Pourquoi Londres soutient le tueur de masse avoué du Rwanda, Paul Kagame

- Publicité -
Linda de Hoyos, Why London supports Rwanda’s confessed mass killer Paul Kagame, Executive Intelligence Review, Volume 24, Number 49, December 5, 1997.

A Mayence, en Allemagne, le 21 mai 1997, le vice-président rwandais et ministre de la Défense, Paul Kagame, confronté aux questions de l’Executive Intelligence Review (EIR) sur le rôle de ses militaires rwandais dans les massacres de réfugiés rwandais et burundais dans l’est du Zaïre, siffla au correspondant de l’EIR : «Allez-y et découvrez». Lorsque la question a été répétée à nouveau, cette fois par un journaliste du Mainzer Allgemeine Zeitung, Kagame a déclamé : «Je ne suis au courant d’aucun massacre au Zaïre. Je n’ai pas de troupes au Zaïre et je n’ai rien à voir avec ce qui s’y passe».

Mais, en juillet 1997, après que la nouvelle des massacres de milliers de réfugiés ait finalement éclaté dans la presse occidentale, même aux États-Unis, Kagame ne nie plus le rôle de l’Armée patriotique rwandaise (APR) dans l’est du Zaïre. Un article paru dans le Washington Post le 9 juillet sous le titre «Le ministre de la Défense dit des armes, des troupes fournies pour la campagne anti-Mobutu», comportait une interview de Kagame par John Pomfret du Washington Post. L’article commençait ainsi : «Le puissant ministre rwandais de la Défense, Paul Kagame, a reconnu pour la première fois le rôle clé de son pays dans le renversement du président Mobutu Sese Seko au Congo voisin, affirmant que le gouvernement rwandais avait planifié et dirigé la rébellion qui a renversé le dictateur de longue date et que les troupes et les officiers rwandais dirigeaient les forces rebelles.

«Kagame, un Tutsi, a également répondu aux allégations selon lesquelles des officiers tutsis de l’armée rwandaise auraient ordonné des massacres de réfugiés hutus rwandais à l’intérieur du Congo… Des officiers rwandais interrogés au Congo ont déclaré que les Tutsis avaient reçu carte blanche des rebelles congolais pour attaquer les Hutus rwandais … échange pour soutenir la guerre contre Mobutu».

Cette fois, Kagame n’a pas tenté de nier les atrocités, mais a imputé la mort aux Nations Unies pour ne pas avoir pris de mesures pour “désarmer” les réfugiés – une référence à l’accusation selon laquelle les milices hutues et les membres de l’armée de l’ancien gouvernement étaient dans les camps. Kagame a déclaré, selon Pomfret, «l’impulsion de la guerre [contre le Zaïre] était les camps de réfugiés hutus … Kagame a déclaré que le plan de bataille tel que formulé par lui et ses conseillers était simple. Le premier objectif était de «démanteler les camps». La seconde était de «détruire la structure» de l’armée hutu et des milices basées dans et autour des camps, soit en ramenant les combattants hutus au Rwanda et en «traitant avec eux ici ou en les dispersant». Le troisième objectif était plus large : renverser Mobutu. Kagame a déclaré : «Cela aurait été plus approprié» si les rebelles congolais avaient fait la plupart des combats contre les troupes de Mobutu, mais cela aurait également été plus risqué».

Un mois après l’article de Pomfret, le Mail and Guardian sud-africain a publié un article, Why Rwanda Trumpeted Its Zaire Role, par Mahmood Mamdani. Mamdani s’était envolé pour la capitale rwandaise de Kigali, pour poser cette question précise, et selon son récit, a reçu cette réponse du ministre de la Défense Kagame : «Je voulais dire la vérité. Je n’ai pas toujours voulu être en position de mentir, de nier les choses». En outre, l’impitoyable Kagame a déclaré : «Premièrement, la vérité nous permettrait de faire valoir notre propre point de vue, voire d’exiger que notre point de vue soit entendu sur des questions telles que le meurtre de réfugiés, et ainsi de soulager la pression sur Kabila et l’alliance».

