Qu’est-ce que le Cancer ? (Définition, types et évolution)

- Publicité -

Un cancer est une maladie dans laquelle certaines cellules du corps se développent de manière incontrôlable et se propagent à d’autres parties du corps. Le cancer peut commencer presque n’importe où dans le corps humain, qui est composé de milliers de milliards de cellules. Normalement, les cellules humaines se développent et se multiplient (par un processus appelé division cellulaire) pour former de nouvelles cellules au fur et à mesure que le corps en a besoin. Lorsque les cellules vieillissent ou sont endommagées, elles meurent et de nouvelles cellules prennent leur place. Parfois, ce processus ordonné s’effondre et des cellules anormales ou endommagées se développent et se multiplient alors qu’elles ne le devraient pas. Ces cellules peuvent former des tumeurs, qui sont des amas de tissus.


Les tumeurs peuvent être cancéreuses ou non cancéreuses (bénignes). Les tumeurs cancéreuses se propagent ou envahissent les tissus avoisinants et peuvent se déplacer vers des endroits éloignés du corps pour former de nouvelles tumeurs (un processus appelé métastase). Les tumeurs cancéreuses peuvent également être appelées tumeurs malignes. De nombreux cancers forment des tumeurs solides, mais généralement pas les cancers du sang, comme les leucémies. Les tumeurs bénignes elles ne se propagent pas ou n’envahissent pas les tissus avoisinants. Une fois retirées, les tumeurs bénignes ne repoussent généralement pas, contrairement aux tumeurs cancéreuses parfois. Cependant, les tumeurs bénignes peuvent parfois être assez volumineuses. Certains peuvent provoquer des symptômes graves ou mettre la vie en danger, comme des tumeurs bénignes dans le cerveau.

Différences entre les cellules cancéreuses et les cellules normales

Les cellules cancéreuses diffèrent des cellules normales à bien des égards. Par exemple, les cellules cancéreuses:

1. Grandissent en l’absence de signaux leur disant de grandir. Les cellules normales ne se développent que lorsqu’elles reçoivent de tels signaux.

- Publicité -

2. Ignorent les signaux qui disent normalement aux cellules d’arrêter de se diviser ou de mourir (un processus connu sous le nom de mort cellulaire programmée ou apoptose).

3. Envahissent les zones voisines et se propagent à d’autres zones du corps. Les cellules normales cessent de croître lorsqu’elles rencontrent d’autres cellules, et la plupart des cellules normales ne se déplacent pas dans le corps.

4. Disent aux vaisseaux sanguins de se développer vers les tumeurs. Ces vaisseaux sanguins fournissent aux tumeurs de l’oxygène et des nutriments et éliminent les déchets des tumeurs.

- Publicité -

5. Se cachent du système immunitaire. Le système immunitaire élimine normalement les cellules endommagées ou anormales.

6. Trompent le système immunitaire pour qu’il aide les cellules cancéreuses à rester en vie et à se développer. Par exemple, certaines cellules cancéreuses convainquent les cellules immunitaires de protéger la tumeur au lieu de l’attaquer.

7. Accumulent de multiples changements dans leurs chromosomes, tels que des duplications et des suppressions de parties de chromosomes. Certaines cellules cancéreuses ont le double du nombre normal de chromosomes.

- Publicité -

8. Comptent sur différents types de nutriments que les cellules normales. De plus, certaines cellules cancéreuses produisent de l’énergie à partir des nutriments d’une manière différente de la plupart des cellules normales. Cela permet aux cellules cancéreuses de se développer plus rapidement.

Souvent, les cellules cancéreuses dépendent tellement de ces comportements anormaux qu’elles ne peuvent survivre sans eux. Les chercheurs ont profité de ce fait pour développer des thérapies qui ciblent les caractéristiques anormales des cellules cancéreuses. Par exemple, certaines thérapies anticancéreuses empêchent les vaisseaux sanguins de se développer vers les tumeurs, privant essentiellement la tumeur des nutriments nécessaires.

Comment se développe le cancer?

Le cancer est une maladie génétique, c’est-à-dire qu’il est causé par des modifications des gènes qui contrôlent le fonctionnement de nos cellules, en particulier leur croissance et leur division. Les changements génétiques qui causent le cancer peuvent se produire lorsque que: 1. Des erreurs se produisent lors de la division cellulaire, 2. Surviennent des dommages à l’ADN causés par des substances nocives dans l’environnement, telles que les produits chimiques contenus dans la fumée de tabac et les rayons ultraviolets du soleil, 3. Ou s’ils ont été hérités de nos parents.

