Économie politique de l’intégration régionale

- Publicité -

Cet article passe en revue et analyse les recherches récentes sur l’intégration régionale. L’examen est structuré selon un cadre d’économie politique et se déroule en trois étapes. Après avoir analysé le développement des accords d’intégration régionale (AIR) d’un point de vue historique, je discute d’abord de l’intégration régionale en tant que conséquence du calcul décisionnel des dirigeants politiques motivés par le bureau qui se retrouvent sous la pression de différents groupes sociaux intéressés à promouvoir ou à entraver Intégration régionale. Ces pressions sont véhiculées, contraintes et calibrées par les institutions nationales, qui fournissent un contexte important pour l’élaboration des politiques, et en particulier pour le choix de conclure des accords d’intégration régionale (AIR). L’analyse souligne également l’importance des pressions internationales pour l’intégration régionale. Deuxièmement, je résume les déterminants et les conséquences des variations dans la conception institutionnelle régionale. Troisièmement, j’analyse les conséquences normatives et stratégiques de l’intégration régionale. L’article conclut en décrivant les possibilités de recherche future, en mettant l’accent sur la politique intérieure de l’intégration régionale, les causes et les conséquences de la conception institutionnelle au-delà des accords commerciaux et les conséquences du nombre croissant d’accords régionaux qui se chevauchent souvent.

Un cadre aanlytique pour l’intégration régionale

Le 19 mai 2016, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) a invité le Monténégro à devenir son 29e membre. L’adhésion du petit pays des Balkans n’était que la prochaine étape de l’expansion orientale de l’OTAN, qui a lieu depuis le milieu des années 1990. Certains observateurs estiment que ce processus apporte stabilité et sécurité à la région. D’autres ne sont pas si sûrs. La Russie, en particulier, affirme que l’expansion de l’OTAN vers l’est est une menace pour la paix. Quel que soit le mérite de la position russe, elle illustre le débat sur l’intégration régionale. Alors que certains louent une telle intégration pour l’amélioration qu’elle est censée apporter à la sécurité et à la prospérité des participants, d’autres la déplorent pour l’augmentation de la fragmentation, de l’isolement et de la concurrence qu’elle est censée provoquer entre les participants et les tiers. La croissance explosive des accords d’intégration régionale (AIR) depuis les années 1950 en a fait la pièce maîtresse de nombreuses questions de gouvernance mondiale. Les AIR ont-ils les effets escomptés pour les membres ? Affectent-ils les non-membres, et si oui, comment ? Pourquoi les gouvernements signent-ils ces accords et anticipent-ils les conséquences à long terme de le faire ?

La figure 1 détaille l’importance croissante et la fragmentation des AIR formalisés depuis les années 1950 (Pevehouse et al. 2004).1 Ces accords sont plus répandus en Afrique, en Europe et dans les Amériques, bien que l’Afrique, comme le Moyen-Orient, ait connu un certain déclin depuis années 2000, alors que l’Europe, comme l’Asie, a pris de l’avance durant cette période (figure 1a). Les AIR ont dépassé les autres types d’organisations intergouvernementales (OIG) et sont devenus un mode dominant de coopération internationale dans de nombreux domaines (Figure 1b). Ceci, bien sûr, n’est pas passé inaperçu. Les chercheurs ont développé des théories et étudié empiriquement tous les aspects de l’intégration régionale à partir de multiples perspectives académiques, en utilisant un large éventail d’approches.

- Publicité -

L’une des conséquences de la richesse des études a été la diversité des définitions. Les termes fréquemment utilisés – régionalisme, régionalisation, intégration régionale – renvoient à différents concepts liés au même phénomène, et chacun peut avoir plusieurs sens (pour le débat définitionnel, voir Sbragia 2008, Mansfield & Milner 1999, Börzel 2012). Par exemple, l’intégration régionale pourrait faire référence à un processus de « changement d’une relative hétérogénéité et d’un manque de coopération vers une coopération, une intégration, une convergence, une cohérence et une identité accrues dans une variété de domaines tels que la culture, la sécurité, le développement économique et la politique, dans un contexte donné ». espace géographique » (Schulz et al. 2001, p. 5). Il pourrait également faire référence à un résultat – un résultat dans lequel les États « réorganisent un espace régional particulier selon des lignes économiques et politiques définies » (Gamble & Payne 1996, p. 2). Le terme pourrait même désigner le « corps d’idées, de valeurs et d’objectifs concrets qui visent à créer, maintenir ou modifier l’offre de sécurité et de richesse, de paix et de développement au sein d’une région : l’incitation de tout ensemble d’acteurs à réorganiser le long d’un espace régional particulier » (Schulz et al. 2001, p. 5). L’intégration régionale peut également prendre de nombreuses formes, allant de la coopération informelle à divers degrés d’interactions de plus en plus formelles où les gouvernements transfèrent une certaine souveraineté à une organisation régionale. Même la connotation intrinsèquement géographique de l’intégration régionale a été étendue pour couvrir la montée des AIR « interrégionaux » et les accords commerciaux préférentiels (ACP) moins régionaux.

Cette adaptation protéiforme de l’appareil conceptuel l’a éloigné de ses origines historiques dans l’étude de l’Union européenne. En partie, ce changement était sans doute dû à des aspects régionaux idiosyncratiques qui ont donné naissance à différents «modèles d’intégration». Mais une partie était due au rejet explicite des comparaisons invariablement normatives qui considéraient l’Union européenne soit comme le parangon de l’intégration régionale, soit comme son antimodèle. La vertu de cette évolution est que l’étude de l’intégration régionale n’est plus ancrée aux théories comme le néofonctionnalisme et l’intergouvernementalisme qui dominent la recherche européenne, une liberté qui a ouvert des possibilités d’analyse comparative sans ce que Murray (2010) appelle le «snobisme de l’intégration». Le vice de ce développement est son embarras de richesse, ce qui rend assez difficile la réalisation de cette analyse sans une sorte de cadre disciplinaire.

Ainsi, bien que cette diversité d’approches se soit accumulée dans un ensemble impressionnant de travaux, cette revue ne traite que de l’économie politique de l’intégration régionale. Je ne peux pas rendre justice à la riche littérature qui examine le sujet sous d’autres perspectives, telles que celles qui se concentrent sur les facteurs culturels ou idéationnels ou sur le régionalisme explicitement lié à la sécurité [Acharya & Johnston (2007) et Börzel & Risse (2016) examinent d’autres points de vue]. Mais plus important encore, je souhaite organiser notre compréhension actuelle de l’intégration régionale dans un cadre qui semble particulièrement utile pour une étude comparative. Cela limite forcément mon champ d’action. J’ai essayé d’incorporer certains des autres travaux là où ils semblent liés à l’approche adoptée ici, mais toute extension supplémentaire de la largeur de couverture sacrifierait nécessairement sa profondeur et sa cohérence. J’ai choisi de pécher par excès de profondeur dans un cadre analytique unifié.

