Patrice Lumumba décrit par Brian Urquhart ou comment rendre la victime responsable de son sort

Pendant des années, des hommes politiques se sont conjointement attelés à essayer de ternir l’œuvre de renouveau de Lumumba. Tantôt il fut présenté comme un doux rêveur, tantôt comme un extrémiste, tantôt comme un valet du communisme. Pourtant, Patrice Lumumba ne fut l’instrument d’aucune puissance étrangère. Il a toujours estimé que seuls, Dieu et le peuple congolais pouvaient être juges de ses actes. Tout au long de sa brève existence, il s’est efforcé de consolider l’indépendance du Congo, de forger l’État et l’unité de la Nation. Il a refusé, de toutes les fibres de son âme, la balkanisation du pays. Il voulut promouvoir une économie dynamique et prospère. En un mot, Patrice Emery Lumumba voulait construire, au cœur de l’Afrique un Congo uni, fort et prospère. Il en mourra. Ainsi, Patrice Lumumba, est-il un Héros ? Non. Fainéant et fou : voila comment le veut, Brian Urquhart. En effet, dans un article paru sur le site des Nations Unies sous le titre Character Sketches: Patrice Lumumba by Brian Urquhart, on peut lire le mépris que cache mal un racisme crasse et une haine aveugle contre un homme qui n’avait que défendu les intérêts de son peuple et de son pays. Cet article, que nous traduisons et présentons ici, est révélateur parce qu’il montre une manière de penser et à quel point les rapports entre l’africain et l’occidental est fondé sur un terrible dédain de la liberté du premier à concevoir par lui-même sa manière de vivre. Autant que ce texte révolte, il doit aussi nous faire comprendre que nous devons honorer Lumumba en faisant comme lui : en défendant notre dignité. En voici le texte.

Patrice Lumumba, le premier Premier ministre de l’État indépendant du Congo, n’a été effectivement au pouvoir que pendant dix semaines, mais il est devenu une figure de mythe et de légende – pour certains un martyr, pour d’autres un monstre. Sous la domination coloniale belge, Lumumba avait été employé des postes puis vendeur de bière. Il avait écrit un livre intelligent et même humoristique, “Congo, Mon Pays”, sur les tribulations de son pays sous la Belgique, dans lequel il semblait voir l’avenir du Congo comme un effort de coopération avec les Belges pour passer du paternalisme, du tribalisme et du colonialisme à l’indépendance et l’unité nationale. En tant que dirigeant du Mouvement national congolais (MNC), il fut arrêté par les Belges pour la première et unique fois après une manifestation bruyante à Stanleyville en 1959, et fut relâché pour participer à la table ronde bruxelloise convoquée à la hâte qui planta le décor de la L’indépendance du Congo. À l’approche de l’indépendance, il est nommé Premier ministre.

The Prime Minister of the Republic of the Congo, Patrice Lumumba, during a visit to UN Headquarters in New York. (24 July 1960)Le Premier ministre de la République du Congo, Patrice Lumumba, lors d’une visite au siège de l’ONU à New York. (24 juillet 1960). © Photo ONU/MB

- ANNONCE -

” … La première grande opportunité de Lumumba se présenta le 30 juin 1960, lors des cérémonies d’indépendance du Congo. Le jeune roi Baudoin de Belgique était l’arrière-petit-fils de l’atroce roi Léopold II, dont le viol du Congo fut l’épisode le plus laid de l’histoire coloniale européenne. Lors de la cérémonie d’indépendance, Baudoin prononce un discours bizarrement paternaliste au cours duquel il loue les exploits de son effroyable ancêtre.  Joseph Kasa-Vubu, le premier président du Congo, a répondu avec déférence aux remarques grotesques du roi, donnant à Lumumba le temps de transformer son propre discours en une dénonciation sévère du colonialisme belge. “Nous avons connu, dit-il, des ironies, des insultes et des coups, que nous avons dû subir matin, midi et soir parce que nous étions des Noirs.” Le discours de Lumumba a enflammé les esprits abjects des Congolais avec un sentiment d’indignation face à leur passé colonial et il est devenu du jour au lendemain le véritable chef national. Les Belges étaient horrifiés. Ils n’avaient fait absolument aucun effort pour préparer les Congolais à l’indépendance, croyant qu’après celle-ci, les choses continueraient à peu près comme avant. Leur nouveau premier ministre n’avait manifestement pas l’intention de laisser cela se produire.

