Exploitation et commerce du coltan en République démocratique du Congo – Le côté obscur de la mondialisation

La mondialisation a augmenté à la fois l’offre et la demande de produits et de services internationaux, mais elle a eu de graves conséquences sur plusieurs nations particulièrement riches en ressources naturelles. La République démocratique du Congo est l’une de ces nations, dans laquelle la demande mondiale extrêmement élevée de coltan, un minéral utilisé pour la fabrication d’appareils électroniques, a accru le conflit national entre les différents groupes armés et a aggravé la situation en provoquant directement ou indirectement impliquant plusieurs acteurs internationaux. Ainsi, cet article se concentrera sur le côté obscur de la mondialisation en analysant le cas du commerce du coltan en relation avec le conflit en cours en République démocratique du Congo, qui est directement aggravé par l’ingérence des groupes armés du Congo et d’autres pays voisins. tels que le Rwanda et l’Ouganda, et indirectement intensifié par les sociétés internationales des pays industrialisés qui, sciemment ou non, achètent des matériaux de conflit pour un traitement ultérieur et une distribution en dehors de la RDC.

Source : Janire Riobello, The Dark Side of Globalization: Exploitation and Trade of Coltan in the Democratic Republic of Congo, SDWatch | Publication,

Introduction

La mondialisation a permis le développement d’un vaste réseau de commerce international qui profite non seulement au secteur privé en renforçant la concurrence et en augmentant les profits, mais aussi aux consommateurs qui sont désormais en mesure d’acheter une large gamme de biens et de services mondiaux qui répondent au mieux à leurs besoins et à leurs préférences. Cependant, tout ce qui concerne la mondialisation n’est pas bon pour l’ordre international. Des facteurs comme l’exploitation des ressources naturelles ou la délocalisation des entreprises ont des effets particulièrement négatifs sur les pays les moins avancés, et c’est précisément dans ces cas que la mondialisation ne peut que conduire à la poursuite, voire à l’aggravation d’un conflit existant.

- ANNONCE -

C’est un fait bien connu que de nombreux pays africains sont riches en réserves de différents minéraux tels que les diamants, l’or, le cobalt ou le tantale, mais cette abondance n’a jamais contribué à la croissance économique de ces pays. Au contraire, l’ordre économique international «néolibéral» actuel semble plutôt utiliser le prétexte d’un marché international pour exploiter ces ressources au profit de l’Occident. Un exemple de l’empressement des multinationales à réaliser des bénéfices quelles que soient les conditions de la chaîne d’approvisionnement est le commerce international de la colombite-tantalite, également connue sous le nom de coltan, dont le prix a rapidement augmenté depuis le milieu des années 2000 en raison des pénuries dans le l’offre mondiale de tantale et la demande croissante de l’industrie électronique (Amnesty International, 2003, p. 31). Cette croissance de la demande de coltan a encore intensifié la violence et la pauvreté économique de la République démocratique du Congo, car les régions orientales du pays contiennent d’importants gisements de coltan. La hausse des prix mondiaux et la croissance de la demande ont conduit les Congolais – et pas seulement eux – à prendre conscience de son importance économique, et c’est ainsi que des centaines de civils ont décidé de travailler dans les mines malgré les mauvaises conditions de travail et ce secteur est devenu extrêmement attractif pour eux. les groupes armés aussi, qui y voyaient une occasion parfaite de rassembler d’importants capitaux qui pourraient ensuite être réinvestis dans l’effort de guerre.

Ainsi, cet article se concentrera sur le côté obscur de la mondialisation en analysant le cas du commerce du coltan en relation avec le conflit en cours en République démocratique du Congo, qui est directement aggravé par l’ingérence des groupes armés du Congo et d’autres pays voisins. tels que le Rwanda et l’Ouganda, et indirectement intensifié par les sociétés internationales des pays industrialisés qui, sciemment ou non, achètent des matériaux de conflit pour un traitement ultérieur et une distribution en dehors de la RDC.