Le corps élimine normalement les cellules dont l’ADN est endommagé avant qu’elles ne deviennent cancéreuses. Mais la capacité du corps à le faire diminue avec l’âge. C’est en partie la raison pour laquelle il existe un risque plus élevé de cancer plus tard dans la vie. Le cancer de chaque personne a une combinaison unique de changements génétiques. À mesure que le cancer continue de croître, des changements supplémentaires se produiront. Même au sein d’une même tumeur, différentes cellules peuvent avoir des changements génétiques différents.

L’illustration à quatre volets montre comment les cellules normales deviennent cancéreuses. Dans le premier panneau, les cellules normales sont affichées. Les deuxième et troisième panneaux montrent des changements cellulaires anormaux, appelés hyperplasie et dysplasie. Dans le quatrième panneau, les cellules cancéreuses sont affichées. Les cellules normales peuvent devenir cancéreuses. Avant que les cellules cancéreuses ne se forment dans les tissus corporels, elles subissent des changements anormaux appelés hyperplasie et dysplasie. Dans l’hyperplasie, il y a une augmentation du nombre de cellules dans un organe ou un tissu, qui semblent normales au microscope. Dans la dysplasie, les cellules semblent anormales au microscope, mais elles ne sont pas cancéreuses. L’hyperplasie et la dysplasie peuvent ou non se transformer en cancer. © National Cancer Institute, http://www.cancer.gov

Types de gènes qui causent le cancer

Les changements génétiques qui contribuent au cancer ont tendance à affecter trois principaux types de gènes: les proto-oncogènes, les gènes suppresseurs de tumeurs et les gènes de réparation de l’ADN. Ces changements sont parfois appelés « moteurs » du cancer. Les proto-oncogènes sont impliqués dans la croissance et la division normales des cellules. Cependant, lorsque ces gènes sont modifiés de certaines manières ou sont plus actifs que la normale, ils peuvent devenir des gènes cancérigènes (ou oncogènes), permettant aux cellules de se développer et de survivre alors qu’elles ne le devraient pas. Les gènes suppresseurs de tumeurs sont également impliqués dans le contrôle de la croissance et de la division cellulaires. Les cellules présentant certaines altérations des gènes suppresseurs de tumeurs peuvent se diviser de manière incontrôlée. Les gènes de réparation de l’ADN sont impliqués dans la réparation de l’ADN endommagé. Les cellules présentant des mutations dans ces gènes ont tendance à développer des mutations supplémentaires dans d’autres gènes et des changements dans leurs chromosomes, tels que des duplications et des suppressions de parties de chromosomes. Ensemble, ces mutations peuvent rendre les cellules cancéreuses.

À mesure que les scientifiques en apprenaient davantage sur les changements moléculaires qui conduisent au cancer, ils ont découvert que certaines mutations se produisent couramment dans de nombreux types de cancer. Il existe maintenant de nombreux traitements contre le cancer qui ciblent les mutations génétiques trouvées dans le cancer. Quelques-uns de ces traitements peuvent être utilisés par toute personne atteinte d’un cancer porteur de la mutation ciblée, peu importe où le cancer a commencé à se développer.

Quand-est ce que le cancer se propage?

Un cancer qui s’est propagé de l’endroit où il s’est formé pour la première fois à un autre endroit du corps est appelé cancer métastatique. Le processus par lequel les cellules cancéreuses se propagent à d’autres parties du corps est appelé métastase. Le cancer métastatique porte le même nom et le même type de cellules cancéreuses que le cancer d’origine ou primitif. Par exemple, le cancer du sein qui forme une tumeur métastatique dans le poumon est un cancer du sein métastatique, pas un cancer du poumon.

Au microscope, les cellules cancéreuses métastatiques ressemblent généralement aux cellules du cancer d’origine. De plus, les cellules cancéreuses métastatiques et les cellules du cancer d’origine ont généralement certaines caractéristiques moléculaires en commun, telles que la présence de modifications chromosomiques spécifiques. Dans certains cas, le traitement peut aider à prolonger la vie des personnes atteintes d’un cancer métastatique. Dans d’autres cas, l’objectif principal du traitement du cancer métastatique est de contrôler la croissance du cancer ou de soulager les symptômes qu’il provoque. Les tumeurs métastatiques peuvent endommager gravement le fonctionnement de l’organisme, et la plupart des personnes qui meurent d’un cancer meurent d’une maladie métastatique.