- Publicité -

Cet examen est organisé par le modèle d’économie politique illustré à la figure 2. Ce cadre met l’accent sur le calcul décisionnel des dirigeants politiques motivés par le bureau qui se trouvent sous la pression de différents groupes sociaux intéressés à promouvoir ou à empêcher l’intégration régionale. Ces pressions sont véhiculées, contraintes et calibrées par les institutions nationales, qui fournissent un contexte important pour l’élaboration des politiques, et en particulier pour le choix d’entrer dans les AIR. Cela met immédiatement au premier plan la conception de ces accords, une question malheureusement mise en boîte noire par de nombreuses approches alternatives.

Les AIR varient énormément dans leur conception en ce qui concerne le mandat, la composition, la portée, les règles de prise de décision (tant formelles qu’informelles) et l’étendue de la délégation. Ils semblent également être formés à des fins diverses, et les conceptions reflètent les objectifs que les décideurs espèrent atteindre. Le choix d’entrer dans une RIA peut avoir des conséquences imprévues, mais nous pouvons certainement mieux comprendre l’efficacité de la RIA si nous savons quelles sont les conséquences prévues. L’approche suggère également que la conception des AIR doit être une préoccupation permanente : à mesure que les objectifs politiques, les informations et les connaissances évoluent avec le temps, les AIR changeront également. De plus, à mesure que différentes AIR voient le jour – parfois avec des adhésions et des domaines qui se chevauchent – ​​l’interaction entre les AIR peut donner un nouvel élan aux changements de conception.

L’utilité du cadre d’analyse n’est pas seulement organisationnelle. En concentrant l’attention sur les liens entre ses composantes, le modèle identifie plusieurs lacunes dans notre compréhension de l’intégration régionale. Premièrement, notre compréhension de la manière dont la politique intérieure influence et est influencée par l’intégration régionale est encore rudimentaire et les mécanismes de causalité sous-spécifiés. Deuxièmement, les informations tirées des nouvelles données sur la conception institutionnelle n’ont pas été intégrées dans les explications théoriques, et des données de conception plus pertinentes doivent être collectées. Troisièmement, le rôle de la complexité de l’intégration à la fois au sein et entre les régions est mal compris. Ce sont tous des lieux prometteurs pour de futures recherches.

Choisir d’intégrer

- Publicité -

Le cadre d’économie politique place le choix du gouvernement pour l’intégration régionale au cœur de l’explication. Comme pour tout choix délibéré, l’analyse revient à reconnaître les incitations du gouvernement à agir, c’est-à-dire à identifier les acteurs qui y poussent, les acteurs qui s’y opposent, les institutions politiques qui arbitrent ces revendications, les propres idéologiques et éventuellement prédilections opportunistes.

Qui demande et qui s’oppose à l’intégration ?

Le point de départ de nombreuses théories de l’intégration régionale axées sur la demande est la pression des groupes nationaux qui s’attendent à en bénéficier. Ces arguments se concentrent généralement sur la demande de biens publics régionaux et étudient la mobilisation des groupes d’intérêts économiques et sociaux pour faire face aux externalités créées par une interdépendance et une concurrence économiques croissantes.

Dans un ouvrage fondateur, Viner (1950) soutient que les unions douanières peuvent être bénéfiques pour l’économie d’un pays si elles créent des échanges plutôt que des syndicats qui en détournent. La suppression des barrières tarifaires au sein d’une région permet une répartition plus efficace de la production entre les pays. Si ces avantages l’emportent sur les coûts du détournement des échanges de l’extérieur de l’union à la suite de la mise en place d’un tarif extérieur commun, alors les groupes économiques nationaux devraient exiger du gouvernement l’intégration commerciale régionale.

L’intégration régionale peut aussi améliorer les termes de l’échange d’un pays, ce qui renforce les incitations à agir (Collier 1979). Les zones monétaires communes pourraient réduire l’incertitude et minimiser les coûts de transaction, ce qui améliore également les flux commerciaux, donnant aux groupes des raisons de les exiger (Mundell 1963). Une plus grande mobilité du capital, de la main-d’œuvre, des consommateurs et des contribuables entraîne des retombées fiscales entre les pays d’une région, ce qui crée une demande pour plus de coordination et d’intégration fiscales, ainsi que pour des politiques de redistribution centralisées (Casella & Frey 1992). Plus généralement, les AIR peuvent être bénéfiques si elles aident à surmonter les défaillances du marché qui résultent de l’incertitude économique et politique, ou si elles atténuent les risques financiers (Haas 1958).

Une implication de ce raisonnement est que l’intégration régionale pourrait être contagieuse. En affectant les termes de l’échange entre ceux qui s’intègrent, ils modifient également les termes de l’échange pour les étrangers qui commercent avec eux (Baldwin 1995, Mansfield 1998). Baccini & Dür (2015) soutiennent que les accords commerciaux peuvent entraîner une discrimination en matière d’investissement à l’encontre des étrangers, ce qui pourrait inciter les pays exclus à signer des accords commerciaux dans le cadre d’une stratégie visant à uniformiser les règles du jeu. Par exemple, la création d’un marché unique européen a déclenché un certain nombre d’initiatives dans d’autres régions – l’Union du Maghreb arabe, le Pacte andin, le Mercosur – dans le but de faire face à une concurrence économique accrue (Mattli 1999). De même, l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) a vu le jour en partie à cause de la forte concurrence à laquelle les membres fondateurs de l’Asie du Sud-Est ont dû faire face dans le cadre d’autres processus de régionalisation en Chine et en Inde (Hwee 2010).

Sur la base de ces considérations, les chercheurs identifient une variété de groupes nationaux qui devraient favoriser l’intégration économique régionale. Parmi elles figurent des entreprises orientées vers l’exportation (Milner 1997) et des sociétés multinationales (Manger 2009) ; au sein de ces groupes, les entreprises hautement productives semblent en bénéficier de manière disproportionnée (Baccini et al. 2016). Les entreprises exportatrices européennes se sont associées à la Commission européenne pour faire pression sur les gouvernements membres de l’UE en faveur du marché unique européen et de l’Union monétaire européenne (Moravcsik 1991, Frieden 2002). De même, les entreprises américaines ont fait pression sur le gouvernement américain en faveur de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) et de l’Accord de coopération économique Asie-Pacifique (APEC) (Milner 1995, Cameron et Tomlin 2002). Bien que l’on doive généralement s’attendre à ce que les entreprises en concurrence avec les importations s’opposent au libre-échange multilatéral, leurs préférences par rapport aux AIR pourraient ne pas être si inconditionnelles.

Par exemple, si l’intégration détourne les échanges, elle pourrait réduire la concurrence des étrangers, ce qui profiterait aux entreprises en concurrence avec les importations (Grossman & Helpman 1995). En général, contrairement à l’intégration économique multilatérale, l’intégration régionale peut produire différents ensembles de gagnants et de perdants en fonction de la structure des échanges et de la conception de l’AIR. Beaucoup plus de travail doit être fait sur les conséquences distributives des AIR (qui ne peuvent pas être présumés être analogues aux accords bilatéraux ou multilatéraux) afin que nous puissions mieux identifier les groupes qui les poussent et s’y opposent.