Plus récemment, Kagame a défendu la conduite de ses troupes dans l’est du Zaïre. Dans une interview à la Pan African New Agency (PANA) publiée le 28 octobre, Kagame a déclaré : «Je n’ai ni excuses ni regrets sur la conduite de mes soldats». Maintenant, Kagame a avancé l’affirmation selon laquelle des Hutus rwandais armés préparaient une invasion du Rwanda contre le Front patriotique rwandais (FPR). «Tout le monde avait des informations sur une attaque imminente contre le Rwanda», a déclaré Kagame à la PANA. «Il a dit que des morts civiles devaient avoir eu lieu lorsque les Hutu armés dans les camps de réfugiés, qui avaient participé au génocide des Tutsi, ont combattu ses soldats tout en se mêlant aux femmes et aux enfants».

Conséquences de la vérité ?

- Publicité -

Qu’il y ait eu des meurtres de femmes, d’enfants et de personnes âgées ne fait aucun doute. Dans un seul exemple des rames de preuves qui ont fait surface sur ce point, Marcel van Soest, épidémiologiste chez Médecins sans frontières, a déclaré lors des audiences du Congrès américain le 5 novembre qu’une enquête menée par l’organisation en juillet 1997 a montré un taux de mortalité de 80 % chez les réfugiés, et la plupart de ces décès étaient des morts violentes. Le groupe enquêté se trouvait au camp de Ndjoudou.

«Ces réfugiés avaient fui les camps attaqués de la province du Kivu et avaient entrepris une marche forcée sur une distance d’environ 1 500 km sous le contrôle d’éléments de l’ancienne armée rwandaise (FAR) et de divers miliciens.  …L’enquête montre que, sur 5 personnes du groupe d’origine qui ont quitté les camps du Kivu en octobre 1996, une seule est arrivée en République du Congo ; l’un n’a pas survécu à des actions militaires répétées ; et 3 n’ont pas pu être comptabilisés. Parmi les personnes tuées, 95 % étaient le résultat de violences et 5 % sont mortes de maladie. … Il est intéressant de noter que la proportion de décès était la même pour les enfants de moins de cinq ans que pour l’ensemble de la population, et que 41 % des décès par agression concernaient des femmes».

N’est-il pas vrai alors que le monde entier sait que des morts massives – certains disent jusqu’à 600 000 réfugiés dans l’est du Zaïre – se sont produites pendant la guerre du Zaïre de 1996-97? N’est-il pas vrai que le monde entier sait que le ministre rwandais de la Défense, Paul Kagame, a admis le rôle de ses troupes dans de tels meurtres, non pas comme le résultat désordonné de batailles acharnées, mais comme point de stratégie, ou, comme l’a dit le Washington Post dans un gros titre le 9 juin : «Massacres Part of Strategy in Zaire War?» («Les massacres font partie de la stratégie de la guerre du Zaïre?»).

Mais quelles ont été les conséquences pour le Rwanda et Kagame de cette vérité? La réponse est «aucune».

Depuis 1994, les gouvernements occidentaux ont pour politique de qualifier chaque Hutu rwandais de «génocidaire», en référence aux morts massives de Tutsis et de Hutus survenues à l’intérieur du Rwanda à la suite de l’assassinat du président rwandais Juvénal Habyarimana.

Contrairement à cette position, les aveux de Kagame ont été accueillis en toute impunité. Au contraire, ses aveux ont agi pour rendre le monde entier complice du génocide lui-même.

- Publicité -

Malgré les aveux de Kagame, le Conseil privé britannique continue son parrainage du régime de Kigali, en tant que filiale de son bastion clé dans la région, l’Ouganda de Yoweri Museveni. La secrétaire au développement international, Clare Short, à Kigali en octobre, a déclaré que «la Grande-Bretagne continuera à travailler en partenariat avec le gouvernement rwandais pour reconstruire le pays. Cela profitera également à de nombreuses personnes au-delà de ses frontières – la stabilité économique et politique en Afrique de l’Est vont de pair».

Même aux États-Unis, Kagame continue d’être salué par certains comme l’incarnation du “nouveau leadership” pour l’Afrique – avec ses compagnons d’armes, le dictateur ougandais Museveni, le dictateur burundais Pierre Buyoya, le dictateur congolais Laurent Kabila, le dictateur éthiopien Meles Zenawi et le dictateur érythréen Isaias Afwerki.