Modifications tissulaires qui ne sont pas cancéreuses

Tous les changements dans les tissus du corps ne sont pas des cancers. Cependant, certains changements tissulaires peuvent évoluer en cancer s’ils ne sont pas traités. Voici quelques exemples de modifications tissulaires qui ne sont pas cancéreuses mais, dans certains cas, sont surveillées car elles pourraient devenir cancéreuses:

1. L’hyperplasie se produit lorsque les cellules d’un tissu se multiplient plus rapidement que la normale et que des cellules supplémentaires s’accumulent. Cependant, les cellules et la façon dont le tissu est organisé semblent toujours normales au microscope. L’hyperplasie peut être causée par plusieurs facteurs ou conditions, y compris une irritation chronique.

2. La dysplasie est une affection plus avancée que l’hyperplasie. Dans la dysplasie, il y a aussi une accumulation de cellules supplémentaires. Mais les cellules semblent anormales et il y a des changements dans la façon dont le tissu est organisé. En général, plus les cellules et les tissus semblent anormaux, plus le risque de cancer est grand. Certains types de dysplasie peuvent nécessiter un suivi ou un traitement, mais d’autres non. Un exemple de dysplasie est un grain de beauté anormal (appelé nævus dysplasique) qui se forme sur la peau. Un nævus dysplasique peut se transformer en mélanome, bien que la plupart ne le fassent pas.

3. Le carcinome in situ est une affection encore plus avancée. Bien qu’il soit parfois appelé cancer de stade 0, il ne s’agit pas d’un cancer car les cellules anormales n’envahissent pas les tissus voisins comme le font les cellules cancéreuses. Mais comme certains carcinomes in situ peuvent devenir cancéreux, ils sont généralement traités.

Et quels sont les types de cancer?

Il existe plus de 100 types de cancer. Les types de cancer sont généralement nommés pour les organes ou les tissus où les cancers se forment. Par exemple, le cancer du poumon commence dans le poumon et le cancer du cerveau commence dans le cerveau. Les cancers peuvent également être décrits par le type de cellule qui les a formés, comme une cellule épithéliale ou une cellule squameuse.  Voici quelques catégories de cancers qui commencent dans des types de cellules spécifiques:

1. Carcinome

Les carcinomes sont le type de cancer le plus courant. Ils sont formés de cellules épithéliales, qui sont les cellules qui recouvrent les surfaces intérieures et extérieures du corps. Il existe de nombreux types de cellules épithéliales, qui ont souvent une forme de colonne lorsqu’elles sont observées au microscope. Les carcinomes qui commencent dans différents types de cellules épithéliales ont des noms spécifiques:

1. L’adénocarcinome est un cancer qui se forme dans les cellules épithéliales qui produisent des fluides ou du mucus. Les tissus avec ce type de cellules épithéliales sont parfois appelés tissus glandulaires. La plupart des cancers du sein, du côlon et de la prostate sont des adénocarcinomes.

2. Le carcinome basocellulaire est un cancer qui commence dans la couche inférieure ou basale (base) de l’épiderme, qui est la couche externe de la peau d’une personne.

3. Le carcinome épidermoïde est un cancer qui se forme dans les cellules squameuses, qui sont des cellules épithéliales situées juste sous la surface externe de la peau. Les cellules squameuses tapissent également de nombreux autres organes, notamment l’estomac, les intestins, les poumons, la vessie et les reins. Les cellules squameuses semblent plates, comme des écailles de poisson, lorsqu’elles sont observées au microscope. Les carcinomes épidermoïdes sont parfois appelés carcinomes épidermoïdes.

Tumeur d’un patient atteint d’un carcinome épidermoïde. Les cellules cancéreuses surproduisent une version cancérigène de la protéine p63, appelée Np63α (colorée en brun sur cette image). Des niveaux élevés de Np63α font que les cellules cancéreuses ressemblent davantage à des cellules souches, ce qui entraîne des tumeurs agressives. Image: © Matt Fisher/Laboratoire Mills.

4. Le carcinome à cellules transitionnelles est un cancer qui se forme dans un type de tissu épithélial appelé épithélium transitionnel ou urothélium. Ce tissu, qui est composé de nombreuses couches de cellules épithéliales qui peuvent devenir de plus en plus grosses et plus petites, se trouve dans les parois de la vessie, des uretères et d’une partie des reins (bassin rénal) et de quelques autres organes. Certains cancers de la vessie, des uretères et des reins sont des carcinomes à cellules transitionnelles.

2. Sarcome

Les sarcomes sont des cancers qui se forment dans les os et les tissus mous, notamment les muscles, la graisse, les vaisseaux sanguins, les vaisseaux lymphatiques et les tissus fibreux (tels que les tendons et les ligaments). L’ostéosarcome est le cancer des os le plus fréquent. Les types les plus courants de sarcome des tissus mous sont le léiomyosarcome, le sarcome de Kaposi, l’histiocytome fibreux malin, le liposarcome et le dermatofibrosarcome protuberans.

