Occident : Le nouveau racisme des élus

Un nouveau mouvement émerge à gauche. Ce mouvement vend la culpabilité et l’autoflagellation et appelle cela l’antiracisme. Ses dirigeants se présentent comme l’autorité absolue en matière de relations raciales et affirment qu’être une bonne personne blanche signifie suivre leurs instructions. Mais lorsqu’il s’agit de racisme, «les élus» (pour reprendre le terme du professeur de linguistique de l’Université de Columbia John McWhorter pour les membres de ce mouvement) diagnostiquent mal le problème et proposent des solutions qui aggraveront le sectarisme aux États-Unis.

Les commentateurs des élus sont innombrables, mais trois livres représentent le visage du mouvement. Le premier est White Women: Everything You Already Know about Your Own Racism and How to Do Better, de Regina Jackson et Saira Rao, un best-seller du New York Times. Le second est White Fragility, le best-seller de Robin DiAngelo qui a lancé un mouvement. Le troisième est moins connu mais tout aussi percutant. Is Everyone Really Equal? est un manuel pour les étudiants diplômés en éducation dans lequel DiAngelo et le co-auteur Özlem Sensoy exposent les fondements intellectuels de ce nouveau mouvement.

Les élus tentent de s’attaquer au sectarisme, mais leurs dirigeants supposent que nous sommes toujours coincés dans les années 1920. Jackson est une femme noire et Rao est une femme sud-asiatique. Ils accordent beaucoup d’importance au fait qu’ils sont prêts à travailler ensemble malgré leurs ethnies différentes. Ils appellent cela un “acte incroyablement radical” qui “ne peut être négligé”. Les auteurs semblent penser qu’ils vivent dans un monde où les gens de différentes couleurs de peau se détestent tous et que leur volonté personnelle de combler le fossé est en quelque sorte transformatrice.

C’est une vision du monde sombre, et heureusement, cela ne correspond pas à la réalité. En 2015, le Pew Research Center a noté que 46% des nouveaux mariés américains d’origine asiatique nés aux États-Unis étaient dans un mariage interracial et que 18% des jeunes mariés afro-américains étaient mariés à une personne d’une race différente. Le fait est que beaucoup d’Américains sont à l’aise de passer leur vie avec quelqu’un d’une origine raciale différente. Ce que Jackson et Rao qualifient de «radical» est, pour la plupart d’entre nous, une réalité ordinaire de la vie.

Il n’y a pas que Jackson et Rao. DiAngelo voit des racistes partout. Dans White Fragility, elle affirme que tous les Blancs sont racistes. C’est vrai, souligne-t-elle, même si vous avez un conjoint noir, des enfants noirs ou une marche avec le Dr Martin Luther King Jr. pour les droits civiques dans les années 1960. Comme elle le dit, “le racisme est inévitable et… il est impossible d’échapper complètement au fait d’avoir développé des hypothèses et des comportements problématiques et raciaux”. Et si vous pensez pour une raison quelconque que vous n’êtes pas raciste, alors vous faites partie du groupe qui “cause[s] le plus de dommages quotidiens aux personnes de couleur”. Dieu nous en préserve, nous admettons en fait que des personnes de races différentes peuvent se considérer comme des êtres humains.

Dans Is Everyone Really Equal? DiAngelo et Sensoy vont encore plus loin. Ils soutiennent que différents groupes ethniques sont enfermés dans une bagarre à mains nues pour le pouvoir. À titre d’exemple, ils notent que les enfants des écoles riches apprennent souvent des choses différentes de celles des enfants des écoles pauvres, mais ils soutiennent que les enfants et les parents des écoles riches entretiennent activement cet écart.

«Parce que ce système profite à l’enfant aisé», affirment les auteurs, «il sera moins investi dans la suppression de ces obstacles pour les autres. En fait, elle (et ceux qui la défendent) résistera le plus souvent à la suppression de ces barrières».

Il est vrai que les gens défendent leurs propres intérêts, mais DiAngelo et Sensoy vont beaucoup plus loin. Ils postulent un monde de méchants à moustaches qui utilisent leur position en haut pour placer une botte sur le cou des personnes en bas. DiAngelo et Sensoy semblent aveugles à la possibilité que des personnes de différents groupes raciaux puissent avoir une certaine empathie l’une pour l’autre, sans parler de l’amitié ou de l’amour.

Heureusement, la plupart d’entre nous ne vivons pas dans le monde haineux imaginé par les auteurs. Dans le monde réel, les membres de différentes races se soucient en fait les uns des autres, comme le montre (par exemple) la multitude de Blancs qui plaident pour une réforme de la justice pénale parce qu’ils pensent que cela aidera les minorités en plus de créer une situation plus juste la société.