Cinq jours après l’indépendance, la Force Publique, l’armée congolaise dans laquelle il n’y avait pas un seul officier africain, se mutinait et expulsait ses officiers belges. L’armée sans chef a commencé à harceler et à agresser la population civile belge, dont la plupart ont fui le pays dans la panique, laissant le vaste territoire sans administration ni sécurité. Le résultat fut l’anarchie. Les Belges ont envoyé des parachutistes, apparemment pour protéger la population blanche restante mais, selon les Congolais, pour rétablir la domination belge. Une série confuse de batailles dans la plupart des grandes villes s’ensuivit et à peine dix jours après l’indépendance, le chaos fut aggravé par la sécession, avec la connivence belge, de la province la plus riche du Congo, le Katanga.

Après avoir échoué à convaincre le président Eisenhower d’envoyer les Marines américains, Lumumba et Kasa-Vubu se sont tournés vers les Nations Unies pour obtenir de l’aide, et le Conseil de sécurité a voté pour autoriser une importante force de maintien de la paix à faire sortir les troupes belges du Congo et à restaurer au moins un minimum d’ordre public et d’administration. Les 3 000 premiers soldats de l’ONU, en provenance de pays africains, sont arrivés en trois jours, suivis de 10 000 autres au cours des deux semaines suivantes. Un grand groupe de travail civil de l’ONU a comblé le vide dans l’administration publique – aérodromes, hôpitaux, communications, banque centrale, police, etc. – et a commencé à apprendre aux Congolais comment diriger leur pays. Ralph Bunche a dirigé cette opération entièrement improvisée ; J’étais son assistant principal.

- ANNONCE -

Lumumba s’est avéré incroyablement difficile à aider. Il était, de manière assez compréhensible, déconcerté par l’avalanche de problèmes qui s’était abattue sur son gouvernement totalement inexpérimenté. Il était intoxiqué par un pouvoir inhabituel et surstimulé par la presse mondiale, qui avait fait de lui une célébrité du jour au lendemain. Il a réagi violemment à ceux qui n’étaient pas immédiatement d’accord avec lui, de sorte qu’un discours rationnel était pratiquement impossible. Il n’a montré aucun intérêt pour le travail acharné essentiel du gouvernement – seulement dans la politique et la publicité de celui-ci. Il semblait souvent, comme l’a dit Bunche, être «le jeune homme en colère de Dieu».

Dans la conversation, Lumumba était mercuriel à un degré extraordinaire. Il menaçait de représailles violentes une minute et plaidait pour des quantités d’aide vastes et diverses la suivante. Il semblait croire que la force armée résoudrait ses problèmes majeurs – la présence des troupes belges ou la sécession du Katanga – bien que sa propre armée soit incapable d’une action cohérente et qu’il soit interdit aux casques bleus de recourir à la force ou de s’immiscer dans les affaires intérieures congolaises. Lumumba était furieux lorsqu’il a découvert que l’ONU allait faire sortir les troupes belges du Katanga par la négociation et n’allait pas soumettre le sécessionniste du Katanga par la force. À un moment donné, il m’a demandé avec colère pourquoi Hammarskjöld avait envoyé “ce nègre Americain” (Ralph Bunche) au Congo. J’ai répondu que Hammarskjöld avait envoyé le meilleur homme du monde pour s’occuper de ce genre de gâchis et qu’il devrait se considérer très chanceux de l’avoir, il n’est pas revenu sur ce sujet.

Le manque de patience, d’expérience ou de bon sens de Lumumba était rendu plus dangereux par ses formidables pouvoirs de démagogue. Ses menaces, généralement répétées à la radio nationale, pouvaient entraîner de grandes manifestations hostiles ainsi que des attaques physiques à la fois contre les personnes de l’ONU qui tentaient de l’aider et contre le groupe en constante expansion de ses opposants nationaux. Il semblait déterminé à s’entourer de tension, de peur et de ressentiment.  L’Union soviétique avait une très grande ambassade à Léopoldville, et il ne faisait aucun doute que son intention était de dominer le Congo par Lumumba. Des «conseillers» soviétiques ne cessent d’apparaître dans des coins inattendus de la capitale comme le commissariat central ou le central téléphonique. Les médias occidentaux ont commencé à qualifier Lumumba de laquais soviétique, une opinion renforcée plus tard par son appel à l’aide militaire soviétique et par l’arrivée à sa base politique, Stanleyville, de onze avions de transport soviétiques portant l’inscription « République du Congo » et le drapeau congolais. drapeau. En fait, Lumumba était un fervent nationaliste avec peu d’intérêt pour l’idéologie et aucun penchant particulier envers l’Union soviétique ou qui que ce soit d’autre. Il était le canon lâche par excellence, prêt à accepter l’aide de toute source disposée à la fournir. Une de ses tirades ultérieures a fourni un bon exemple de son état d’esprit.

