La gouvernance progressiste (woke) veut un système de crédit social

- Publicité -

Les critiques du régime communiste chinois indiquent souvent le système de crédit social du gouvernement, dans lequel le gouvernement trace les chemins électroniques des individus, de leurs commentaires sur les réseaux sociaux aux articles qu’ils achètent, et émet des récompenses et des punitions en fonction des informations collectées. Par exemple, un citoyen chinois qui reçoit une «mauvaise» cote de crédit social pourrait ne pas être autorisé à monter l’un des célèbres trains à grande vitesse, être relégués dans les trains plus lents pour les voyages et pourrait se voir refuser les voyages en avion.

Sans surprise, les Occidentaux ont dénoncé le système comme étant autoritaire, y compris CBS News, à peine une voix d’antiprogressisme : «La crainte est que le gouvernement utilise le système de pointage de crédit social pour punir les personnes qui ne sont pas suffisamment fidèles au parti communiste, et essayer de blanchir votre nom ou de combattre votre score est presque impossible car il n’y a pas de véritable procédure régulière».

Human Rights Watch, à peine une entité de droite, est encore plus cinglant dans sa critique du système chinois: «Le PDG d’Apple Tim Cook attend avec impatience un ‘avenir commun dans le cyberespace’ avec la Chine, a-t-il déclaré à la Conférence sur Internet mondiale du gouvernement chinois plus tôt ce mois-ci. C’était un geste embarrassant envers un État qui censure agressivement Internet et envisage un avenir dystopique en ligne».

D’autres entités progressistes, y compris le New York Times, ont également critiqué le système de crédit social de la Chine, mais n’ont apparemment aucun problème avec la création d’un système de facto similaire ici. Le Washington Post est allé encore plus loin, participant ouvertement à un régime de crédit social en identifiant publiquement des personnes qui ont récemment contribué aux manifestants canadiens de camions et en demandant à savoir pourquoi ils ont donné de l’argent.

Comprenez que le Washington Post a accédé à un document illégalement piraté et l’a ensuite utilisé comme une arme contre les personnes qui ont osé contribuer à quelque chose avec lequel le personnel du journal n’était pas d’accord, et le but n’était pas d’être informatif mais plutôt de mettre en danger les contributeurs et de les rendre vulnérables à la perte d’emploi, à la honte publique et à d’autres types d’attaques. Ce n’est pas une interprétation de “Democracy Dies in Darkness” – [“la démocratie meurt dans l’obscurité” – devise du Washington Post], mais plutôt une tentative d’imposer une plus grande obscurité à nous tous.

Il n’y a pas si longtemps, les libéraux politiques auraient universellement convenu que l’utilisation de la surveillance électronique massive pour surveiller les discours et les contributions politiques était impensable. Aujourd’hui, aucune entité journalistique dominante n’a soulevé une question sur les actions prises par le gouvernement du Canada contre les dissidents ou même remis en question le doxing par le Washington Post de ces contributeurs. On suppose que les éditeurs du Washington Post sont d’accord avec le Premier ministre Justin Trudeau, car de nombreux manifestants ne partagent pas les opinions politiques du personnel du Washington Post.

- Publicité -

Le Washington Post n’est guère la seule entité qui a estimé que le soutien aux camionneurs ne revient pas à soutenir le parti nazi. Le New York Times a dénoncé les camionneurs comme des terroristes violents, contrairement aux manifestants en 2020 qui ont “paisiblement” détruit d’énormes parties de villes américaines, tuant et pillant au fur et à mesure qu’ils avançaient. Paul Krugman écrit : «Ce n’est pas un soulèvement de camionneur de base. Cela ressemble plus à un ralenti du 6 janvier, une perturbation causée par un nombre relativement petit de militants, dont beaucoup d’extrémistes de droite. À leur apogée, les manifestations à Ottawa n’auraient impliqué qu’environ 8 000 personnes, tandis que les chiffres à d’autres endroits ont été beaucoup plus petits.

Malgré leur manque de nombre, les manifestants ont infligé une quantité remarquable de dommages économiques. Les économies américaines et canadiennes sont très étroitement intégrées. En particulier, la fabrication nord-américaine, en particulier mais pas seulement dans l’industrie automobile, s’appuie sur un flux constant de pièces entre les usines des deux côtés de la frontière. En conséquence, la perturbation de ce flux a entravé l’industrie, forçant les coupes de production et même les fermetures d’usine».

