnelles critiques qui peuvent se dresser la voie d’une transformation holistique”. De toute évidence, le WEF ne fait pas confiance aux solutions individuelles ou collectives lorsqu’il s’agit de nourrir les gens eux-mêmes, leurs familles et leurs communautés à l’avenir. Il l’a signalé en 2019, lorsqu’il a déclaré que : “une dépendance à l’égard du marché ou l’espoir que des technologies individuelles, des projets non connectés ou même des innovations en matière de financement ou de politique entraîneront une percée mondiale, même collectivement, sont peut-être optimistes. Celles-ci ne seront probablement pas suffisantes pour créer l’échelle ou la vitesse requises pour fournir des protéines universellement accessibles et abordables, saines et durables… d’ici 2030”.

En cas de succès, la transformation dystopique de l’industrie alimentaire interférera avec ou éliminera les pratiques culturelles et traditionnelles distinctes de nombreux groupes et sociétés différents en imposant des alternatives alimentaires odieuses. Tout au long de l’histoire, la nourriture, les repas et les récoltes ont été des aspects importants du patrimoine culturel dans pratiquement toutes les sociétés, rassemblant les familles et les communautés. En fait, de nombreux plats et ingrédients ont une signification historique, nationale, saisonnière et religieuse pour différentes communautés. Pratiques et activités traditionnelles, y compris les rituels, les cérémonies, les festivals (par exemple, la fête du printemps, la fête des récoltes, le carnaval d’hiver, l’Oktoberfest, le Mardi Gras), les jours fériés (par exemple, Noël, l’Aïd, le Seder de la Pâque, Hanukkah, le Nouvel An, Diwali, Pâques ), et d’autres événements spéciaux (par exemple, fiançailles, mariages, anniversaires, repas-partage), qui impliquent souvent la préparation et le partage de repas avec la famille, les amis et d’autres membres de la communauté, ont également joué un rôle important dans la transmission de la culture, des traditions, et des identités distinctes d’une génération à l’autre.

Les personnes qui se soucient vraiment de concepts tels que la diversité, l’inclusion et l’équité, qui sont souvent utilisés et abusés par des idéologues éveillés et des ingénieurs sociaux mondialistes afin de faire avancer leurs programmes, ne doivent pas ignorer le fait que la nourriture est un aspect important de la diversité culturelle. En fait, les efforts visant à changer radicalement l’ensemble de l’industrie alimentaire peuvent être considérés comme des attaques directes et violentes contre les pratiques culturelles, religieuses et nationales de groupes distincts à travers le monde.

———————–

Référence : Birsen Filip, The Great Reset at Work : The Dystopian Transformation of the Food Industry, Mises Institute, Mises Wire, 01/08/2022.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share