Repenser le changement climatique : les modèles apocalyptiques sont-ils erronés ?

- Publicité -

La passion du mouvement vert a attiré l’attention du monde avec ses demandes incessantes de solutions pour réduire les émissions de carbone. Malheureusement, ces appels sont rarement remis en cause en raison de l’influence des militants écologistes. On attend automatiquement de nous que nous endossions les hypothèses des militants du climat ou que nous soyons accusés de négationnisme scientifique. Mais une introspection plus approfondie expose l’approche non scientifique de l’activisme climatique.

Les militants du climat proposent que nous acceptions l’argument selon lequel le COest un polluant comme un article de foi sans fournir de preuves convaincantes. Constater que le CO2 réchauffe la planète en emprisonnant la chaleur dans l’atmosphère terrestre est un argument inepte car le réchauffement a des effets positifs et négatifs. La force du mouvement vert repose sur la conviction que le réchauffement est une activité délétère qui doit être réduite à tout prix.

Mais c’est une proposition fausse qui ne tient pas compte des effets d’amélioration du réchauffement climatique. Le réchauffement climatique est associé au verdissement de la planète et à l’augmentation de la biodiversité. En fait, les satellites de la NASA ont observé que le verdissement de la Terre au cours des dernières décennies a été considérable. De plus, la NASA a même calculé que la Terre est plus verte aujourd’hui que dans les années 1980.

- Publicité -

Le verdissement mondial implique que la disponibilité croissante de terres agricoles pour la production agricole peut écarter les craintes d’une crise alimentaire imminente. Le verdissement mondial limitera également les menaces pesant sur la faune en leur fournissant des habitats propices à leur épanouissement. Les dénonciations générales du réchauffement climatique en tant que polluant occultent la complexité de la science du climat.

Au lieu de s’inquiéter du réchauffement climatique, les militants devraient se préoccuper des possibilités aberrantes, ce qui est difficile car le niveau optimal de réchauffement est discutable. Bien que le prix Nobel William Nordhaus décrive 4 °C comme le niveau optimal de réchauffement, certains scientifiques ne sont pas d’accord avec ses conclusions. L’incertitude entourant le niveau optimal de réchauffement climatique indique que les décideurs politiques devraient aborder la gestion des risques liés au réchauffement avec prudence plutôt qu’avec alarmisme.

Et malgré tout le mécontentement causé par le réchauffement, une étude de 2011 de Roy Spencer et William Braswell a révélé que l’atmosphère terrestre n’est pas aussi apte à contenir la chaleur que les militants l’ont suggéré. Plus important encore, des recherches récentes montrent que les modèles climatiques surestiment le réchauffement. Une étude affirme que les cloud processus  sont une raison possible d’estimations farfelues : “Ainsi, bien qu’il ne semble pas y avoir de propriété unique dans la génération actuelle de modèles CMIP6 à laquelle la plage accrue et les valeurs plus élevées à l’extrémité supérieure de la sensibilité climatique à l’équilibre peuvent être attribuées, les rétroactions des nuages ​​et les interactions nuage-aérosol dans les modèles avec des schémas pronostiques d’aérosols semblent jouer un rôle important”.

- Publicité -

Une étude des données a révélé que le réchauffement n’est pas aussi dangereux que les militants du climat voudraient que vous le pensiez. Considérons maintenant les avantages du CO2. Selon une étude australienne, des niveaux accrus de dioxyde de carbone ont végétalisé des régions arides grâce à un processus connu sous le nom de fertilisation au CO2. S’adressant aux journalistes, le chercheur scientifique Dr Randall Donohue explique comment le processus se déroule : “Si un taux élevé de CO2 entraîne une baisse de la consommation d’eau des feuilles individuelles, les plantes des environnements arides réagiront en augmentant leur nombre total de feuilles. Ces changements dans la couverture foliaire peuvent être détectée par satellite, en particulier dans les déserts et les savanes où la couverture est moins complète que dans les endroits humides… À première vue, une augmentation du CO2 qui stimule le feuillage dans un pays sec est une bonne nouvelle et pourrait aider la foresterie et l’agriculture dans ces zones “.