Lors d’un séminaire le 21 novembre sur la politique américaine à l’égard de la région des Grands Lacs qui s’est tenu au Georgetown Center for Strategic and International Studies de Henry Kissinger, l’ambassadeur américain au Rwanda, Robert Gribben, a défendu Kagame comme l’un des «nouveaux dirigeants» en Afrique, qui «a reconnu que la communauté internationale n’était pas intervenue et a pris les choses en main. … C’est bon pour la région, car cela représente les Africains qui assument la responsabilité des problèmes de l’Afrique. Nous ne le faisions pas. Plus tard, dans la même veine, Gribben a cité Museveni, que « le temps de se tourner vers les étrangers est passé».

En bref, quelles que soient les atrocités que Kagame peut avouer, c’est un “développement positif”, pour reprendre l’expression de Gribben, que Kagame et ses acolytes soient au pouvoir en Afrique de l’Est. Gribben a joué le rôle d’apologiste du FPR depuis qu’il a pris le poste d’ambassadeur à Kigali, après que Kagame ait forcé le retrait de l’ambassadeur David Rawson. En novembre 1996, Refugees International a exigé le rappel de Gribben, pour ses représentations mensongères selon lesquelles “tous les réfugiés” étaient retournés au Rwanda, après que Laurent Kabila ait pris d’assaut le camp de Magungu, refoulant environ 600 000 réfugiés – soit pas plus de la moitié du nombre total au Zaïre. L’acceptation des chiffres de Gribben a entraîné l’annulation de la proposition d’intervention de la force multilatérale dans l’est du Zaïre, laissant ainsi le reste des réfugiés à la merci des troupes de Kagame.

Qui est Paul Kagame ?

La respectabilité continue de Kagame aux yeux de la communauté internationale conduit à une deuxième question : est-il vrai que Kagame, comme son ami proche et mentor Yoweri Museveni, a été choisi par les services de renseignement britanniques pour son rôle de chef du FPR, et protégé dans ce rôle, pour la raison précise qu’il s’est révélé être un tueur de masse impitoyable? Un bref examen de la courte mais étonnante carrière de Kagame permet au lecteur de répondre lui-même à la question. Le lecteur doit cependant être prévenu que de nombreuses sources de ce profil de Kagame sont incapables de parler ouvertement ; même si la plupart de ce qui est proposé est déjà dans le domaine public.

Kagame était membre du groupe d’exilés tutsis rwandais dont les parents avaient fui en Ouganda à la fin des années 1950 et au début des années 1960, à la suite de la soi-disant révolution hutu au Rwanda. La famille de Kagame est venue en Ouganda en 1959, quand Kagame avait quatre ans, et il a été élevé dans le camp de réfugiés de Nshungerezi dans le sud de l’Ouganda par sa mère, après la mort de son père. Jeune homme, il a commencé à orbiter dans les cercles de Fred Rwigyema, qui a rencontré Museveni en 1976 en Tanzanie lors des guerres de brousse contre le dictateur ougandais Idi Amin. Lorsque Museveni est retourné dans la brousse en 1980, pour commencer sa campagne contre la deuxième présidence de Milton Obote, les jeunes exilés rwandais sont devenus un élément clé de son Armée de résistance nationale (NRA), et Rwigyema était un haut commandant de la NRA.

Kagame était une figure de proue du renseignement militaire de Museveni, même pendant les jours passés dans la brousse. Après que Museveni a pris le pouvoir en janvier 1986, Kagame est devenu directeur adjoint de l’appareil de renseignement militaire de la NRA, en particulier de son appareil de police secrète en Ouganda.

«Kagame était directeur adjoint du renseignement militaire», explique un diplomate en poste à Kampala à l’époque, «mais, en réalité, c’était lui le vrai patron, car Museveni avait plus confiance en lui qu’en n’importe qui d’autre. Il était donc la personne la plus puissante du renseignement militaire et était en charge du contre-espionnage et de la sécurité intérieure».