Coltan et conflit en République démocratique du Congo

Les provinces orientales congolaises du Nord et du Sud-Kivu sont impliquées dans un violent conflit politique, économique et ethnique depuis la fin des années 1990. Après que L. Kabila soit devenu président du Zaïre en 1997 avec le soutien militaire du Rwanda et de l’Ouganda, le nouveau président a décidé d’expulser les officiers rwandais de sa propre armée pour retrouver l’autonomie complète des forces armées nationales. Cette tentative d’expulsion de ses anciens alliés a conduit à une rébellion soutenue par le Rwanda et l’Ouganda qui a pris le contrôle des régions du nord et de l’est du Zaïre – nouvellement rebaptisé RDC – tandis que l’armée de Kabila, soutenue par les armées angolaise et zimbabwéenne, s’emparait du régions du sud et de l’ouest (Cuvelier et Marysse, 2003, p. 9). Cette confrontation marquerait le début de la Seconde Guerre du Congo, souvent qualifiée de Première Guerre mondiale africaine.

- ANNONCE -

Bien que la guerre soit censée avoir pris fin avec l’Accord de Pretoria de 2002 entre les gouvernements rwandais et congolais, le conflit a repris dans la région du Kivu entre les forces armées du Congo (FARDC) et plusieurs milices qui se sont battues à la fois contre l’armée nationale et entre elles. Malgré le traité de paix signé en mars 2009, étendu le long de la frontière entre la RDC et le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi, les différentes guérillas continuent de se battre sur le sol congolais. Ces groupes armés comprennent le Tsutsi Congrès National pour la Défense du Peuple (CNDP), plusieurs groupes rebelles locaux comme les Maï-Maï, le Mouvement M23, les Forces démocratiques alliées islamistes et les Forces démocratiques hutues de la libération du Rwanda (FDLR) , responsable du génocide rwandais de 1994.

Ces groupes armés se battent les uns contre les autres ainsi que contre les armées nationales de la RDC et du Rwanda depuis des décennies. Le CNDP, dirigé à l’origine par le général L. Nkunda, était soutenu par le Rwanda et combattait principalement l’armée nationale congolaise. Le mouvement M23 est également composé de membres tutsi et a été fondé après que le CNDP a signé un traité de paix avec la RDC en 2009. Les Maï-Maï sont de petites forces locales prétendant agir en état de légitime défense et se sont indistinctement alliées à l’armée Congolaise et avec les troupes ougandaises et rwandaises. Les Forces démocratiques alliées (Allied Democratic Forces – ADF) sont considérées comme un groupe terroriste islamiste originaire d’Ouganda et qui s’est ensuite étendu à l’est de la RDC. Les FDLR sont formées par des membres de l’ethnie Hutu, considérés comme des “ennemis” des Tutsi, avec de nombreux anciens membres Interahamwe, les auteurs du génocide rwandais en 1994 au cours duquel ils ont tué jusqu’à un million de Tutsi, de Twa et de membres d’autres ethnies.

Selon un rapport de la direction générale de la protection civile européenne et des opérations d’aide humanitaire de la Commission européenne (2018), le conflit en RDC a causé plus de 13 millions de personnes ayant besoin d’aide humanitaire, environ 5 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays et environ 2 millions d’enfants de moins de cinq ans touchés par la malnutrition sévère. Bien que certains rapports affirment que le nombre de morts depuis le début du conflit était de 5,4 millions en 2008 (International Rescue Committee, 2007, p. 16), il est tout à fait impossible de fournir un chiffre fiable sur les taux de mortalité réels causés par le conflit. Néanmoins, il est indéniable que la guerre en cours a créé une énorme crise humanitaire qui n’a été qu’aggravée par plusieurs épidémies d’Ebola, qui en juin 2019 a été mortelle pour au moins 1 479 personnes sur les 2 204 cas signalés (World Health Organisation, 2019).

