Zaïre : le canular de l’indépendance

- Publicité -

Dans cet article paru dans Executive Intelligence Review (Volume 21, Numéro 13, 25 mars 1994), Eyong-Echaw Lawrence analyse l’héritage historique qui a fait du Zaïre, aux ressources abondantes, l’un des pays les plus pauvres du monde | Traduction de LA-REPUBLICA.


Depuis 1990, lorsque l’utilité pour l’Occident du président potentat zaïrois Mobutu Sese Seko avait chuté avec la chute du mur de Berlin, l’Occident a mené une politique visant à débrancher le Zaïre, une nation de 39 millions d’habitants en Afrique centrale. Puis, les troubles dans le pays en 1991-92 ont incité la plupart des Européens et autres Occidentaux à fuir le pays. Les sociétés minières occidentales ayant systématiquement refusé de former des Zaïrois à l’exploitation des mines et des infrastructures associées, le retrait des Européens a entraîné l’effondrement complet du pays.

Parce que Mobutu a refusé d’accéder aux demandes du Projet Démocratie pour une conversion à la démocratie pluraliste, les États-Unis, la France et la Belgique ont coupé la plupart de l’aide au Zaïre, malgré l’énorme pauvreté de sa population. En janvier 1993, la Banque mondiale a cessé toute opération dans le pays, coupant le pipeline de liquidités de la société nationalisée Gécamines opérant dans la province du Katanga, au cœur des vastes ressources de cuivre du Zaïre. Les recettes d’exportation du Zaïre provenant du cuivre et du cobalt ont chuté de près de 75% en 1993, lorsque la Gécamines a cessé ses activités. “Sans la Gécamines, ils reviennent à l’âge de pierre”, commente un homme d’affaires belge.

- Publicité -

Mettre le Zaïre à genoux n’est que le dernier épisode du pillage systématique du pays qui a commencé avec la déclaration du roi Léopold de Belgique que le Congo était sa propriété privée. Le Zaïre est de tous les droits l’un des pays les plus riches d’Afrique : il possède environ 60% des réserves mondiales de cobalt, ainsi que de vastes réserves de cuivre, de cadmium, d’or, d’argent, d’étain, de germanium, de zinc, de fer, de manganèse, d’uranium, et le radium. Au lieu de cela, comme le montrent les chiffres encadrés, c’est l’un des plus pauvres. Ce n’est pas simplement à cause d’un “gouvernement corrompu”, comme l’affirment les médias occidentaux, mais c’est dû à une corruption forcée par le système post-colonial qui a été imposé de l’extérieur. Le Zaïre aujourd’hui est un cas d’école du canular de l’indépendance.

Joseph Désiré Mobutu est arrivé au pouvoir au Zaïre en novembre 1965 lors d’un coup d’État militaire, qui a été accueilli avec soulagement par les nations occidentales qui avaient vu leurs intérêts multinationaux menacés par le chaos qui a suivi l’accession du Congo Léopoldville à l’indépendance en juin 1960. En 29 ans, Mobutu a accumulé une fortune estimée à 10 milliards de dollars, tandis que la paupérisation des zaïrois rendait le pays quasiment ingouvernable. Pour éviter de remettre le gouvernement aux forces de l’opposition, Mobutu a monté un parti politique contre un autre (il y a 300 partis), une tribu contre une autre (il y a 254 groupes ethniques parlant 400 dialectes), une région contre une autre, et un Premier ministre contre L’autre.

En mars, l’Assemblée nationale, un groupe sous le contrôle de Mobutu qui a été contraint de fusionner avec le Haut Conseil de la République (HCR-PT) issu de la Conférence Nationale Souveraine soutenue par l’opposition, nommera un nouveau Premier ministre chargé de superviser la transition vers un régime démocratique. L’adversaire le plus puissant de Mobutu est Étienne Tshisekedi wa Mulumba, qui a occupé divers portefeuilles dans les cabinets de Mobutu. Il semblerait qu’il ait le plus large soutien parmi le peuple zaïrois. Il contrôle la capitale Kinshasa, après avoir pratiquement chassé Mobutu jusqu’à sa ville natale Gbadolite — un autre signe de la fragmentation croissante de l’État zaïrois.