Ce n’est pas que Krugman pense que les gouvernements devraient toujours réduire les manifestations violentes. Alors que ses attaques contre les camionneurs les présentent comme des voyous violents, Krugman modifie les instructions concernant les émeutes dans les villes américaines en 2020, affirmant qu’ils étaient «remarquablement non violents» : «Cette comparaison surprendra sans aucun doute ceux qui tirent leurs nouvelles des médias de droite, qui dépeint B.L.M [Black Lives Matter] comme une orgie d’incendie criminel et de pillage. Je reçois toujours du courrier de personnes qui croient qu’une grande partie de la ville de New York a été réduite à des décombres fumeurs. En fait, les manifestations étaient remarquablement non violentes; le vandalisme s’est produit dans quelques cas, mais il était relativement rare, et les dommages ont été faibles compte tenu de l’énorme taille des manifestations.

En revanche, causer des dommages économiques et c’est ce que font les manifestations canadiennes – car bloquer les flux essentiels de marchandises, menaçant les moyens de subsistance des gens, est tout aussi destructeur que de briser une fenêtre de magasin. Et contrairement, disons, une grève destinée à une entreprise particulière, ce dommage est tombé sans discrimination à quiconque a eu le malheur de compter sur le commerce sans obstacle.

Et à quelle fin? Les manifestations B.L.M [Black Lives Matter] ont été une réaction aux meurtres de police de personnes innocentes; [mais] ce qui se passe au Canada, c’est, à première vue, de rejeter les mesures de santé publique destinées à sauver des vies. Bien sûr, même cela est principalement une excuse : ce dont il s’agit vraiment, c’est une tentative d’exploiter la lassitude pandémique pour stimuler l’agenda de la guerre culturelle habituelle».

Krugman est à peine seul au New York Times. La chroniqueuse Michelle Goldberg a décrit les manifestations comme «terrifiantes» et a condamné les camionneurs comme rien de plus que des manifestants «de droite», [considérant] que le NYT parle pour des personnes qui ne devraient avoir aucun droit. Quant aux manifestations pacifiques de 2020 , l’ancienne écrivaine du NYT, Nellie Bowles, a écrit sur la façon dont la NYT a retenu son récit des conséquences des émeutes de Kenosha jusqu’à après les élections de 2020. Elle avait ceci à dire sur la mentalité derrière la décision du NYT de refuser la vérité : «finalement les élections étaient passées. Biden était à la Maison Blanche. Et mon histoire de Kenosha a couru. Quelle que soit la raison de la tenue de la pièce, couvrant la souffrance après les émeutes n’était pas une priorité. La réalité qui a amené Kyle Rittenhouse dans les rues était celle que les journalistes devaient ignorer. Le vieil homme qui a essayé de faire un incendie dans un magasin Kenosha s’est fait casser la mâchoire. Le rédacteur en chef du Philadelphia Inquirer a dû démissionner en juin 2020 au milieu du tollé du personnel pour avoir publié un article avec le titre ‘Buildings Matter, aussi’.

- Publicité -

Si vous viviez dans ces quartiers en feu, vous n’étiez pas censé obtenir un extincteur. La réponse appropriée – la seule réponse acceptable – a été de voir la brique et le mortier démolis, de regarder les incendies brûler et dire : Merci».

Mais qu’est-ce que cela a à voir avec les vues américaines et canadiennes du crédit social? Premièrement, comme indiqué précédemment, il n’y a pas eu de condamnation de la répression lourde du gouvernement canadien contre les camionneurs, tout comme personne dans la presse grand public n’a même remis en question la tentative du Washington Post d’humilier et de doxer les donateurs des camionneurs. Lorsqu’ils ont eu la possibilité de condamner ce que sont clairement des mesures de crédit social, les politiciens, les universitaires et les journalistes américains et canadiens d’élite ont été silencieux.

Deuxièmement, en invoquant des pouvoirs d’urgence, Trudeau a pris des pouvoirs quasi dictatorial, qui seraient antidémocratiques dans le livre de quiconque, encore une fois, la foule «Democracy Dies in Darkness» (Washington Post) est restée silencieuse. Je ne met le lien d’aucun article car il n’y en a pas.

