“King Leopold’s Ghost” ou le récit d’un génocide avec contrôle d’essorage

- Publicité -

Le «Cœur des ténèbres» de Joseph Conrad est souvent lu comme une parabole allégorique ou freudienne, tandis que son héros meurtrier, Kurtz – le commerçant blanc renégat, qui vit au fond de la jungle congolaise derrière une clôture ornée de têtes réduites – est considéré comme un Le fou nietzschéen ou l’avatar de l’ambition coloniale se déchaîne dangereusement. Comme l’indique clairement le nouveau livre troublant d’Adam Hochschild sur le Congo belge, Kurtz était basé sur plusieurs personnages historiques, et l’horreur décrite par Conrad n’était que trop réelle. En fait, suggère Hochschild, “Heart of Darkness” se présente comme un portrait remarquablement “précis et détaillé” du Congo du roi Léopold en 1890, juste au moment où l’un des actes de massacre les plus odieux de l’histoire commençait.

Sous le règne de la terreur institué par le roi Léopold II de Belgique (qui a dirigé l’État indépendant du Congo comme son fief personnel de 1885 à 1908), la population du Congo a été réduite de moitié – jusqu’à 8 millions d’Africains (peut-être même 10 millions, selon Hochschild) ont perdu la vie. Certains ont été battus ou fouettés à mort pour ne pas avoir respecté les quotas de production rigides pour les récoltes d’ivoire et de caoutchouc, imposés par les agents de Léopold. Certains ont été travaillés jusqu’à la mort, forcés de travailler dans des conditions proches de l’esclavage comme porteurs, ramasseurs de caoutchouc ou mineurs pour peu ou pas de salaire. Certains sont morts des maladies introduites (et propagées dans) le Congo par les Européens. Et d’autres encore sont morts des famines de plus en plus fréquentes qui ont balayé le bassin du Congo alors que l’armée de Léopold se déchaînait dans la campagne, s’appropriant la nourriture et les récoltes pour son propre usage tout en détruisant villages et champs.

Bien qu’une grande partie du matériel de “King Leopold’s Ghost” soit de seconde main – l’auteur s’est largement inspiré de l’histoire érudite en quatre volumes de Jules Marchal du Congo du début du siècle et de “The Scramble for Africa”, de Thomas Pakenham. étude de 1991 sur la conquête européenne du continent – Hochschild l’a assemblé dans un récit vivant et romanesque qui rend le lecteur parfaitement conscient de l’ampleur de l’horreur perpétrée par le roi Léopold et ses sbires. C’est un livre qui situe les crimes de Léopold dans un contexte plus large de l’histoire européenne et africaine tout en soulignant la nature particulièrement moderne de ses efforts pour exercer un “contrôle de rotation” sur ses actions.

- Publicité -

Comme le décrit Hochschild, les personnages de “Ghost” apparaissent comme des personnages plus grands que nature, le genre de personnages qui pourraient facilement peupler un mélodrame victorien sans les conséquences tragiques et très réelles de leurs actions. Léopold lui-même apparaît comme un mégalomane de bande dessinée – un roi fou et avide obsédé depuis l’adolescence par l’idée de diriger sa propre colonie et déterminé tout au long de sa carrière à couvrir sa soif d’argent et d’immobilier dans des propos mielleux sur la philanthropie et droits humains. Quant à Henry Morton Stanley, l’explorateur de renommée mondiale que Léopold a retenu comme agent, il est dépeint comme un tyran de Dickens et un menteur chronique qui a permis à sa propre célébrité monumentale d’être utilisée par Léopold aux pires fins possibles. Il finit par persuader des centaines de chefs de bassin du Congo de céder leurs terres et leurs droits au roi des Belges.