Congo : propriété royale privée

- Publicité -

En 1855, alors que la Belgique n’avait que 28 ans en tant que nation, le jeune roi Léopold était déjà obsédé par un désir impérialiste inextinguible. L’Afrique était encore une terra incognita, la Royal Society of Britain finançant des expéditions exploratoires entre 1857 et 1885. Le roi Léopold convoqua en 1876 à Laeken une conférence géographique internationale à laquelle les explorateurs les plus réputés étaient conviés. Le 30 octobre 1879, Léopold conclut un accord avec un journaliste et explorateur américain [britannique, NDLR], Henry Morton Stanley, qui deviendra plus tard célèbre parmi les Congolais pour son attitude à la gâchette facile à abattre comme du gibier, n’importe quel “indigènes” qui ont croisé sa route.

Les envahisseurs ont utilisé la même méthode de médiation et de protection des conflits que l’ONU et d’autres puissances occidentales utilisent aujourd’hui contre l’Afrique. Comme l’a écrit le père A. Roeykens dans Livre blanc sur la colonisation de Léopold II du Congo, Léopold II s’est arrangé pour que les commandants de ses postes obligent le chef indigène à les choisir comme arbitres dans leurs conflits avec d’autres tribus, et à se placer sous la protection de l’Association africaine pour les défendre contre les attaques des autres tribus. En échange, ils devaient céder directement une partie de leur territoire à Léopold.

Profitant de la rivalité entre la Grande-Bretagne, la France et le Portugal en Afrique, Léopold II s’impose comme arbitre et fait de son association le garant de la libre navigation dans le bassin du Congo. La Conférence de Berlin de 1884-85 entre les puissances créa ainsi un État Indépendant du Congo qui fut la propriété personnelle du Roi Léopold II. Comme l’écrivait l’historienne zaïroise Elikia Mbokolo, “La monstruosité juridique qui a fait d’un roi européen le propriétaire d’un immense territoire africain sur lequel il n’avait jamais mis les pieds, a donné à Léopold la liberté de construire un véritable système d’esclavage basé sur l’expropriation et la violence généralisée”. Ce système odieux sera plus tard dénoncé par les propres sujets de Léopold.

- Publicité -

L’un des croisés les plus dévoués contre les traitements inhumains infligés aux “indigènes” était Daniel Van Groenweghe, qui dans son ouvrage Du Sang sur les Lianes, citait le chef de district de la région de l’Équateur : «Pour moi, comme pour tous les autres peuples, l’Afrique centrale n’était qu’une terre de terreur. J’étais décidé à accepter les paroles de notre ancêtre selon lesquelles son éducation africaine avait commencé au son des coups de feu ainsi qu’à l’incendie des villages “pour apporter les villages à la raison”. Bref, c’était une vie de force, avec tous ses excès».

La tyrannie de Léopold sur le Congo était inégalée en Afrique pour sa brutalité. Une lettre écrite par Léopold II à tous ses agents au Congo le 16 juin 1897, et citée par Hubert Galle et Yannis Thanassekos dans Congo : De la découverte à l’indépendance, dit : «Je suis conscient que dans les pays barbares, il y a besoin d’une forte autorité pour obliger les indigènes à adopter les mœurs de la société civilisée auxquelles ils n’étaient pas habitués jusqu’à présent».

Par conséquent, les villageois qui n’ont pas extrait suffisamment de caoutchouc se sont fait amputer les bras. Les villages les plus récalcitrants sont incendiés. Les agents de l’administration de Léopold ont reçu d’énormes primes pour leurs extorsions. L’Afro-américain George Washington, venu au Congo à la recherche de ses racines en 1890, publie un rapport horrifiant sur la “politique des mains coupées”. Des missionnaires britanniques ont signalé des cas d’indigènes recrutés dans les colonies britanniques et emmenés travailler comme esclaves au Congo de Léopold. Daniel Van Groenweghe cite également le secrétaire général du Congo écrivant à Léopold II : “Je pense que Votre Majesté ne doit pas être réticente à prendre des décisions qui s’imposent. Le système de la prise d’otages est considéré comme une pratique odieuse par ceux qui ne le font pas. pense. Les villageois eux-mêmes acceptent maintenant le fait que les châtiments corporels sont nécessaires pour faire payer rapidement les débiteurs. Les femmes sont les victimes les plus fréquentes. Elles sont incarcérées, jusqu’à ce que leurs familles ou leurs villages soient en mesure de fournir la quantité de caoutchouc requise”.