Dans leur rôle d’hommes de main de la NRA entre 1986 et 1990, lorsqu’ils ont “séparé” pour envahir le Rwanda, les hommes qui sont aujourd’hui les hauts commandants de l’APR ont battu un record d’atrocités :

● Le meurtre d’Andrew Kayiira : Tout au long des années passées dans la brousse, Museveni avait travaillé dans une alliance inconfortable avec le Mouvement ougandais pour la liberté d’Andrew Kayiira, et l’UFM avait joué un rôle clé dans l’arrivée au pouvoir du Mouvement national de résistance. Une fois au pouvoir, cependant, Museveni n’était pas intéressé par le partage. On pense qu’il a ordonné l’assassinat de Kayiira. Kayiira a été tué en mars 1987 et son mouvement a commencé à s’effondrer peu de temps après. En tant que directeur du renseignement militaire, Kagame aurait supervisé le plan d’assassinat ; certainement, disent les Ougandais, cela n’aurait pas pu se produire sans son imprimatur également.

Kagame lui-même était le surveillant de Basiima House, le palais de la torture du régime de Museveni, jusqu’en 1990. Des opposants politiques au régime de la NRA ont été illégalement détenus sans inculpation à Basiima House, rapportent les Ougandais. Un opposant y a été détenu pendant trois mois et demi et a déclaré à EIR qu’il avait été «Il n’y avait aucune responsabilité publique pour ces personnes», a-t-il expliqué. «À tout moment, il y aurait 25 à 40 personnes à Basiima House. La plupart des gens ont été gravement torturés et beaucoup ont été tués. Environ quatre à cinq personnes y mouraient chaque jour».

Le principal homme de main de Kagame à Basiima House était Jackson Nvisa, l’un des principaux commandants de l’APR qui a été impliqué dans le massacre de réfugiés hutus rwandais à Goma et à Kisangani, au Zaïre. Avant cela, il avait été impliqué dans le meurtre de l’archevêque catholique romain du Rwanda et d’autres évêques au printemps 1994 à Gitarama, au Rwanda. Il a également été nommé premier ambassadeur du Rwanda à Nairobi, au Kenya, mais a été expulsé du pays après le meurtre des principaux réfugiés hutus rwandais. Nvisa conserve à ce jour des liens très étroits avec Kagame, selon des sources.

D’autres commandants en chef du FPR ont laissé derrière eux des héritages terroristes. Le colonel Zaramba, un commandant du FPR, a été nommé responsable de l’incident choquant du chemin de fer de Mukura en 1989. Dans cette atrocité, des centaines de suspects rebelles ont été parqués dans des wagons et un incendie a été allumé sous les wagons. Plus de 50 personnes sont mortes asphyxiées. Lorsque les tribunaux ont tenté d’amener le gouvernement Museveni à rendre compte de l’atrocité, la NRA a affirmé que le commandant du FPR Zaramba était maintenant au Rwanda (avec l’invasion du FPR) et que rien ne pouvait être fait. L’actuel ministre de la santé à Kigali, le Dr Karemera, était le surveillant de la célèbre prison de Luziro en Ouganda, où, selon de nombreux Ougandais, il a injecté le virus VIH à des suspects politiques incarcérés.

● Le meurtre de Fred Rwigyema. En octobre 1990, le Front patriotique rwandais, qui s’était organisé à Kampala, éclata avec une section de l’armée ougandaise pour envahir le Rwanda. Au premier feu de l’action, le commandant du FPR Fred Rwigyema a été tué. Au moment de l’invasion, Kagame entreprenait une formation militaire à Fort Leavenworth, Kansas, en tant qu’officier de l’armée ougandaise. Le chef du FPR, Fred Rwigyema, devait initialement partir, mais il s’est retenu pour mener l’invasion contre le Rwanda. La durée du séjour de Kagame à Fort Leavenworth était de deux mois. A son retour, il a constaté que Rwigyema avait été tué au front.

