État défaillant : la RD Congo peut-elle se relever ?

- Publicité -

Alors que la République Démocratique du Congo se prépare pour ses deuxièmes élections générales en quatre décennies le 28 novembre, l’analyste des affaires congolaises Theodore Trefon se demande si cet État défaillant, qui se remet encore d’une guerre qui a fait environ quatre millions de morts, peut un jour être reconstruit | Article original : Theodore Trefon, Failed state : Can DR Congo recover?, BBC world.


Les habitants de la République Démocratique du Congo attendent très peu de l’État, du gouvernement ou des fonctionnaires. En fait, les Congolais ordinaires répètent souvent des expressions comme «l’État est mourant mais pas encore mort» ou «l’État est toujours présent mais complètement inutile». Il semble qu’ils attendent également peu des élections à venir et il peut y avoir peu d’arguments que la RD Congo est en effet un État défaillant.

Les citoyens ordinaires sont pauvres, affamés et sous-informés. Le gouvernement est incapable de fournir une éducation ou des services de santé décents. Le pays – les deux tiers de la taille de l’Europe occidentale – est un champ de bataille. Les citoyens de la RD Congo prient pour être délivrés des milices brutales qui contrôlent encore certaines parties des provinces orientales, où le viol est devenu si courant qu’un haut responsable de l’ONU a qualifié le pays de “capitale mondiale du viol”.

- Publicité -

L’est de la RD Congo regorge de différents groupes rebelles – certains sont venus des pays voisins, tandis que d’autres se sont formés en tant que groupes d’autodéfense. Beaucoup profitent de l’absence d’un État fort pour prendre le contrôle des richesses minérales de la région.

Prédateurs

J’ai demandé à un collègue d’université s’il pensait que les choses pourraient empirer. “Quand vous êtes au fond du gouffre, vous pouvez toujours creuser plus profondément”, a-t-il répondu. L’administration publique est en ruine. Les fonctionnaires sont devenus des prédateurs.

Ferdinand Munguna est un cheminot à la retraite à Lubumbashi, la capitale minière de la RD Congo dans le sud du pays. Il doit soudoyer l’employé du bureau des pensions qui a besoin de «motivation» avant de traiter le dossier du vieil homme. M. Munguna se plaint que sa pension est “à peine suffisante pour acheter du savon”. Créer une entreprise en RD Congo prend 65 jours contre 40 jours en moyenne en Afrique subsaharienne. Au Rwanda voisin, cela prend trois jours.

- Publicité -

Et devinez quel pays a l’un des pires bilans de sécurité aérienne au monde ? L’indice des États défaillants du prestigieux magazine Foreign Policy place la RD Congo dans la catégorie des échecs critiques. Seuls la Somalie, le Tchad et le Soudan (lorsqu’il incluait le Soudan du Sud) ont des classements moins bons. Le rapport récemment publié du PNUD sur les indicateurs de développement humain place l’ancienne colonie belge au dernier rang des 187 pays étudiés.

Malgré la taille du pays, les infrastructures de transport sont très médiocres. Sur 153 497 km de routes, seuls 2 794 km sont pavés. Il existe environ 4 000 km de voies ferrées, mais la plupart sont des voies à voie étroite et en mauvais état. Les voies navigables sont vitales pour le transport des marchandises, mais les trajets peuvent prendre des mois. Les bateaux surpeuplés chavirent fréquemment, tandis que la RD Congo a plus d’accidents d’avion que tout autre pays.

- Publicité -

Sur le plan politique, le président Joseph Kabila a montré beaucoup plus d’intérêt pour la consolidation du régime que pour la mise en œuvre de son programme de développement en cinq points – que la plupart des Congolais considèrent plus comme un slogan politique qu’une initiative de développement.

Lorsqu’ils sont critiqués, les hommes de main de M. Kabila recourent à la force ultime de la dissuasion. Prenez Zoe Kabila, le frère du président, qui aurait ordonné à son escorte de la Garde républicaine de tabasser deux agents de la circulation parce qu’ils ne donnaient pas la priorité à son 4X4. Habituellement à l’abri de la brutalité des forces de sécurité, même les habitants de Kinshasa ont été choqués par cet incident présumé survenu à une intersection très fréquentée du centre-ville.

De nombreux cas de passages à tabac et de meurtres de journalistes ont également été signalés. Floribert Chebeya, un militant des droits humains très respecté, a été assassiné, prétendument par des membres du cercle restreint du président.

Dénigrement du Congo injuste

Le manque de leadership est un problème majeur pour la RD Congo. Il y a peu de personnalités dans le paysage politique avec une vision, des dirigeants capables de mettre fin à un gouvernement corrompu, de réduire la pauvreté, de résoudre les problèmes de sécurité du pays ou d’améliorer le bien-être des gens ordinaires. Le dénigrement de la RD Congo est devenu un mantra parmi les universitaires, les organisations non gouvernementales (ONG) humanitaires et les décideurs politiques.

