Comment la Banque mondiale recolonise l’Afrique

- Publicité -

Depuis leur accession à l’indépendance au tournant des années 1960, le spectre d’une reprise en main des pays africains par les puissances occidentales ou par les maîtres du deuxième monde émergent (Chine, Inde, Arabie Saoudite…), est omniprésent. Dans un ouvrage publié en 1965, le président ghanéen Kwame Nkrumah s’élevait déjà contre ce «néo-colonialisme, stade avancé du capitalisme», dans lequel «le capital étranger est utilisé pour l’exploitation plutôt que pour le développement des régions moins développées du monde » et où «l’investissement […] augmente plutôt qu’il diminue l’écart entre les pays riches et les pays pauvres». Malheureusement, on retrouve aujourdhui la réalisation de cette crainte : ainsi, l’Afrique n’a pas réussi son développement économique. Cet  article de Douglas DeGroot revient sur les causes de l’échec de l’Afrique. Il dénonce l’attitude de la Banque Mondiale en regard de l’Afrique et montre les méfaits de la détention du capital productif des pays africains par des étrangers | Ceci est une Traduction de LA-REPUBLICA.

Voir l’article original : Douglas DeGroot, How the World Bank is recolonizing Africa, Executive Intelligence Review, Volume 9, Number 46, November 30, 1982.


L’Afrique est un exemple de ce à quoi ressemblera bientôt le reste du secteur en développement si les forces politiques qui sous-tendent le système monétaire mondial actuel ne sont pas défiées avec succès. L’oligarchie coloniale malthusienne qui a dirigé l’Afrique jusqu’à l’indépendance dans les années 1960 n’a jamais eu l’intention de quitter l’Afrique, aucune intention de permettre au continent sous-peuplé mais extrêmement riche d’être plus qu’un fournisseur de ressources minérales et de cultures de rente agricoles dans des conditions de marché contrôlées par l’oligarchie.

- Publicité -

Les profils économiques suivants des nations africaines montrent aujourd’hui les résultats des politiques néo-malthusiennes de cette oligarchie. Dans certaines parties de l’Afrique, la civilisation a déjà été détruite, avec des populations réduites aux conditions de la période coloniale.  L’éducation se détériore, il n’y a pas d’argent pour payer les enseignants ou acheter des fournitures ; les soins de santé se détériorent sur un continent qui a les taux de mortalité les plus élevés au monde et l’espérance de vie la plus courte (47 ans) — entre 25 et 50 % des enfants meurent avant l’âge de cinq ans ; les réseaux de transport dans certaines parties du continent ne fonctionnent plus — les pénuries de carburant, l’effondrement des routes et l’effondrement des infrastructures de base séparent des sections du continent les unes des autres ; des pans entiers de la population ne fonctionnent plus dans le cadre de l’économie monétaire et en sont réduits à arracher leur subsistance.

C’est précisément la situation souhaitée par les colonialistes qui ont créé cette situation en imposant des conditionnalités de prêt du Fonds monétaire international (FMI) qui dictaient des coupes dans les importations (nourriture, carburant et biens d’équipement) ; exigé une augmentation des exportations de cultures de rente; réduire les investissements dans l’industrie, en les concentrant plutôt sur une agriculture à forte intensité de main-d’œuvre et inefficace ; ‘a exigé des réductions des subventions sur les prix des aliments et du carburant, et d’autres mesures de destruction de l’économie.

Disparition des États-nations ?

Si elles se poursuivent, ces politiques laissent présager une nouvelle ère en Afrique, une ère dans laquelle les gouvernements centraux disparaîtront. Resteront à leur place les reliques des gouvernements de la période des indépendances qui ne feront que jouer le rôle, comme jadis, d’administrations coloniales, pour organiser les exportations de produits agricoles et miniers. C’était ainsi que l’Afrique était dirigée avant l’indépendance par les puissances coloniales. L’individu n’a pas le sentiment d’appartenir à une nation, au développement de laquelle il peut participer, prenant ainsi en main son propre destin.

