La décolonisation africaine : cinquante ans de métastases post-coloniales du cancer colonial : cas de la République Démocratique du Congo

- Publicité -

La région des Grands Lacs est un grand centre mondial d’instabilité depuis 1990. Les puissances occidentales et leurs multinationales ont joué et continuent à jouer un très grand rôle dans l’entretien des maux, de leurs tenants régionaux et du statu quo. Dans la recherche des réponses, Herman Cohen, ancien secrétaire d’État américain assistant aux Affaires africaines — dont les positions en faveur du Rwanda contre le Congo sont connues depuis longtemps, en ligne droite avec la politique étrangère des États-Unis après la chute du mur de Berlin — propose de répondre aux demandes du régime Rwandais pour résoudre les problèmes du Congo. Nous reprenons dans cet article la réponse que Patience Kabamba formula en 2009 à cette prise de position | Traduction de LA-REPUBLICA.

Source : Patience Kabamba, African decolonisation, fifty years of post-colonial metastasis of the colonial cancer – case of the Democratic Republic of the Congo.


En concluant son livre fondateur, The Politics in the Congo, Crawford Young écrivait : “La Belgique avait construit en Afrique un État colonial qui se distinguait par la rigueur de son organisation, la formidable accrétion du pouvoir par une alliance imbriquée de l’État, de l’Église et du capital, et l’ambition de ses objectifs économiques et sociaux. La force même du système en tant que structure coloniale, et son refus obstiné d’affronter efficacement le problème de l’adaptation politique jusqu’à ce qu’il commence à se désintégrer, ont rendu particulièrement difficile un transfert ordonné du pouvoir. Un colonisateur qui perdait soudain la profonde conviction de la justesse de sa politique se trouvait confronté à une révolution du colonisé qui manquait à la fois de structure et d’idéologie. Le colonialisme total a été remplacé par l’indépendance totale presque du jour au lendemain, mais la plénitude même de la victoire du colonisé avait pour corollaire une impuissance qui vidait le succès de sa substance” (Young 1965:572).

- Publicité -

Depuis cette décolonisation brutale et ratée comme le souligne Young, le Congo ne s’en est jamais relevé et l’histoire récente ne le démentira pas. Dans son récent regard sur la RDC, John Le Carré écrivait : “Si l’on patrouillait le globe à la recherche de grands problèmes à résoudre, la RDC serait la première étape logique”. Selon Le Carré, le Congo – qui a été saigné à mort pendant cinq siècles, victime des esclavagistes arabes, des Nations Unies, des Français, des Britanniques – est maintenant victime des Rwandais et des compagnies minières. Le Rwanda est en effet devenu un exportateur d’or et de diamants sans une seule mine d’or ou de diamants dans le pays des “mille collines” (le terme populaire pour le Rwanda).

En avril 2009, j’ai été invité par l’Institut d’études africaines de l’Université John Hopkins à répondre à Herman Cohen qui a écrit un commentaire dans le New York Times encourageant la RDC à laisser les Rwandais exploiter les minerais de l’est du Congo. Selon Cohen, le Rwanda fait déjà passer en contrebande des minerais de l’est de la RDC. Si la RDC permet aux Rwandais d’exploiter officiellement les minerais à l’est et de percevoir des impôts auprès des entreprises rwandaises, le pays recevra au moins une partie du revenu qui revient désormais entièrement au Rwanda. Cet argument est économiquement valable. Mais ce n’est pas parce qu’il est économiquement avantageux qu’il est socialement et politiquement acceptable. L’Est du Congo n’est pas seulement un espace économique, c’est aussi un espace politique où les gens revendiquent leur patrimoine – sur leur terre et tout ce qu’elle contient. Ma réponse à l’argument d’Herman Cohen était que cet argument ressemble exactement à celui avancé au sujet des déchets nucléaires par Lawrence Summers, un conseiller économique influent de l’administration américaine sous Barak Obama.

Summers aurait déclaré que les déchets nucléaires devraient être envoyés en Afrique parce que les Africains ne vivent pas assez longtemps pour avoir un cancer : puisque la durée de vie moyenne des Africains était inférieure à 50 ans, les Africains mourraient avant de contracter un cancer. Donc, selon la logique avouée, en envoyant des déchets nucléaires en Afrique, moyennant une compensation financière, les Africains verront en fait leurs conditions de vie améliorées. En acceptant les déchets nucléaires – et les avantages financiers qui en découlent, les Africains pourraient atténuer leurs difficultés. En termes économiques, l’Afrique est donc «sous-polluée» : le coût de la pollution en Afrique est inférieur au coût de la pollution en Occident. Mais même si la logique de Summers semble économiquement valable, elle est éthiquement et moralement inacceptable. Il en va de même avec la proposition d’Herman Cohen de valider l’extraction rwandaise des richesses minérales congolaises.

