La combinaison vaccin-médicament antipaludique s’avère la plus efficace dans un essai en Afrique

- Publicité -

Le paludisme est endémique sous les tropiques. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) rapporte qu’en 2019, il y a eu 229 millions de cas et 409 000 décès dus à cette infection parasitaire. La majeure partie du fardeau (94 %) se produit en Afrique, et les enfants de moins de 5 ans représentent 67 % des décès.

Selon un article récemment publié, un contrôlé randomisé en double aveugle a recruté de jeunes enfants (5-17 mois) au Burkina Faso et au Mali, où la CPS est le schéma thérapeutique actuel. Près de 6000 enfants ont reçu soit une chimioprophylaxie, soit le vaccin antipaludique RTS,S/AS01E (RTS,S), soit les deux traitements. L’étude, dirigée par des chercheurs de la London School of Hygiene and Tropical Medicine (LSHTM) au Royaume-Uni, a été publiée dans le New England Journal of Medicine. Les auteurs ont noté : «La combinaison de ces interventions a entraîné une incidence nettement plus faible de paludisme simple, de paludisme grave et de décès dus au paludisme que l’une ou l’autre des interventions seules ».

L’un des auteurs de l’article, Daniel Chandramohan, MBBS, PhD, MSc,, de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, déclare : ”Dans l’essai de phase III, le vaccin RTS,S était efficace à 50 % chez les enfants de plus d’un an et à 25 % chez les nourrissons, par rapport à un vaccin témoin pendant une période de suivi de 18 mois”. Lorsque le vaccin a été utilisé avec la chimioprévention, l’efficacité a atteint 70 %, voire plus. L’efficacité protectrice de l’association par rapport à la chimioprévention seule était de 62,8% contre le paludisme clinique, de 70,5% contre l’hospitalisation pour paludisme grave et de 72,9% contre les décès dus au paludisme.

- Publicité -

L’efficacité protectrice de la combinaison par rapport au vaccin seul contre ces résultats était de 59,6 %, 70,6 % et 75,3 % respectivement, note l’étude. «Nous avons été surpris par cet effet incroyable de l’association vaccin + chimiothérapie. C’est la raison pour laquelle ces résultats sont susceptibles de modifier la position de l’OMS sur l’utilisation de cette combinaison», dit-il. Pour maintenir la conception de l’étude en aveugle, les enfants ont reçu des injections de vaccin contre la rage et le vaccin contre l’hépatite A au lieu d’un placebo pour le RTS,S. Les deux ont été choisis pour offrir des avantages supplémentaires en protégeant les enfants contre ces infections.

Le Dr Daniel Chandramohan, poursuit en expliquant que le vaccin contre le paludisme a été autorisé pour la première fois en 2015 par l’Agence européenne des médicaments pour une utilisation en Afrique chez les nourrissons et les enfants. Cependant, l’OMS a demandé plus de données sur la sécurité et une grande étude pilote a été menée au Kenya, au Malawi et au Ghana impliquant 750.000 enfants. Les résultats de cette étude seront présentés au comité d’experts de l’OMS le 6 octobre, explique-t-il.  «Nous avons maintenant montré qu’en effet, dans les zones de transmission saisonnière en Afrique, ce vaccin est sûr et plus efficace lorsqu’il est administré avec une chimioprophylaxie pendant la saison de transmission», a-t-il ajouté.

Le vaccin contre le paludisme empêche le développement du parasite chez l’homme. Cependant, certaines infections peuvent survenir. Lorsqu’un vaccin traverse une infection, le médicament antipaludique tue ces parasites. De plus, chaque cycle du médicament a un effet chimioprophylactique pendant au moins 3 semaines et pendant cette période, le vaccin et les médicaments préviennent ensemble toute nouvelle infection, explique le Dr Chandramohan. «Les résultats de cet essai ne sont applicables qu’à l’Afrique », dit-il, «Nous ne savons pas à quel point il sera efficace en Inde, car nous n’avons pas encore testé ce vaccin en dehors de l’Afrique.»

- Publicité -

Existe-t-il des problèmes logistiques pour administrer un vaccin à cinq doses et des médicaments antipaludiques supplémentaires dans les pays à faibles ressources ? Pour le vaccin à cinq doses, les trois premières doses peuvent être administrées aux nourrissons dans le cadre du Programme élargi de vaccination (PEV) et les doses de rappel annuelles peuvent être administrées soit dans le cadre du PEV, soit en mode campagne. «En Afrique, la chimioprévention du paludisme saisonnier qui implique l’administration de médicaments antipaludiques quatre fois par an, a été administrée avec succès à environ 25 millions d’enfants en Afrique de l’Ouest. Je pense donc qu’il est possible de fournir la combinaison à grande échelle, bien qu’il puisse y avoir des défis logiques», explique le Dr Chandramohan.

Joseph Baraka.

Références :

  1. New Engl J Med. Published online August 25, 2021. Full text
  2. Malaria Study Shows Remarkable 70% Reduction in Severe Disease and Death – Medscape – Aug 30, 2021
- Publicité -

 

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share