Mais c’est injuste. S’il est important de maintenir la pression sur l’establishment politique sans vergogne corrompu de Kinshasa, nous devons également considérer le passé troublé du pays. Peu de sociétés ont accumulé autant de malheurs. Ceux qui sont assez vieux pour s’en souvenir disent que le fouet et la chaîne sont ce qu’ils associent le plus au colonialisme belge. D’autres en revanche sont nostalgiques et souhaitent que les Belges reviennent pour régler les problèmes du pays. Les politiques de la guerre froide ont facilité le maintien de la dictature brutale de Mobutu Sese Seko. Il a dirigé ce qui s’appelait alors le Zaïre pendant 32 ans, soutenu par l’Occident en raison des intérêts stratégiques de la guerre froide.

Deux guerres – la guerre de libération qui a renversé Mobutu et la “première guerre mondiale de l’Afrique”, de 1997 à 2002 – sont des obstacles écrasants au développement, à l’édification de l’État et au bien-être. La RD Congo est également victime de ce que l’on appelle communément « la malédiction des ressources ». Le gouvernement central ne peut pas contrôler les frontières avec ses neuf voisins. Une grande partie du coltan de la RD Congo, un minerai utilisé dans les ordinateurs et les téléphones portables, est exportée illégalement via le Rwanda. De précieux bois durs tropicaux sont siphonnés à travers l’Ouganda.

La RD Congo possède d’abondantes richesses minérales. Il possède plus de 70 % du coltan mondial, utilisé pour fabriquer des composants vitaux des téléphones portables, 30 % des réserves de diamants de la planète et de vastes gisements de cobalt, de cuivre et de bauxite. Cette richesse a cependant attiré des pillards et alimenté la guerre civile du pays.

Surréaliste

Les partenaires financiers et techniques de la RD Congo – la soi-disant “communauté internationale” – sont également à blâmer. Ils n’ont pas de plan directeur de réforme. Ils ne partagent pas une vision commune et mettent souvent en œuvre des programmes contradictoires. La Belgique a soutenu l’idée de la décentralisation en faisant valoir qu’elle pourrait ramener la responsabilité du gouvernement au niveau local. La Banque mondiale a bloqué le processus.

Les experts de la Banque ont un certain contrôle sur la trésorerie à Kinshasa mais ils n’ont absolument aucune idée de la manière dont les ressources dans les provinces sont gérées. La collecte de données est un concept surréaliste en RD Congo – de nombreux bureaux n’ont pas d’électricité, encore moins d’ordinateurs. L’absence de souveraineté nationale est une autre caractéristique d’un État défaillant.

La RD Congo est un pays sous tutelle internationale. Des décisions importantes sont prises par des technocrates de la Banque mondiale, des fonctionnaires de l’ONU et de plus en plus par des ONG internationales. Lorsque la campagne électorale s’est officiellement ouverte le mois dernier, les candidats se sont rendus en Europe et aux États-Unis pour recueillir des soutiens.

La mission de l’ONU, la Monusco, joue un rôle logistique clé dans les élections en transportant des urnes à travers le vaste pays. Les gens ne pourraient pas voter sans ce genre de soutien. Quelle que soit la responsabilité qui existe en RD Congo, elle s’adresse aux bailleurs de fonds internationaux, et non au peuple congolais. Les autorités congolaises ont abdiqué du programme de développement. La réhabilitation des routes et la construction de ponts ont été déléguées à la Banque mondiale et à la Coopération technique belge.

La Monusco est censée s’occuper du secteur de la sécurité. L’Organisation mondiale de la santé et les ONG médicales tentent de relever les défis de santé publique. Le Royaume-Uni est impliqué dans le renforcement des programmes de gouvernance, tandis que les églises assurent l’enseignement primaire. L’État est un bailleur absent – des partenaires extérieurs font son travail.

Survivants dynamiques

La RD Congo est donc sur un système artificiel de survie. Mais remplacer l’État, ou agir en son nom, n’est pas viable à long terme. Il sape l’élan de construction de l’État. La RD Congo et ses partenaires sont clairement confrontés au drame de l’impuissance. Le système est tel que lorsque les choses ne fonctionnent pas, tournent mal ou n’avancent pas, ce n’est jamais vraiment la faute de personne.

Mais alors que la RD Congo est clairement un État défaillant, la société congolaise n’a pas échoué. Au contraire, il est fort, vibrant, dynamique, tolérant et généreux. Les gens ont le sentiment de prendre leur destin en main. Les femmes forment des systèmes de crédit rotatifs pour compenser l’absence d’un système bancaire accessible. Les agriculteurs se regroupent pour louer un camion afin d’acheminer leur manioc ou leur charbon de bois de la ville centrale de Kikwit au marché de Kinshasa. Bebe, qui vit dans la banlieue parisienne de Griney, envoie de l’argent au Kasaï via Western Union. Certains mois, elle contribue aux frais de scolarité, d’autres aux médicaments de sa belle-mère malade.

“Elikia” signifie espoir en lingala et il y en a beaucoup dans tout le pays. Les espoirs de changement positif viendront du peuple, pas de l’establishment politique congolais, et certainement pas des interventions extérieures.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share