Monnaie numérique : la FED se dirige vers le totalitarisme monétaire

- Publicité -

La Réserve fédérale sème les graines de sa monnaie numérique de banque centrale (Central Bank Digital Currency ou CBDC). Il peut sembler que le but d’une CBDC est de faciliter les transactions et d’améliorer l’activité économique, mais les CBDC visent principalement à renforcer le contrôle gouvernemental sur les individus. Si une CBDC était mise en place, la banque centrale aurait accès à toutes les transactions en plus d’être capable de geler les comptes.

Cela peut sembler dystopique – quelque chose que seuls les gouvernements totalitaires feraient – mais il y a eu des cas récents de gel d’avoirs au Canada et au Brésil. De plus, une CBDC donnerait au gouvernement le pouvoir de déterminer combien une personne peut dépenser, d’établir des dates d’expiration pour les dépôts et même de pénaliser les personnes qui ont économisé de l’argent.

La guerre contre l’argent liquide est également une raison pour laquelle les gouvernements veulent mettre en place des CBDC. La fin du cash signifierait moins d’intimité pour les particuliers et permettrait aux banques centrales de maintenir plus facilement une politique monétaire de taux d’intérêt négatifs (puisque les particuliers ne pourraient pas retirer de l’argent des banques commerciales pour éviter les pertes).

Une fois la CBDC arrivée, au lieu qu’un dépôt soit la responsabilité d’une banque commerciale, un dépôt serait la responsabilité de la banque centrale.

A l’exemple de la chine

En 2020, la Chine a lancé un programme pilote de yuan numérique. Comme mentionné par Seeking Alpha, la Chine souhaite mettre en place une CBDC parce que “cela donnerait [au gouvernement] une quantité remarquable d’informations sur ce à quoi les consommateurs dépensent leur argent”.

Le gouvernement pourrait facilement suivre les paiements numériques avec une CBDC. Bloomberg a noté dans un article publié lors du lancement du programme pilote de yuan numérique que la monnaie numérique «offre aux autorités chinoises un degré de contrôle jamais possible avec de l’argent». Une CBDC pourrait permettre au gouvernement chinois de surveiller de plus près les achats d’applications mobiles (qui représentaient environ 16 % du produit intérieur brut du pays en 2020). Bloomberg décrit le degré de contrôle qu’une CBDC pourrait donner aux autorités chinoises : «La PBOC [People’s Bank of China] a également indiqué qu’elle pourrait imposer des limites à la taille de certaines transactions, voire exiger un rendez-vous pour en faire de grandes. Certains observateurs se demandent si les paiements pourraient être liés au système émergent de crédit social, où les citoyens ayant un comportement exemplaire sont «mis sur liste blanche» pour des privilèges, tandis que ceux qui ont commis des infractions criminelles et autres se retrouvent exclus» (Des détails sur le système de crédit social).

Innocentes déclarations officielles, réalité toute autre

- Publicité -

Le gouvernement chinois fait la guerre au cash. Et ils ne sont pas seuls. En 2017, le Fonds monétaire international (FMI) a publié un document proposant des suggestions aux gouvernements, même face à une forte opposition publique, sur la manière de passer à une société sans numéraire. Les gouvernements et les banquiers centraux affirment que le passage à une société sans numéraire contribuera à prévenir la criminalité et à accroître le confort des citoyens ordinaires. Mais la véritable motivation derrière la guerre contre l’argent est un contrôle accru du gouvernement sur l’individu.

Et les États-Unis se préparent à établir leur propre CBDC (ou quelque chose de similaire). La première étape a été franchie en août, lorsque la Fed a annoncé FedNow. FedNow sera un système de paiement instantané et devrait être lancé entre mai et juillet 2023.

FedNow est pratiquement identique au PIX brésilien. PIX a été mis en place par la Banque centrale du Brésil (BCB) en novembre 2020. Il s’agit d’un système de paiement instantané pratique (utilisant des appareils mobiles) sans frais d’utilisation et réputé pour sa sécurité d’utilisation.

Un an après son lancement, PIX comptait déjà 112 millions de personnes inscrites, soit un peu plus de la moitié de la population brésilienne. Bien sûr, des fraudes et des escroqueries se produisent sur PIX, mais la plupart sont des escroqueries d’ingénierie sociale (voir ici, ici et ici) et ne sont pas des failles du système ; c’est-à-dire qu’il s’agit d’escroqueries qui exploitent le manque de connaissances du public sur la technologie PIX.

Gardez à l’esprit que PIX n’est pas la CBDC brésilienne. C’est juste un système de paiement. Cependant, la BCB a accès aux transactions effectuées via PIX ; par conséquent, PIX peut être considéré comme la graine de la CBDC brésilienne. C’est déjà une atteinte à la vie privée des Brésiliens. Et FedNow est prêt à emboîter le pas.

De plus, la FED de New York a récemment lancé un programme pilote de douze semaines avec plusieurs banques commerciales pour tester la faisabilité d’une CBDC aux États-Unis. Le programme utilisera des jetons numériques pour représenter les dépôts bancaires. Les institutions impliquées dans le programme effectueront des transactions simulées pour tester le système. Selon Reuters, “le [programme] pilote testera comment les banques utilisant des jetons numériques en dollars dans une base de données commune peuvent aider à accélérer les paiements”.

- Publicité -

Les banques impliquées dans le programme pilote comprennent BNY Mellon, Citi, HSBC, Mastercard, PNC Bank, TD Bank, Truist, US Bank et Wells Fargo. Le fournisseur mondial de services de messagerie financière SWIFT participe également pour “soutenir l’interopérabilité dans l’écosystème financier international” (Cette vidéo détaille le programme pilote et le fonctionnement de la CBDC américaine).

Vers une société de surveillance généralisée

Le FMI réfléchit également à un moyen de connecter différentes CBDC sous un seul système. En d’autres termes, le FMI prévoit de créer un PIX/FedNow pour les CBDC du monde entier : “Les choses pourraient changer à mesure que l’argent devient symbolique; c’est-à-dire accessible à toute personne disposant de la bonne clé privée et transférable à toute personne ayant accès au même réseau. Les exemples d’argent tokenisé incluent les pièces dites stables, telles que l’USD Coin, et la monnaie numérique de la banque centrale”.

La réception du PIX du Brésil montre que FedNow sera probablement largement adopté en raison de sa commodité ; toutefois, cet élément économique et technologique positif ne doit pas occulter le contrôle accru que les systèmes de paiement instantané donneront aux banques centrales. La BCB a accès à toutes les transactions effectuées par les Brésiliens via PIX, et cela ne ferait qu’empirer si une CBDC était mise en place. Avec une CBDC, il serait plus facile pour le gouvernement de mener des politiques monétaires expansionnistes (qui entraînent une mauvaise allocation des ressources et des cycles économiques) et d’exercer un plus grand contrôle sur les finances des citoyens.

André Marques, Digital Currency: The Fed Moves toward Monetary Totalitarianism, Mises wire, 12/09/2022.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
1
Share