Des millions des morts en République Démocratique du Congo : Crime de Génocide ?

- Publicité -

Article de Lawrence K. Freeman, Traduction de LA-REPUBLICA | (Voir la publication originale : Lawrence K. Freeman, Genocide : Millions Dead in Congo, dans Executive intelligence Review, Volume 31, Numéro 50, 24 décembre 2004).

————

Génocide : Extermination délibérée et systématique d’un groupe national ou racial.

- Publicité -

Un rapport qui vient d’être publié par l’International Rescue Committee (IRC) indique que le pire cas de génocide en cours sur la planète se produit en République démocratique du Congo (RD Congo). Seul l’holocauste mis en œuvre par les nazis contre le peuple juif était plus horrible, bien que le nombre de morts en R.D. Congo peut s’avérer plus grand. En effet, le rapport de l’IRC, “Mortalité en République démocratique du Congo : résultats d’une enquête nationale”, documente douloureusement 3,8 millions de décès évitables en excès de la mortalité normale, au cours de la période de six ans 1998-2004. C’est très probablement une sous-estimation, selon le Dr Rick Brennan, qui a présenté l’enquête à Washington D.C. le 10 décembre.

Pourtant, nos dirigeants élus, et la plupart des gens, continuent de soutenir ces mêmes politiques et les individus responsables de cette énorme perte de vie. Le rapport de l’IRC déclare : “Pour la quatrième fois depuis 2000, les données d’enquêtes représentatives sur la mortalité ont démontré que le conflit en R.D. Congo éclipse les autres urgences à la fois par son ampleur et son impact humanitaire. Aucun autre conflit récent n’a fait autant de victimes que la R.D. Congo, et les taux de mortalité restent élevés à un niveau alarmant … Les résultats de l’enquête fournissent des preuves irréfutables que l’amélioration de la sécurité et l’amélioration de l’accès à des interventions de santé simples et rentables telles que l’eau potable, les vaccinations et les soins médicaux de base réduiraient considérablement les décès évitables”.

Mortalité évitable — ou génocide conscient ?

Si nous regardons l’Ouest de la R.D Congo, où les combats sont moins intenses, la première cause de décès, la fièvre, représente 31,5 % de tous les décès d’adultes et 39,7 % des décès d’enfants de moins de cinq ans. La troisième cause de décès chez les adultes est la diarrhée, à 11,7 %, mais pour les jeunes enfants, c’est la deuxième cause de décès à 14,6 %. Le numéro quatre est la maladie respiratoire, à 9 % et 9,4 %, respectivement. La malnutrition vient au cinquième rang, représentant 6,6 % des décès d’adultes et 8,1 % des décès d’enfants de moins de cinq ans.

- Publicité -

Ces quatre causes de décès représentent 58,7 % des décès de la population adulte dans la partie occidentale désignée du pays; ces décès seraient tous évitables avec un accès à une nourriture et à des soins de santé adéquats. Seulement 0,1% des décès proviennent directement de la violence. Pour les enfants de moins de cinq ans, ces quatre catégories de causes de décès évitables représentent 71,8 % des décès, aucun pourcentage de décès n’étant attribué à la violence.

Ainsi, bien que le rapport indique clairement que la guerre de six ans est le principal facteur des taux bruts élevés de mortalité chez les adultes et les jeunes enfants, les conditions existantes, notamment le manque d’eau potable, de logements adéquats, de soins de santé minimaux et de production alimentaire, constituaient déjà des conditions à risque sévère avant le déclenchement de la guerre en 1998. Les taux bruts de mortalité dits normaux de 1,2 à 1,5 pour la R.D. Congo, et toute l’Afrique sub-saharienne, en dit déjà long sur l’existence d’une politique génocidaire de longue haleine envers cette région du monde. Les politiques de plusieurs décennies du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, qui ont suivi près d’un siècle de politiques coloniales et impérialistes de pillage, ont eu l’effet escompté.

Les auteurs du rapport de l’IRC, sciemment ou non, attirent l’attention sur le “succès” du tristement célèbre anti-humain “rapport Kissinger” (National Security Study Memorandum 200, ou NSSM-200, rédigé par Henry Kissinger il y a exactement 30 ans). Ce rapport est horrifié par la politique explicite de réduction de la population des nations les plus pauvres du monde, presque précisément comme prescrit par le diabolique Bertrand Russell au début du siècle dernier. C’était aussi la politique explicite de l’Empire britannique, et plus tard celle du Commonwealth, telle qu’articulée par l’impérialiste Cecil Rhodes au tournant du XIXe siècle, lorsqu’il parlait de la nécessité de chasser les indigènes de la terre, d’exploiter ou de préserver les ressources naturelles. Comme l’indique le NSSM-200, les ressources sont nécessaires aux cartels occidentaux et ne doivent donc pas être gaspillées par les pays en développement. D’où la nécessité d’un dépeuplement massif, d’un sous-développement forcé et de l’utilisation de la nourriture comme arme.

31 000 meurent chaque mois

- Publicité -

Entre janvier 2003 et avril 2004, l’IRC a mené la plus grande enquête jamais réalisée, visitant 19 500 ménages répartis entre les parties dites Est et Ouest de la République démocratique du Congo. Chaque province du pays a été visitée, représentant 58 millions de personnes, soit 90 % de la population totale de 63,7 millions. Il s’agissait de la quatrième enquête menée en République Démocratique du Congo depuis 1998, lorsque la guerre entre le gouvernement de Laurent Kabila et les armées d’invasion du Rwanda et de l’Ouganda a commencé, après le renversement du président Mobutu Sese Seko. Les trois premières enquêtes sur la mortalité ont documenté 3,3 millions de décès supplémentaires entre 1998 et 2002.