Avec la liasse de traités que Stanley avait acquis fermement en main, le roi Léopold s’est lancé dans une campagne de lobbying mondiale pour obtenir la reconnaissance diplomatique de sa nouvelle colonie. Il a réussi à gagner cette reconnaissance, soutient Hochschild, en jouant une grande puissance européenne contre une autre et en dépeignant son contrôle du Congo comme une sorte de protectorat bienveillant qui apporterait une influence civilisatrice sur le continent tout en contrecarrant les desseins malins des esclavagistes arabes. commerçants désireux d’exploiter la même région. En réalité, Léopold considérait le Congo comme son domaine personnel (son pouvoir en tant que souverain de la colonie n’était pas partagé avec le gouvernement belge) et comme une riche source de caoutchouc, d’ivoire et d’autres ressources naturelles qui pourraient engraisser ses coffres à la maison.

Marchal, l’érudit belge, estime que Léopold a tiré quelque 220 millions de francs (soit 1,1 milliard de dollars en dollars d’aujourd’hui) de bénéfices du Congo au cours de sa vie. Une grande partie de cet argent, suggère Hochschild, a servi à acheter la maîtresse adolescente de Léopold, une ancienne call-girl nommée Caroline, des robes et des villas chères, et à construire des monuments, des musées et des arcs de triomphe toujours plus grands en l’honneur du roi. Ces profits sont venus au prix de terribles souffrances pour le peuple congolais. Non seulement leurs terres ont été sommairement annexées – la plupart des chefs qui ont signé les “traités” de Stanley n’avaient aucune idée de ce qu’ils signaient – mais ils ont également été contraints à la tâche ardue de ramasser du caoutchouc pour les hommes de Léopold.

- Publicité -

Ceux qui refusaient ou ne respectaient pas leurs quotas étaient brutalement fouettés, torturés ou abattus, rapporte Hochschild ; d’autres ont vu leurs femmes et leurs enfants pris en otage par les soldats de Léopold. Selon Hochschild, la prise d’otages et les horribles coupures de mains (de cadavres ou d’êtres humains vivants) faisaient partie de la politique délibérée du gouvernement – un moyen de terroriser les autres pour qu’ils se soumettent. Alors que la «terreur du caoutchouc» se répandait dans la forêt tropicale congolaise, ajoute Hochschild, des villages entiers ont été anéantis : des centaines de cadavres ont été jetés dans les rivières et les lacs, tandis que des paniers de mains coupées étaient régulièrement présentés aux officiers blancs comme preuve du nombre de personnes avait été tué.

Hochschild écrit sur ces événements horribles avec une colère étroitement contrôlée, et il apporte une passion égale à son récit du petit groupe de manifestants qui a orchestré la résistance au règne de Léopold. Parmi ces manifestants figurent Edmund Dene Morel, un employé d’une compagnie maritime britannique, qui a attiré l’attention du monde sur les crimes du roi ; George Washington Williams, un journaliste noir américain qui a fait la chronique des conditions macabres au Congo dans une lettre ouverte au roi Léopold ; et Roger Casement, un membre irlandais du service consulaire britannique, qui a envoyé chez lui un torrent de dépêches condamnant des atrocités spécifiques et tout le mode de gestion de la colonie.

Les efforts de ces hommes et d’autres ont contribué à exercer une pression internationale sur Léopold et, en 1908, il a remis le Congo – en fait, l’a vendu – au gouvernement belge. Entre-temps, Léopold a essayé de s’assurer que ses crimes ne figureraient jamais dans les livres d’histoire. Peu de temps après le renouvellement de la colonie, écrit Hochschild, les fours près du palais de Léopold ont brûlé pendant huit jours, “transformant la plupart des archives de l’État du Congo en cendres et en fumée”. “Je leur donnerai mon Congo”, aurait dit le roi, “mais ils n’ont pas le droit de savoir ce que j’y ai fait”. Avec ce livre, Hochschild, comme d’autres historiens avant lui, assure que le roi Léopold n’a pas échappé à ses efforts pour effacer la mémoire de ses actes brutaux.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share