- Publicité -

Une deuxième objection à la proposition de Cohen concerne l’affirmation selon laquelle le Rwanda n’agissait que comme un intermédiaire qui a été habilité par des courtiers extérieurs au pouvoir, qui sont en Occident. En autonomisant le Rwanda aux dépens de la RDC, l’Occident (principalement les Américains et les Britanniques) a créé l’instabilité dans l’est du Congo où les Tusti congolais et/ou les Banyamulenge, une infime minorité soutenue par le gouvernement rwandais, ont revendiqué des terres et ont provoqué des affrontements avec d’autres groupes ethniques. Selon Cohen, aucun État occidental n’est prêt à pointer du doigt le Rwanda pour le moment. Le Rwanda a donc été encouragé à voler et à piller les ressources du Congo. En effet, le pillage du Congo n’est pas un phénomène nouveau. Cela n’a pas commencé avec la guerre actuelle. Bien avant la publication de King Leopold’s Ghost d’Adam Hochschild, il était bien connu que «l’État libre du Congo» du roi Léopold n’était rien de plus qu’une entreprise de pillage barbare.

Il était également de notoriété publique que l’uranium utilisé par les Américains pour bombarder Hiroshima et Nagasaki provenait de l’exploitation minière de Shinkolobwe au Katanga, mais les bénéfices sont allés à la Belgique – via l’annulation de ses dettes de guerre et non au Congo en tant que colonie. Une fois de plus, les Belges ont simplement puisé dans la richesse congolaise pour régler leur propre dette financière d’après-guerre. La dictature mobutiste pro-impérialiste de la guerre froide et son détournement économique des ressources du pays au profit des réseaux de clients de Mobutu ont révélé la même logique de prédation. La dictature solitaire néo-mobutiste de Kabila a transformé le marché des minerais le plus attractif du monde en une industrie flibustière enrichissant Kabila et son réseau familial aux dépens du peuple congolais.

Ce qui est nouveau dans l’ère de l’après-guerre froide de 1998, c’est que le pillage des ressources se déroule dans un contexte profondément différent de celui du siècle dernier. Au moins trois centres de pouvoir autonomes ont émergé – Kinshasa, Goma et Gbadolite – avec des changements continus dans l’identité des acteurs clés qui introduisent de nouvelles chaînes de produits de base. Les trois centres sont reliés à des pays qui les soutiennent militairement. Ce qui est nouveau, c’est que la situation actuelle est que ceux qui pillent les ressources de la RDC viennent des pays voisins, dont le Rwanda, l’Ouganda et le Zimbabwe ; ils sont les nouveaux mécènes, les chefs de guerre locaux étant leurs clients. Le pillage, bien sûr, ne se limite pas aux situations de guerre. Cela se produisait déjà au Congo avant la guerre. Si un groupe de personnes possède des pouvoirs discrétionnaires sans rendre compte à un tiers, ce groupe peut facilement s’enrichir au détriment des autres.

- Publicité -

Table 1 : Balance commerciale de la RDC et exportations frauduleuses de Diamant (En millions de USD). Source : Banque Nationale congolaise, condense de statistiques, différents numéros, Kinshasa, 2000‐5/2001 (S.Marysse2003).

Le tableau démontre que l’État congolais était déjà affaibli avant la guerre. La Banque nationale du Congo estime que la contrebande de diamants était une catégorie aussi importante que les exportations officielles de diamants. Ce que le tableau ne montre pas, cependant, c’est que les contrôles anti-contrebande au Congo ne sont pas très étanches, en raison de ce que William Reno appelle «l’État fantôme», dans lequel le pouvoir s’étend de manière informelle de l’État officiel à des zones non étatiques, contournant souvent la loi. Cette “criminalisation” de l’État n’a pas commencé avec l’invasion du Rwanda et de l’Ouganda, bien que leurs actions aient grandement exacerbé la situation existante. Premièrement, comme le montre le tableau 1, la production et la contrebande de diamants ont diminué pendant les années de guerre de 1999 et 2000. Cependant, comme les territoires occupés ne déclarent pas d’exportations, il semblerait d’après d’autres statistiques (de ces pays voisins) que le pillage s’est poursuivi, quoique au profit d’un groupe militaro-commercial différent.