3. Leucémie

Les cancers qui prennent naissance dans les tissus hématopoïétiques de la moelle osseuse sont appelés leucémies. Ces cancers ne forment pas de tumeurs solides. Au lieu de cela, un grand nombre de globules blancs anormaux (cellules leucémiques et cellules blastiques leucémiques) s’accumulent dans le sang et la moelle osseuse, évinçant les cellules sanguines normales. Le faible niveau de cellules sanguines normales peut rendre plus difficile pour le corps d’apporter de l’oxygène à ses tissus, de contrôler les saignements ou de combattre les infections. Il existe quatre types courants de leucémie, qui sont regroupés en fonction de la rapidité avec laquelle la maladie s’aggrave (aiguë ou chronique) et du type de cellule sanguine dans laquelle le cancer commence (lymphoblastique ou myéloïde). Les formes aiguës de leucémie se développent rapidement et les formes chroniques se développent plus lentement.

4. Lymphome

Le lymphome est un cancer qui prend naissance dans les lymphocytes (cellules T ou cellules B). Ce sont des globules blancs qui combattent les maladies et qui font partie du système immunitaire. Dans le lymphome, des lymphocytes anormaux s’accumulent dans les ganglions lymphatiques et les vaisseaux lymphatiques, ainsi que dans d’autres organes du corps. Il existe deux principaux types de lymphomes:

1. Lymphome de Hodgkin: Les personnes atteintes de cette maladie ont des lymphocytes anormaux appelés cellules de Reed-Sternberg. Ces cellules se forment généralement à partir de cellules B.

2. Lymphome non hodgkinien: Il s’agit d’un grand groupe de cancers qui prennent naissance dans les lymphocytes. Les cancers peuvent se développer rapidement ou lentement et peuvent se former à partir de cellules B ou de cellules T.

5. Myélome multiple

Le myélome multiple est un cancer qui prend naissance dans les plasmocytes, un autre type de cellule immunitaire. Les plasmocytes anormaux, appelés cellules myélomateuses, s’accumulent dans la moelle osseuse et forment des tumeurs dans les os dans tout le corps. Le myélome multiple est également appelé myélome plasmocytaire et maladie de Kahler.

6. Mélanome

Le mélanome est un cancer qui commence dans les cellules qui deviennent des mélanocytes, qui sont des cellules spécialisées qui fabriquent la mélanine (le pigment qui donne à la peau sa couleur). La plupart des mélanomes se forment sur la peau, mais les mélanomes peuvent également se former dans d’autres tissus pigmentés, tels que l’œil. Nos pages sur le cancer de la peau et le mélanome intraoculaire contiennent plus d’informations.

7. Tumeurs du cerveau et de la moelle épinière

Il existe différents types de tumeurs du cerveau et de la moelle épinière. Ces tumeurs sont nommées en fonction du type de cellule dans laquelle elles se sont formées et de l’endroit où la tumeur s’est d’abord formée dans le système nerveux central.Par exemple, une tumeur astrocytaire prend naissance dans des cellules cérébrales en forme d’étoile appelées astrocytes, qui aident à maintenir les cellules nerveuses en bonne santé. Les tumeurs cérébrales peuvent être bénignes (pas cancéreuses) ou malignes (cancer). Nos pages sur les tumeurs du cerveau et de la moelle épinière chez les adultes et les tumeurs du cerveau et de la moelle épinière chez les enfants ont plus d’informations.

8. Autres types de tumeurs

1. Tumeurs des cellules germinales: Les tumeurs des cellules germinales sont un type de tumeur qui prend naissance dans les cellules qui donnent naissance aux spermatozoïdes ou aux ovules. Ces tumeurs peuvent survenir presque n’importe où dans le corps et peuvent être bénignes ou malignes.

2. Tumeur neuroendocrine: Les tumeurs neuroendocrines se forment à partir de cellules qui libèrent des hormones dans le sang en réponse à un signal du système nerveux.Ces tumeurs, qui peuvent produire des quantités d’hormones supérieures à la normale, peuvent provoquer de nombreux symptômes différents. Les tumeurs neuroendocrines peuvent être bénignes ou malignes.

3. Tumeur carcinoïde: Les tumeurs carcinoïdes sont un type de tumeur neuroendocrine. Ce sont des tumeurs à croissance lente qui se trouvent généralement dans le système gastro-intestinal (le plus souvent dans le rectum et l’intestin grêle). Les tumeurs carcinoïdes peuvent se propager au foie ou à d’autres sites du corps, et elles peuvent sécréter des substances telles que la sérotonine ou les prostaglandines, provoquant le syndrome carcinoïde.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share