VIH : plusieurs centaines des «contrôleurs d’élite» découverts en RDC, une opportunité pour la recherche

- Publicité -

Des centaines de «contrôleurs d’élite» du VIH ont été trouvés vivant en République démocratique du Congo (RDC), dans ce que les scientifiques appellent une «opportunité unique» de potentiellement faire progresser les traitements contre le virus. Trouver autant de personnes capables de supprimer le virus naturellement dans une région est une première, selon les chercheurs.

Les contrôleurs d’élite sont les personnes positives pour les anticorps anti-VIH mais maintiennent des charges virales faibles ou indétectables pendant de nombreuses années et, surtout, n’ont pas besoin de thérapie antirétrovirale (TAR). Ces personnes atteintes de l’infection naturellement contrôlée sont connues des experts depuis un certain temps, mais ce nouveau groupe est le plus grand à ce jour découvert dans une région, pense-t-on.

Selon une étude publiée dans la revue eBioMedicine, et rapportée par The Indipendent, et qui a été dirigée par une équipe comprenant Abbott Diagnostics, la Johns Hopkins School of Medicine de Baltimore et l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses, sur 10 457 personnes examinées en RDC, 429 ont été retrouvées contrôleurs d’élite – un « nombre inhabituellement élevé de personnes », ont-ils noté dans les résultats. La prévalence des contrôleurs d’élite du VIH en RDC s’est par la suite avérée se situer entre 2,7 et 4,3 pour cent, contre une prévalence de 0,1 à 2 pour cent dans le monde.

- Publicité -

Des études antérieures ont suggéré que plusieurs choses pourraient expliquer l’occurrence rare, y compris un type défectueux de VIH et une réponse immunitaire rare au virus. Les scientifiques du nouvel essai ont conclu : «L’identification de ce groupe de contrôleurs d’élite présente une opportunité unique d’étudier des mécanismes génétiques potentiellement nouveaux de suppression virale.» Ils ont également noté que les 429 contrôleurs d’élite pourraient aider à découvrir des liens entre la suppression naturelle du virus et les traitements futurs, ce qui pourrait conduire à la création tant attendue de vaccins contre le VIH.

“Le travail de surveillance mondiale est essentiel pour garder une longueur d’avance sur les maladies infectieuses émergentes et dans ce cas, nous avons réalisé que nous avions trouvé une autre pièce du puzzle du VIH”, a déclaré Michael Berg, chercheur associé en maladies infectieuses chez Abbott et auteur principal de l’étude.  « En identifiant un pourcentage nettement plus important de personnes en RDC qui peuvent supprimer le VIH naturellement, la communauté mondiale de la recherche a désormais la possibilité de les étudier et potentiellement de trouver de nouveaux traitements, y compris un vaccin, qui pourraient éventuellement éliminer le VIH. »

L’auteur de l’étude, Tom Quinn, directeur du Johns Hopkins Center for Global Health et chef de la section de recherche internationale sur le VIH/sida de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, a déclaré : «La découverte d’un grand groupe de contrôleurs d’élite du VIH en RDC est important étant donné que le VIH est une maladie chronique qui dure toute la vie et qui progresse généralement avec le temps. “Il y a eu de rares cas où l’infection n’a pas progressé chez des individus avant cette étude, mais cette fréquence élevée est inhabituelle et suggère qu’il se passe quelque chose d’intéressant à un niveau physiologique en RDC qui n’est pas aléatoire.”

- Publicité -

Rappelons qu’en 2018, en République démocratique du Congo, selon le Programme National Multisectoriel de lutte contre le SIDa (PNMLS) citant l’ONUSIDA:

  • 450 000 personnes vivaient avec le VIH.
  • L’incidence du VIH, c’est-à-dire le nombre de nouvelles infections parmi une population et au cours d’une période données, était de 0,21 %, toutes tranches d’âge confondues.
  • La prévalence du VIH, autrement dit le pourcentage de personnes vivant avec le VIH, était de 0,8 % chez les adultes (entre 15 et 49 ans).
  • 19 000 nouvelles contaminations ont été enregistrées.
  • 17 000 personnes sont mortes de maladies liées au sida.

Joseph Baraka.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share