Le tableau 2 suggère que l’occupation a été assez impitoyable. En effet, il y a eu une augmentation significative de l’ampleur du pillage, comme le montrent les avantages dont bénéficient les classes militaires et commerciales rwandaises et ougandaises, qui ont des liens avec les maisons de commerce internationales. Les bénéfices exceptionnels pour ces deux pays voisins dépassent désormais les revenus totaux de l’État congolais. Il est bien connu que les États-Unis et les institutions de Bretton Woods fournissent un soutien direct et indirect au Rwanda et à l’Ouganda, qui ont tous deux pleinement accès aux flux financiers internationaux ; les deux pays ont d’ailleurs été admis au programme de désendettement PPTE. Un tel soutien international suggère également que, bien que l’Afrique soit de plus en plus dirigée par les Africains et bien que la probabilité d’une intervention militaire directe par les puissances hégémoniques ait été réduite, ces dernières continuent de jouer un rôle dans la formation et la direction des guerres et des conflits sur le continent.

Tableau 2 : Exportations de minéraux déclarées et non déclarées par le Rwanda et l’Ouganda. Sources : S. Marysse et C. André, 2001 : 323‐327.

(1) Nous avons estimé la valeur des exportations d’or en multipliant les kilos exportés par le prix de l’or au 30 avril 2001 (8 300 USD/kilo). (2) IMF, Rwanda Staff Report for 2000 Article IV Consultation and requests for the Third Annual Arrangement under the Poverty Reduction and Growth Facility and for Extension of Commitment Period, Washington, IMF, 12 December 2000, p.39; IMF, Uganda.  Staff Report for the 2001 article IV Consultation, Second Review under the Third Annual Arrangement Underthe Poverty Reduction and Growth Facility and Request for Waiverof Performance Criteria, Washington, IMF, 19 January 2000, p.43. (3) FMI, Rapport des services de l’Ouganda, opcit., 12 mars 2001, p. 8, 37. (4) FMI, Rapport des services de l’Ouganda, opcit., 12 mars 2001, p.8, 40.

Plusieurs conclusions peuvent être tirées de ce tableau. Premièrement, en termes d’exportations non déclarées, le Rwanda avait un plus grand intérêt dans cette guerre que l’Ouganda. Vu sous cet angle, mettre fin à la guerre ne serait pas bénéfique pour le Rwanda. Le Panel de l’ONU, par exemple, estime que l’Armée patriotique rwandaise (APR) a gagné au moins 250 millions de dollars grâce aux seules ventes de coltan sur une période de 18 mois en 1999 et 2000 (UN Panel, 2001:36). Deuxièmement, l’ampleur du pillage est bien sûr considérablement plus faible que le total des exportations non déclarées, car une grande partie de ces dernières est de la valeur ajoutée qui résulte du coût de production. Troisièmement, la valeur ajoutée qui aurait bénéficié aux commerçants et producteurs congolais en temps de paix est considérable.

Enfin, comme les comptes budgétaires formels pour les dépenses militaires du Rwanda et de l’Ouganda étaient limités, comme condition d’accès aux flux financiers fournis par les institutions de Bretton Woods, il est maintenant tout à fait clair que le pillage en temps de guerre, non comptabilisé, a contribué à financer le conflit et a indûment prolongé la souffrance des gens. La politique «d’autruche» de déni, par un certain nombre de donateurs bilatéraux et les institutions financières internationales, caractérisée par la poursuite du financement des pays envahisseurs, même en sachant parfaitement que les fonds sont fongibles, a donc indirectement toléré la poursuite de la guerre.

Mon troisième argument contre la proposition de M. Cohen est que les minerais du Congo que M. Cohen veut que les Rwandais puissent exploiter légalement ne transitent que par le Rwanda et finissent en Occident. En fait, les minerais du Congo sont expédiés vers les pays occidentaux soit directement, soit via le Rwanda. C’est un obstacle majeur au développement du Congo. Depuis l’époque coloniale, les marchés des colonies étaient liés au marché mondial en tant que pourvoyeurs de matière première : le Congo ne pouvait que fournir de la matière première au marché mondial et ces liens extractifs à l’économie mondiale étaient protégés par l’administration coloniale.

Dans la période post-coloniale, cependant, ces mêmes structures sont maintenues et protégées par les dirigeants africains eux-mêmes, que Fred Cooper appelle les “gardiens”. Ces structures maintiennent les pays africains en général et le Congo en particulier dans la pauvreté de masse. Dans l’échelle de la production, les matières premières apportent les moins chères; plus on transforme la matière première plus on crée de valeur ajoutée. En maintenant les économies africaines au niveau de la fourniture de matières premières, l’Occident, qui s’occupe de la phase de transformation, s’assure qu’elles resteront les grands bénéficiaires de cette activité économique. Même si elle peut apporter une grande richesse à un nombre infime de bénéficiaires africains, la politique que propose M. Cohen ne remet pas en cause ces structures d’appauvrissement continu.

