Sang et minerais: à qui profite le conflit en République Démocratique du Congo?

- Publicité -

Un mineur, un trafiquant, un croque-mort et une prostituée offrent un aperçu de la vie en République démocratique du Congo | Article de


Lorsque Papa Mukendi a lancé son entreprise en 2002, la République démocratique du Congo connaissait l’un des pics les plus sanglants de sa guerre de plus de deux décennies. «Il y a eu des moments où le travail s’est multiplié et nous avons dû embaucher plus de personnel», dit-il. Car le malheur de ce pays est sa fortune. Après tout, s’il y a une industrie qui prospère à Goma, c’est bien la mort. Et la spécialité de Mukendi, ce sont les cercueils colorés. Quand les affaires vont bien, Mukendi en vend trois par semaine. Lorsque le conflit s’apaise, des jours peuvent s’écouler sans vente.

Il gagnait plus d’argent, dit-il, quand il était le seul à envelopper les morts de feutre et de bois. Mais à mesure que le conflit s’étendait, de nombreux menuisiers se sont réinventés en tant que fabricants de cercueils. Car dans cette terre imbibée du sang des plus de 5,4 millions de morts depuis 1998, les cercueils, et non les meubles, sont le luxe pour lequel les gens dépenseront leur argent limité. “Quand il y a un conflit ou qu’un avion s’écrase, je vends beaucoup plus. Je n’aime pas la guerre, mais si elle vient, j’en profite. C’est du travail, et je m’en réjouis”, s’amuse Mukendi.

La chair

- Publicité -

Faida habite près de l’atelier de Mukendi. Mère de deux enfants, elle se prostitue aux soldats qui fréquentent un club local appelé Apollon afin de subvenir aux besoins de ses fils. Car la guerre n’exige pas seulement du bois pour les cercueils de Papa Mukendi, elle a aussi besoin de chair fraîche pour divertir les troupes. Avant ce conflit, Faida s’occupait de ses enfants et vendait de l’artisanat traditionnel aux touristes. Mais depuis que son mari a rejoint un groupe armé et l’a quittée, vendre son corps est le seul moyen par lequel elle a pu subvenir aux besoins de sa famille. Mais l’argent qu’elle gagne leur revient rarement. «Nous n’avons pas d’argent pour payer un taxi motorisé, nous devons donc rentrer à pied», explique-t-elle. «Sur le chemin, les enfants des rues volent le peu que nous gagnons et ils nous violent.»

Furaha, qui a été violée par cinq soldats, se rend dans une clinique MSF dans le camp de déplacés Mugunga III à Goma. © Alberto Rojas, Al Jazeera.

- Publicité -

Lorsqu’on lui demande si elle a déjà été violée, Faida répond: «Plusieurs fois… plusieurs». Elle préside une association de femmes prostituées à Goma. Elle compte 7 500 affiliés. “C’est difficile pour nous de survivre parce que nous sommes exclus“, explique-t-elle. “C’est pourquoi nous avons créé cette association, pour nous protéger et nous conseiller. Beaucoup de femmes ne sont pas scolarisées, [elles] ne connaissent pas les dangers auxquels elles sont confrontées et les maladies qu’elles pourraient contracter si elles ne prennent pas de précautions“. La prostitution est une industrie prospère grâce à la guerre. Avec plus de 30 groupes armés dans la région, il existe un marché croissant d’hommes en quête de relations sexuelles. Mais avec peu d’argent, beaucoup d’armes et beaucoup d’alcool, les soldats violent et menacent souvent les femmes.

Les investisseurs

La guerre est une activité rentable, avec de nombreux investisseurs – à la fois internes et externes. Les Nations Unies, par exemple, ont envoyé 19 815 casques bleus dans le pays par le biais de sa Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RD Congo (MONUSCO), la deuxième plus grande mission au monde. Pour les pays d’origine de ces troupes – le Pakistan, l’Inde, l’Uruguay, la Tanzanie, l’Afrique du Sud et le Malawi – la mission peut être extrêmement rentable: l’ONU leur paie quatre fois le coût du déploiement.