- Publicité -

Kwame Nkrumah, le premier chef d’État du Ghana, a mené la lutte pour libérer l’Afrique de ces intérêts coloniaux, tentant en vain d’empêcher la balkanisation du continent en un grand nombre de petits pays à population limitée, une condition qui a grandement affaibli l’Afrique dans sa tentative de construction des nations face à l’opposition des intérêts coloniaux. Vingt-quatre des 39 pays subsahariens ont moins de 5 millions d’habitants, et 12 d’entre eux ont moins d’un million d’habitants. Seuls six en ont plus de 15 millions.

L’allié de Nkrumah au Congo belge (aujourd’hui Zaïre), Patrice Lumumba, a été assassiné afin d’empêcher cette nation potentiellement riche de se développer. Si cette nation stratégiquement importante s’était développée avec succès, l’histoire post-indépendance de l’Afrique, rayonnant dans toutes les directions à partir du Zaïre, aurait été radicalement différente. L’oligarchie coloniale qui dirigeait l’Afrique avant l’indépendance descendait des familles qui dirigeaient la traite des esclaves depuis l’Afrique du XVe au XIXe siècles. Ce groupement a mis en place le système de Bretton Woods après la Seconde Guerre mondiale, et avec lui le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale. Désormais, ce sont les néo-colonialistes, opposés inconditionnellement au développement de l’ancien secteur colonial, et empêchant ce dé-développement par le biais du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale.

La Banque mondiale en Afrique

Le dernier Rapport sur le développement mondial de la Banque mondiale conclut que la situation en Afrique “est encore plus désespérée qu’il y a un an”, et prévoit une baisse du PNB par habitant de 1,0 % pour le reste de la décennie.

- Publicité -

C’est la Banque mondiale elle-même qui porte la responsabilité de cet état de choses en Afrique, par son refus constant de financer de grands projets de développement infrastructurel et industriel. Le président somalien Siad Barre, par exemple, recherche des financements auprès de la Banque mondiale depuis le milieu des années 1970 pour une série de projets de barrage et d’irrigation le long du fleuve Juba. Au moment où les projets ont été proposés pour la première fois, leur coût total était fixé à environ 1 milliard de dollars. De plus, le projet aurait fourni un niveau de vie décent à la population somalienne nomade, dont une grande partie erre en dehors de la Somalie en Éthiopie et au Kenya, une situation qui a créé des frictions et des tensions régionales dans la Corne de l’Afrique. Le projet de la rivière Juba, qui reste sur le plateau de la Banque mondiale, aurait pu empêcher le cycle de tensions régionales, de guerre et de centaines de milliers de réfugiés qui afflige le Hom d’Afrique depuis la fin des années 1970.

Le gouvernement du Gabon s’est retrouvé dans une situation similaire vis-à-vis de la Banque mondiale dans les années 1970. La Banque mondiale a refusé de financer un projet de construction d’un chemin de fer national. Déterminé à aller de l’avant avec le projet, le président Bongo a déclaré qu’il conclurait un accord avec le diable si nécessaire pour faire construire le chemin de fer. C’est ce qu’il a fait : le gouvernement gabonais a emprunté sur le marché usuraire de l’eurodollar pour commencer à construire le chemin de fer, et s’est rapidement retrouvé en proie à une crise de la dette qui a conduit le gouvernement à recevoir le traitement des conditionnalités du FMI et de fortes doses d’austérité.

Draper et la politique du génocide

Cette haine du développement dans les anciens secteurs coloniaux du monde est illustrée par feu le général William Draper, Jr., fondateur du Draper Fund-Population Crisis Committee, l’un des initiateurs du mouvement aux États-Unis pour réduire la population mondiale. Draper était un haut fonctionnaire de la société Dillon-Read de Wall Street, et son fils, William III, poursuit la politique de son père depuis son poste de directeur de la banque d’import-export du président Reagan.

Au printemps 1971, le général Draper a comparé l’espèce humaine aux animaux de la “réserve animale de renommée mondiale — le parc Kruger en Afrique du Sud. Là, les éléphants devenaient trop nombreux, bousculant et tuant trop d’arbres, et menaçant ainsi l’approvisionnement alimentaire d’autres animaux”, a déclaré Draper. “Ainsi, les gardes du parc agiront en tant que juge et jury. Ils réduiront arbitrairement l’une ou l’autre des espèces nécessaires pour préserver l’environnement équilibré pour tous les autres animaux.