Au-delà de la question de sa classification des personnes qui sont simplement présentés de manière non violente comme des “terroristes”, il n’y a aucun moyen qu’un tel ordre puisse être limité à un seul cas. Maintenant que le gouvernement progressiste du Canada a criminalisé même la dissidence pacifique – avec l’approbation des élites progressistes au Canada et aux États-Unis – il sera plus facile pour les gouvernements de franchir ces lignes lorsque les gens expriment une dissidence contre les mesures progressistes à l’avenir.

Tout cela va bien au-delà des accusations habituelles d’hypocrisie politique. On accuse les gens d’être hypocrites pour leur faire honte, mais «Democracy Dies in Darkness» (Washington Post) est bien au-delà de toute capacité de honte. Pour eux, tout ce que Trudeau et d’autres régimes progressistes font à ceux qui osent la dissidence contre la gouvernance progressiste est  légitime car il ne peut y avoir d’autre moyen de penser autorisé, même si ces mêmes personnes parlent des protections constitutionnelles telles que le premier amendement.

De telles protections ne s’appliquent pas et ne s’appliqueront pas aux personnes qui ne soutiennent pas les idéaux progressifs et, comme nous l’avons vu au Canada, les responsables recourront de plus en plus à un système de crédit social qui a été soumis aux «capitalistes woke» des secteurs de la technologie, qui apparemment n’ont aucun problème à être les principaux agents de la surveillance parrainée par l’État. Par exemple, Twitter a permis de doxer les personnes qui ont contribué de l’argent aux camionneurs via une plate-forme soi-disant sécurisée. Nous pouvons nous attendre à plus de cela. Michael Rectenwald écrit : «Le capitalisme woke ne peut pas être suffisamment expliqué en termes apaisants d’extrémisme gauchiste, d’introduction des législations de gauche libérale ou d’évitement de la colère des militants. Au contraire, comme la wokisme s’est intensifié et a pris en otage des sociétés et des États, il est devenu un dispositif de démarcation, un shibboleth pour les membres du cartel pour s’identifier et se distinguer de leurs concurrents non woke, qui doivent être affamés d’investissements en capital. Le capitalisme woke est devenu un jeu de monopole.

Tout comme les individus non wooke sont exclus de la vie civique, les entreprises non séduisantes sont également exclues de l’économie, laissant le butin aux woke. Les exclusions des entreprises ne sont pas simplement le résultat de retombées politiques. Ils sont institutionnalisés et effectués par le marché boursier. L’indice environnemental, social et de gouvernance (ESG) est une cote de crédit sociale de style chinois pour les sociétés de notation. Les planificateurs woke utilisent l’indice ESG pour récompenser les leurs et exclure les acteurs non woke du marché. L’investissement woke stimule la propriété et le contrôle de la production loin des non-conformes. L’indice ESG sert de billet d’admission pour l’entrée dans les cartels woke».

De même, nous pouvons nous attendre à ce que les mêmes pressions soient exercées sur des entités non commerciales comme les groupes de défense des organisations à but non lucratif et en particulier les églises conservatrices. Alors que les progressistes continuent de briser les barrières historiques entre la vie de l’État et de la vie privée, un système de crédit social comblera le vide.

Les particuliers, les entreprises et les organisations qui promeuvent des points de vue progressistes verront une perturbation minimale dans leur vie. Cependant, les individus et les entités qui détiennent des points de vue qui sont «inacceptables» [c’est-à-dire qui ne vont pas dans le sens de la doxa progressiste] peuvent s’attendre à voir des perturbations quotidiennes, de leurs finances aux communications simples par e-mail. Compte tenu du soutien que les élites politiques et économiques américaines ont montré pour Trudeau et ses répressions sur les camionneurs «terroristes», il reste peu de protection pour ceux qui ne sont pas dans les bonnes grâces des progressistes.

Parce que la gouvernance progressiste se heurte finalement à la réalité, les progressistes doivent développer des moyens d’appliquer leurs mesures, en particulier lorsque le recul inévitable se produit. Comme nous l’avons appris de la Chine, un système de crédit social est une façon de freiner la dissidence et de forcer certaines personnes à la marge. Les progressistes américains et canadiens trouvent que le crédit social peut également battre au figuré les gens dans la soumission.

William L. Anderson, Progressive Governance Needs a Social Credit State, Mises Wire, 03/02/2022.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share