- ANNONCE -

Menaçant d’expulser par la force l’ONU du Congo parce que nous avions refusé de faire la guerre à ses adversaires, il a déclamé :  “S’il est nesséssaire de faire l’appel au diable pour sauver le pays, je le ferai sans hésitation, persuadé qu’avec l’appui total des Soviets, je sortirai malgré tout victorieux”. Les Soviétiques auraient trouvé impossible de tolérer longtemps un tel chef, mais l’autre superpuissance les a soulagés de la nécessité de ce choix difficile. Début septembre, après que Lumumba eut appelé à l’aide militaire soviétique, la CIA fut autorisée à l’assassiner et à encourager tous les complots contre lui. Cependant, les tentatives d’assassinat timides de la CIA ont été contrecarrées par les gardes de l’ONU protégeant la résidence de Lumumba.

Au fur et à mesure que Lumumba devenait de plus en plus irrationnel, il se mettait en colère à la moindre différence d’opinion ou imaginaire. Certains disaient qu’il se droguait, d’autres qu’il était manipulé par la cabale peu recommandable de conseillers étrangers autoproclamés qui s’étaient attachés à lui. Il s’agissait notamment d’une courtisane guinéenne (Madame Blouin), d’un charlatan yougoslave, d’un expatrié français super radical et d’un ambassadeur ghanéen fou. Il a coupé tout contact avec Hammarskjöld et Bunche après que Hammarskjöld ait refusé de l’emmener lorsqu’il a conduit les premières troupes de l’ONU dans le Katanga sécessionniste. (La présence de Lumumba aurait certainement fait avorter l’expédition et aurait probablement tué Hammarskjöld et lui-même). Quel peu de pouvoir réel Lumumba avait-il utilisé de manière désastreuse. Dans un effort pour réprimer un mouvement sécessionniste dans la province du Kasaï (“l’État du diamant”) puis pour envahir le Katanga, il utilise les avions de transport soviétiques pour transporter des unités de l’armée congolaise totalement désorganisée vers le Kasaï. En l’absence de tout arrangement logistique, les soldats devaient vivre de la terre. Les pillages et les viols ont dégénéré en un massacre du peuple Luba, le plus réussi et le plus avancé des deux cents groupements tribaux du Congo. Sans surprise, les Luba sont devenus les ennemis les plus féroces de Lumumba.

Cette atrocité a finalement réveillé le président Kasa-Vubu et, avec les encouragements américains, il a renvoyé Lumumba pour avoir gouverné arbitrairement et plongé la nation dans la guerre civile. Lumumba a répondu, également à la radio, en limogeant Kasa-Vubu et en appelant le peuple congolais à se soulever et l’armée congolaise à mourir avec lui. Depuis que l’Occident a soutenu Kasa-Vubu et que les Soviétiques ont soutenu Lumumba, le Congo était maintenant divisé sur les lignes de la guerre froide avec l’opération de l’ONU au milieu. Notre tâche déjà herculéenne de maintenir le pays en marche et de prévenir la guerre civile est devenue presque impossible. Quelques jours plus tard, les choses se sont encore compliquées avec la défection du chef d’état-major de Lumumba, le colonel Joseph Mobutu. Mobutu, à la demande des Américains, annonce à la radio qu’il prend le pouvoir avec une «commission de techniciens», et s’allie à Kasa-Vubu. Il est ainsi devenu le chef effectif, quoique illégitime, du gouvernement.