De plus, des chercheurs internationaux ont conclu que les émissions de dioxyde de carbone fertilisent les plantes et, en verdissant la planète, permettent à la végétation de modérer le réchauffement climatique en consommant des émissions de carbone. De même, en examinant les effets des émissions de carbone sur la production agricole, Jan F. Degener a constaté que le CO2 est crucial pour obtenir des rendements plus élevés : «L’augmentation des concentrations de CO2 jouera un rôle central dans le maintien des rendements futurs de toutes les cultures au-dessus ou autour du niveau d’aujourd’hui… En général, les rendements augmenteront lorsque le CO2 augmentera et diminueront lorsqu’il est maintenu constant».

En plus de diffamer le CO2 et le réchauffement climatique, les alarmistes climatiques pensent à tort que le changement climatique est un événement évitable. Le climat change constamment et il changera sans les êtres humains. Les êtres humains ne peuvent gérer leur réponse au changement climatique que pour minimiser les dommages. De plus, les effets globaux du changement climatique sont inégaux. La Russie, la Chine et les États-Unis pourraient enregistrer une augmentation des terres arables en raison du changement climatique, tandis que les régions tropicales et subtropicales pourraient subir des pertes.

- Publicité -

Il est également intéressant de noter que les preuves scientifiques montrent que, contrairement aux prédictions apocalyptiques des alarmistes, l’agriculture et le bien-être mondiaux ne semblent pas menacés par le changement climatique et qu’au lieu de cela, “les politiques agricoles problématiques visant à l’atténuation devraient être assouplies”. D’autre part, Chiu-Ming Hsiao dans un article de 2022 est d’avis que les politiques climatiques doivent être compatibles avec le niveau de développement d’un pays : “Tous les pays ne devraient pas prendre immédiatement des mesures de réduction des émissions de carbone. Compte tenu de la croissance économique mondiale, les pays ont leurs propres besoins de croissance économique et mènent des activités économiques appropriées.

Un autre défaut du mouvement alarmiste climatique est la promotion des énergies renouvelables. Les énergies renouvelables génèrent d’importants déchets et se sont avérées être une source d’énergie peu fiable alimentée par des combustibles fossiles. Mais il est assez hilarant que le plaidoyer en faveur des énergies renouvelables ait déclenché un nouveau problème qui n’existerait pas si les militants du climat étaient raisonnables.

La demande de minéraux de terres rares qui sont utilisés dans la création d’énergies renouvelables stimule l’exploitation minière terrestre, mais parce que les militants s’opposent à l’exploitation minière terrestre, certains ont proposé l’exploitation minière en haute mer. Comme on pouvait s’y attendre, les militants s’opposent à l’exploitation minière en eaux profondes avec la même vigueur. Comparé à l’exploitation minière terrestre, l’exploitation minière en haute mer est moins toxique et perturbatrice. L’énigme est que les militants veulent des énergies renouvelables mais rejettent les deux formes d’exploitation minière. Cependant, un véritable dilemme n’existe pas car les énergies renouvelables sont coûteuses, toxiques et inefficaces.

Le vrai problème est que des militants non scientifiques façonnent les politiques publiques au détriment des gens ordinaires. Par conséquent, c’est l’incapacité d’enrayer le succès de l’alarmisme climatique qui présente une véritable menace existentielle. Cela devrait nous troubler qu’un mouvement dirigé par des personnes malavisées ait l’influence de faire dérailler le progrès industriel et de faire souffrir des millions de personnes.

—-

Pour aller plus loin :  Rethinking Climate Change: Are the Apocalyptic Models Wrong?”, Lipton Matthews, Mises Institute.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share