Deux cents jours pour un Crime d’État: Lumumba, martyr de la liberté!

- Publicité -

«Terre du Congo, terre de nos ancêtres, … nous nous battrons pour votre liberté, même si le sang devrait couler à flots».

— 1960 —

Le 30 juin 1960: Le jour de l’indépendance, en présence du Roi Baudoin, Patrice Lumumba, premier ministre, fait le procès du colonialisme.  Le 11 juillet: Moise Tshombe installé par les Belges au Katanga, proclame la sécession de la Province que Dag Hammarskjold, secrétaire Général de l’ONU, se refusera à condamner. Le 26 aoùt: Alan Dulles, directeur de la CIA, télégraphie à l’un de ses agents à Léopoldville (Kinshasa) que ”l’éloignement de Lumumba est notre objectif le plus important”. 

- Publicité -

Le 05 septembre: Chapitré par l’ambassadeur américain Clare Timberlake, le président Kasavubu annonce avoir démis de ses fonctions le Premier Ministre Lumumba et six autres ministres: ce qui est totalement illégal. Le 13 septembre: confirmé dans ses fonctions par la chambre et le sénat, Lumumba obtient les pleins pouvoirs. Le 14 septembre, Kasavubu prétendu dissoudre le parlement congolais tandis que, Mobutu procède à son premier coup d’État: ”il neutralise les politiciens jusqu’au 31 décembre” et remplace le gouvernement par un collège des commissaires.

Le 6 octobre: Le compte d’Aspermont Lynden, nouveau ministre des affaires africaines, écrit dans un télégramme que ”l’objectif principal à poursuivre dans l’intérêt du Congo, du Katanga et de la Belgique est évidemment l’élimination définitive de Lumumba”.  Le 10 octobre: Mobutu fait placer Lumumba en résidence surveillée. Le 27 novembre: Échappant à ses geôliers, le Premier Ministre déchu tente de regagner Stanleyville, fief de ses partisans. Le 1er décembre: il est rattrapé près de Lodi, dans le Kasai, par des soldats de Mobutu, qui le ramènent sauvagement battu avant d’etre enfermé, le 3 décembre, au camp militaire Hardy, de Thysville (Mbanza-Ngungu).

— 1960 —

- Publicité -

Le 17 janvier 1961: Le comte D’Aspremont Lynden attire l’attention de son délégué à Brazzaville sur les ”conséquences désastreuses qu’aurait une libération de Lumumba”. Le 16 janvier: Le même ministre des Affaires africaines insiste auprès de Tshombe pour que Lumumba ”soit transféré au Katanga dans les délais les plus brefs”. Le 17 janvier 1961: Enlevé au camp de Thysville, Lumumba est transféré par avion en compagnie de deux anciens minsitres, Maurice Mpolo et Joseph OKITO, d’abord à l’aéroport de Moanda puis Elisabethville. Trainés, frappés à coups de crosse puis jeté comme des sacs dans une Jeep, les trois prisonniers sont enfermés à 17h30 dans la maison inoccupée d’un colon Belge, Lucien Brouwez. A 22h45, ils en sont extraits pour être massacrés dans la clairière d’une proche forêt.

Lire le Récit complet dans Jeune Afrique (L’Intelligent), No 2055: ”Ils voulaient la mort de Lumumba”.

Joseph Baraka.

Publicité

Sur les mêmes sujets

Publicité
Total
0
Share