Lumumba, protégé par un bataillon de soldats de l’ONU, continue de vivre isolé dans la résidence du Premier ministre, mais ses jours de pouvoir sont révolus. Lorsque l’Assemblée générale des Nations Unies, sous une pression américaine intense, a voté pour reconnaître Kasa-Vubu et Mobutu comme les occupants légitimes du siège congolais à l’Assemblée générale des Nations Unies, il savait que la partie était finie. Le 25 novembre 1960, lors d’une averse tropicale, caché à l’arrière d’une voiture, Lumumba quitta secrètement la sécurité de sa résidence et entreprit de mobiliser des soutiens dans le reste du pays en se rendant à sa base de pouvoir personnelle à Stanleyville. . La force de l’ONU, qui n’était pas autorisée à s’immiscer dans la politique intérieure congolaise, a reçu l’ordre de ne pas aider ni d’interférer ni avec la progression de Lumumba ni avec les mouvements de ses poursuivants. Ce fut une décision fatale. A Mweka, dans le vaste territoire du Kasaï, les soldats de Mobutu le rattrapent. Il est incarcéré au camp militaire de Thysville, à mi-chemin entre Léopoldville et l’Atlantique.

Même en captivité, le charisme incontestable de Lumumba a rendu Kasa-Vubu et Mobutu, et peut-être aussi les États-Unis et la Belgique, nerveux. Ainsi, alors que Hammarskjöld et ses représentants réclamaient sa libération, Kasa-Vubu et Mobutu, avec l’aide de leurs mentors belges, cherchaient un moyen de se débarrasser définitivement de lui. Leur plan essentiellement simple était de le livrer au peuple Luba du Kasaï, qui voulait se venger. (Le chef Luba, Albert Kalonji, avait juré de transformer le crâne de Lumumba en vase à fleurs.) L’idée était de débarquer Lumumba à Bakwanga au Kasaï et de laisser les Luba faire le reste, mais à la dernière minute, les comploteurs ont découvert que les troupes de l’ONU étaient en charge de l’aérodrome de Bakwanga. Lumumba et ses deux compagnons, Joseph Okito et Maurice Mpolo, ont donc été redirigés vers Elizabethville, au Katanga. Kasa-Vubu a téléphoné au leader sécessionniste katangais, Moise Tshombe, pour lui dire que “trois colis” étaient en route et qu’il saurait quoi en faire. Tshombe a d’abord refusé avec indignation d’avoir quoi que ce soit à voir avec le complot et a déclaré qu’il ne permettrait pas à l’avion d’atterrir à Elizabethville (Tshombe a sagement enregistré cette conversation, et plus tard il m’a passé la cassette). Cependant, sous une forte pression belge, il a finalement accepté que l’avion transportant Lumumba puisse atterrir à Elizabethville.

Dans l’avion, le garde Luba spécialement choisi a travaillé sur leur ennemi détesté avec une telle brutalité que l’équipage belge s’est enfermé dans le cockpit. Après avoir atterri à Elizabethville, l’avion a été dirigé vers un coin reculé de l’aérodrome, à environ trois cents mètres du poste de l’ONU le plus proche – un sous-officier suédois et cinq soldats. À travers leurs jumelles, les soldats de l’ONU ont eu la dernière vue au monde du premier Premier ministre du Congo – ensanglanté, ligoté et les yeux bandés, jeté sur le tarmac avec ses deux compagnons, puis chassé à la hâte. Dans une maison isolée dans la brousse, des ministres du Katanga et des Belges ont soumis ce qui restait de Lumumba à de nouveaux passages à tabac. Lumumba, Okito et Mpolo ont ensuite été conduits dans une région éloignée, exécutés et enterrés dans des tombes peu profondes. Le lendemain, les corps ont été exhumés, découpés et dissous dans de l’acide sulfurique. Aucune trace identifiable de Lumumba et de ses compagnons n’a subsisté. Patrice Lumumba avait trente-six ans.

Tshombe et ses assistants belges ont assuré à l’ONU que Lumumba et ses compagnons étaient bien pris en charge, bien que, sans surprise, ils leur aient refusé tout accès. L’annonce – près d’un mois plus tard, par Godefroid Munongo, le sinistre ministre de l’Intérieur du Katanga – que Lumumba s’était échappé et avait été attrapé et tué par les habitants d’un “village loyal”, était universellement incrédule. Il a déclenché une violente réaction mondiale. Les ambassades belge et américaine ont été attaquées et il y a eu une émeute dans la tribune des spectateurs du Conseil de sécurité de l’ONU. Hammarskjöld est devenu le bouc émissaire de la gauche radicale dans de nombreux pays et a été dénoncé par les Soviétiques comme complice du meurtre.L’assassinat de Lumumba était une atrocité brutale et sordide. Il a été conçu par Mobutu et par le gouvernement belge dans le but de rétablir leur influence et de protéger ses intérêts au Congo. L’assassinat a été toléré par les États-Unis, qui craignaient que Lumumba ne devienne un Fidel Castro africain. L’ONU, avec sa politique de non-ingérence dans la politique intérieure du Congo, n’a pas réussi à secourir Lumumba à un moment donné – son arrestation à Mweka – alors qu’elle aurait pu le faire. Personne ne sort bien dans cette histoire.