- ANNONCE -

La violence sexuelle et sexiste a été une caractéristique prédominante du conflit en RDC. Dans un contexte de guerre, les soldats de n’importe quel groupe armé peuvent utiliser le viol comme arme de génocide, comme arme d’humiliation pour leurs ennemis (Bourke, 2014, p. 20). Dans un rapport publié en 2010, l’ONU estimait qu’environ 200 000 femmes et filles avaient été agressées sexuellement depuis 1998, et que «plus d’un tiers de ces viols [avaient] eu lieu dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu» (Kelly, 2010, p. . 2). Il n’est pas surprenant que l’augmentation des viols en RDC ait également entraîné une augmentation de la prévalence du SIDA/VIH et d’autres maladies sexuellement transmissibles. Selon un rapport de l’Institut américain pour la paix (2001, p. 5), 60% des soldats réguliers et des miliciens en RDC sont infectés par le VIH/SIDA, qui est mal traité une fois contracté en raison de la rareté et du coût élevé d’un traitement adéquat en raison des campagnes de prévention quasi inexistantes (Human Rights Watch, 2002, p. 71). De nos jours, environ 400 000 personnes de tous âges vivent avec le VIH/SIDA en RDC (ONUSIDA, 2019).

Outre les enjeux politiques et ethniques qui ont conduit à des décennies de conflits armés, l’une des principales causes de cette guerre sans fin est la course au contrôle des minerais comme le coltan. Le coltan est un matériau très résistant qui a gagné en popularité au cours des dernières décennies en raison de son adéquation aux smartphones, tablettes et autres appareils nécessitant un condensateur pour stocker l’énergie électrique dans un champ électronique (The Hague Center for Strategic Studies, 2013, p 15). Bien qu’il existe des alternatives telles que l’aluminium, la céramique ou le film, aucune n’offre la capacité, la stabilité, la taille et la fiabilité que le coltan offre (Hayes et Burge, 2003, p. 24).

Ce n’est pas un hasard si l’épicentre du conflit se situe précisément dans les provinces orientales congolaises du Nord et du Sud-Kivu, car elles contiennent d’importants gisements de coltan où les activités minières se sont intensifiées depuis le milieu des années 2000. Comme dans d’autres pays en développement, le système minier au Congo est basé sur l’exploitation minière artisanale et à petite échelle (ASM) qui s’avère fondamentale pour jusqu’à 10 millions de personnes ou 16% de la population, soit parce que ces personnes travaillent comme mineurs, soit parce que leur les moyens de subsistance dépendent de l’exploitation minière (Banque mondiale, 2008, p. 7). Au lieu de recevoir un salaire fixe, cependant, la plupart des mines fonctionnent comme une économie de troc dans laquelle les mineurs conservent un pourcentage fixe du coltan qu’ils produisent (Centre de La Haye, 2013, p. 52), ainsi le coltan remplace l’argent dans la plupart des transactions économiques. La «découverte» de l’importance économique des mines de coltan a conduit des jeunes hommes et garçons ruraux à organiser le travail dans ces activités minières artisanales malgré les dangers liés à l’activité minière elle-même et ceux liés aux milices assoiffées de pouvoir (Mantz, 2008, p. 43).

Cependant, la grande majorité des mines de coltan sont contrôlées par des groupes armés comme les Maï-Maï ainsi que par des unités de l’armée congolaise (FARDC). Alors que les groupes paramilitaires tentent de prendre le contrôle des mines pour financer leurs activités, les unités de l’armée formelle reçoivent des incitations monétaires si faibles (Bleischwitz, Dittrich et Pierdicca, 2012, p. 7) qu’elles se tournent également vers des activités illicites qui augmenteraient leurs revenus.

Outre les mines contrôlées par des groupes armés, des milices comme le CNDP et les FDLR imposent des barrages routiers censés protéger les civils des insurgés, mais en réalité ils servent surtout de points de contrôle pour le vol et l’extorsion (Amnesty International, 2003, p. 17 ). Par exemple, le Rassemblement pour la démocratie congolaise (RCD), soutenu par les gouvernements rwandais et ougandais, est connu pour avoir établi une série de barrages routiers entre les villes de Mumba et Goma, c’est-à-dire entre la mine et la ville où le coltan doit être extrait et vendu. Les ouvriers de la mine, qui sont souvent également responsables du transport des matériaux d’un endroit à l’autre, sont alors contraints de vendre du coltan à prix réduit aux commandants de l’armée ou ils peuvent même être contraints de remettre les marchandises (Amnesty International, 2003, p. 17).