Figure 1. Zaïre : proche de zéro.

Population totale (1990) 38,6 millions
Espérance de vie 53 ans
Mortalité infantile (pour 1 000 naissances vivantes) 96
Population ayant accès à l’eau potable 34%
Population ayant accès à l’assainissement 14%
Enfants déclarés décédés avant l’âge de 5 ans en 1991 211 000
Taux de mortalité des moins de cinq ans (pour 1 000 naissances vivantes) 130
Taux de mortalité maternelle (pour 1 000) 70
Population par médecin 13,540
Infection à VIH dans la population urbaine à faible risque 5%
Pourcentage de la population urbaine 40%
Taux de dépendance aux importations alimentaires 37%
Consommation d’énergie par habitant (kg d’équivalent pétrole) 71kg*
Diplômés collégiaux en % de la population d’âge collégial 0,2%
Dette totale en % du PNB 141%
Ratio du service de la dette 15.4%

* À titre de comparaison, la consommation d’énergie par habitant aux États-Unis (kg d’équivalent pétrole) est de 7 822 kg. Sources : PNUD et U.S. Bureau of the Census.

En 1906, sous la pression des États-Unis et de la Grande-Bretagne, le parlement belge a repris la gestion du Congo en tant que colonie à part entière. Mais les excès de l’administration Léopold ne feront que s’intensifier. Les administrateurs coloniaux belges ont poussé leur brutalité à de tels extrêmes qu’ils ont fouetté publiquement les cadavres de personnes qui n’avaient pas encore payé tous leurs impôts à leur mort.

Les cicatrices de la discrimination raciale imposées par les Belges pendant la période coloniale sont restées indélébiles. Dans la plupart des principales villes, les quartiers d’habitation des Européens et des Congolais sont strictement séparés. Les quatuors européens sont appelés la “Ville”, et les bidonvilles sont pour les Congolais qui reviennent à leur : “Soweto” de leurs petits boulots dans la “Ville”.

Pseudo-indépendance

En 1955, le professeur Van Bilsen propose l’émancipation progressive du Congo avec l’objectif final de créer une fédération avec la Belgique dans 30 ans. Mais l’année suivante, il y avait une floraison d’associations ethniques et culturelles, qui ont servi de base à l’éveil politique du Congo. Parmi celles-ci figurait l’Association des Bakongo (Abako), créée en 1950 par Joseph Kasavubu ; la Conscience Africaine de Joseph Ileo et Joseph Albert Malula ; le Mouvement national congolais de Patrice Lumumba ; le Parti de la Solidarité Africaine d’Antoine Gizenga ; et le Congrès national katangais de Moise Tshombe.

En 1960, la Belgique a organisé la Table Ronde à Bruxelles, pour déterminer l’avenir politique du Congo. Au cours de ces pourparlers, il a été convenu en principe que tous les actifs économiques qui appartenaient au Congo belge devaient simplement être transférés à l’État indépendant du Congo. Mais le Congo a été curieusement invité à payer toutes les dettes contractées par l’État belge pour des projets au Congo, y compris une énorme dette de 5 milliards de dollars à payer à la Banque mondiale. Cependant, sur 120 millions de dollars empruntés au gouvernement américain pour les infrastructures routières au Congo, 80 millions de dollars avaient déjà été dépensés sans qu’aucun chantier de construction n’ait commencé.

Entre le 11 et le 25 mai 1960, des élections ont eu lieu au Congo. Les résultats ont montré une victoire convaincante pour Patrice Lumumba, dont le Mouvement national congolais était le seul parti national et qui avait émergé comme le parti le plus fort aux élections centrales et provinciales. Lumumba lui-même avait été présent au Congrès panafricain des peuples de 1958 dans le Ghana nouvellement indépendant, sous la direction de Kwame Nkrumah.