Les principales conclusions du rapport, réalisé par des équipes de médecins et d’épidémiologistes qui ont visité et sondé les résidents, se résument comme suit :

Plus de 1 000 personnes meurent chaque jour, en excès de la mortalité normale, ce qui équivaut à 500 000 décès en excès au total, sur les 16 mois de l’enquête. Plus alarmant encore, 45,4 % de ces décès concernaient des enfants de moins de cinq ans, alors que les enfants ne représentent que 18,7 % de la population totale.

La grande majorité de ces décès supplémentaires, 98 %, étaient ceux de civils tués par la maladie et la malnutrition. Seul un très faible pourcentage, 2 % (10 000), du nombre total de décès était le résultat d’un conflit armé. Près d’un demi-million de civils sont morts de conditions économiques épouvantables, et plus particulièrement du manque de soins de santé pour des conditions médicales traitables.

L’insécurité résultant de la violence a considérablement affecté le taux de mortalité, en limitant l’accès à l’aide. Dans l’est envahi militairement, le taux de mortalité dû à la maladie et à la faim était le plus élevé.

Le taux brut de mortalité (Crude Mortality Rate ou CMR)

Une grande partie de l’analyse du rapport de l’IRC, et d’autres qui l’ont précédé, part de l’acceptation d’un taux brut de mortalité de base ou CMR, qui est le nombre de décès pour 1 000 personnes par mois. C’est à partir de ce chiffre que les décès en excès sont déterminés. Le CMR pour l’Afrique subsaharienne est de 1,5. Cela signifie qu’il est considéré comme normal que 1,5 être humain pour 1 000 membres de la population meure chaque mois. La simple acceptation de ce chiffre pour les centaines de millions d’Africains vivant dans cette région, indique déjà à quel point notre culture est devenue dégénérée.

Ce que nous dit le récent rapport de l’IRC, c’est que 1 000 personnes au-dessus du CMR meurent en R.D. Congo tous les jours. Le CMR national a varié de 2,0 à 2,4 dans les années 2002-04. Les enfants de moins de cinq ans ont 350 % plus de risques de mourir que les adultes. Si l’on utilise un CMR inférieur de 1,2 avant 1998, comme le suggère l’ONU, au lieu du CMR de 1,5 utilisé dans cette étude, alors 4,4 millions de décès inutiles ont eu lieu au cours de la période de six ans 1998-2004. Cela équivaut à éliminer toute la population de nombreux États et villes des États-Unis. C’est cinq fois le nombre de morts dans ce qu’on appelle maintenant l’holocauste rwandais, qui a fait plus de 800 000 morts en 1994.

Le rapport de l’IRC établit une corrélation entre le niveau des combats et l’augmentation de la mortalité de la population civile, indiquant que dans les cinq provinces orientales où la guerre a été la plus intense et la plus prolongée, le CMR atteint 2,7, environ 80 % au-dessus de la norme. Encore une fois, le plus angoissant, dans les zones de guerre intense, le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans est supérieur de 90 % au taux normal.

Une politique de déstabilisation et de génocide

Le soutien aux gouvernements du président Paul Kagame du Rwanda et du président Yoweri Museveni de l’Ouganda, pour envoyer leurs armées et leurs substituts, depuis 1998, piller, piller et voler en toute impunité dans le riche réservoir de ressources naturelles de la République démocratique du Congo, a contribué à plonger la République démocratique du Congo dans les conditions d’un âge sombre. L’existence même de 70 à 80 % de la population de la République démocratique du Congo est menacée. Depuis des semaines, l’armée de Kagame s’infiltre à nouveau dans l’est de la République démocratique du Congo.

Depuis le 15 décembre, des combats ont été signalés par les troupes de la MUNOC de l’ONU et l’armée congolaise contre les troupes rwandaises à Bukavu, la capitale du Nord-Kivu. Cette nouvelle invasion du Rwanda dans l’est de la R.D. Congo, menace de faire sauter le plus fragile des accords de paix. Si une guerre à grande échelle éclatait à nouveau, les chiffres de la mortalité augmenteraient encore plus.

Au lieu de cela, le monde se concentre sur le Darfour, au Soudan, revendiquant le génocide par le gouvernement, alors que les conditions en R.D. Congo sont des ordres de grandeur pires. C’est en fait la même politique pour toute l’Afrique subsaharienne. Au Soudan, l’objectif est de renverser le gouvernement ou de saper le pays de l’intérieur, en se donnant les moyens de contrôler les eaux du Nil, qui coulent au nord de l’Égypte, ainsi que d’utiliser le Soudan pour déstabiliser toute l’Afrique de l’Est. En R.D. Congo, la politique est d’utiliser le Rwanda et l’Ouganda pour détruire physiquement la capacité de la nation à exister.

Le Dr Brennan affirme que “la réponse internationale à la crise humanitaire au Congo a été largement inadéquate par rapport aux besoins”. Seulement 3,23 dollars d’aide par personne ont été mis à disposition, une fraction de ce qui a été fourni dans d’autres situations désespérées, comme au Darfour ou en Irak. Tant que les dirigeants et les citoyens concernés ne saisiront pas le point fondamental et détestable, comme indiqué dans le rapport Kissinger, à savoir que le génocide est la politique opérationnelle et intentionnelle à l’œuvre, nous ne pourrons pas trouver le courage de l’arrêter.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share