Bien que les analyses accordent généralement une place de choix aux entreprises et aux groupes d’intérêts organisés, le grand public pourrait également stimuler la demande d’intégration. Une hypothèse répandue est que le grand public comprend les consommateurs qui bénéficient de prix plus bas et devraient donc avoir de fortes préférences pour le libre-échange et l’intégration régionale. Cette hypothèse est injustifiée. Kono (2008) montre que le soutien au libre-échange varie d’un minimum de 8 % en Ouganda à un maximum de 77 % au Japon. De même, en 2008, plus de 54 % des Américains croyaient que l’ALENA était mauvais pour l’économie américaine, et seulement 37 % pensaient qu’il était bon (English 2008). Les chercheurs ont récemment commencé à étudier les déterminants des préférences en matière de politique commerciale dans le grand public, mais les résultats sont mitigés et pratiquement inexistants pour autre chose que le commerce (Scheve & Slaughter 2001, Hainmueller & Hiscox 2006). Une exception notable est la richesse des études d’opinion publique sur l’intégration européenne, résumées par Hobolt & de Vries (2016), mais pour les raisons que nous abordons ensuite, on ne sait pas dans quelle mesure les effets pourraient être généralisables.

Le gouvernement répondra-t-il, et si oui, à qui ?

La demande ou l’opposition à l’intégration régionale ne peut avoir de sens que si le gouvernement est sensible à ces pressions. Les dirigeants politiques motivés par le bureau sont plus susceptibles de réagir si leur survie politique dépend de ce qu’ils font en matière d’intégration (Moravcsik 1998). Ils pourraient être plus disposés à accueillir les acteurs du marché intérieur lorsque l’économie est dans le marasme (Mattli 1999), ou lorsqu’ils espèrent que la politique d’intégration pourrait servir de signal que leurs politiques sont généralement saines (Haggard 1997). Pour descendre de ce niveau d’abstraction, il faut étudier attentivement la manière dont les institutions nationales traduisent les pressions sociales et économiques en chances de survie politique du dirigeant.

Étant donné que la politique est beaucoup plus densément et formellement institutionnalisée dans les sociétés démocratiques, il n’est peut-être pas surprenant que la plupart des travaux se soient concentrés sur le rôle médiateur des institutions dans les démocraties. Le principe fondamental de ces politiques est que les électeurs exercent une sorte d’influence sur la politique par l’intermédiaire des dirigeants qu’ils élisent. Ainsi, par exemple, la décision d’un gouvernement démocratique pour le libre-échange serait enracinée dans les préférences du public (Milner & Kubota 2005). En assimilant la démocratie à une influence accrue des électeurs sur la probabilité des préférences de survie politique d’un dirigeant et en attribuant certaines politiques (par exemple, le libre-échange) à ces électeurs, les chercheurs ont constaté que des politiques plus démocratiques sont plus susceptibles de s’intégrer au niveau régional (Mansfield et al. 2002 ). Les résultats sont robustes dans tous les AIR, ainsi qu’au sein d’AIR tels que l’Union européenne (Mattli & Plümper 2002) ou la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO ; Kirschner & Stapel 2012).

Le rôle central réservé au public dans ces études est peut-être surprenant compte tenu du peu de connaissances empiriques dont nous disposons sur la répartition des préférences entre ses membres. En fait, lorsque les chercheurs ont d’abord tenté de relier l’opinion publique à l’intégration régionale, ils n’ont trouvé aucun effet. Cela a été imputé aux électeurs confrontés à de graves problèmes d’action collective (Gilligan 1997) ou étant rationnellement ignorants (Gabel & Scheve 2007) et donc incapables d’exercer une pression efficace en faveur des politiques qu’ils pourraient préférer. En revanche, un examen plus approfondi a révélé qu’un plus grand soutien public au libre-échange est associé à des tarifs plus bas, et que cette corrélation n’est valable que pour les démocraties (Kono 2008). Plusieurs raisons plausibles expliquent ces résultats mitigés.

Un facteur qui pourrait être en jeu ici est l’importance de l’intégration régionale parmi les électeurs. Les décisions liées aux AIR ne sont souvent pas pertinentes au niveau national, en partie parce que les dirigeants les dépolitisent ou les obscurcissent délibérément. C’était l’une des raisons du « consensus permissif » au cours des premières étapes de l’intégration européenne (Inglehart 1970). Au fil du temps, cependant, cette intégration s’est progressivement politisée et est maintenant assez saillante parmi les publics européens (Hobolt & de Vries 2016). En conséquence, l’opinion sur l’intégration européenne a commencé à affecter les votes (Carrubba 2001, Tillman 2004), ce qui a incité les dirigeants politiques à se préoccuper de leurs négociations régionales et de leurs stratégies de coopération (Schneider 2013). Ces résultats suggèrent qu’il serait intéressant d’étudier la variation de l’importance de l’intégration régionale au-delà de l’Union européenne et dans le temps pour identifier les conditions qui admettent l’influence des électeurs sur les politiques connexes.

Un deuxième facteur potentiellement pertinent est la capacité des institutions à canaliser des intérêts divers. Par exemple, les systèmes démocratiques avec un plus grand nombre d’opposants seraient plus susceptibles de permettre à des préférences opposées de remonter dans la hiérarchie politique, ce qui pourrait donner des incitations contradictoires aux décideurs politiques et les rendre moins susceptibles de rejoindre les AIR ou de coopérer dans le cadre des accords existants (Milner & Mansfield 2012).

Troisièmement, il se pourrait que le penchant du public pour les aspects commerciaux de l’intégration régionale ne soit pas la préférence dont s’inquiètent les dirigeants politiques. L’instabilité politique intérieure était cruciale pour la conception de la Ligue arabe, où l’intégration régionale était la clé pour renforcer la souveraineté et la légitimité des régimes au pouvoir, éclipsant à la fois les arrangements de sécurité collective et la résolution des conflits intrarégionaux (Barnett & Solingen 2007). Plus généralement, dans le sillage de la décolonisation, de nombreux dirigeants politiques en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient ont dû repousser les menaces internes et externes à la souveraineté et ont souvent vu dans l’intégration régionale un instrument pour renforcer leur position (Okolo 1985, Hurel 2007). Les États faibles ont été particulièrement enclins à la rechercher (Söderbaum 2004). La logique de préservation du régime de l’intégration régionale implique que nous ne devrions ni rechercher son impulsion dans les préférences économiques du public ni évaluer les AIR pour leur efficacité économique ou leur capacité à fournir des biens collectifs. Ils devraient cependant renforcer la légitimité et la stabilité des régimes participants.