L’indépendance du Congo a été brutale. En 1960, la formation de la population congolaise était si médiocre que le pays ne comptait que 20 diplômés universitaires.

Il y avait plus à venir. Douze jours seulement avant la proclamation de l’indépendance, le parlement belge a voté un projet de loi transformant toutes les entreprises belges opérant au Congo, en entreprises belges ayant leur siège social à Bruxelles par la loi, pour éviter qu’elles ne soient absorbées par le gouvernement nationaliste de Patrice Lumumba. Il est vite devenu évident que la Belgique n’avait jamais vraiment eu l’intention de lâcher prise sur les riches richesses agricoles et minérales du pays.

L’indépendance est finalement proclamée le 29 juin 1960 et un “Traité d’amitié belgo-congolais” est signé stipulant que les troupes belges stationnées au Congo ne peuvent être utilisées qu’avec l’accord exprès du gouvernement congolais. Mais en l’espace de deux semaines, des mutineries et des émeutes avaient éclaté dans diverses régions du Congo, dues initialement aux déclarations provocatrices du commandant belge des troupes congolaises. Les Européens pris de panique ont commencé à quitter le pays, alors que les troupes belges sont intervenues, s’emparant des aéroports de Matadi et de Léopoldville (Kinshasa). Moise Tshombe, un protégé des sociétés minières belges, a déclaré la sécession de la province riche en minéraux du Katanga (Shaba). Le 12 juillet, le gouvernement congolais a lancé un appel à l’assistance militaire des Nations Unies contre l’agression belge.

L’histoire de l’intervention de l’ONU au Congo est une triste histoire de manipulation impérialiste qui a abouti au meurtre de Patrice Lumumba par des marionnettes belges telles que Moise Tshombe, le président de la République autoproclamée du Katanga, siphonnant ainsi le principal revenu du pays nouvellement indépendant. Les forces de l’ONU ont refusé d’intervenir contre la sécession katangaise. Entre novembre 1960 et janvier 1961, Lumumba a été assassiné au Katanga. Assurée du ferme soutien des États-Unis et d’autres alliés de l’OTAN, la Belgique a catégoriquement refusé de retirer ses troupes du Congo.

Dans la même période, la CIA, très impliquée au Congo, découvre Mobutu, commandant de l’armée. Les États-Unis ont usé de leur influence pour obtenir de l’argent de l’ONU pour que Mobutu paie ses troupes et les mercenaires recrutés pour lui. Ils ont également veillé à ce que le supérieur de Mobutu, le général Lundula, soupçonné d’être loyal à Lumumba, soit empêché de retourner dans la capitale au moment critique.

Ce n’est qu’à la fin de 1962 que les troupes de l’ONU, toujours au Congo, sont intervenues pour mettre fin à l’opération sécessionniste katangaise, dans un accord qui a fait du favori belge Tshombe lui-même Premier ministre du Congo réunifié.

La révolte de 1964 à Stanleyville a fait tomber Tshombe. La révolte est peut-être l’exemple le plus dramatique de l’intervention de la CIA au Congo. Des vétérans cubains de la Baie des Cochons ont été engagés pour piloter des bombardiers B-27 d’époque, et des mercenaires ont été recrutés par l’Agence en Afrique du Sud et en Rhodésie. La révolte a été écrasée, mais pas avant que 50 otages européens aient été tués par les rebelles à la suite des bombardements américains et du largage aérien belgo-américain sur Stanleyville. Dix mille Congolais ont été tués par les troupes belgo-américaines.

Fin 1965, le général Mobutu a réussi un coup d’État sans effusion de sang pour prendre le pouvoir, où il a opéré sous la tutelle de ses sponsors occidentaux jusqu’aux années 1990. En 1967, le président Lyndon Johnson n’a pas tardé à envoyer des armes pour aider à rétablir l’ordre lors d’un coup d’État dirigé par des mercenaires anti-Mobutu. Mobutu a également fonctionné comme un atout occidental clé dans les guerres en Angola. Et en 1977-78, Mobutu lui-même dut compter sur ses alliés occidentaux pour repousser l’invasion des Zaïrois exilés d’Angola.

