Ce que disent les dossiers secrets américains ouverts sur le meurtre de Lumumba

- Publicité -

Dans son dernier film, “Minority Report”, le réalisateur Steven Spielberg dépeint une politique “d’action préventive” devenue folle en 2054. Mais nous n’avons pas besoin de scruter l’avenir pour voir ce qui nuit à une intelligence défectueuse et à la perte de notre boussole morale peut faire. Les politiques américaines pendant la guerre froide fournissent de nombreux exemples tragiques. L’un était la complicité des États-Unis dans le renversement et le meurtre du Premier ministre congolais Patrice Lumumba. Il y a quarante et un ans, Lumumba, le seul dirigeant jamais démocratiquement élu au Congo, était livré à ses ennemis, torturé et sommairement exécuté. Depuis lors, son pays a été pillé par le régime de Mobutu Sese Seko soutenu par les États-Unis et ravagé par la guerre régionale et civile.

L’explication conventionnelle de la mort de Lumumba est qu’il a été assassiné par des rivaux congolais après l’échec des tentatives américaines antérieures de le tuer, y compris un complot visant à injecter des toxines dans sa nourriture ou son dentifrice. En 1975, le «Comité Church» du Sénat américain a enquêté sur les complots d’assassinat de la CIA et a conclu qu’il n’y avait «aucune preuve de l’implication de la CIA dans la mort de Lumumba». Pas si sur ! J’ai obtenu des documents classifiés du gouvernement américain, y compris une chronologie des actions secrètes approuvées par un sous-groupe du Conseil de sécurité nationale (NSC), qui révèlent l’implication des États-Unis dans la mort de Lumumba, qui a été vu par erreur par l’administration Eisenhower comme le Fidel Castro africain.

Les documents montrent que les principaux dirigeants congolais qui ont provoqué la chute de Lumumba étaient des acteurs du “Project Wizard”, un programme d’action secret de la CIA. Des centaines de milliers de dollars et du matériel militaire ont été acheminés vers ces responsables, qui ont informé leurs payeurs de la CIA trois jours à l’avance de leur plan d’envoyer Lumumba entre les griffes de ses pires ennemis. Autres nouveaux détails : les États-Unis ont autorisé des paiements au président de l’époque, Joseph Kasavubu, quatre jours avant qu’il ne renverse Lumumba, ont fourni à Mobutu, l’homme fort de l’armée,  de l’argent et des armes pour combattre les forces pro-Lumumba, ont aidé à sélectionner et à financer un gouvernement anti-Lumumba, et à peine trois semaines après sa mort, ont autorisé de nouveaux fonds pour les personnes qui ont organisé le meurtre de Lumumba.

- Publicité -

De plus, ces documents montrent que les plans et les paiements ont été approuvés par les plus hauts niveaux de l’administration Eisenhower, soit le NSC, soit son «groupe spécial», composé du conseiller à la sécurité nationale, du directeur de la CIA, du sous-secrétaire d’État aux affaires politiques et du sous-secrétaire d’État aux affaires politiques et du secrétaire adjoint à la défense. Ces faits datent de quatre décennies, mais valent la peine d’être découverts pour deux raisons. Premièrement, le Congo (connu depuis des années sous le nom de Zaïre) lutte toujours pour établir la démocratie et la stabilité. En faisant face à leur rôle passé dans l’affaiblissement de la démocratie naissante du Congo, les États-Unis pourraient encore contribuer à l’avenir du Congo. Deuxièmement, la performance des États-Unis au Congo est pertinente pour notre lutte contre le terrorisme. Cela montre ce qui peut arriver lorsque, dans la quête de la sécurité nationale, nous abandonnons les principes démocratiques et l’état de droit que nous luttons pour défendre.