L’histoire raconte à Kampala que Rwigyema a été assassiné par les chefs du FPR, le Dr Peter Banyingama et le major Bunyenyezi. Les enjeux de la guerre intestine étaient doubles : Rwigyema voulait mener une «guerre populaire» prolongée contre le gouvernement de Juvénal Habyarimana, tandis que d’autres dirigeants du FPR voulaient une attaque éclair complète contre le Rwanda. Deuxièmement, Rwigyema n’avait d’autre ambition que de ramener les exilés tutsis du Rwanda ; Banyingama et al. plaidaient pour la réalisation du plan Museveni-britannique consistant à utiliser le Rwanda saisi par le FPR comme tremplin pour pénétrer dans l’est du Zaïre. On soupçonne qu’à son retour, Kagame a fait tuer Banyingama et Bunyenyezi eux-mêmes, pour leur assassinat de Rwigyema, qui était extrêmement populaire parmi les troupes du FPR.

Quelle que soit la véritable histoire, Kagame s’est rapidement élevé pour devenir l’homme fort du FPR, un titre qu’il n’a jamais abandonné. Et il exécuta les plans de Londres, sous la direction de Yoweri Museveni. La première guerre éclair au Rwanda a été bloquée en 1990, après que le gouvernement français a envoyé des troupes pour défendre le gouvernement Habyarimana.

Entre 1990 et 1994, lorsque le FPR a traversé le Rwanda pour s’emparer de Kigali au lendemain de l’assassinat du président rwandais Habyarimana, Kagame est connu pour s’être fréquemment rendu à Londres. En juin 1994, avant même que le FPR ne prenne Kigali, on rapporte que la baronne Lynda Chalker, patronne de Yoweri Museveni, a visité le quartier général du FPR à Byumba, depuis Kampala. Selon une source bien informée, le FPR avait des officiers militaires britanniques qui les conseillaient sur place.

● Les meurtres de Melchior Ndadaye et Juvénal Habyarimana. Bien qu’une analyse complète de l’effusion de sang qui a fait jusqu’à 1 million de morts au Rwanda au printemps-été 1994 ne peut être effectuée ici, parmi les événements clés qui ont conduit à de tels meurtres de masse figurent les meurtres du premier président élu du Burundi, le Hutu Melchior Ndadaye, en octobre 1993, et l’assassinat de Habyarimana le 6 avril 1994, qui a déclenché les tueries de masse dans lesquelles Hutus et Tutsis ont été pris pour cibles.

Dans ces deux meurtres, selon des sources bien informées, Kagame était impliqué en tant que co-conspirateur, avec Museveni. À partir de 1993, le FPR s’est engagé dans la négociation des soi-disant accords d’Arusha, censés organiser un accord de partage du pouvoir entre le FPR, le gouvernement Habyarimana et les partis politiques d’opposition, sous les auspices des États-Unis, avec la France, la Belgique et les Nations Unies. Selon une source impliquée dans la négociation des accords, en août 1993, lorsque Museveni et Kagame ont réalisé que l’arithmétique ne favoriserait pas le FPR, ils ont commencé à faire campagne pour le renversement de Ndayaye au Burundi.

En octobre 1993, Ndadaye a été horriblement assassiné, lors d’une tentative de coup d’État par l’armée burundaise totalement tutsie. Même les sympathisants du FPR reconnaissent que le meurtre était «une écriture sur le mur» pour de nombreux Hutus rwandais, et a été un facteur majeur dans l’effusion de sang qui a suivi, avec le choc du meurtre de Habyarimana.

Habyarimana, selon des sources multiples et bien placées, a été assassiné à l’aéroport de Kigali par les forces ougandaises sur place. Ici, le raisonnement était que tout compromis élaboré avec le gouvernement Habyarimana gâcherait la phase suivante du complot rwandais : l’utilisation du Rwanda comme tremplin contre le Zaïre – la mission que Kagame entreprit avec zèle.

En outre, de nombreux Rwandais pensent que les morts massives au Rwanda ont été pré-calculées par Kagame, comme nécessaires à la prise de pouvoir pleine et entière du FPR et à la débandade des Hutus au Zaïre. Comme le relate Gérard Prunier dans son livre The Rwanda Crisis : History of Genocide, «Lors de la brève occupation de la ville de Ruhengeri par le FPR en janvier 1991, un vieil homme tutsi avait fait la remarque à l’un des jeunes guérilleros, venu les ‘libérer’ : ‘Tu veux du pouvoir? Tu l’auras. Mais ici, nous allons tous mourir. Cela en vaut-il la peine pour vous ?’». Ou comme l’a dit un autre Tutsi rescapé de l’effusion de sang au Rwanda en 1994, «Kagame nous a livrés à la mort».