Pour être clair, les États-Unis ont de réels problèmes de racisme et d’autres formes de sectarisme. Le commentateur conservateur David French raconte comment le fait d’avoir une fille noire lui a ouvert les yeux sur le racisme fréquent de ses compatriotes américains. L’American Jewish Committee a rapporté qu’un juif américain sur quatre a été victime d’antisémitisme au cours de l’année écoulée.

Mais il est également important de noter que nous ne vivons plus en 1920. Selon Gallup, 94 % des Américains approuvent le mariage interracial. Selon un indice créé par l’Anti-Defamation League (une organisation à but non lucratif dédiée à la mesure et à la lutte contre l’antisémitisme), 10 % des Américains ont des attitudes antisémites, alors que 24 % des Européens de l’Ouest ont la même attitude. Ces chiffres reflètent un pays qui est complètement en contradiction avec ce que DiAngelo, Jackson, Rao et Sensoy semblent voir.

Non seulement les élus diagnostiquent mal le problème, mais leurs solutions proposées exacerberaient le sectarisme et les tensions raciales aux États-Unis. Aucun de ces auteurs n’aspire à traiter les personnes de toutes races, sexes et ethnies avec une égale dignité. Jackson et Rao disent des choses terribles sur les femmes blanches.

Dans une interview avec Forbes, ils se moquent de la façon dont les femmes blanches réagissent lorsqu’elles sont confrontées aux auteurs. Ils appellent cette réaction “la femme blanche à part entière” et la décrivent comme “la comédie musicale de Broadway, pleurant, roulant des yeux, les bras croisés, tout simplement”. Dans White Fragility, DiAngelo affirme ouvertement que les 204 millions d’Américains blancs sont racistes et rejette quiconque n’est pas d’accord avec elle comme souffrant de «fragilité blanche».

Is Everyone Really Equal? est, si quoi que ce soit, encore pire. Au début du livre, DiAngelo et Sensoy critiquent l’idée que “les gens devraient être jugés sur ce qu’ils font, pas sur la couleur de leur peau”. Ils appellent cette idée “prévisible, simpliste et mal informée”. Pour DiAngelo et Sensoy, l’objectif semble être à l’opposé du rêve du Dr Martin Luther King Jr. selon lequel ses «quatre petits enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés par la couleur de leur peau mais par le contenu de leur caractère».

Pour les élus, l’objectif n’est pas une société cosmopolite où chacun est considéré comme humain d’abord. Au contraire, le but semble être un monde où nous sommes d’abord définis par nos caractéristiques immuables et où ces caractéristiques immuables déterminent comment nous pouvons être traités. Certaines races doivent être traitées avec respect, tandis que d’autres peuvent être tournées en dérision.

Les élus positionnent leur solution comme le seul moyen de lutter contre le racisme, mais ils l’ont exactement à l’envers. Les commentateurs de tous les bords du spectre politique proposent de vraies solutions pour lutter contre le sectarisme. Mais nous n’atteindrons jamais la société tolérante et cosmopolite que la plupart d’entre nous souhaitons tant que nous n’arrêterons pas d’écouter les gens qui pensent que nos caractéristiques immuables définissent qui nous sommes et comment nous devrions être traités.


Julian Adorney, The New Racism of the Elect, Mises wire, 28 février 2023.

Aller plus loin :

Le pouvoir du wokisme : comment l’idéologie de gauche sape notre société et notre économie

Dans cette note pour Mises wire, Allen Mendenhall analyse la façon dont se structure...

Monnaie numérique : la FED se dirige vers le totalitarisme monétaire

La Réserve fédérale sème les graines de sa monnaie numérique de banque centrale (Central...

La Russie vise à triompher dans la bataille pour la «suprématie culturelle»

Vladimir Poutine a signé le 5 septembre 2022 le concept de la politique...

La grande réinitialisation en marche : vers une transformation dystopique de l’industrie alimentaire

Le Great Reset (Grande réinitialisation) permet aux élites d’accroître un peu plus leur domination,...

“Une brève histoire de l’égalité” : Critique du livre

La discussion de Piketty sur les questions de répartition et d'égalité des revenus a contribué à produire une large acceptation de la nécessité du socialisme, de la hausse des impôts et de l'augmentation des dépenses sociales.

RDC : plusieurs solutions proposées pour faire respecter la propriété intellectuelle dans le secteur culturel du pays

Artistes, avocats, développeurs, créateurs, auteurs et bien d’autres personnes concernées par la question de...

Elon Musk rachète Twitter et se pose en défenseur de la liberté d’expression

Le feuilleton aura été de courte durée : trois semaines après avoir acheté ses...

25 ans après, Werrason et JB Mpiana enfin réconciliés, reforment Wenge Musica

C’est officiel, le groupe sera de retour sur scène le 30 juin, jour de la...

Lire aussi :

Les plus lus

Le pouvoir du wokisme : comment l’idéologie de gauche sape notre société et notre économie

Dans cette note pour Mises wire, Allen Mendenhall analyse la façon dont se structure...