Mobutu: Son temps est-il terminé?

- Publicité -

Même si Mobutu dure aussi longtemps, l’intégrité de sa nation, une création coloniale qui rassemble quelque 200 tribus dans une région de la taille de l’Europe occidentale, est déjà menacée. Seules la volonté et la magie de Mobutu ont tenu la place ensemble pendant si longtemps. Son style de règle combine le charisme avec un flair pour la répression draconienne (Dans le cadre d’une “campagne d’authenticité” dans les années 70 pour débarrasser le Zaïre de sa teinte européenne, il a interdit les nœuds papillon, les baisers publics et Noël). Mais il a également réussi à commercialiser son pays à l’ouest comme rempart contre l’expansion soviétique en Afrique, jusqu’à ce que l’effondrement de l’Union soviétique le prive de son utilité.

Tout en s’accrochant avec ténacité au pouvoir, le tyran zaïrois s’est amassé une grande partie des richesses du pays : sa fortune est estimée à plusieurs centaines de millions de dollars. “Le Guide”, comme il s’est surnommé lui-même, a prodigué une grande partie de cet argent à un spectacle vide. Lorsque des pillards rebelles à Goma sont récemment entrés dans la villa locale du président – un manoir que Mobutu n’a visité qu’une seule fois, mais qui était prêt pour son retour imminent – ils ont trouvé une maison pleine de “marbre” en plastique et de fausses antiquités. D’autres expressions de sa grandeur ne sont pas si creuses : il possède des châteaux en Espagne et en Belgique, une maison de ville à Paris et un ranch de chevaux au Portugal. Un tel abus de la richesse tendue de son pays l’a finalement transformé en un paria international.

L’armée corrompue et incompétente de Mobutu a opposé peu de résistance lorsque les rebelles tutsis se sont emparés de l’est du pays. Mais lorsqu’ils ont commencé à expulser les 1,2 million de réfugiés hutus des camps à l’intérieur du Zaïre, Mobutu s’est vu confier une crise adaptée à ses besoins. Un effort humanitaire international pourrait améliorer sa stature mondiale et lui faire gagner du temps, à condition que sa santé reste stable. Mais cela ne résoudrait pas le flot refoulé de problèmes qui accablent son leadership vaniteux.

- Publicité -

Par Kevin Fedarko. Reported by Bruce Crumley/Paris, Peter Graff/Kigali and Adam Zagorin/Washington

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share