Et les troupes ne sont pas les seuls étrangers présents. Plus de 80 organisations humanitaires exercent également leur métier en République démocratique du Congo, ou RDC, dans le cadre d’une entreprise sans doute autosuffisante. Un chef de mission d’ONG, qui a demandé à garder l’anonymat, a avoué: “Je ne sais pas ce que nous faisons ici. Notre présence augmente le prix de la nourriture et du loyer, nous empêchons les gens de partir, de prendre leurs propres décisions et d’exiger que leur gouvernement prenne ses responsabilités. Nous aurions dû quitter le Congo il y a des années”.

Les mineurs

- Publicité -

Une autre industrie en plein essor qui prospère grâce aux balles est le trafic de minéraux sanguins, car rien ne sert mieux ce commerce illicite qu’un État défaillant et instable incapable de percevoir des impôts et d’empêcher les pays voisins de piller ses richesses par le biais de mandataires forts.

Rubaya, dans la province de Masisi, se trouve à trois heures de route de Goma et de l’épicentre de la guerre des minéraux sanguins.  Notre guide, un mineur de 16 ans nommé Innocent, doit marcher une heure pour rejoindre son poste dans la plus grande mine de coltan du pays. «Parfois, la montagne s’effondre», nous dit-il. «Les mineurs sont enterrés à jamais et les gens les oublient.» À mesure que nous nous approchons, le son de milliers d’âmes en mouvement émerge de la brume. “Entends-tu cela?” Innocent demande. C’est le murmure de la mine. C’est proche”. Notre chemin traverse des collines escarpées brunies par la boue et alors que nous montons plus haut, nous rencontrons notre première victime de la journée. Plusieurs hommes transportent le corps d’un mineur sur une civière de fortune recouverte de plastique. « Raconte ce qui se passe ici. Qu’on le sache », dit l’un des membres du groupe.

Dans nos poches, nous transportons un échantillon de ce pour quoi ils risquent leur vie : un petit sac de poudre verte appelée manganèse, une pépite d’or et de petites roches sombres appelées colombite et tantalite mais plus connue sous le nom de coltan, la matière dont est le cœur sombre de cette montagne fait de. C’est une poignée de sable à tomber par terre. Certains lobbies technologiques, souhaitant peut-être se laver les mains de toute responsabilité dans l’exploitation des minéraux du sang, ont récemment insisté sur le fait que le coltan n’était plus utilisé dans la fabrication de téléphones portables, de tablettes, de consoles ou d’appareils photo, et que les mines fermaient. Mais en vérité, la demande pour le minerai est encore bien supérieure à son offre. Environ 80 pour cent de l’approvisionnement mondial réside sous le sol congolais.

Ainsi, environ 5 000 mineurs, dont beaucoup d’enfants et d’adolescents, continuent à travailler dans un état de quasi-esclavage en RDC, d’abord à ciel ouvert puis, lorsqu’il n’y a plus de minerai à la surface, dans de profonds tunnels où ils mangent, dorment et travaillent de l’aube au crépuscule, sept jours par semaine, 365 jours par an.  Plusieurs femmes nous suivent avec des boîtes de soda et des sacs de céréales attachés à la tête. Une fois à l’intérieur de la mine, ils installent leur petit marché aux flambeaux afin que les mineurs puissent acheter leurs marchandises sans abandonner leur travail. En bottes usées, Innocent avance à pas militaire. Il est beaucoup plus rapide que nous alors que nous avançons maladroitement sur la montagne qui menace de s’effondrer sous nos pieds.

Alors que nous arrivons à l’entrée de la mine, une légion d’hommes se retourne pour nous examiner avec méfiance, certains visiblement surpris de voir des blancs au sommet. Beaucoup travaillent presque nus, sans casque ni équipement de protection, et certains sont même pieds nus. D’autres portent de faux maillots du Real Madrid ou de Barcelone. Les plus chanceux ont des bottes de pluie.