Le commerce du coltan suit donc des circuits très complexes qui rendent le processus extrêmement opaque. Il peut être vendu à des comptoirs ou à des commerçants dans les villes frontalières qui travaillent habituellement avec les milices (Mantz, 2008, p. 42), ou il peut être exporté illégalement directement vers le Rwanda ou d’autres pays d’Afrique centrale. Une fois le coltan entre les mains de groupes armés, il sera vendu à des raffineries étrangères qui vendront à leur tour la matière première à des pays comme les États-Unis, le Japon ou l’Europe (Mantz, 2008, p. 42).

Le Rwanda est la voie privilégiée pour le commerce illégal de minerais comme le coltan pour plusieurs raisons. Premièrement, contrairement aux taxes imposées par le gouvernement congolais pour les exportations officielles de coltan, le Rwanda ne taxe pas les exportations de ce matériau. Deuxièmement, la législation nationale établit que les marchandises importées peuvent être déclarées produits rwandais si elles subissent une transformation supplémentaire ajoutant 30 % à leur valeur (Centre de La Haye, 2013, p. 51). Ainsi, il est probable que la majeure partie du minerai exporté du Rwanda soit d’origine congolaise, mais il est presque impossible de savoir s’il a été importé légalement ou illégalement en premier lieu.

Malgré la guerre, le contrôle des mines de coltan par des groupes armés est extrêmement stratégique car l’exploitation minière, contrairement à de nombreux autres secteurs comme l’agriculture ou la fabrication, résiste à la guerre. En particulier, l’exploitation minière artisanale ne dépend pas de technologies sophistiquées ou d’investissements importants qui perturberaient l’industrie en temps de guerre. En outre, il n’est pas facile de détruire une mine entière par rapport, par exemple, aux cultures ou aux animaux, et la concentration géographique des mines de coltan dans l’est du Congo permet également un contrôle plus facile et plus efficace (The Hague Centre, 2013, p. 66 ). Ainsi, le commerce illicite de minerais est le commerce le plus lucratif pour les groupes armés, qui vont contrôler, faire passer en contrebande et vendre du coltan en échange d’argent (ou éventuellement d’armes) qui seront ensuite utilisés pour leurs propres opérations militaires.

Selon un rapport d’un groupe d’experts du Conseil de sécurité de l’ONU (2001), il y a eu une “exploitation systématique et systémique” des ressources naturelles menée non seulement par les forces d’occupation rwandaises et ougandaises, mais aussi par l’émergence de réseaux illégaux au sein des structures gouvernementales congolaises. En fait, la faiblesse des institutions congolaises conduit souvent les responsables gouvernementaux et les chefs de l’armée à s’impliquer dans des activités de corruption, de sorte que de nombreux acteurs différents profitent de la situation actuelle. Il n’y a ni volonté ni incitation à changer le système de l’intérieur : «c’est une situation de blocage qui s’auto-entretient au sein d’un État fragile» (Bleischwitz, Dittrich et Pierdicca, 2012, p. 7).

Outre la violence et la corruption, l’exploitation des mines de coltan par les forces armées présente d’autres problèmes inacceptables qui perdurent chaque jour, y compris, mais sans s’y limiter, le travail des enfants, les mauvaises conditions de travail ou même le travail forcé, et la dégradation de l’environnement, alors que des milliers d’éléphants et de gorilles sont tués. pour nourrir les travailleurs des camps miniers, qui reçoivent des fusils Kalachnikov pour chasser les animaux sauvages (Hayes et Burge, 2003, p. 35).

Le rôle des entreprises internationales et des pays développés dans le conflit en RDC

La RDC contient à peu près tous les éléments du tableau périodique, des matériaux qui valent environ 24 000 milliards de dollars ou le PIB combiné de l’Europe et des États-Unis. Cependant, « environ 6 millions de dollars de ressources quittent [la RDC] chaque jour » (Carpenter, 2012, p. 5). Ainsi, en raison du pillage constant par des pays tiers, la RDC est aujourd’hui l’un des pays les plus pauvres du monde.

