Coltan, téléphones portables et conflit : l’économie de guerre de la RDC

- Publicité -

Avec certaines des plus grandes réserves mondiales de minéraux, de métaux, de gaz naturel et de pétrole, dont 10 % des réserves mondiales de cuivre et 33 % des réserves mondiales de cobalt, en plus de vastes gisements de diamants, d’or, d’argent, de bois, d’uranium et zinc—l’est de la RDC a souvent été exploité par des groupes rebelles, des militaires étrangers et des entreprises internationales cherchant à remplir leurs coffres. D’autres conflits africains ont été entretenus par les diamants et l’or, mais dans l’est de la RDC, la colombo-tantalite (coltan) est l’une des matières premières les plus convoitées. Et avec 80% des réserves mondiales de coltan se trouvant en RDC, le coltan est devenu le nouvel « or noir ».

Le coltan est raffiné en poudre de tantale pour fabriquer des condensateurs résistants à la chaleur dans les téléphones portables, ordinateurs portables et autres appareils électroniques haut de gamme. Avec l’augmentation de l’innovation technologique mondiale, la demande de minerai continue d’augmenter, incitant les mineurs et les commerçants à intensifier leurs efforts pour l’extraire. À son apogée en septembre 2001, le coltan se négociait à près de 400 $ le kilo ; aujourd’hui, le prix du marché s’est stabilisé autour de 100 $ le kilo.

La lutte pour le contrôle des mines de coltan reste au cœur du conflit dans l’est de la RDC, qui a fait plus de quatre millions de morts au cours de la dernière décennie. Qu’il s’agisse d’une milice hutue comme les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), qui ont fui le Rwanda après le génocide de 1994 ; une faction rebelle congolaise, comme les rebelles tutsis de Nkunda ; ou l’armée congolaise elle-même, chacun a un intérêt dans le commerce lucratif du coltan.

- Publicité -

Ces groupes, y compris l’armée congolaise, ont été actifs dans l’extorsion de mineurs de coltan, comme le montrent les images de « Blood Coltan ». Les mineurs de coltan gagnant 10 à 50 dollars par semaine, soit cinq fois plus que la plupart des autres Congolais gagnent en un mois, les troupes gouvernementales et rebelles ont taxé les mineurs pour accéder aux mines, rendant le contrôle des mines et des terres environnantes violemment compétitif. Malgré les conditions dangereuses des mines, qui ont fait d’innombrables morts, les travailleurs restent nombreux. Et comme la demande de coltan a augmenté ces dernières années, le nombre d’enfants qui travaillent dans les mines a augmenté, avec environ 30 pour cent des écoliers de la région reportant leur éducation pour le travail minier.

En plus du bilan humain, l’exploitation du coltan s’est également avérée gravement destructrice pour l’environnement et la biodiversité de la région. Les provinces du Nord et du Sud Kivu contiennent les plus grandes concentrations de coltan de la RDC, et le parc national de Kahuzi Biega (KBNP), l’un des derniers sanctuaires pour le gorille des plaines orientales en danger critique d’extinction, s’étend sur les deux provinces. L’exploitation minière du coltan a détruit une grande partie de l’habitat naturel des gorilles, les laissant vulnérables aux braconniers qui les tuent et les vendent aux mineurs de coltan et aux groupes rebelles pour se nourrir. Selon les études du parc, la population de gorilles des plaines orientales dans le KBNP a chuté de 8 000 en 1991 à environ 40 en 2005.

L’ambassadrice de la RDC aux États-Unis, Faida Mitifu, s’exprimant récemment lors d’un événement de l’Institut américain de la paix, a exhorté le Congrès américain à adopter ce qu’elle décrit comme un processus de Kimberly pour le coltan dans le but de mettre fin à l’exportation illégale de coltan de l’est de la RDC. Un « Processus de Goma » pourrait certifier l’origine du coltan et imposer des taxes punitives aux personnes impliquées dans le commerce du coltan du conflit en provenance de l’Est de la RDC, tout comme le Processus de Kimberly le fait pour les diamants.

- Publicité -

Pendant ce temps, la construction d’infrastructures et la création d’une industrie d’extraction de ressources durable réglementée pourraient également aider le pays à générer des revenus indispensables et des régimes commerciaux rentables. Mais étant donné que le coltan est introduit en contrebande au Rwanda et dans d’autres pays frontaliers et commercialisé vers des marchés non américains, le soutien de la communauté internationale et du Conseil de sécurité des Nations Unies serait essentiel au succès de cette initiative et à la création d’une paix durable dans la région. Le Conseil de sécurité de l’ONU a déjà condamné le rôle du coltan dans le financement des conflits, la création d’un processus de Goma pourrait donc être une prochaine étape logique et réalisable.

 

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share