En février, la Belgique, l’ancienne puissance coloniale du Congo, a publié un rapport de mille pages qui reconnaissait “une part irréfutable de responsabilité dans les événements qui ont conduit à la mort de Lumumba”. Contrairement à la Belgique, les États-Unis n’ont pas admis une telle responsabilité morale. Au fil des ans, des universitaires (dont moi-même) et des journalistes ont écrit que la politique américaine avait joué un rôle majeur dans l’éviction et l’assassinat de Lumumba. Mais toute l’histoire est restée cachée dans des documents américains qui, comme ceux que j’ai examinés, sont toujours classés malgré la fin de la guerre froide, la fin du régime de Mobutu et les aveux de la Belgique. Voici ce qu’ils nous disent que, jusqu’à présent, nous ne savions pas, ou ne savions pas avec certitude :

1. En août 1960, la CIA a créé Project Wizard. Le Congo n’était indépendant que depuis un mois et Lumumba, un nationaliste passionné, était devenu Premier ministre, avec une pluralité de sièges au parlement. Mais le candidat présidentiel américain John F. Kennedy promettait de relever “le défi communiste” et le NSC d’Eisenhower craignait que Lumumba ne penche vers les Soviétiques. Les documents américains montrent qu’au cours des mois suivants, la CIA a travaillé avec et effectué des paiements à huit principaux Congolais – dont le président Kasavubu, Mobutu (alors chef d’état-major de l’armée), le ministre des Affaires étrangères Justin Bomboko, le principal assistant financier Albert Ndele, le président du Sénat Joseph Ileo et le dirigeant syndical Cyrille Adoula – qui ont tous joué un rôle dans la chute de Lumumba. La CIA s’est jointe à la Belgique dans un plan, détaillé dans le rapport belge, pour qu’Ileo et Adoula organisent un vote de censure contre le gouvernement de Lumumba, qui serait suivi de manifestations dirigées par les syndicats, de démissions de ministres (organisées par Ndele) et Licenciement de Lumumba par Kasavubu.

- Publicité -

2. Le 1er septembre, le groupe spécial du NSC a autorisé les paiements de la CIA à Kasavubu, selon les documents américains. Le 5 septembre, Kasavubu a limogé Lumumba dans un décret d’une légalité douteuse. Cependant, Kasavubu et son nouveau Premier ministre, Ileo, se sont montrés léthargiques la semaine suivante alors que Lumumba ralliait ses partisans. Alors Mobutu a pris le pouvoir le 14 septembre. Il a gardé Kasavubu comme président et a établi un «Collège des commissaires» temporaire pour remplacer le gouvernement dissous. La CIA a financé le Collège et influencé la sélection des commissaires. Le Collège était dominé par deux participants du Project Wizard : Bomboko, son président, et Ndele, son vice-président. Un autre allié de la CIA, le dissident du parti Lumumba Victor Nendaka, a été nommé chef de la police de sécurité. Le 27 octobre, le groupe spécial du NSC a approuvé 250 000 dollars pour que la CIA obtienne le soutien parlementaire d’un gouvernement Mobutu. Cependant, lorsque les législateurs ont hésité à approuver un premier ministre autre que Lumumba, le parlement est resté fermé. L’argent de la CIA est allé à Mobutu personnellement et aux commissaires. Le 20 novembre, le Groupe spécial a autorisé la CIA à fournir des armes, des munitions, du matériel de sabotage et une formation à l’armée de Mobutu au cas où elle devrait résister aux forces pro-Lumumba. L’étendue de ce qu’un document américain appelle la relation “intime” entre la CIA et les dirigeants congolais était absente du rapport du Comité Church. La seule action secrète (en dehors des complots d’assassinat) dont le comité a discuté était l’effort d’août 1960 pour promouvoir l’opposition ouvrière et un vote de censure au Sénat.

Et que disent les documents sur la mort de Lumumba?

Après avoir été évincé le 5 septembre, Lumumba a rallié le soutien du parlement et de la communauté internationale. Lorsque Mobutu a pris le pouvoir, les troupes de l’ONU ont protégé Lumumba, mais l’ont rapidement confiné à sa résidence. Lumumba s’est échappé le 27 novembre. Quelques jours plus tard, il a été capturé par les troupes de Mobutu, battu et arrêté. Ce qui s’est passé ensuite est plus clair grâce au rapport belge et aux documents classifiés américains. Dès la veille de Noël 1960, le président du Collège des commissaires, Bomboko, proposa de remettre Lumumba à deux dirigeants sécessionnistes qui avaient juré de le tuer. L’un a refusé et rien ne s’est passé jusqu’à la mi-janvier 1961, lorsque la position politique et militaire du gouvernement central s’est détériorée et que les troupes gardant Lumumba (alors emprisonné sur une base militaire près de la capitale) se sont mutinées. La CIA et d’autres responsables occidentaux craignaient un retour de Lumumba. Le 14 janvier, les commissaires ont demandé à Kasavubu de déplacer Lumumba vers un “endroit plus sûr”. Il n’y avait « aucun doute », a conclu l’enquête belge, que Mobutu était d’accord. Kasavubu a demandé au chef de la sécurité Nendaka de transférer Lumumba dans l’un des bastions sécessionnistes.