Ce dernier point conduit à une autre considération. Bien que certaines politiques se soient démocratisées pendant la période de décolonisation, beaucoup ne l’ont pas fait. Comment comprendre la réactivité gouvernementale dans les régimes autoritaires ? Contrairement aux démocraties, avec des institutions très étudiées et des sondages d’opinion publique, les non-démocraties ont tendance à être opaques, avec des canaux d’influence institutionnels obscurs et des publics qui pourraient intentionnellement falsifier leurs préférences. Bien que nous ayons des résultats impressionnistes – les dirigeants autoritaires personnalistes semblent être à la fois moins disposés et moins capables de s’engager et de s’adapter à la coopération régionale (Haas 1961, Nye 1987) – nous sommes sur un terrain beaucoup plus fragile à la fois théoriquement et empiriquement en ce qui concerne les non-démocraties . Une voie de recherche potentiellement très fructueuse serait d’appliquer la littérature croissante sur les institutions politiques autoritaires aux questions d’intégration régionale (Gehlbach et al. 2016 fournissent une revue de cette littérature).

Origines internationales de l’intégration régionale

Les incitations pour que le gouvernement poursuive l’intégration régionale ne doivent pas toutes provenir d’intérêts nationaux. Au moins trois facteurs étrangers pourraient également fournir indépendamment l’impulsion nécessaire. Premièrement, le gouvernement pourrait vouloir répondre aux menaces à la sécurité régionale (Lake & Morgan 1997, Buzan & Wæver 2004). Par exemple, l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC) dirigée par la Russie a cherché à renforcer ses liens avec l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et la Chine, sans doute comme un moyen de contrebalancer l’OTAN. [Hemmer & Katzenstein (2002), cependant, notent que les menaces externes pourraient ne pas être une explication suffisante pour l’intégration régionale parce que l’Asie n’a toujours pas d’organisation de défense collective efficace.]

Deuxièmement, le gouvernement pourrait souhaiter accroître son pouvoir de négociation au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Étant donné que l’adhésion à une AIR semble conférer une plus grande influence, le gouvernement pourrait la poursuivre activement (Mansfield & Reinhardt 2003). De plus, une fois l’intégration en cours, elle peut accroître la confiance entre les dirigeants politiques et les inciter encore plus à coopérer (Gowa & Mansfield 1993).

Troisièmement, un hégémon régional pourrait être intéressé par les avantages politiques, économiques et sécuritaires de la consolidation de son influence sur un groupe d’États et pourrait les inciter à s’intégrer (Katzenstein 2005). A l’inverse, des puissances hégémoniques rivales pourraient s’y opposer. Bien que les rôles des États-Unis et de l’Union soviétique pendant la guerre froide viennent immédiatement à l’esprit, il n’est pas nécessaire de s’y limiter. D’autres exemples incluent les États-Unis pour l’ALENA, le Brésil pour le Mercosur, le Nigéria pour la CEDEAO et l’Inde pour l’Association sud-asiatique de coopération régionale. Un développement plus récent est la formation naissante d’un bloc hégémonique rival par le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud (les pays BRICS) qui pourrait remettre en cause les accords d’intégration régionale existants.

Conception et développement des accords d’intégration régionale

Tous les RIA ne sont pas créés égaux. Bien que les études typiques sur l’intégration régionale les traitent implicitement comme égaux, ne demandant que si les pays sont membres ou non, les AIR, même les moins formalisés, varient considérablement dans leur conception institutionnelle et changent parfois avec le temps. Ces différences ont une grande importance pour la coopération internationale. Prenez, par exemple, le partage des revenus et la redistribution entre les membres.  Les conceptions institutionnelles de l’Union européenne et de la Communauté de développement de l’Afrique australe les prévoient explicitement, contrairement à celles du Mercosur, une organisation régionale similaire. Au sein de l’Union européenne, les dirigeants politiques peuvent offrir des paiements parallèles à d’autres gouvernements et parvenir à une intégration plus profonde malgré des règles de prise de décision strictes exigeant l’unanimité (Schneider 2011).

Au sein du Mercosur, une telle possibilité n’existe pas, et même si le Brésil a le potentiel d’être son payeur, des facteurs politiques et économiques internes l’ont rendu réticent à assumer le rôle de leader (Malamud 2008, p. 123). Cela a conduit l’intégration au sein du Mercosur à suivre des voies différentes (Hummel & Lohaus 2012). Compte tenu de l’importance de ces variations de conception, il n’est pas surprenant qu’il y ait eu un énorme effort de collecte de données. La vague initiale s’est concentrée exclusivement sur les ACPr ; la base de données sur la conception des accords commerciaux comprend près de 600 accords commerciaux préférentiels entre 1947 et 2010 et couvre de nombreuses caractéristiques institutionnelles telles que la couverture sectorielle, la profondeur de l’engagement et les outils d’intégration et de conformité commerciales (Elsig et al. 2014).

Plus récemment, l’effort de collecte de données s’est étendu à d’autres AIR, couvrant des domaines problématiques (Pevehouse 2005, Goertz & Powers 2014), les règles de vote (Blake & Payton 2015), la vitalité des accords (Gray 2016) et leurs coûts de souveraineté (Hafner -Burton et al 2013, Hooghe & Marks 2015). Haftel (2012) fournit des informations sur les activités économiques et la structure institutionnelle de 28 AIR sur trois décennies. Pour chacune des 72 OIG, Lenz et al. (2014) fournissent des informations sur le caractère général ou spécifique de l’organisation, sur l’étendue de la délégation aux organes supranationaux et de la mise en commun au sein des organes des États membres, et sur le nombre de réformes, y compris les arrangements régionaux, de 1950 à 2010. Le projet des organisations régionales recueille des données sur l’émergence et le développement institutionnel des AIR comme indiqué dans leurs accords fondateurs (http://lehrstuhlib.uni-goettingen.de/crop/information.html). Ces données sont absolument cruciales pour notre compréhension des AIR et notre évaluation de leurs effets. Par exemple, Gray & Slapin (2012) utilisent des enquêtes d’experts pour mesurer l’efficacité, l’utilisation des mécanismes de règlement des différends et l’influence politique et internationale des accords économiques régionaux.

Les contraintes d’espace empêchent une évaluation complète de toutes les fonctionnalités RIA potentiellement pertinentes. J’en ai distingué deux principales – la mise en commun et la délégation – pour illustrer le rôle important de la conception institutionnelle. Les gouvernements peuvent mettre en commun leurs pouvoirs au sein d’organes des États membres ou ils peuvent les déléguer à un organe indépendant, tel qu’un secrétariat général, une assemblée ou un tribunal.

Autorité de mise en commun : règles de vote et flexibilité

Lorsque les gouvernements mettent en commun l’autorité pour prendre des décisions collectives, les règles formelles d’agrégation des préférences – qui compte le vote et pour combien – peuvent avoir à la fois des effets directs (en pesant certains membres ou coalitions de membres plus lourdement que d’autres) et des effets indirects (en favorisant le développement d’une culture informelle particulière, mais omniprésente, qui régule le comportement formel).