À ce jour, en particulier pour les minorités opprimées, Lumumba est un martyr du colonialisme, du capitalisme occidental et de la cupidité. Le Lumumba réel, vu par ceux qui ont essayé de l’aider, suscite peu d’intérêt. Un jeune homme courageux, intelligent, instable et inexpérimenté s’est terriblement trompé. Lumumba n’avait aucune formation pour la responsabilité publique, et lorsque le pouvoir et la célébrité lui sont soudainement venus, la situation chaotique au Congo et sa propre personnalité se sont révélées trop importantes pour lui. Bien qu’il ait été sans aucun doute sincère dans sa quête de l’unité nationale congolaise, il n’avait aucune idée pratique de la manière d’y parvenir, ni la patience et la discipline nécessaires pour avancer vers un objectif aussi difficile. Il n’avait aucun intérêt pour le travail laborieux d’un gouvernement efficace et exigeait des résultats et des solutions instantanés. Il était inconscient des conséquences humaines de ses actes. S’il en avait eu le temps et le pouvoir, il aurait bien pu devenir le pire des tyrans.

Rien de tout cela n’est une excuse pour ceux qui ont conspiré avec tant de succès pour le tuer … “.

Quel mépris ! et pourtant, ce texte n’est qu’une partie de la torsion de l’histoire. L’article, “The Congo, Decolonization, and the Cold War, 1960–1965”, présente aussi Lumumba comme responsable de son assassinat pour n’avoir pas accepté de collaborer avec les américains, et pour avoir “monté l’assassinat de Mobutu!”. On croirait rêver !

Contre cette torsion, la vérité

Avec deux fidèles, Lumumba a été torturé et assassiné le 17 janvier 1961 au Katanga, avec la complicité belge et le soutien des Etats-Unis, dont la CIA, qui reconnaîtra plus tard son rôle actif. Nous l’avons dit, Patrice Lumumba ne fut l’instrument d’aucune puissance étrangère. Il a toujours estimé que seuls, Dieu et le peuple congolais pouvaient être juges de ses actes. Tout au long de sa brève existence, il s’est efforcé de consolider l’indépendance du Congo, de forger l’État et l’unité de la Nation. Il a refusé, de toutes les fibres de son âme, la balkanisation du pays. Il voulut promouvoir une économie dynamique et prospère. En un mot, Patrice Emery Lumumba voulait construire, au cœur de l’Afrique un Congo uni, fort et prospère. C’est pour cela qu’il est mort ! Ainsi, unanimement révéré en Afrique, Lumumba a acquis une renommée allant bien au-delà de son héritage théorique ou de ses deux mois de pouvoir : «Mort, écrivait Jean-Paul Sartre, Lumumba cesse d’être une personne pour devenir l’Afrique entière, avec sa volonté unitaire, ses désordres, sa force et son impuissance».

Comment comprendre pour conclure donc, les propos de Brian Urquhart? Juste en écoutant le Secrétaire Général des Nations Unies. En fait, Madeleine KALB dans son ouvrage intitulé: “The Congo Cables. The Cold War in Africa : from Einsenhowerto Kennedy” New York, Mac Millan Publishing Co., 1982 page 34; rapporte que le Secrétaire Général des Nations Unies, Monsieur Dag Hammarskjöld, offrit, le 25 juillet 1960, un lunch à la délégation congolaise, lunch auquel il convia onze membres du Conseil de Sécurité et neuf délégués des pays africains. Kalb ajoute : “Lumumba y présenta sa cause avec une telle lucidité et une telle éloquence qu’Hammarskjöld, étonné, fit remarquer peu après à un de ses collègues : personne ne peut me convaincre que cet homme est irrationnel ! “.

Notre but et devise est d'IN-FORMER POUR RECONSTRUIRE L'AFRIQUE. Nous jumelons des expertises universitaires et celles des journalistes pour produire une couverture de qualité sur tous les sujets et gratuite pour tous. Nous ne pouvons pas faire ce travail sans votre soutien. Veuillez, nous vous prions, faire un don aujourd'hui.

Annonce

Sur les mêmes sujets

Annonce

Lire aussi

Annonce

Dans les archives

Total
0
Share