Un exemple de la conformité de Mobutu avec les puissances occidentales est son accord avec la société allemande Orbital Transport und Rohenthen Aktien Gesellschaft (OTRAG). Dans les années 1970, Mobutu a signé un contrat de location d’un morceau de territoire zaïrois trois fois la taille de la Belgique à OTRAG. Le bail a été conclu sans demander la ratification du parlement zaïrois. OTRAG est impliqué dans le lancement de fusées et l’installation de rampes de lancement pour les satellites nucléaires. Le Zaïre, cependant, ne peut prétendre utiliser OTRAG au profit de son propre progrès technologique, car OTRAG est strictement séparé de la propre économie du Zaïre.

Malgré sa complaisance abjecte avec les puissances occidentales, Mobutu n’était pas sans fierté personnelle. Le 13 juillet 1966, il bloque les comptes de la compagnie aérienne belge Sabena et demande le droit de détenir des actions dans l’entreprise. En 1967, il déclare le sous-sol zaïrois et toutes ses richesses propriété de l’État, nationalise les sociétés minières, dissout l’Union Minière du Haut Katanga et la puissante Société Générale. En 1971, il lance sa politique de «retour à l’authenticité», changeant le nom du pays en «Zaïre». En 1973, il prend la décision de nationaliser la plupart des entreprises appartenant à des étrangers. Cependant, comme le montre le profil de l’économie, les nationalisations n’ont pas entraîné une augmentation de la richesse de la population, mais un réaménagement financier, car l’argent tiré des exportations de minerais nationalisés a continué à sortir du pays, soit sous forme de service de la dette ou la fuite organisée des capitaux.

Dépendance économique

Le Zaïre est un exemple flagrant de l’application par les multinationales occidentales de la politique du “pot-de-vin/blocage”. Cela leur a permis de pénétrer l’appareil d’État, d’obtenir des minerais bon marché et d’autres concessions de ressources, des contrats et des commissions frauduleux, des incitations fiscales trop généreuses, des lois fiscales souples et un rapatriement facile des bénéfices, une main-d’œuvre ultra bon marché et d’autres avantages matériels. En retour, l’élite zaïroise en a profité pour obtenir des mandats politiques et des conditions préalables telles que des emplois lucratifs, des comptes bancaires à l’étranger, des participations et des postes de direction dans les filiales des multinationales qui y opèrent.

En moyenne, les multinationales occidentales au Zaïre ne paient leurs travailleurs zaïrois que 20% de ce qu’elles paient aux travailleurs de leurs sociétés mères et seulement 36% du taux horaire de leurs filiales dans d’autres pays. La plupart des emplois qualifiés sont occupés par des étrangers et il n’y a absolument aucun transfert de technologie vers la main-d’œuvre zaïroise.

Plus de 80% des recettes d’exportation de l’économie zaïroise proviennent de l’industrie minière. De ce montant, 90% sert à payer les produits manufacturés destinés aux villes. L’agriculture de plantation, qui a été encouragée par les multinationales occidentales, exproprie la plupart des terres arables pour les cultures d’exportation. Ainsi, au Zaïre, il y a pénurie de terres pour les cultures vivrières. Cela a aggravé le chômage rural et encouragé l’exode des campagnes vers les villes. Malgré son absence totale d’industrialisation, la population du Zaïre n’est que de 60% à la campagne. Déjà, la ville de Kinshasa, qui compte 6 millions d’habitants, en accueille chaque jour des milliers de plus qui tentent d’échapper à la pauvreté et à la misère des zones rurales.

De plus, avec une dépendance de 37% sur les importations alimentaires, le Zaïre dépense 200 millions de dollars par an pour l’achat de nourriture, qui pourrait facilement être produite dans le pays. Le bœuf du Zaïre vient de la République d’Afrique du Sud et son riz de la Chine, du Pakistan et du Vietnam.