Le rapport de l’ONU S/2001/357 (2001) a identifié l’extraction du coltan comme une source de financement pour les groupes armés et a qualifié les sociétés multinationales de «moteur du conflit en RDC». En fait, bien que la guerre ait pu commencer en raison de problèmes politiques et ethniques, sa perpétuation et sa poursuite ne sont qu’une question d’intérêts économiques des différents gouvernements centrafricains impliqués, des nombreux groupes armés qui exploitent et exportent le coltan et des entités privées qui importent. , raffiner, transformer et vendre du coltan ou des produits dérivés du coltan.

Comme il a été mentionné ci-dessus, la plupart des exportations rwandaises de coltan sont directement importées des mines congolaises. Cette matière première sera ensuite achetée par ex. entreprises de transformation kazakhes, allemandes et américaines, et il sera ensuite vendu à des entreprises d’électronique allemandes, chinoises et américaines qui vendront finalement des produits contenant du coltan au public mondial. Ainsi, même si la plupart des pays n’importent ou ne transforment pas directement le coltan de la RDC, les consommateurs de ces pays utiliseront probablement des produits qui en contiennent (Moran et al., 2014, p. 5).

Le problème des matériaux de conflit comme le coltan, cependant, est qu’ils arrivent sur le marché international sans être remarqués. Le manque intentionnel de transparence de la chaîne d’approvisionnement contourne tout processus de certification qui pourrait éventuellement permettre de retracer le produit final jusqu’à la mine (Montague, 2002, p. 105). Alors que d’autres minerais de conflit comme le diamant nécessitent des processus de certification en vertu du droit international, le coltan ne le fait pas, et il est donc extrêmement facile pour les sociétés transnationales de simplement nier tout accord présumé avec des groupes rebelles ou de feindre l’ignorance sur son origine (Carpenter, 2012, p. 10 ).

Après plusieurs enquêtes menées par des ONG et l’ONU, différentes organisations et entreprises ont lancé une série d’initiatives pour réduire et éventuellement éliminer les importations de coltan en provenance de la RDC. Cependant, la plupart d’entre eux sont de nature non contraignante et n’imposent donc aucune obligation aux acteurs concernés. Par exemple, la résolution S/RES/1952 du Conseil de sécurité des Nations Unies de 2010 «recommande à tous les États, en particulier ceux de la région, de publier régulièrement des statistiques complètes sur les importations et les exportations de ressources naturelles, notamment l’or, la cassitérite, le coltan, la wolframite, le bois et le charbon de bois et renforcer le partage d’informations et l’action conjointe au niveau régional pour enquêter et combattre les réseaux criminels régionaux et les groupes armés impliqués dans l’exploitation illégale des ressources naturelles».

Une autre initiative a été proposée par le sommet du G8 à Heiligendamm avec l’introduction d’une méthode géochimique appelée «empreinte analytique», un outil capable d’identifier l’origine des concentrés de minerai de tantale (Melcher et al., 2008, p. 617). L’OCDE (2016) a également élaboré une approche en cinq étapes pour assurer la protection des droits de l’homme par les entreprises liées au coltan par le biais d’un guide sur le devoir de diligence comprenant des recommandations sur la mise en œuvre de ces exigences, qui s’appliquent à toutes les chaînes d’approvisionnement en minerais. D’autres initiatives comme la loi Dodd-Frank mise en place par B. Obama en 2010, l’ITIE++ de la Banque mondiale de 2008 ou la disposition de certaines entreprises de fabrication de tantale telles que Kemet et Cabot Corporation à exiger de leurs fournisseurs qu’ils certifient que le minerai acheté ne provient pas de les régions orientales de la RDC (Montague, 2002, p. 117), peuvent contribuer à améliorer la transparence et à supprimer progressivement les incitations financières pour les groupes rebelles qui font de la contrebande et exportent du coltan.