● Meurtre de Ngandu Kisase. Dans une reprise des histoires diffusées sur la mort de Fred Rwigyema, André Kisase Ngandu, le principal chef militaire de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre, a été tué dans une embuscade. Cependant, selon des sources de l’opposition anti-Mobutu, Kisase a été tué par ses propres gardes du corps, avec le soutien du FPR, afin d’ouvrir la voie à la marionnette Laurent Kabila pour prendre le contrôle de l’AFDL.

Kisase et Kabila s’étaient déjà disputés ; et Kabila, qui n’était que le porte-parole de l’Alliance, a accusé Kisase d’essayer de le chasser. Les enjeux majeurs étaient cependant l’opposition de Kisase à la domination tutsie de l’AFDL, dans laquelle ils occupaient tous les postes clés, et comme l’a écrit La Libre Belgique dans un article du 1er mai, «le pillage des ressources du Kivu pour les expédier au Rwanda».

En décembre 1996, deux des gardes du corps de Kisase ont été tués et Kisase s’est échappé de justesse. Peu de temps après cette tentative, Kabila a annoncé la réorganisation des forces de sécurité intérieure de l’AFDL, plaçant Jacques Nizza, un major de l’Armée patriotique rwandaise, aux commandes. Le 6 janvier, sous protestation, Kisase a effectué une tournée d’inspection à Beni et Bunia, avec sa sécurité organisée par Nizza. Kisase aurait ensuite été tué à l’entrée du parc des Virunga, par le lieutenant Célestin, un Munyamulenge et numéro un de la sécurité du convoi. Célestin a été tué dans la fusillade qui a suivi.

Cependant, dans la mêlée, Kisase a été éliminé avec succès et de manière permanente, et Kabila a pris le relais, donnant le commandement effectif de l’AFDL à l’APR. Kagame a admis à John Pomfret du Washington Post que James Kabarebe, qui est devenu le commandant en chef de l’AFDL, est en fait un officier de l’Armée patriotique rwandaise. «Il a été affecté pour aider l’armée du Congo», a déclaré Kagame à Pomfret, moins d’un mois après que Kabila a pris le contrôle de Kinshasa. «On lui a demandé d’organiser l’armée, de s’entraîner. Il est l’un des nombreux commandants compétents que nous avons eus».

Aide d’amis

Le Front patriotique rwandais de Kagame continue de jouir de la respectabilité dans la plupart des capitales occidentales, en raison d’aucun mérite de sa part – même si, heureusement pour les banquiers internationaux et le Fonds monétaire international, le gouvernement Kagame a récemment promis qu’il paierait toutes les anciennes dettes du gouvernement Habyarimana avant lui. Personnellement, le bilan macabre de Paul Kagame est qu’il n’hésitera pas à tuer tous ceux qui s’opposent à son pouvoir d’atteindre et d’étendre. Kagame lui-même, qui s’en prend fréquemment aux Nations unies, qui a réussi à expulser des organisations non gouvernementales du Rwanda pour que ses forces puissent assassiner des civils hutus sous le manteau du silence à l’intérieur du pays, peut croire qu’il commet un meurtre de masse au nom de «la sécurité des Tutsis». C’est illusoire de sa part.

Kagame ne jouit d’une respectabilité internationale que dans la mesure où ses maîtres du Conseil privé britannique – aidés par des gens comme Robert Gribben ou Roger Winter du Comité américain sur les réfugiés, qui ont livré les réfugiés hutus rwandais à Kagame en novembre 1996 – le trouvent utile pour mener à bien leur mission : la destruction de l’État-nation en Afrique ; le massacre de masse de ses populations agricoles civiles ; et le rejet de l’Afrique dans une terra incognita.

Les aveux impitoyables de Kagame jusqu’à présent n’ont eu aucune conséquence. Il semblerait donc que pour traduire Kagame en justice, il faut une exposition approfondie de ses maîtres.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share