“Mais qui sera Park Ranger pour la race humaine ? “Qui éliminera le surplus dans ce pays ou dans ce pays lorsque la pression de trop de gens et de trop peu de ressources augmentera au-delà de l’endurance ?”.

Le rapport Berg

La Banque mondiale, tentant de tirer parti de la crise qu’elle a créée en Afrique, a publié il y a environ un an un rapport qui est un plan pour les gardes forestiers autoproclamés qui veulent réduire en particulier les populations à la peau foncée dans le secteur en développement.

Coordonné par le groupe de réflexion Elliot Berg, et nommé en son honneur, le rapport propose que les pays africains réagissent à l’aggravation de la crise économique en renonçant à tout désir de s’industrialiser et ainsi soutenir une densité de population croissante, et deviennent plutôt une collection de ce qui équivalent à des colonies autonomes fournissant des minéraux et des cultures commerciales. Le rapport Berg, publié en tant qu’évaluation par la Banque mondiale du programme de développement du Plan d’action de Lagos de l’Organisation de l’unité africaine, dicte le démantèlement des gouvernements africains, qu’il justifie par un sophisme si grossier qu’il trahit la basse estimation de Berg de la capacité intellectuelle d’un Africain.

Après avoir d’abord admis que la crise économique internationale est la cause de la crise en Afrique, Berg se retourne et affirme que la crise est également due à des erreurs de politique intérieure africaine. Le rapport évite cependant toute discussion sur le système monétaire qu’il défend, et concentre toute l’attention sur ces “erreurs” dont Berg montre clairement qu’il reconnaît et méprise parce qu’il s’agit d’efforts des gouvernements africains pour orienter le processus de développement. Sous prétexte de s’opposer à la corruption des agences gouvernementales, Berg propose l’élimination totale du rôle du gouvernement, éliminant ainsi le gouvernement en tant que véhicule pour développer une nation.

La route du désastre écologique

Face à la crise économique croissante, les gouvernements africains prennent un pourcentage croissant de ce que leurs agriculteurs produisent – les agriculteurs étant la majorité des producteurs dans une Afrique largement sous-développée – dans l’espoir de maintenir le fonctionnement des gouvernements et d’atteindre les objectifs de développement. Berg propose, en revanche, de redonner un pourcentage plus élevé aux agriculteurs à forte intensité de main-d’œuvre travaillant avec des outils à main, afin d’encourager une production supplémentaire. Cependant, toute tentative de forcer une augmentation de la production de cette manière, sans l’introduction de technologies de pointe, conduira à un désastre écologique, comme cela est le plus évident dans les pays sahéliens de l’Afrique de l’Ouest.

C’est dans la région sahélienne de l’Afrique – dans le bassin du fleuve Sénégal – que la Banque mondiale s’est opposée à un projet de barrages et d’infrastructures d’irrigation et de transport de l’eau au Sénégal, au Mali et en Mauritanie, car le riz produit dans le cadre de ce projet coûterait plus cher que le riz importé d’Asie, selon un diplomate. “Comme si les pays en question ne tireraient pas toute une série d’autres avantages de la construction de ces infrastructures”, a commenté le diplomate en colère.

L’alternative LaRouche

En avril 1981, alors que le rapport Berg était en cours de préparation, le fondateur de l’EXECUTIVE INTELLIGENCE REVIEW, Lyndon LaRouche, a répondu aux demandes des diplomates africains pour qu’il donne son appréciation du Plan d’action de Lagos en écrivant un livre sur l’édification de la nation en Afrique. Le manuel de développement de LaRouche propose une stratégie pour l’industrialisation de haute technologie des nations africaines qui est diamétralement opposée à celle du rapport Berg (voir des extraits des deux, ci-après). LaRouche explique la nécessité d’un nouveau système monétaire international si le secteur en développement veut s’industrialiser avec succès, et explique pourquoi les stratégies de développement proposées par le FMI, la Banque mondiale et les Nations Unies ne sont pas censées réussir en premier lieu.

Si les pays africains suivent les préceptes du rapport Berg, ils détruiront leurs nations et retourneront docilement au statut colonial. Les propositions de LaRouche sont la seule alternative efficace. Ne laissant aucune place au compromis, le message du rapport Berg est le suivant : abandonnez vos États-nations et revenez à l’économie coloniale, sinon.

Publicité

Sur les mêmes sujets

Publicité
Total
0
Share