Plaidoyer pour renouveau Étatique en RDC

- Publicité -

Les réformes de la gouvernance en RDC, peuvent être principalement envisagées comme un moyen de consolidation de la fondation d’une vraie Nation et le principal moteur devrait être relié au cadre global de la construction de l’État en RDC vue sous l’aspect de faillite. Les réflexions de Jong-Dae Park son en ce sens d’un apport immense dans la redéfinition de trajectoire national en République Démocratique du Congo.

Les types de gouvernance

Selon Jong-Dae Park, nous pouvons classer les rôles gouvernementaux en trois types: à prédominance étatique, à prédominante citoyenne et à dépendance diffuse. Le type à dominante étatique fait référence aux États transformationnels jouant un rôle important de ‘’facilitateurs” du développement, le type à dominante citoyenne signifie l’état avancé et mature des nations où les citoyens et le secteur privé ont une influence importante sur le rendement et la qualité des fonctions de l’État, garantissant la stabilité; et le type dépendant de la diffusion se réfère au cas dans lequel se trouve notre pays, c’est-à-dire n’étant ni à dominante étatique ni à dominante citoyenne, ce qui signifie littéralement qu’il y a une faiblesse à la fois dans le rôle du gouvernement et dans la participation et la contribution du peuple au développement.

Il est clair que rapport aux deux premiers types, le dernier type n’a pas d’avantages apparents, montrant une variété de faiblesses comme une tendance à la dépendance vis-à-vis des forces extérieures, une pauvreté continue et la sous-performance du gouvernement. On peut en déduire trois orientations différentes du gouvernement: à orientation politique, à performance et à gouvernance.

- Publicité -

Alors que le type axé sur la performance (retrouvé dans plusieurs pays en développement aussi) est axé sur la production du gouvernement, le type axé sur la gouvernance est caractéristique des pays développés, accorde la priorité à la mise en œuvre des politiques et à la prestation des services publics conformément aux réglementations et aux normes, et la cohérence, la transparence et la rationalité, entre autres facteurs, y sont des mesures clés du succès.

Le type à orientation politique est typique de notre pays: l’attitude du gouvernement, son engagement et ses activités quotidiennes sont davantage dictés par des considérations politiques et des intérêts personnels que par un véritable sens commun et du devoir pour l’intérêt public. Les fonctions exécutives sont si étroitement liées à la politique des partis au pouvoir ainsi qu’aux agendas personnels des puissants qu’il y a «trop de politique»; les ministères du gouvernement servent commodément d’outils de politique à tous points de vue.

Pour une refonte du paradigme étatique

Pour notre pays, le type axé que la gouvernance est plus que jamais une urgence, car nous avons un grand besoin de planification et d’exécution de politiques de transformation à tous les niveaux, et le rôle des décideurs politiques et des bureaucrates ayant le pouvoir d’effectuer les changements nécessaires revêt donc une importance particulière.

- Publicité -

En effet, si nos institutions sont faibles, il n’en reste pas moins vrai que les institutions elles-mêmes sont modelées par les pratiques d’accumulation à long terme de la Nation. En tant que tel, la meilleure façon de conduire efficacement le développement de notre pays est de commencer par des réformes consciencieuses et calculées au sein du gouvernement.

Les élites gouvernementales devraient être tenues aux normes les plus élevées en termes de défense des intérêts publics. Les fonctionnaires chargés de ces missions doivent être fiers, dévoués et responsables de servir leur nation. Le «sens de la mission» intégré au service de notre nation devra être l’attribut clé des élites bureaucratiques, mais malheureusement (ce qui n’est pas le cas aujourd’hui) car la majorité de nos élites ont un faible sens du devoir et la responsabilité, et souvent ne semblent pas très bien savoir ce qu’elles sont censés faire.

D’un autre côté, il pourrait être injuste de dénoncer nos élites pour tous nos maux, car la culture et les exigences de notre peuple jouent sans aucun doute un rôle important. Bien que l’efficacité du gouvernement repose sur la capacité de ses fonctionnaires, ce sont en fin de compte les citoyens et l’opinion publique qui façonnent le résultat de la gouvernance. C’est-à-dire que la société bureaucratique ne fonctionne pas en vase clos, mais interagit constamment avec l’environnement et est affectée par l’environnement et diverses entités, la plus importante d’entre elles étant le peuple.

Pas de changement sans une citoyenneté active

- Publicité -

Ainsi, notre peuple doit être à la fois extrêmement exigeant et réaliste. Par ailleurs, il est tout à fait approprié que la classe éclairée de notre pays, plutôt que d’être détachée de son propre environnement, d’assumer une plus grande responsabilité sociale et morale pour notre Nation. Car, si les élites et les intellectuels ne parviennent pas à prendre position et à faire avancer la société de manière positive, la société restera probablement stagnante, et ce n’est que lorsque notre gouvernement et notre peuple se regarderont directement et partageront des idées et des objectifs communs que notre État pourra fonctionner correctement à long terme, car les dirigeants politiques ne sont aussi bons que ceux qui les ont choisis.

Mais tout cela doit être fait dans perdre de vue que dans les pays démocratiques, la démocratie est souvent poussée à ses limites. Dans certains cas, elle est «abusée» de telle manière que les gens pensent qu’ils peuvent tout faire au nom de la liberté et de la démocratie. En effet, lorsque le modèle dominant de la société devient trop transactionnel et que tout le monde est déterminé à réaliser des gains personnels immédiats sans contrebalancer un mécanisme social plus vaste et restrictif collectif, la «liberté» est beaucoup plus vulnérable.

Dans le cas extrême, cela peut entraîner une profonde agitation et une crise nationale. Pour contourner ce piège, la liberté et la démocratie seront soulignées tout en insistant également sur les valeurs sociales et morales et la maturité de la société pour respecter les règles et les normes civiques. À cet égard, l’éducation, en particulier en ce qui concerne les devoirs civiques, l’éthique du travail et l’esprit de développement, est d’une importance capitale.

Par conséquent, il est crucial de donner à notre peuple les moyens de s’approprier véritablement sa vie et de notre nationalité. Cela signifie cultiver les gens non seulement pour faire valoir leurs droits et être très vigilants face à l’exercice du pouvoir par le gouvernement, mais aussi pour avoir un sens aigu du bien commun, des valeurs sociales et morales et des intérêts collectifs.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share