Le 17 janvier, Nendaka a envoyé Lumumba dans la région du Katanga. Cette nuit-là, Lumumba et deux collègues ont été torturés et exécutés en présence de membres du gouvernement katangais. Aucune annonce officielle n’a été faite pendant quatre semaines.Qu’est-ce que le gouvernement américain a dit à ses clients congolais au cours des trois derniers jours de la vie de Lumumba ? Le Church Committee a rapporté qu’un “chef du gouvernement” congolais a informé le chef de la station congolaise de la CIA, Larry Devlin, le 14 janvier que Lumumba devait être envoyé sur “le territoire d’origine” de son “ennemi juré”. Pourtant, selon le comité Church et des documents déclassifiés, ni la CIA ni l’ambassade des États-Unis n’ont tenté de sauver l’ancien Premier ministre. La CIA n’a peut-être pas exercé de contrôle robotique sur ses agents d’action politique secrets, mais l’échec de Devlin ou de l’ambassade des États-Unis à remettre en question les plans de Lumumba ne pouvait être considéré par les Congolais que comme un consentement. Après tout, les programmes secrets de la CIA avaient permis à ce groupe d’accéder au pouvoir politique, et la CIA avait travaillé d’août à novembre 1960 pour assassiner ou enlever Lumumba.

- Publicité -

Ici, la chronologie classifiée des États-Unis fournit un post-scriptum important. Le 11 février 1961, avec des rapports américains du Congo indiquant fortement que Lumumba était mort, le Groupe spécial a autorisé 500 000 $ pour l’action politique, les paiements des troupes et l’équipement militaire, en grande partie aux personnes qui avaient organisé le meurtre de Lumumba. Devlin a cherché à se distancer de la mort de Lumumba. Alors que la CIA était en contact étroit avec les responsables congolais impliqués, Devlin a déclaré au comité Church que ces responsables “n’agissaient pas sous les instructions de la CIA si et quand ils le faisaient”. Lors d’une récente conversation téléphonique avec Devlin, j’ai posé la question de la responsabilité des États-Unis dans la mort de Lumumba. Il a reconnu que “il était important pour [ces] dirigeants coopérants ce que pensait le gouvernement américain”. Mais il a dit qu’il “ne se souvenait pas” avoir été informé à l’avance du transfert de Lumumba. Devlin a ajouté que même s’il s’était opposé, “cela ne les aurait pas empêchés de le faire”.

En éludant leur part de responsabilité morale dans le sort de Lumumba, les États-Unis brouillent l’histoire africaine et américaine et évitent la nécessité de réparer les méfaits d’hier par la politique d’aujourd’hui. En 1997, après la chute du régime de Mobutu, l’opposition démocratique congolaise a plaidé en vain pour un soutien américain et international. Depuis lors, jusqu’à 3 millions de vies ont été perdues à cause de la guerre civile et régionale. Les États-Unis n’ont pas soutenu une force de maintien de la paix forte de l’ONU ni favorisé une transition démocratique. L’échec, fin avril 2002, des négociations entre les factions congolaises menace de raviver le conflit qui couve ou de ratifier la partition du pays. Les actions de notre gouvernement il y a quatre décennies au Congo ont également une signification particulière après la tragédie du 11 septembre. Ils avertissent que même si nous défendons justement notre terre et notre peuple contre les terroristes, nous devons éviter la peur et le zèle excessifs qui conduisent à une intervention destructrice trahissant nos principes les plus fondamentaux.

Stephen Weissman, 21 juillet 2002.

Stephen Weissman est auteur de “A Culture of Deference; Congress’s Failure of Leadership in Foreign Policy” (Basic Books). Il a été directeur du personnel du sous-comité de la Chambre des représentants des États-Unis sur l’Afrique de 1986 à 1991. L’article original a été par le Washington Post.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share