De nombreuses AIR exigent des décisions unanimes dans des domaines particuliers (Blake & Payton 2015). Il est bien connu qu’une exigence d’unanimité, qui, contrairement à la règle de la majorité, confère à chaque membre un droit de veto de facto, entraîne souvent des conflits et des blocages, et tend à produire des résultats orientés vers le plus petit dénominateur commun (Schulz & König 2000, Tsebelis 2002 ). L’augmentation de l’hétérogénéité des préférences parmi les membres tend à aggraver ces problèmes (Schneider & Urpelainen 2014), tandis que l’offre d’opportunités de liens entre les problèmes tend à les améliorer (McKibben & Western 2014). S’il est vrai que les pays et les coalitions qui contrôlent plus de votes tirent souvent de plus grands avantages de l’intégration régionale (Hug & König 2002, Schneider & Tobin 2013), l’exigence d’unanimité peut renforcer la position de négociation des membres les plus faibles face aux États plus puissants (Schneider 2011). . À tout le moins, cela leur permet de bloquer les décisions auxquelles ils s’opposent, comme l’a fait la Turquie en 2011, lorsqu’elle a fait dérailler la planification opérationnelle de l’OTAN des zones d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye parce qu’elle n’était pas d’accord avec la France sur le lieu du contrôle politique (Blake & Payton 2015 ).

L’unanimité peut poser des défis particuliers dans deux domaines où elle est presque invariablement la règle : admettre de nouveaux membres, ce qui peut accroître l’hétérogénéité des préférences, et tenter une intégration plus intensive, lorsque ces préférences divergentes peuvent entrer en conflit. -off » (Downs et al. 1998). Au départ, la simple corrélation entre l’élargissement et la poursuite de l’intégration a produit des résultats mitigés. Certains ont trouvé que l’élargissement de l’adhésion aggrave les perspectives d’une intégration plus profonde (König 2007, Hertz & Leuffen 2011), tandis que d’autres ont trouvé soit aucun effet, soit exactement le contraire (Golub 2007). Toutes ces affirmations sont probablement correctes car l’effet est conditionnel (Keleman et al. 2014, Schneider 2014).

Premièrement, l’approfondissement peut se produire avant l’élargissement et en raison de son anticipation : les membres qui s’attendent à ce que des problèmes surgissent après l’élargissement peuvent choisir de réformer les institutions régionales et d’adopter une législation avant qu’il ne se produise, ce qui amène les nouveaux membres à conclure un accord plus approfondi et réduit la nécessité d’un accord post-élargissement. l’élargissement évolue dans ce sens (Leuffen & Hertz 2010). En effet, les règles d’adhésion unanimes permettent aux membres existants d’obtenir davantage de concessions des nouveaux candidats (Schneider & Urpelainen 2012). Deuxièmement, le compromis dépend de la divergence des préférences, qui n’est pas une conséquence automatique de l’élargissement. Cela pourrait être dû au fait que l’expansion est limitée aux États qui sont économiquement et politiquement similaires aux membres existants, comme c’est souvent le cas avec les ACPr (Mansfield & Pevehouse 2013). L’alignement des préférences pourrait également être une conséquence des changements de gouvernement (Schneider 2014), et il pourrait être endogène, car les preuves du succès d’un ACPr vieillissent les préférences des non-membres, les rapprochant de celles des membres. Cette congruence par la socialisation peut réduire l’hétérogénéité dans le temps. Il se pourrait également que certains domaines d’enjeux impliquent plus d’intérêts partagés que d’autres, comme c’est souvent le cas avec les accords régionaux exclusivement économiques (Slapin & Gray 2014).

L’étude de l’arbitrage supposé révèle cependant des préoccupations persistantes quant à la conciliation d’exigences éventuellement contradictoires dans ces accords. Étant donné que les AIR impliquent généralement des pays de pouvoir structurel variable mais dépendent de la coopération volontaire de leurs membres les plus faibles, ces avantages de l’unanimité l’emportent souvent sur ses coûts, ce qui contribue à expliquer sa large adoption. Même les AIR qui ont récemment évolué vers des règles formelles de vote à la majorité – l’Union européenne et la Banque interaméricaine de développement – ​​s’appuient encore sur le consensus de manière informelle (Lewis 2003). On peut voir ce changement comme une tentative d’équilibrer le besoin des membres les plus faibles de s’assurer que leurs intérêts fondamentaux sont protégés avec le désir d’efficacité des membres les plus forts sans coercition par des minorités obstinées. La culture du consensus informel pousse les plus puissants à faire entendre les préoccupations des moins puissants, tandis que la capacité de ces derniers à imposer des résultats indésirables est tempérée par la menace qu’ils pourraient toujours être ignorés en cas de poussée.

Étant donné que les négociations informelles, contrairement aux votes publics, se déroulent à huis clos, les gouvernements pourraient être plus disposés à modifier leurs positions initiales afin de parvenir à un compromis. Retirer les détails sensibles des projecteurs publics peut favoriser l’émergence d’une culture coopérative, ce qui peut améliorer la fonction des AIR (Stasavage 2004). Pourtant, les gouvernements sont tout à fait conscients du poids que les règles formelles leur accordent, et celles-ci définissent les limites de ce qu’il est acceptable de concéder au nom de l’unanimité. Même lorsque les décisions sont censées être prises par consensus informel, elles sont prises «dans l’ombre du vote formel» (Golub 1999). Cela implique qu’il pourrait y avoir moins de différence qu’il n’y paraît entre les AIR asiatiques, avec leur recours ostensible à la prise de décision informelle et consensuelle, et leurs homologues européens et nord-américains plus formalisés (Kahler 2000).

Parce que les règles de vote déterminent, en partie, l’étendue de l’influence d’un gouvernement sur les décisions collectives, elles représentent le degré de contrôle qu’il a sur ses coûts de souveraineté, qui sont d’une grande importance au niveau national (Haftel & Thompson 2006). Pour les préoccupations plus paroissiales qui doivent être traitées rapidement et de manière proactive, le mécanisme de vote peut s’avérer lourd et insensible. Par conséquent, les gouvernements ont admis des arrangements flexibles dans la conception institutionnelle. Ces «clauses échappatoires» permettent aux membres d’éviter des obligations contractuelles particulièrement lourdes, rendant les AIR plus attractifs au départ et plus durables par la suite (Rosendorff & Milner 2001, Pelc 2009).

La demande d’arrangements flexibles trouve son origine dans le conflit entre les groupes concurrents des importations qui supportent la plupart des coûts de l’adhésion à l’AIR et les exportateurs qui récoltent la plupart des bénéfices (Kucik 2012). Les dirigeants vulnérables aux groupes protectionnistes nationaux sont beaucoup plus susceptibles de souscrire à des AIR lorsqu’ils contiennent des clauses échappatoires. Il y a, bien sûr, des limites à ces arrangements car en prévoir trop détruirait l’intégrité de l’AIR et compromettrait son objectif. Baccini et al. (2015a) montrent que la flexibilité dans certains domaines peut aller de pair avec la rigidité dans d’autres. Manger (2015) constate également que l’intégration est plus profonde lorsque le commerce régional dominant est intra-industriel (et donc le besoin de clauses de sauvegarde est moins important).

