La deuxième ruée vers l’Afrique : une cause pour l’afro-pessimisme

- Publicité -

“Notre point de vue est que la première bousculade a jeté les bases de la seconde. L’indépendance politique de l’Afrique ne pouvait pas se traduire par une indépendance économique parce que les puissances coloniales n’avaient pas prévu cela, et les dirigeants et les citoyens africains qui ont pris le relais à l’indépendance ne pouvaient pas autonomiser le continent économiquement des décennies après l’indépendance. Ainsi, la mondialisation moderne a rattrapé l’Afrique, l’a marginalisée et a consolidé son statut dans le système mondial moderne. L’Afrique a besoin d’une action urgente pour démarginaliser avant qu’elle ne devienne complètement inutile dans la nouvelle division internationale du travail”, conclut “The Second Scramble for Africa- A Cause for Afro-Pessimism”, de Joel N. Nwachukwu et Aaron Ola Ogundiwin (2020).


Résumé :  Cet article soutenait que bien que la deuxième ruée vers l’Afrique puisse être située dans la stratégie globale néo-impérialiste plus large, elle est néanmoins assez différente de la course classique pour l’Afrique au 19e siècle, en termes d’approche, de mécanisme, de calendrier et de nouveaux participants. C’est aussi nouveau à certains égards. Premièrement, il a enrôlé les États-Unis d’Amérique déchaînés, la Russie et les nouveaux entrants asiatiques voraces tels que la Chine et l’Inde, ainsi que les émirats riches en pétrole, tout en conservant un certain nombre de puissances impériales européennes dans la mêlée. Deuxièmement, il a créé une bourgeoisie locale qui se considère comme le surveillant des intérêts étrangers sur le continent. Troisièmement, l’idéologie de la nouvelle bousculade est basée sur le pillage rapide et le pillage rapide et découle des impératifs de la mondialisation moderne. Cette étude, qui a adopté comme approche, une combinaison de perspectives descriptives, analytiques, évaluatives et historiques, insiste sur le fait qu’à moins que la deuxième bousculade ne soit vérifiée, elle consoliderait la relégation de l’Afrique à la marginalité, à l’inadéquation culturelle et à la recolonisation éventuelle. À travers le test d’une série d’hypothèses, le travail a exposé les forces majeures à l’œuvre tout en répondant à certaines questions fondamentales de la recherche. Il conclut que l’Afrique a besoin d’une superpuissance pour se doter d’un parapluie nucléaire, et dessiner un plan maréchal – du type que l’Amérique a fait pour la guerre qui a dévasté l’Europe à la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour s’affirmer.

Citation

Nwachukwu, Joel & Ogundiwin, Aaron. (2020), The Second Scramble for Africa- A Cause for Afro-Pessimism”, Mediterranean Journal of Social Sciences. 11. 50. 10.36941/mjss-2020-0006.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share