La seule façon d’empêcher les groupes armés de profiter des ressources congolaises tout en violant constamment plusieurs droits de l’homme est de couper complètement le flux de coltan exporté illégalement vers le marché international. Cependant, ce n’est ni dans l’intérêt des rebelles ni dans celui des multinationales : coltan, c’est de l’argent, et bien que tout le monde, partout, nie commercer avec du coltan ensanglanté, tout le monde, partout, l’est.

Conclusions

C’est un fait bien connu que le «premier monde» n’existerait pas sans un « tiers monde », et les principaux acteurs économiques en sont bien conscients. Il est dans leur intérêt de défendre un système international de libre-échange qui ressemble malheureusement à l’époque du colonialisme. Il est difficile de déterminer si l’échec de certaines anciennes colonies à établir un État démocratique provient de leur incapacité à gérer équitablement leurs richesses en ressources ou si cet échec est une conséquence directe de l’intervention occidentale.

Le système international de l’après-guerre froide, basé sur un récit occidental clair, n’a laissé aucune place aux pays postcoloniaux pour se développer par eux-mêmes. L’intervention politique, économique et même militaire des États occidentaux interfère constamment avec les économies nationales et intensifie tous les conflits possibles qui, comme dans le cas de la RDC, commencent souvent par des tensions croissantes entre les nombreuses cultures et ethnies différentes qui ont été “forcées” de coexister au sein d’un nouveau pays dont les frontières ont été artificiellement tracées par les anciens colonialistes. Les différentes alliances économiques entre les multinationales et les rebelles sont difficiles à cerner, mais il est évident que le coltan déplace encore de grandes quantités de capitaux alors que la demande de biens électroniques ne cesse de croître partout dans le monde. Par conséquent, il est peu probable que le conflit en RDC se termine de sitôt.

L’énorme urgence humanitaire qui dure depuis 1998, que certains prétendent être le conflit le plus meurtrier depuis la Seconde Guerre mondiale (Carpenter, 2012, p. 16), est encore aujourd’hui extrêmement sous-rapportée par les médias grand public, et les chiffres exacts des taux de mortalité et les exportations de coltan sont pratiquement introuvables, probablement en raison de la grande puissance des grandes entreprises, qui ne sont pas intéressées à divulguer ces informations au public.

Malgré les efforts et les initiatives du secteur privé ainsi que ceux des organisations internationales et des États, le coltan restera un commerce extrêmement lucratif tant que les appareils électroniques occuperont une place aussi importante dans notre vie quotidienne. La mondialisation et le libre-échange pourraient être bénéfiques pour le côté occidental de la médaille, mais ils sont mortels pour l’autre côté, celui que nous ne pouvons pas voir ou que nous choisissons de ne pas voir, comme le côté obscur de la lune.

Alors que nous, en tant que consommateurs vivant du côté fortuné, avons maintenant développé un nouveau membre appelé téléphone portable, des centaines de milliers d’innocents sont tués, violés, soumis au travail forcé, forcés de quitter ce qu’ils auraient autrefois appelé chez eux. Et pendant ce temps-là, ceux qui fixent les règles du jeu, comme toujours, se remplissent les poches d’argent ensanglanté et font semblant d’ignorer les atrocités qu’ils ont consenties et même amplifiées. Il ne suffit pas de désigner les groupes armés comme la seule cause de ces crimes. Les multinationales et l’Occident sont aussi responsables de ce massacre que les rebelles, car tant que le coltan continuera d’être échangé contre des actifs financiers et des armes, la flamme de la violence sera entretenue.