La dégradation de la production au Zaïre a également provoqué une inflation massive. Entre 1969 et 1990, il y a eu une augmentation du prix de tous les produits de 100 à 2 507 zaires, une augmentation du prix des denrées alimentaires de 100 à 3 053 zaires. Un ouvrier d’usine devait travailler 100 jours en 1990 pour acheter un pagne (importé de Hollande), alors qu’il ne devait travailler que 3 jours en 1960 pour acheter le même article. En 1990, un ouvrier devait travailler en 10 jours pour gagner de quoi acheter un kilogramme de poisson, alors qu’il ne devait travailler que 2 jours en 1960 pour acheter le même kilogramme. En 1980, un ouvrier devait fournir 18 journées de travail pour gagner de quoi acheter un sac de manioc de 50 kg au lieu de 3 jours en 1960. Dans la plupart des familles zaïroises, le revenu n’est pas suffisant pour acheter de la nourriture pendant une semaine complète.

Cette extrême pauvreté a alimenté une formidable augmentation de la prostitution adolescente. Les jeunes filles de 16-20 ans, quasiment abandonnées par leurs parents qui n’ont pas les moyens de nourrir leur famille, se sont mises à solliciter les visiteurs étrangers devant les principaux hôtels de la capitale, notamment les européens qui paient en devises fortes.

Les bénéfices de l’exploitation du cuivre zaïrois sont rapatriés par les multinationales et la part de l’État est utilisée pour importer les matières premières et les produits intermédiaires nécessaires au fonctionnement des usines tournées vers l’extérieur. Toute la richesse minérale du Zaïre est partagée entre les actionnaires occidentaux des multinationales et l’élite politique qui gravitait autour de Mobutu. Le Zaïre est le seul pays de la région dont la monnaie a été dévaluée 12 fois depuis l’indépendance en 1960. Pourtant, aujourd’hui, le taux d’inflation est de près de 4 000 %, tandis que le revenu annuel par habitant est tombé à moins de 100 dollars.

Néanmoins, certaines personnes au Zaïre vivent dans une richesse magnifique. Par exemple, mon hôte là-bas, éditeur d’un journal hebdomadaire, avait une flotte de huit voitures et louait des bureaux à l’hôtel Continental à Kinsasa, où une chambre coûte 200 $ la nuit.

En septembre 1991, des émeutes ont éclaté au Zaïre, qui incluaient le pillage et le saccage de sites commerciaux et industriels. Des milliers d’emplois ont été perdus, car les investisseurs ont commencé à se retirer du pays. Les troupes françaises ont été amenées de leurs bases au Tchad, au Gabon et en République centrafricaine pour rétablir l’ordre. Des soldats zaïrois, qui n’avaient pas été payés depuis des mois, ont pillé et incendié le siège du Mouvement révolutionnaire populaire, le parti au pouvoir de Mobutu. Les États-Unis, la France et la Belgique ont suspendu leur aide économique. Le Fonds monétaire international (International Mone­tary Fund, connu sous le nom de Instant Misery Fun – Fonds de misère instantanée, au Zaïre) a déclaré que le Zaïre ne pouvait plus emprunter de fonds en raison de ses arriérés, et la Banque mondiale a emboîté le pas.

Mobutu a constamment tenté de téléguider et de manipuler le processus de démocratisation qu’il avait annoncé à contrecœur en avril 1991. Depuis lors, il a changé six fois de Premier ministre. Son escouade présidentielle spéciale, dominée par des membres de la tribu Ngbandi, a été fortifiée et équipée d’armes ultra-modernes, pour terroriser l’opposition. Plus de 400 personnes ont disparu au Zaïre l’année dernière dans des enlèvements politiques.

Après un Forum national [la Conférence Nationale Souveraine] tenu l’année dernière et présidé par un prélat catholique ; Mgr Monsengwo, le bruit courait que la fin du règne de Mobutu était arrivée ; mais il a rebondi, déstabilisant l’opposition tribale fragmentée. Mobutu a prédit l’apocalypse pour le Zaïre s’il est renversé, menaçant que lorsqu’il partira, le pays se désintégrera dans la guerre entre les nations tribales qui ont été rassemblées sous le colonialisme. La vérité est la suivante : à moins que les dirigeants zaïrois et africains ne parviennent à démanteler le système de dépendance et d’exploitation post-coloniale, Mobutu pourrait avoir raison.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share