Pour les Congolais, les minerais, les produits agricoles, les œuvres d’art et de culture sont les atouts que nous possédons pour construire et moderniser notre pays. En continuant à expédier vers l’Occident des matières premières avec très peu de retour en termes de valeur ajoutée, le Congo est sûr de rester pauvre à jamais. Ce qui est important pour les Congolais, c’est d’apprendre à transformer leur matière première afin d’en tirer le maximum de valeur ajoutée. Ce faisant, le Congo participera à l’économie mondiale non pas en tant que fournisseur de matières premières, mais en tant que membre à part entière avec une variété d’articles à vendre sur le marché mondial. La RDC et l’Afrique en général n’ont pas pu échapper à l’acquisition de technologies industrielles et à la construction d’une base manufacturière solide pour soutenir la production de biens et de services à valeur ajoutée.

Les cinquante dernières années ont été des années perdues en ce qui concerne l’industrialisation. Dans le cas du Congo, les contacts avec le monde extérieur, y compris les Chinois, n’ont jamais consisté à améliorer la capacité technique des entreprises nationales ou à promouvoir des alliances industrielles pour permettre aux entreprises du pays d’accéder aux connaissances et compétences émergentes et existantes dans le pays et à l’étranger. Le Congo doit sortir de la structure où il est un simple fournisseur de matières premières pour devenir un pays favorable à la technologie, sinon il sera indéfiniment perdant face aux entreprises multinationales et aux États métropolitains. Il semble que les bénéficiaires des structures extractives coloniales et post-indépendantes soient des réseaux d’organisations privées, notamment des sociétés transnationales, des États métropolitains et leurs «institutions multilatérales» médiatrices et amis, dont le Rwanda. Les sensibilités morales du monde ont été transformées dans la nouvelle ère – dans laquelle les différences historiques et idéologiques sur la façon de gérer la richesse et de créer une bourgeoisie ont pris fin, comme l’a dit Francis Fukuyama, le prophète de la nouvelle ère du super-profit. Il semble y avoir une relation entre les discours moraux libéraux dominants dans le monde et les conceptions changeantes de la guerre au cœur de l’Afrique.

Face à l’intérêt des multinationales, le concept d’État-nation semble de plus en plus dénué de sens. Comme le dit David Moore (2003), toute institution est considérée comme une arène de «recherche de rente», de corruption et de parasitisme : les IBM, Shells, Coca-Cola et Nike du monde sont les seules entités “éthiques” qui restent. La poursuite du profit par les grandes entreprises intéressées est la seule voie restante de gain «moral». Ainsi, «l’éthique» est inévitablement associée au «business», et le langage des affaires décrit l’activité de recherche de profit comme naturelle, harmonieuse et pacifique. John Le Carré a raison lorsqu’il souligne que le nouvel ethos de la mondialisation affirme que les affaires ne sont pas l’intérêt personnel de l’économie mais le summum du comportement éthique. Si nous pouvons être persuadés que la poursuite du profit est une loi naturelle plutôt qu’une simple poursuite de «l’intérêt économique personnel», alors le langage du marché est devenu véritablement hégémonique. Ce que craignait Karl Polanyi se réalise pleinement. Cette hégémonie silencieuse du marché conduit l’Afrique directement vers la «démolition de ses sociétés» et des guerres prolongées avec des conséquences désastreuses sur la vie des gens.

Sources Citées

  1. Cooper, Frederick, Africa Since 1940: The Past of the Present, Cambridge: Cambridge University Press 2002.
  2. Fukayuma, Francis, The End of History and the Last Man (Penguin Publishers 1992)
  3. Hochschold, Adam, King Leopold’s Ghost: A Story of Greed, Terror, and Heroism in Colonial Africa, Boston: Houghton Mifflin 1998.
  4. M. McCrum, A Sense of Story – Interview with Le Carré, John, Mail & Guardian, Friday Books, January 19-25, 2001, p.5.
  5. Marysse, Stefan, and Catherine André, “Guerre et Pillage Economique en Republique Democratique du Congo” In S. Marysse and F. Reyntjens (eds) L’Afrique Des Grands Lacs : Annuaire 1989‐1999, (Paris : Harmattan, pp 308‐332).
  6. Moore, David,  “The Political Economy of the DRC Conflict”, In S. Naidoo (ed.) The War Economy in the DRC, Institute For Global Dialogue No. 37, 2003, pp16‐39.
  7. Reno, William, Warlord Politics and African States, Lynne Reinnes Publishers, 1998.
  8. Young, M. C. Politics in the Congo, Princeton : Princeton University Press, 1965.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share