Références

  1. Amnesty International, 2003. Democratic Republic of Congo: Our Brothers Who Help Kill Us. Economic exploitation and human rights abuses in the East,
  2. Bleischwitz, R., Dittrich, M. & Pierdicca, C., 2012. Coltan from Central Africa, international trade and implications for any certification (Wuppertal: Wuppertal Institute for Climate, Environment and Energy), DOI: 10.1016/j.resourpol.2011.12.008
  3. Bourke, J., 2014. Rape as a weapon of war, The Lancet 383 (14 June 2014): 19-20,
  4. Carpenter, L., 2012. Conflict minerals in the Congo: Blood minerals and Africa’s under-reported first World War (Suffolk University),
  5. Cuvelier, J. & Marysse, S., 2003. Rwandan economic involvement in the conflict in the Democratic Republic of Congo. (University of Antwerp: Institute of Development and Policy Management).
  6. European Civil Protection and Humanitarian Aid Operations, 2018. Democratic Republic of Congo (European Commission),
  7. The Hague Centre for Strategic Studies, 2013. Coltan, Congo & Conflict – Polinares Case Study, no. 21 (The Hague),
  8. Hayes, K. & Burge, R., 2003. Coltan mining in the Democratic Republic of Congo: how tantalum-using industries can commit to the reconstruction of the DRC (Cambridge: Fauna and Flora International),
  9. Human Rights Watch, 2002. The war within the war: sexual violence against women and girls in Eastern Congo (New York),
  10. International Rescue Committee, 2007. Mortality in the Democratic Republic of Congo: an ongoing crisis (Burnet Institute),
  11. Kelly, J., 2010. Rape in war: Motives of militia in DRC (Special Report 243) (Washington DC: United States Institute of Peace),
  12. Mantz, J. W., 2008. Improvisational economies: Coltan production in the eastern Congo, Social Anthropology/Anthropologie Sociale 16, no. 1: 34-50,
  13. Melcher, F., Graupner, T., Henjes-Kunst, F., Oberthür, T., Sitnikova, M., Gäbler, E., Gerdes, A., Brätz, H., Davis, D. & Dewaele, S., 2008. “Analytical fingerprint of columbite-tantalite (coltan) mineralisation in pegmatites – Focus on Africa“. Ninth International Congress for Applied Mineralogy Brisbane, QLD, 8–10 September 2008, 615–624.
  14. Montague, D., 2002. Stolen Goods : Coltan and Conflict in the Democratic Republic of Congo, SAIS Review 22, no. 1: 103-118,
  15. Moran, D., McBain, D., Kanemoto, K., Lenzen, M. & Geschke, A., 2014. Global supply chains of coltan: A hybrid life cycle assessment study using a social indicator, Journal of Industrial Ecology 19, no. 3 (Yale University) : 1-9, DOI: 10.1111/jiec.12206
  16. Organisation for Economic Development and Cooperation (OECD), 2016. OECD Due Diligence Guidance for Responsible Supply Chains of Minerals from Conflict-Affected and High-Risk Areas: Third edition (OECD Publishing: Paris),
  17. UNAIDS. Country factsheets: Democratic Republic of Congo, accessed 22 June 2019,
  18. United States Institute of Peace, 2001. AIDS and violent conflict in Africa (Special Report) (Washington DC),
  19. Conseil de sécurité de l’ONU, 2001. Rapport S/2001/357 du groupe d’experts des NU sur l’exploitation illégale des ressources naturelles et autres richesses de la République Démocratique du Congo
  20. UN Security Council, 2010. Security Council resolution 1952 (2010) [on extension of measures on arms, transport, financial and travel against the Democratic Republic of the Congo imposed by resolution 1807 (2008) and expansion of the mandate of the Committee established pursuant to resolution 1533 (2004)], 29 November 2010,
  21. World Bank, 2008. Democratic Republic of Congo: Growth with governance in the mining sector (Washington DC: Oil/Gas, Mining and Chemicals Department),
  22. World Health Organization. Ebola situation reports: Democratic Republic of Congo, last modified 19 June 2019, accessed 22 June 2019,

Source

Janire Riobello, The Dark Side of Globalization: Exploitation and Trade of Coltan in the Democratic Republic of Congo, SDWatch | Publication,

Notre but et devise est d'IN-FORMER POUR RECONSTRUIRE L'AFRIQUE. Nous jumelons des expertises universitaires et celles des journalistes pour produire une couverture de qualité sur tous les sujets et gratuite pour tous. Nous ne pouvons pas faire ce travail sans votre soutien. Veuillez, nous vous prions, faire un don aujourd'hui.

Annonce

Sur les mêmes sujets

Annonce

Lire aussi

Annonce

Dans les archives

Total
0
Share