Une récession est-elle simplement une baisse du PIB ? Sinon, que signifie-t-elle donc ?

- Publicité -

Selon le National Bureau of Economic Research (NBER), l’institution qui date les hauts et les bas des cycles économiques : “Une récession est une baisse importante de l’activité économique répartie dans l’ensemble de l’économie, qui dure plus de quelques mois, normalement visible dans le PIB réel [produit intérieur brut], le revenu réel, l’emploi, la production industrielle et les ventes en gros et au détail. Une récession commence juste après que l’économie atteint un pic d’activité et se termine lorsque l’économie atteint son creux”. De l’avis du comité de datation du NBER, parce qu’une récession influence largement l’économie et ne se limite pas à un secteur, il est logique de prêter attention à une large mesure de l’activité économique globale, qui est le PIB réel. Le comité de datation du NBER considère le PIB réel comme la meilleure mesure de l’activité économique globale.

Sur le dos de la définition beaucoup plus générale du NBER, la presse financière, en guise de raccourci, a introduit la définition populaire d’une récession comme deux trimestres consécutifs de baisse du PIB réel. En suivant la règle de la baisse des deux trimestres du PIB réel, les économistes n’ont pas besoin d’attendre le verdict final du NBER, qui peut souvent prendre plusieurs mois après la survenue de la récession. Que l’on adopte la définition plus large du NBER ou sa version abrégée, ces définitions ne font pas l’affaire. Après tout, le but d’une définition est d’établir l’essence de l’objet de l’enquête. Le NBER et la définition populaire ne fournissent pas d’explication de ce qu’est une récession. Au lieu de cela, ils décrivent les diverses manifestations d’une récession. En affirmant qu’une récession correspond à une baisse du PIB réel pendant plusieurs mois ou plus, on ne fait que décrire et on n’explique pas ce qu’est une récession. Aujourd’hui, l’activité économique décline en période de récession. Ce qu’on veut savoir, c’est pourquoi il diminue. Pour expliquer un phénomène, il faut retracer les causes premières qui l’ont provoqué.

Un autre problème avec les définitions abrégées et NBER est que la récession est définie en termes de produit intérieur brut (PIB) réel, qui est censé refléter la quantité totale de biens et services réels finaux produits. Pour calculer un total, plusieurs éléments doivent être additionnés. Pour additionner des choses, elles doivent avoir une unité en commun. Cependant, il n’est pas possible d’ajouter des réfrigérateurs aux voitures et aux chemises pour obtenir le montant total des biens finaux. Étant donné que la production réelle totale ne peut être définie de manière significative, elle ne peut évidemment pas être quantifiée. Pour surmonter ce problème, les économistes utilisent la dépense monétaire totale en biens, qu’ils divisent par un prix moyen de ces biens. Cependant, le calcul d’un prix moyen est-il possible ?

- Publicité -

Supposons que deux transactions soient effectuées. Lors de la première transaction, un téléviseur est échangé contre 1 000 $. Lors de la deuxième transaction, une chemise est échangée contre 40 $. Le prix ou le taux de change de la première transaction est de 1 000 $/téléviseur. Le prix de la deuxième transaction est de 40 $/chemise. Pour calculer le prix moyen, il faut additionner ces deux ratios et les diviser par 2. Cependant, 1 000 $/téléviseur ne peut être additionné à 40 $/chemise, ce qui implique qu’il n’est pas possible d’établir un prix moyen. Sur ce Murray N. Rothbard a écrit : “Ainsi, tout concept de niveau de prix moyen implique d’ajouter ou de multiplier des quantités d’unités de biens complètement différentes, telles que le beurre, les chapeaux, le sucre, etc., et est donc dénué de sens et illégitime”.

Maintenant, une fois qu’une récession est évaluée en termes de PIB réel, il n’est pas surprenant que la banque centrale semble être en mesure de contrer les effets récessionnistes qui apparaissent. Par exemple, en injectant plus d’argent dans l’économie, les actions de la banque centrale sembleraient efficaces puisque le PIB réel montrerait une réponse positive à ce pompage après un court laps de temps. (Rappelez-vous que les variations du PIB réel reflètent les variations de la masse monétaire). Observez qu’une fois que l’économie est exprimée par le PIB, la banque centrale semble être en mesure de naviguer dans l’économie (c’est-à-dire le PIB) au moyen d’un dosage de politique monétaire approprié.

Qu’est-ce qui cause les cycles d’expansion et de ralentissement récurrents ?