Les arrangements flexibles peuvent également avoir un côté plus sombre car ils peuvent permettre à certains membres de transférer des charges sur d’autres. L’Union européenne les a de plus en plus acceptées dans sa quête d’approfondissement et d’élargissement institutionnels (Schimmelfennig et al. 2013). Mais beaucoup sont discriminatoires : ils fournissent une clause de sauvegarde pour certains en imposant des restrictions (temporaires) aux droits d’adhésion pour d’autres. Les premiers peuvent ainsi éviter des coûts réels ou imaginaires tout en refusant des avantages substantiels aux seconds. Une flexibilité discriminatoire de ce type a été essentielle au succès de l’expansion du syndicat (Plümper & Schneider 2007, Schneider 2009). Des preuves qualitatives suggèrent que des pratiques similaires existent dans d’autres AIR, mais leurs origines, leur objectif et leurs effets nécessitent une étude plus approfondie.

Les incitations à rechercher des arrangements plus souples ou plus rigides peuvent ne pas être liées aux objectifs apparents de l’accord. Cela peut se produire lorsque les principales préoccupations d’un gouvernement ne sont pas la raison d’être de l’AIR. Par exemple, même si les dirigeants africains sont parmi les signataires les plus enthousiastes des AIR, comme le montre la figure 1a, ils ont tendance à vider ces accords en les dotant d’aucune capacité de mise en œuvre et d’application (un exemple extrême de flexibilité par incapacité). En effet, ils sont beaucoup plus intéressés par l’utilisation de l’adhésion aux AIR pour cimenter la souveraineté et la sécurité de leurs États que par l’intégration régionale (automne 2007). À l’autre extrémité du spectre, les démocraties émergentes sont plus susceptibles de signer des accords stricts en matière de droits de l’homme, car elles peuvent utiliser les coûts de souveraineté pour verrouiller des politiques libérales (Hafner-Burton et al. 2013). Comprendre la conception institutionnelle des AIR nous oblige donc à aller au-delà de l’objectif déclaré des accords et à considérer les problèmes politiques internationaux et nationaux auxquels sont confrontés les membres. Il est également nécessaire de démêler les raisons pour lesquelles les gouvernements acceptent d’abandonner plus ou moins de souveraineté si nous voulons évaluer le fonctionnement des AIR.

Délégation de souveraineté

Au lieu de prendre des décisions collectivement, les gouvernements peuvent choisir de déléguer leur autorité à une organisation. Cela peut être particulièrement fructueux lorsque l’expertise, l’impartialité et la présence d’un tiers sont particulièrement importantes pour la coopération. Les agences RIA peuvent remplir et remplissent une pléthore de fonctions : collecte d’informations, fourniture d’une expertise technique en matière de politique, création de règles, établissement de l’ordre du jour, arbitrage, contrôle de la conformité et application des accords, entre autres. Certaines AIR, comme l’Union européenne, délèguent bon nombre de ces fonctions. D’autres, comme l’ASEAN, ne délèguent que quelques-uns. Les APT ont tendance à occuper une position intermédiaire, la délégation étant généralement limitée à des fonctions spécifiques telles que l’arbitrage et l’exécution de l’accord lui-même.

Du côté du crédit, la délégation à un agent peut réduire les coûts de transaction, améliorer la coordination et renforcer les incitations à la coopération et à la conformité, ce qui augmente l’efficacité des AIR (Schneider & Slantchev 2013). Du côté débiteur, l’abandon de la souveraineté à une organisation autonome augmente le risque de dérapage de l’agence – le danger que l’AIR produise des résultats politiques que le gouvernement n’aime pas et ne peut pas contrôler (Pollack 1997). Il n’est pas clair si les agences AIR sont suffisamment autonomes pour poser un tel risque : même l’épouvantail préféré, la Commission européenne, semble être assez limité (Hug 2003). Néanmoins, il est prouvé que les gouvernements sont plus susceptibles de déléguer des pouvoirs lorsqu’ils estiment que ce risque est faible, comme c’est probablement le cas lorsque les pays sont à peu près similaires sur le plan économique et ne sont pas motivés par la préservation du régime (Smith 2000, Haftel 2013) . Ainsi, le choix du degré d’autorité à déléguer reflète l’équilibre perçu entre les avantages du libre arbitre et les coûts du dérapage. Cet équilibre varie selon le contexte d’adhésion, ce qui implique que le degré de délégation ne peut servir de repère normatif pour les comparaisons.

Les effets de l’intégration régionale

Ayant choisi de participer à une AIR et ayant soigneusement adapté ses institutions à leurs besoins perçus, les gouvernements devraient s’attendre à en récolter les bénéfices. Alors font-ils? Quelle est l’efficacité des AIR dans la réalisation de leurs objectifs ? Je dois avertir ici dès le départ que la discussion des effets est forcément limitée aux résultats non stratégiques et normativement souhaitables, tels que le libre-échange, la sécurité et le développement économique ; il n’inclut pas une évaluation de la capacité des AIR à atteindre les objectifs stratégiques des dirigeants politiques. C’est simplement parce qu’il y a très peu de recherches sur ce dernier, même si des preuves anecdotiques suggèrent que ce rôle pourrait être assez important dans certaines régions. Cela est important parce que le fait de regrouper les AIR dont le but n’est pas de promouvoir le bien-être économique des membres – nonobstant les déclarations officielles à l’effet contraire – avec ceux pour lesquels c’est le cas sera certainement problématique pour l’analyse. La prudence est de mise lors de l’interprétation des résultats généraux qui suggèrent que les AIR profondes sont plus efficaces que les superficielles (Dür et al. 2014). Après tout, l’AIR peu profond pourrait être assez bon pour fournir ce que ses membres veulent, une souveraineté renforcée par exemple, sans améliorer les résultats habituels souhaitables sur le plan normatif.

La grande majorité des études sur l’efficacité des AIR examinent l’impact de ces accords sur le commerce. La conclusion constante est qu’ils augmentent généralement les flux commerciaux entre les membres et réduisent la volatilité des échanges. Les effets sont substantiels : un bond de 34 % des échanges entre les membres des ACPr (Tomz et al. 2007) et un doublement du volume des échanges sur une période de 10 ans (Baier & Bergstrand 2007), malgré l’apparente incapacité des ACPr à réduire certains -les barrières commerciales tarifaires telles que la discrimination dans les marchés publics (Rickard & Kono 2014). Estimer les effets des AIR sur le commerce multilatéral, c’est-à-dire au-delà du commerce entre les membres, est beaucoup plus compliqué, et un débat animé existe quant à savoir si les AIR sont plus susceptibles de promouvoir la libéralisation du commerce multilatéral ou de l’entraver (Bhagwati 1991, Lawrence 1996).