«Pour entrer dans les tunnels, il faut d’abord demander l’autorisation au chef de la mine», explique Innocent en désignant l’un des contremaîtres congolais. Les mêmes règles qui régissent la base semblent également s’appliquer au sommet: personne n’interdit l’accès, mais ils ne l’autorisent pas non plus. Les mines sont particulièrement dangereuses pendant la saison des pluies, lorsque la terre humide peut s’effondrer, laissant les mineurs à la merci du gaz carbonique ou écrasés dans des cavernes souterraines. “Parfois, nous avons trouvé des squelettes d’ouvriers piégés depuis qui sait quand”, explique François, l’un des contremaîtres. Personne ne sait avec certitude combien de personnes meurent dans cette mine. Une ONG s’est engagée à compter les morts, mais jusqu’à présent, le nombre reste un mystère. “Il y a des jours où 30 ou 40 personnes tombent, précise François. Quelqu’un rayera ses noms d’une liste, puis embauchera ses remplaçants”.

Le trafiquant

James vit dans l’extrême ouest plus aisé du pays. Il nous conduit chez lui, où il chasse les curieux puis ferme les rideaux. Puis il sort un échantillon de poudre noire de sa poche pour que nous vérifiions la pureté du minerai. Le muzungu ou «homme blanc» y met rarement les pieds, à moins de chercher du coltan, de l’or ou du manganèse. James nous dit qu’il récupère sa marchandise à la rivière, où d’autres qui travaillent pour un dollar par jour nettoient et séparent le minerai du sable. Ils lui apportent des plateaux du trésor, qu’il revend ensuite – gagnant environ 2 040 $ par mois.

Il maintient qu’il ne sait rien de son utilité, ajoutant: “On nous a dit qu’il servait à faire des casseroles, des choses pour la cuisine.” Chaque mineur facture environ un dollar pour 14 heures de travail. Le contremaître gagne environ 10 pour cent du total reçu par son équipe – généralement environ 14 $. Ensuite, l’homme fort local prendra sa part. Et peu importe qui est cet homme fort – alors que le pouvoir change dans la bataille de longue date pour contrôler les mines et les minéraux, un homme fort en remplace simplement un autre.

Au Nord-Kivu, il y a entre 5 000 et 6 000 rebelles congolais répartis en 30 groupes armés. En plus de la haine raciale, ils sont motivés par le désir de contrôler les zones minérales – et massacreront des villages entiers dans le but de le faire.

Patrick, qui est né sans pieds ni mains, est détenu par sa mère dans le camp de déplacés Mugunga III à Goma. © Alberto Rojas/Al Jazeera.

Un trafiquant qui achète le minerai déjà criblé au pied de la mine en multipliera la valeur lorsqu’il le laissera à la frontière avec le Rwanda ou l’Ouganda sous le couvert de l’obscurité. Au moment où le coltan arrive dans les districts de fabrication de Shanghai ou de Ciudad Juarez au Mexique, son prix de marché se situe entre 476 $ et 544 $ le kilo. Mais alors qu’une toile sombre de grandes entreprises multinationales, de fonctionnaires corrompus et d’États sans scrupules participent à l’ancien jeu du pillage de la RDC, un nombre croissant d’entreprises, selon la liste annuelle publiée par l’ONG Raise Hope for Congo, respectent désormais des protocoles conçus pour s’assurer qu’ils n’utilisent pas de minerais de conflit dans leurs produits.

L’or que James, le trafiquant, nous montre sous forme de pépite a quitté la carrière près de Numbi, la même contrôlée depuis des années par Bosco Ntaganda, qui est actuellement jugé pour crimes de guerre à La Haye. Du Congo, il se rendra probablement à Dubaï ; sa vente, selon le projet Enough, dissimulée dans des comptes bancaires suisses. De là, il ira sur le marché, potentiellement pour être utilisé dans des produits cosmétiques haut de gamme. L’ONU a dénoncé des pays voisins comme le Rwanda et l’Ouganda pour avoir vendu un minerai qui n’est pas le leur et pour nourrir des groupes armés afin de maintenir le commerce en vie. Pendant ce temps, le monde développé reçoit ses sacs de cassitérite, de coltan, d’or, de diamants, d’uranium, de tungstène et de manganèse à bon marché et rapidement. Qui donc, à part les Congolais eux-mêmes, pourrait souhaiter la fin d’un conflit qui entretient une telle entreprise?

Voir l’article original

“Blood and minerals: Who profits from conflict in DRC?” / Alberto Rojas Blanco and Raquel Villaecija / Al Jazeera, 19 Jan 2016 (This article first appeared in the August 2014 issue of the Al Jazeera Magazine).

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share