Dans un marché libre et sans entraves, on pourrait envisager que l’économie soit soumise à divers chocs, mais il est difficile d’envisager un phénomène de cycles récurrents d’expansion et de récession. Selon Rothbard : “Avant la révolution industrielle vers la fin du 18ème siècle, il n’y avait pas de booms et de dépressions récurrents. Il y aurait une crise économique soudaine chaque fois qu’un roi ferait la guerre ou confisquerait les biens de ses sujets ; mais il n’y avait aucun signe des phénomènes particulièrement modernes de fluctuations générales et assez régulières des fortunes commerciales, d’expansions et de contractions”. Le phénomène du cycle d’expansion et de récession est en quelque sorte lié au monde moderne. Cependant, quel est le lien ? Un examen attentif révélerait que le lien est en fait le système bancaire moderne, qui est coordonné par la banque centrale. La source des récessions s’avère être le prétendu “protecteur” de l’économie – la banque centrale elle-même.

- Publicité -

Une enquête plus approfondie montrerait que le phénomène des récessions n’est pas lié à la faiblesse de l’économie en tant que telle, mais à la liquidation de diverses activités qui ont surgi sur le dos des politiques monétaires accommodantes de la banque centrale. Voici pourquoi. Une politique monétaire souple de la banque centrale déclenche un échange de rien contre quelque chose, ce qui revient à détourner la richesse des activités génératrices de richesse vers des activités non génératrices de richesse. Dans le processus, ce détournement affaiblit les générateurs de richesse, ce qui affaiblit à son tour leur capacité à faire croître le pool global de richesse.

Une fois que la banque centrale a resserré sa politique monétaire, cela ralentit le détournement de richesse des producteurs de richesse vers les non producteurs de richesse. Les activités qui ont émergé sur le dos de la précédente politique monétaire accommodante reçoivent désormais moins de soutien de la masse monétaire – elles tombent en difficulté et un effondrement économique ou une récession émerge. Indépendamment de la taille et de la force d’une économie, une politique monétaire plus stricte va saper diverses activités non économiques ou bulles qui ont surgi à la suite de la précédente politique monétaire accommodante. Cela signifie que les récessions ou les crises économiques n’ont rien à voir avec la soi-disant force d’une économie, l’amélioration de la productivité ou une meilleure gestion des stocks par les entreprises.

Par exemple, en raison d’une position monétaire accommodante de la part de la Fed, diverses activités émergent pour répondre à la demande de biens et de services des premiers destinataires de l’argent nouvellement injecté. Maintenant, même si ces activités sont bien gérées et maintiennent un contrôle des stocks très efficace, ce fait ne peut pas être d’une grande aide une fois que la banque centrale revient sur sa politique monétaire accommodante. Encore une fois, ces activités sont le produit de la politique monétaire accommodante de la banque centrale. Une fois la posture inversée, indépendamment d’une gestion efficace des stocks, ces activités seront sous pression et risquent d’être liquidées.

- Publicité -

De ce qui a été dit, nous pouvons conclure que les récessions sont les liquidations d’activités économiques qui ont vu le jour en raison de la politique monétaire accommodante de la banque centrale. Le processus de récession s’enclenche lorsque la banque centrale revient sur sa politique de relâchement antérieure.  Nous avons établi que les récessions sont des liquidations d’activités improductives ou de bulles, mais pourquoi sont-elles récurrentes ? La raison en est les politiques en cours de la banque centrale qui visent à corriger les conséquences de ses tentatives antérieures de stabilisation de la soi-disant économie, c’est-à-dire le PIB réel. En raison des décalages temporels entre les variations de la monnaie, les variations des prix et les variations du PIB réel, la banque centrale est obligée de réagir aux effets de ses propres politiques monétaires antérieures. Ces réponses aux effets des politiques passées donnent lieu à des fluctuations du taux de croissance de la masse monétaire et, à leur tour, à des cycles récurrents d’expansion et de récession.

Conclusion

Contrairement à la pensée populaire, les récessions ne sont pas synonymes de croissance négative du PIB pendant au moins deux trimestres consécutifs. Les récessions, qui sont déclenchées par une politique monétaire restrictive de la banque centrale, concernent les liquidations d’activités qui ont surgi à la suite des précédentes politiques monétaires accommodantes. Plutôt que de prêter attention à la soi-disant force du PIB réel pour déterminer où se dirige l’économie, il serait plus utile de prêter attention au taux de croissance de la masse monétaire. En suivant le taux de croissance de la masse monétaire, on peut déterminer le rythme des dommages à l’économie que les politiques des banques centrales infligent. Ainsi, l’accélération de la dynamique de croissance de la monnaie devrait signifier que le rythme de destruction des richesses s’intensifie. A l’inverse, une baisse de la dynamique de croissance de la monnaie devrait signifier que le rythme de destruction de la richesse s’affaiblit.


Cet article est une traduction par la rédaction de larepublica.cd de Is a Recession Simply a Decline in GDP? What Does That Mean?”, article de Frank Shostak, publié, publié par Mises Institute.

Cette traduction n’a pas été réalisée par Mises Institute et ne doit pas être considérée comme sa traduction officielle. Ainsi, Mises Institute ne saurait être tenu responsable du contenu de la traduction ni des erreurs qu’elle pourrait contenir.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share