Sonder plus profondément les effets de caractéristiques particulières de la conception institutionnelle a considérablement affiné notre compréhension du fonctionnement de ces AIR. Nous savons maintenant que les unions douanières sont beaucoup plus efficaces pour promouvoir le commerce que le libre-échange ou les accords de portée partielle (Magee 2008). De plus, les accords superficiels n’ont aucun effet sur les flux commerciaux, tandis que les accords commerciaux préférentiels plus profonds produisent des augmentations plus importantes des échanges (Dür et al. 2014). Conformément au raisonnement sur les clauses de sauvegarde, les accords commerciaux avec des arrangements flexibles sont également plus efficaces pour réduire la volatilité des échanges que les accords rigides (Kucik 2015).

L’accent mis sur les caractéristiques institutionnelles peut également aider à découvrir les raisons pour lesquelles certains AIR ne fonctionnent pas correctement. Après tout, les institutions ne peuvent pas produire les résultats escomptés si elles ne sont pas correctement mises en œuvre par les pays membres. Il s’avère que les gouvernements qui sont confrontés à d’importants obstacles juridiques à la ratification, qui opèrent sous des contraintes politiques contraignantes ou qui n’ont tout simplement pas une capacité administrative suffisante ne mettent souvent pas en œuvre les obligations légales de leurs accords (Haftel & Thompson 2013, Gray 2014 ; voir aussi Börzel et al 2010 et König & Mäder 2013 pour les études croissantes sur la conformité au sein de l’Union européenne plus spécifiquement). L’écart de mise en œuvre qui en résulte pourrait être important – seule la moitié de la législation du Mercosur était en vigueur en 2004 – et cela pourrait être la principale cause du déficit de performance, comme Malamud (2005) l’a soutenu pour le Mercosur.

Quant à l’effet des AIR sur les résultats non liés au commerce, ce qui manque à la littérature en matière de raffinement itératif ou de connaissances accumulées, il le compense par l’étendue de la couverture. Les chercheurs ont analysé comment les AIR affectent les droits de l’homme (Hafner-Burton 2005), les flux d’investissements directs étrangers (Büthe & Milner 2008), les régimes de taux de change et les politiques monétaires (Copelovitch & Pevehouse 2013), les évaluations des risques souverains (Gray 2009, 2013), les marché des entreprises nationales (Bechtel & Schneider 2010), conflit régional et interétatique entre membres (Mansfield & Pevehouse 2000, Haftel 2007), sanctions économiques (Hafner-Burton & Montgomery 2008), aide étrangère au développement (Baccini & Urpelainen 2012), la qualité réglementaire des nouveaux membres (Mattli & Plümper 2004) et, peut-être la plus étudiée de toutes, la qualité démocratique des institutions nationales (Pevehouse 2002, Schimmelfennig & Sedelmeier 2002, Donno 2013).

Ces études constatent généralement que les AIR contribuent à la bonne gouvernance, et tout désaccord existant a tendance à tourner autour du mécanisme précis qui en est responsable. L’argument traditionnel est que l’effet positif est dû à la capacité et à la volonté des États membres de respecter les conditions d’adhésion (Mattli & Plümper 2004, Plümper et al. 2006). De ce point de vue, l’AIR elle-même n’est peut-être pas vraiment un contributeur indépendant, bien que les coûts initiaux de l’adhésion puissent affecter les incitations à se conformer à ses conditions (Downs et al. 1996). La réplique est que la socialisation au sein des AIR et des réseaux d’organisations modifie les préférences des gouvernements, les rendant plus susceptibles d’opérer en coopération dans le cadre des accords, ce qui contribue aux résultats positifs (Checkel 2005).

Malheureusement, contrairement au cas commercial, il n’y a eu pratiquement aucun travail sur l’interaction entre l’intégration régionale et multilatérale dans ces domaines non commerciaux. Cela est particulièrement exaspérant dans le domaine des prêts et de l’aide étrangère, où la création récente d’institutions régionales de financement et de développement dotées de fonctions très similaires à celles des institutions multilatérales existantes (par exemple, le Mécanisme européen de stabilité par rapport au Fonds monétaire international ou la Nouvelle Banque de développement des BRICS contre la Banque mondiale) soulève des questions importantes quant à l’efficacité de cette dernière. Un trou béant analogue existe dans la sécurité, où il est simple de voir comment une amélioration de la sécurité des membres de la RIA pourrait contribuer à l’insécurité des non-membres.

Les preuves solides des avantages offerts par les AIR commerciaux et l’accumulation d’indications d’effets similaires dans les domaines non commerciaux peuvent inciter à une explication fonctionnaliste de la croissance explosive des AIR au cours du dernier demi-siècle (illustré à la figure 1). Une partie de cette croissance est presque certainement due à l’apprentissage de l’expérience, car les concepteurs d’AIR ont une tendance bien documentée à modéliser les nouveaux accords sur ceux qui existent déjà. Les accords commerciaux préférentiels, par exemple, suivent généralement l’un des trois prototypes – l’Union européenne, l’ALENA et un type « du Sud » – les accords de type ALENA devenant dominants au fil du temps (Baccini et al. 2015b). La Cour européenne de justice a été copiée au moins 11 fois (âge 2012).

Lorsque le Mercosur a créé son propre parlement en 2006, il a imité le Parlement européen (Dri 2009). Lorsque l’ASEAN a formé son Comité des représentants permanents, elle s’est également appuyée sur l’expérience européenne en matière d’intégration régionale (Jetschke & Murray 2012). Mais ce genre de triomphalisme évident doit être tempéré par plusieurs observations.Premièrement, alors que l’adhésion à n’importe quelle AIR est bénéfique, un pays ne peut pas simplement augmenter ses avantages en accumulant des adhésions à d’autres AIR. Les effets ne sont pas additivement séparables ; il existe des interactions négatives qui peuvent rendre l’ensemble des appartenances multiples inférieur à la somme des appartenances individuelles. L’augmentation du nombre d’accords avec des adhésions qui se chevauchent conduit à la complexité du régime – ce que certains ont surnommé, en plaisantant, un « bol de spaghettis » d’AIR – qui peut augmenter les coûts de transaction pour les entreprises et les pays qui doivent faire face à des réglementations souvent contradictoires et incompatibles ( Bhagwati 1993, Alter & Meunier 2009).

Par exemple, sur 58 accords commerciaux régionaux, seulement un tiers environ ont des règles d’origine identiques pour un produit donné (Estevadeordal et al. 2009). De plus, une augmentation des AIR pourrait être associée à des pressions concurrentielles croissantes qui aboutissent à des guerres commerciales entre voisins qui aggravent la situation de tout le monde (Krugman 1991). La reconnaissance de ces conséquences négatives pourrait être l’une des raisons pour lesquelles, bien que deux pays ayant un traité bilatéral d’investissement (TBI) soient plus susceptibles de signer un ACPr par la suite, la probabilité diminue si l’un d’eux a des TBI ou des ACPr avec de nombreux autres pays (Tobin & Bush 2010).

