Hubble voit une galaxie tranquille au passé explosif

- Publicité -

Les bras spiraux enroulés paresseusement de la spectaculaire galaxie NGC 976 remplissent le cadre de cette image du télescope spatial Hubble de la NASA/ESA. Cette galaxie spirale se situe à environ 150 millions d’années-lumière de la Voie lactée dans la constellation du Bélier. Malgré son apparence paisible, NGC 976 a accueilli l’un des phénomènes astronomiques les plus violents connus : une explosion de supernova. Ces événements d’une violence cataclysmique se produisent à la fin de la vie des étoiles massives et peuvent éclipser des galaxies entières pendant une courte période. Alors que les supernovæ marquent la mort d’étoiles massives, elles sont également responsables de la création d’éléments lourds qui sont incorporés dans les générations ultérieures d’étoiles et de planètes.

Bright face-on spiral galaxyNGC 976 est une galaxie spirale située dans la constellation du Bélier à environ 192 millions d’années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l’astronome allemand Wilhelm Tempel en 1876. La classe de luminosité de NGC 976 est III et elle présente une large raie HI. Plusieurs mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 50,047 ± 5,503 Mpc (∼163 millions d’a.l.), ce qui est à l’intérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage.

Les supernovæ sont également une aide utile pour les astronomes qui mesurent les distances aux galaxies lointaines. La quantité d’énergie projetée dans l’espace par certains types d’explosions de supernova est très uniforme, ce qui permet aux astronomes d’estimer leurs distances à partir de leur luminosité lorsqu’ils sont vus de la Terre. Cette image – qui a été créée à l’aide des données de la caméra grand champ 3 de Hubble – provient d’une vaste collection d’observations de Hubble de galaxies voisines qui hébergent des supernovæ ainsi qu’une classe d’étoiles pulsantes appelées variables céphéides. Les céphéides et les supernovæ sont utilisées pour mesurer les distances astronomiques, et les galaxies contenant les deux objets fournissent des laboratoires naturels utiles où les deux méthodes peuvent être calibrées l’une par rapport à l’autre.

- Publicité -

Source : Images du Système solaire et au-delà, NASA. © European Space Agency (ESA)Image : ESA/Hubble & NASA, D. Jones, A. Riess et al.

Publicité

Sur les mêmes sujets

Publicité
Total
0
Share