Deuxièmement, la présence de plusieurs institutions qui pourraient ostensiblement traiter la même question permet aux gouvernements de faire du forum shop et de sélectionner l’AIR à utiliser pour un objectif particulier (Busch 2007, Schneider & Tobin 2016). Le risque de perte d’influence lié à l’abandon d’un forum au profit d’un autre pourrait inciter l’AIR concernée à se rendre plus attractive en affaiblissant l’application de ses conditions d’adhésion. Cela pourrait aider à expliquer les grandes variations dans les procédures de règlement des différends qui existent dans des ACPr par ailleurs très similaires (Allee & Elsig 2015).

Troisièmement, le processus de socialisation dans les AIR peut ne pas se limiter à transmettre les valeurs de bonne gouvernance. Cela pourrait tout aussi bien infecter les membres avec des incitations moins souhaitables. Par exemple, les gouvernements peuvent devenir plus corrompus après avoir rejoint une AIR avec des membres très corrompus (Hafner-Burton & Schneider 2016). Ils peuvent également devenir plus cavaliers avec les droits de l’homme après avoir rejoint une RIA dont les membres sont connus pour ne pas respecter ces droits (Greenhill 2015).

Enfin, on s’inquiète de plus en plus du potentiel de déficit démocratique de ces accords (Dahl 1999, Moravcsik 2002, Crombez 2003, Hix & Follesdal 2006). Déplacer les décisions politiques vers les forums régionaux et multilatéraux pourrait les rendre insensibles aux préoccupations nationales et locales car les électeurs ont beaucoup moins d’influence à ces niveaux supérieurs. Paradoxalement, cela pourrait également exposer les gouvernements à des réactions électorales nationales sur des politiques qu’ils ne pouvaient guère contrôler (Schmidt 2006). Comme pour de nombreux autres problèmes d’intégration régionale, la critique du déficit démocratique a débuté dans les études sur l’Union européenne, mais s’est maintenant étendue à d’autres AIR tels que le Mercosur et l’ALENA (Anderson 1999, Malamud 2008). Cette conséquence particulière a des implications normatives troublantes, et il est impératif que d’autres études évaluent sa probabilité et son intensité.

Conclusion

L’érudition de l’intégration régionale est allée bien au-delà de ses débuts centrés sur l’UE, et maintenant même les analyses de l’Union européenne sont enrichies par les résultats des enquêtes d’autres AIR. L’approche d’économie politique préconisée par cette revue a fourni un cadre d’organisation particulièrement utile, qui facilite les études comparatives et identifie les domaines où il reste encore beaucoup à faire. Quatre lieux de recherche future semblent particulièrement prometteurs (et absolument nécessaires).

Premièrement, la fixation du choix politique de participer à un AIR a nécessité un examen attentif de la politique intérieure de cette décision. Il y a eu très peu de travaux sur les rôles des institutions nationales, de l’idéologie gouvernementale et de l’opinion publique dans les causes et les conséquences de l’intégration régionale. L’importance croissante des AIR auprès des publics nationaux est susceptible de rendre ces facteurs encore plus importants. Les récentes révélations des documents secrets des négociations du TTIP (Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement) ont fait chuter le soutien public à l’accord commercial États-Unis-UE de 53 % à 18 % aux États-Unis et de 55 % à 17 % en Allemagne, où le soutien à le libre-échange en général a chuté de 88 % à 56 %, mettant en péril la capacité de l’Allemagne à conclure des accords de libre-échange à l’avenir (Reuters 2016). Les fuites étant désormais un élément permanent du paysage informationnel et leur contenu facilement et instantanément distribué et rendu public en ligne, les négociations secrètes qui avaient été l’huile dans le moteur des accords appartiennent probablement au passé. Cela ne peut que politiser davantage les politiques régionales au niveau national.

Deuxièmement, les travaux universitaires sur l’intégration régionale se concentrent presque exclusivement sur les décisions de rejoindre ou d’élargir les AIR. Le référendum « Brexit » qui s’est déroulé au Royaume-Uni en juin 2016 rappelle que les AIR n’augmentent pas nécessairement en taille. Que le Royaume-Uni réponde ou non à la demande publique de renoncer à l’adhésion à l’UE, nous devons mieux comprendre pourquoi, quand et comment les pays décident de quitter les AIR. La décision du Royaume-Uni de se retirer de l’Union européenne ne serait certainement pas unique. Dans un article de Monkey Cage, Felicity Vabulas affirme qu’il y a eu plus de 225 cas de retrait d’adhésion à des organisations internationales2. Par exemple, le Panama a décidé de se retirer du Parlement centraméricain en 2010. Et le Marché commun de l’Afrique orientale et australe ( COMESA) a diminué de taille à quelques reprises : le Lesotho et le Mozambique ont quitté l’organisation en 1997, la Tanzanie a quitté l’organisation en 2000, la Namibie l’a quittée en 2004 et l’Angola a suspendu son adhésion en 2007 (Slapin & Gray 2014, p. 734).

Troisièmement, l’examen a fait référence à plusieurs reprises à différentes motivations pour l’intégration selon les régions, les cultures et les domaines problématiques. Celles-ci doivent trouver leur expression dans la conception institutionnelle des divers AIR et définir les objectifs réels que les accords sont censés atteindre. Nous avons besoin à la fois de meilleures données et de meilleures théories pour lier les préférences du gouvernement aux résultats éventuels par le biais de ces institutions. En particulier, il semble utile de distinguer conceptuellement et empiriquement les objectifs normatifs et stratégiques des AIR. Cela nous permettrait enfin d’aller au-delà de la simplification déformante des résultats corrélés avec une variable dichotomique qui code si un pays est membre ou non de l’AIR. Au lieu de cela, nous les corrélerions avec diverses caractéristiques institutionnelles, ce qui permettrait également des comparaisons ciblées significatives entre les différents AIR.

Enfin, nous avons très peu de connaissances systématiques sur les effets de la complexité des régimes sur les résultats systémiques et nationaux. Pourquoi les gouvernements créent-ils et participent-ils à des institutions dont les compétences se chevauchent ? La complexité qui en résulte a-t-elle des effets préjudiciables, peut-être imprévus et probablement involontaires, sur le bien-être des citoyens des pays membres ? Qu’en est-il des effets sur les non-membres ? Les AIR augmentent en taille, en portée et en nombre, créant des réseaux institutionnels mondiaux de plus en plus denses qui relient des régions disparates. Comment ces développements affectent-ils les préférences des gouvernements membres, leurs stratégies sur la scène internationale et leurs politiques au niveau national?

La boucle est bouclée : le choix des AIR est motivé par la politique intérieure, leur conception institutionnelle reflète à la fois les objectifs souhaités et les contraintes prévues, et maintenant la politique intérieure est influencée par les conséquences de ces choix. C’est un cadre simple mais, comme Clausewitz l’a dit un jour, la chose la plus simple est difficile.

Voir et citer la publication originale

Schneider, Christina J., The Political Economy of Regional Integration (May 2017). Annual Review of Political Science, Vol. 20, pp. 229-248, 2017, Available at SSRN: https://ssrn.com/abstract=2968071 or http://dx.doi.org/10.1146/annurev-polisci-051215-023006
Publicité

Sur les mêmes sujets

Publicité
Total
0
Share